👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Voilà la critique pour laquelle je vais me faire huer et insulter, pour laquelle je vais recevoir des menaces de mort et perdre la moitié de mes abonnés.
Je n'ai pas aimé Paprika.
On m'avait vendu le film avec trois arguments :
1°) c'est l’œuvre d'un des plus grands créateurs de manga. Sur ce plan-là, je ne peux rien dire, je ne vais pas juger un cinéaste sur un seul film. Cependant, il faut bien admettre que le style est très personnel et l'animation vraiment réussie. C'est très imaginatif, un univers unique. C'est sûrement le meilleur aspect du film.
2°) C'est le film qui a inspiré Inception. Incontestablement, Nolan a repris la trame du film et son univers pour faire son chef d’œuvre, mais Inception n'est pas un plagiat, et mon admiration pour le film n'a fait que croître en voyant Paprika (je sais qu'il est de bon ton, sur ce site, de dire du mal des succès populaires, mais j'ai adoré Inception, et ce n'est pas Paprika qui y changera quoi que ce soit).
3°) C'est incompréhensible, une véritable torture mentale. Et c'est là que je commence à ne pas être d'accord. En fait, le scénario de Paprika tient sur un post-it et le cinéaste multiplie les niveaux oniriques et les scènes de délires visuels pour tenter d'étoffer ce qui, sans cela, aurait donné un court-métrage.
Car le film s'enfonce très vite dans une succession de scènes certes originales mais très répétitives et qui ressemblent à des hallucinations délirantes. Un frigo et un aspirateur qui défilent, suivis par une fanfare de grenouilles, ça va bien une minute, mais quand ça revient toutes les cinq minutes sous prétexte que c'est un rêve envahissant imposé dans les esprits par une sorte de psycho-terroriste, ça devient très vite lassant. Et ce n'est qu'un des exemple de délires visuels chiants qui viennent meubler l'ensemble, jusqu'au final.
Paprika, ou l'art de nous faire croire que c'est compliqué alors qu'en fait, c'est simplement vide.
Alors, après, on peut se torturer la cervelle pour tenter de trouver de la complexité ou de la profondeur là-dedans, mais justement le film en est singulièrement dépourvu.
Comme bon souvenir, il me reste la musique de la fanfare, seul moment qui m'a tiré de la somnolence du film. A moins que ce ne soit ça le coup de génie du cinéaste : faire un film sur le rêve qui endorme ses spectateurs...

il y a 8 ans

92 j'aime

24 commentaires

Paprika
SanFelice
3
Paprika

Critique de Paprika par SanFelice

Voilà la critique pour laquelle je vais me faire huer et insulter, pour laquelle je vais recevoir des menaces de mort et perdre la moitié de mes abonnés. Je n'ai pas aimé Paprika. On m'avait vendu le...

Lire la critique

il y a 8 ans

92 j'aime

24

Paprika
Strangelove
8
Paprika

I dreamed a dream !

Paprika est clairement une oeuvre à part. Une sorte de testament cinématographique pour son réalisateur, malheureusement décédé, qui va nous faire rêver pendant 1h30. Paprika n'est pas définissable...

Lire la critique

il y a 8 ans

88 j'aime

22

Paprika
Velvetman
9
Paprika

Romantic Dreams

Paprika, c’est une « rêve » party grandeur nature, un labyrinthe de rêveries foutraques et de cauchemars grandiloquents, aux couleurs chatoyantes qui débordent d’inventivité visuelle et qui derrière...

Lire la critique

il y a 6 ans

55 j'aime

1

Starship Troopers
SanFelice
7

La mère de toutes les guerres

Quand on voit ce film de nos jours, après le 11 septembre et après les mensonges justifiant l'intervention en Irak, on se dit que Verhoeven a très bien cerné l'idéologie américaine. L'histoire n'a...

Lire la critique

il y a 9 ans

251 j'aime

50

Gravity
SanFelice
5
Gravity

L'ultime front tiède

Au moment de noter Gravity, me voilà bien embêté. Il y a dans ce film de fort bons aspects, mais aussi de forts mauvais. Pour faire simple, autant le début est très beau, autant la fin est ridicule...

Lire la critique

il y a 8 ans

211 j'aime

20

Chernobyl
SanFelice
9
Chernobyl

What is the cost of lies ?

Voilà une série HBO qui est sans doute un des événements de l’année, avec son ambiance apocalyptique, ses flammes, ses milliers de morts, ses enjeux politiques, etc. Mais ici, pas de dragons ni de...

Lire la critique

il y a 3 ans

207 j'aime

32