La seule question qui m'intéresse de traiter au travers de cette critique, c'est le positionnement féministe pris par Ozon :

Que l'on ne s'y trompe pas, il y a tout intérêt à voir comment chaque désir de la femme est étouffé dans l'oeuf dans ce film.

Justement, c'est féministe. Il en est question sous toutes les coutures pendant le film.
Mais est-ce que c'est l'idée qu'on se fait de l'émancipation sexuelle et de genre ? Nous pouvons en douter, oui.

C'est quand même une sacrée propagande rigolote ce film...
Derrière ces accents sémillants, la comédie se joue de choses encore très actuelles et fait apparaître ces choses pour des rêveries du passé.

J'ai bien aimé la scène où la future députée Pujol rencontre une ancienne ouvrière sur le marché pendant sa campagne. Voir avec quel mépris et opportunisme elle gère une rencontre qui lui est pourtant favorable, une pauvre ouvrière, mère de onze enfants, tous mains-d'oeuvre chez Pujol-Michennot ! Et elle, la Pujol, qui se fait appeler... Maman...
Mais bon, cette fenêtre de nuance sur le personnage est très mince !

A force de jouer sur les contrastes visuels et psychologiques, Ozon marche les deux pieds dans ce qui est facile et rapide, à savoir... préjuger les déterminismes sociaux pour les rendre sympathiques.

On aurait certes perdu ce côté théâtre de Guignol, ce va-et-vient des caricatures mais...
Cela n'aurait empêcher en rien la démarche de la comédie de s'exécuter avec autant de vitalité !
Andy-Capet
3
Écrit par

Le 24 mars 2013

10 j'aime

4 commentaires

Potiche
Aurea
6
Potiche

Une potiche peut-être, mais pas une cruche

Le film se veut une libre adaptation de la pièce de Grédy et Barillet écrite dans les années 1970 : Cloclo en fond sonore, décor d'époque orange oblige, cols pelle à tarte et coiffures au diapason...

Lire la critique

il y a 11 ans

36 j'aime

28

Potiche
toutestneutral
6
Potiche

Critique de Potiche par toutestneutral

(...) Adaptant une pièce de théâtre de Pierre Barillet et Jean-Pierre Grédy (en deux mots l'histoire d'un PDG macho qui se fait remplacer par sa femme à la tête de son entreprise), le réalisateur de...

Lire la critique

il y a 12 ans

11 j'aime

Potiche
Andy-Capet
3
Potiche

Film féministe ?

La seule question qui m'intéresse de traiter au travers de cette critique, c'est le positionnement féministe pris par Ozon : Que l'on ne s'y trompe pas, il y a tout intérêt à voir comment chaque...

Lire la critique

il y a 9 ans

10 j'aime

4

Into the Wild
Andy-Capet
2

Un connard de hippie blanc en liberté

Sur Into the Wild, je risque d'être méchant. Non, en fait, je vais être dur. Parce que j'assume totalement. C'est autant le film que ce qu'en font les admirateurs de ce film qui m'insupporte...

Lire la critique

il y a 8 ans

62 j'aime

71

Disneyland, mon vieux pays natal
Andy-Capet
7

Achète-moi un conte prêt à raconter

En tant qu'ancien travailleur de Disneyland, je ne suis jamais senti à ma place dans ce milieu. Tout ce que je voulais, c'était travailler en m'évadant. Ce fut le contraire. J'ai perdu mon innocence...

Lire la critique

il y a 9 ans

59 j'aime

42

Manifeste du parti communiste
Andy-Capet
9

Je m'entendais bien avec les gens avant d'être communiste

Ce livre a bouleversé plus d'une vie. La mienne entre autres, une miette à vrai dire. Ce n'est pas n'importe quel livre. Il ne pouvait ne pas exister. Il est court. Il explique d'où vient le...

Lire la critique

il y a 10 ans

44 j'aime

29