⚠️ Une maintenance est prévue le Mercredi 26 juin à 8h00 pour une durée d'environ 2h. Le site sera inacessible pendant cette période.

Cela reste un immense mystère pour moi : j'avais commencé « Orange Mécanique » il y a plusieurs années et ne l'avais jamais terminé, me décidant à le voir enfin au complet il y a seulement quelques jours. De ce point de vue, il s'agit en quelque sorte de ma 7000ème critique « bis » et je m'en réjouis. Ce film, c'est le cinéma à l'état pur. Je pourrais quasiment vous parler de chaque scène, chaque plan, l'étourdissante maîtrise et créativité de Stanley Kubrick en devenant presque enivrante, que ce soit par ce fabuleux sens du détail, ce discours corrosif, cette réflexion captivante sur la société, sa jeunesse, cet anti-héros à la fois si odieux et fascinant, ces hallucinantes images mentales...


Si j'excepte la courte partie carcérale (et encore, elle est indispensable), tout est absolument génial et dérangeant, jusque dans la singularité des dialogues, presque « carrollien » (Lewis), sans oublier, bien sûr, l'exceptionnelle utilisation de la musique et des grandioses compositions de Ludwig van Beethoven, dont certaines retouchées avec maestria par Wendy Carlos (celle de l' « Ode à la joie » est particulièrement fabuleuse).


Sincèrement, je pourrais écrire des heures sur le sujet toujours avec la même passion, mais j'ai l'impression que tout a tellement été dit sur cette onde sismique portée par un exceptionnel Malcolm McDowell, maître Kubrick s'offrant le luxe de conclure par un sidérant plan final, sans oublier ce fabuleux pied de nez consistant à terminer par


la plus douce, mélodieuse et romantique des chansons (« Singin' in the Rain »)


une œuvre aussi provocatrice et subversive : magistral.

Créée

le 18 juin 2019

Critique lue 440 fois

8 j'aime

Caine78

Écrit par

Critique lue 440 fois

8

D'autres avis sur Orange mécanique

Orange mécanique
Grard-Rocher
9

Critique de Orange mécanique par Gérard Rocher La Fête de l'Art

[L'histoire se déroule en Angleterre dans un futur proche. Alex Delarge est un jeune homme peu fréquentable et fou de Beethoven. Le malheur est que la violence, le sexe l'obsèdent autant que sa...

140 j'aime

25

Orange mécanique
Sergent_Pepper
7

Glandeurs et décadence.

2001 s’ouvrait sur un écran noir : c’est pour le rouge qu’opte Orange mécanique. Dans la filmographie si hétérogène de Kubrick, Orange mécanique n’est pas un film aimable. Son ton, son propos et son...

le 7 juil. 2014

118 j'aime

13

Orange mécanique
Wakapou
9

Critique de Orange mécanique par Wakapou

Il y aurait deux façons, ainsi, d'apprivoiser la terrible fresque que nous dépeint ici le génie d'un Kubrick. Si "Orange Mécanique" se réduit bien au contrepied d'une Angleterre des années 70,...

le 10 nov. 2010

100 j'aime

6

Du même critique

Enquête sur un scandale d'État
Caine78
2

Enquête sur un scandale cinématographique ?

Thierry de Peretti est un réalisateur doté d'une bonne réputation, notamment grâce à « Une vie violente », particulièrement apprécié à sa sortie. J'y allais donc plutôt confiant, d'autant que le...

le 20 août 2022

32 j'aime

8

Mourir peut attendre
Caine78
4

Attente meurtri(ère)

Cinq ans d'attente, avant que la crise sanitaire prolonge d'une nouvelle année et demie la sortie de ce 25ème opus, accentuant une attente déjà immense due, bien sûr, à la dernière de Daniel Craig...

le 7 nov. 2021

28 j'aime

31

L'Origine du monde
Caine78
3

L'Origine du malaise

Je le sentais bien, pourtant. Même si je n'avais pas aimé « Momo », adapté du même Sébastien Thiéry, cela avait l'air à la fois provocateur et percutant, graveleux et incisif, original et décalé,...

le 25 sept. 2021

22 j'aime