⚠️ Une maintenance est prévue le Mercredi 26 juin à 8h00 pour une durée d'environ 2h. Le site sera inacessible pendant cette période.

Nossa Chape
6.9
Nossa Chape

Documentaire de Jeff Zimbalist (2018)

"Je n'aime pas repenser à ce drame. J'aime repenser aux gens qui étaient dans l'avion."

On s'attend à un documentaire sur le football, on se retrouve avec un documentaire sur la vie.


28 novembre 2016. Un crash d'avion. 71 morts. Trop peu de survivants. Parmi eux, trois footballeurs professionnels. L'un, amputé d'une jambe, ne remarchera pas. Les deux autres, plus qu'abimés devront faire face à une attente interminable avant de fouler de nouveau une pelouse. À mettre au conditionnel.
Paumé au fin fond du brésil, un club familial doit se reconstruire. Le championnat débute bientôt, et si les hommages pleuvent de partout, la vie continue.
La pression d'une ville, l'attente d'un public qui ne connait que trop peu l'envers du décor.


Ce documentaire, est d'une grande beauté et rempli à merveille le caractère informatif mais neutre qu'on lui demande, où en tout cas qu'on attend de lui. À l'image de ces veuves qui apparaissent à l'écran. Des hommes qui perdent des frères, des mères qui perdent des fils.
des Les larmes qui coulent, les souvenirs qui reviennent. Des images difficiles, oui. Mais derrière la noirceur, on trouve toujours l'espoir, l'espoir de réussir à vivre avec.


Un club qui se reconstruit. Sans elle. Sans eux. Le défi sportif qui prend le dessus sur le défi humain.
La foi. Seul exutoire pour des naufragés qui cherchent à reprendre la mer, la mémoire pleine de leurs anciens compagnons d'équipage.


L'argent. Encore lui. Celui qui divise, celui qui déchire.


La rage. Celle d'un joueur, Alan Ruschel, qui lasse ses crampons. Il rentre dans un stade de football plein et s'apprête à jouer contre le plus grand des joueurs, Lionel Messi.


"Nossa Chape" parle la langue football oui, mais parle surtout la langue du monde. Fable tragique qui conclut par une morale prônant la puissance du moment présent.

Baptiste-Gouin
8
Écrit par

Créée

le 9 janv. 2021

Critique lue 223 fois

Baptiste Gouin

Écrit par

Critique lue 223 fois

Du même critique

BAC Nord
Baptiste-Gouin
8

French Connection

Critique par @lefilmdujour C’est l’histoire de trois types dans une caisse qui se surprennent à rêver de partir dans l’espace. Une destination à mille lieux de la banlieue Marseillaise et de ses...

le 17 août 2021

18 j'aime

2

ADN
Baptiste-Gouin
5

Miroir, mon beau miroir...

C'était la première fois hier que j'allais voir un film de Maïwenn, réalisatrice reconnue en France, après notamment deux succès que je dois absolument rattraper : Mon roi (2015) et Polisse...

le 6 oct. 2020

14 j'aime

4