Le bal du Diable
1969, Hollywood : Rick Dalton est l’actuel acteur à succès enchaînant les rôles de méchants dans des westerns. Il ne se sépare jamais de sa doublure cascadeur Cliff Booth. Pourtant les rapports entre les deux hommes semblent tendus et Cliff pas aussi net qu’il le semblerait. Face à leur propriété vit Sharon Tate, une jeune actrice en devenir et plusieurs hommes. Il y règne également une communauté hippie. Comment ce petit monde peut-il vivre ensemble en communauté?
Le voici donc ce neuvième opus de Tarantino, qui se présentait comme une sorte de bilan de carrière. Un bilan assez prenant.
Le conte de fées apparent sur le prix de la gloire ou sa quête constitue la première moitié du film: la relation entre la star et son double d’une part, la jouissance de la richesse lorsqu’on est épouse de réalisateur d’autre part. Cette première moitié, lente, ne ressemble pas tout à fait à Quentin et l’on se pose quelques questions en pensant à la réalité. C’était sans compter sur le génie créatif qui fait que j’adule ce réalisateur et que chacun de ces opus constitue un événement en soi.
La seconde moitié entraînée malgré elle par Cliff, qui dans le film, va littéralement voler la vedette à Rick par une rencontre explosive, s’avère jubilatoire. Tout d’abord en croyant comprendre le véritable lien de l’actualité réelle. Puis en supposant que, tout comme pour Inglorious Basterds, l’Histoire sera modifiée... et par ces vingt dernières minutes où, âme sensible excepté, l’on prend son pied... et son poing avec un accessoire phare jouant un rôle explosif pour notre plus grand bonheur.
Sur un plan artistique, Leo semble écraser la concurrence mais c’est bien Brad et Kurt qui s’avèrent les véritables stars. Et surtout une qualité décorative et visuelle de très haute facture : le conte de fées de Tarantino n’est pas prêt de se terminer.
A recommander

vincenzobino
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les meilleurs films de Quentin Tarantino et Les meilleurs films avec Brad Pitt

Créée

le 19 août 2019

Critique lue 1.7K fois

25 j'aime

vincenzobino

Écrit par

Critique lue 1.7K fois

25

D'autres avis sur Once Upon a Time... in Hollywood

Once Upon a Time... in Hollywood
Zeldafan70
4

What's the point ?

Telle est la question que je me suis posé lorsque le générique de fin a débuté et que les lumières du cinéma se sont rallumées. Une ode au cinéma des années 1970 ? Un éloge empli de mélancolie à ces...

le 15 août 2019

336 j'aime

36

Once Upon a Time... in Hollywood
Larrire_Cuisine
5

[Ciné Club Sandwich] Trois films offerts pour le prix d'un.

DISCLAIMER : La note de 5 est une note par défaut, une note "neutre". Nous mettons la même note à tous les films car nous ne sommes pas forcément favorable à un système de notation. Seule la critique...

le 17 août 2019

173 j'aime

24

Du même critique

Oppenheimer
vincenzobino
9

La bombe humaine

La bombe humaine 1945: les Etats-Unis ont mis fin à la seconde guerre mondiale en larguant des bombes atomiques sur le Japon. Ces armes de destruction massives ont été élaborées à partir de Robert...

le 19 juil. 2023

32 j'aime

4

Sale temps à l'hôtel El Royale
vincenzobino
9

La ligne rouge

La ligne rouge L'hôtel El Royale est situé sur la frontière Nevada-Californie. Mettez-y un prêtre, un agent de la CIA, une chanteuse exploitée, une femme en ayant kidnappé une autre ainsi que le...

le 2 nov. 2018

30 j'aime

3

Ferrari
vincenzobino
8

Le pigeon et le vautour

Le pigeon et le vautour 1957: Enzo Ferrari est en pleine crise : entre son entreprise éponyme qu’un prêt pourrait couler, son épouse Laura découvrant sa relation extra-conjuguai avec Lina, d’où...

le 27 déc. 2023

29 j'aime

5