👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Il y a sept ans, avant la sortie de Begins, Nolan partait avec le confort offert par un anonymat relatif, et surtout le désastre innommable, ineffable et total qu'était Batman et Robin. Aujourd'hui, le réalisateur se retrouve sous les feux de la rampe, attendu comme le messie par une cohorte de fans et devant prendre sa propre succession après un épisode reconnu par beaucoup comme étant le meilleur film de super héros de tous les temps. Challenge relevé?

En plus de passer après un chef d'oeuvre, Nolan a du convaincre un acteur d'enfiler le costume du méchant succédant à l'énorme Joker. Tom Hardy s'en sort avec les honneurs, écrasant de sa présence le film, malgré une voix laissant parfois perplexe. Notons, parmi les petits nouveaux, une excellente Anne Hataway dans un costume de Catwoman assez proche de l'esprit du comic book, et un Joseph Gordon Levit convaincant dans l'ensemble, quoique pas toujours à la hauteur. Seul erreur de casting : Marion Cotillard, insupportable de bout en bout et généralement ridicule.

L'avenir nous dira quelle est la place de cet épisode dans l'histoire cinématographique du Chevalier Noir. Quant à sa place au sein de la trilogie de Nolan, autant le dire tout de suite : il s'agit clairement du moins bon épisode. Après deux premiers films sombres et tourmentés, dans lesquels on pouvait voir abordés certains questionnements éthiques, philosophiques et politiques, ce Dark Knight Returns se résume rapidement à un combat manichéen entre le bien et le mal, entre le justicier et son redoutable adversaire, sur fond d'Anarchisme pour les nuls. Une simplicité qui risque fort d'en rebuter plus d'un.

Ce qui est dommage, d'autant que le film, indépendamment de son AOC Batman vaut largement le détour. Les 2h45 passent sans trop de longueurs et on se retrouve souvent accroché à son fauteuil devant la puissance visuelle de plusieurs séquences. Cependant, il faut aussi noter une certaine tendance chez Nolan à se laisser aller à la facilité. Plusieurs trous se font jour dans son scénario, au point qu'il en devient parfois difficile de lui trouver des excuses. De plus, le réalisateur se permet l'utilisation de plusieurs clichés visuels qui laissent parfois un goût amer. Pour résumer, TDKR n'est pas un mauvais film, mais il n'est pas non plus vraiment un bon film. Un bon film n'annonce pas quelle sera sa fin au bout de seulement vingt minutes...

Il est difficile de juger une telle oeuvre, surtout à l'aune de ses glorieux aînés. The Dark Knight Rises souffre de la comparaison, et fait un peu retomber le soufflé. Malgré tout, il reste la conclusion d'une saga épique, qui aura redonné au chevalier noir ses lettres de noblesse. Chapeau bas, monsieur Nolan...
The Dark Knight Rises
Torpenn
3

L'écharpé Bale

Pour répondre par avance aux détracteurs faciles à la pensée étroite, non, je ne m'amuse pas spécialement à aller voir des mauvais films pour un douteux plaisir masochiste. D'abord, j'ai une grande...

Lire la critique

il y a 10 ans

255 j'aime

156

The Dark Knight Rises
Hypérion
3

Nolan(s), gros prétentieux!

Il me semble bien que l'univers est sur le point de s'écrouler, je suis d'accord avec @Torpenn en tous points sur une critique de blockbuster, qui plus est dans un genre que je consomme sans...

Lire la critique

il y a 10 ans

171 j'aime

76

The Dark Knight Rises
kevisonline
7

DISCUSSION ENTRE UN EXÉCUTIF DE WARNER ET CHRISTOPHER NOLAN.

(contient des gros spoilers) Warner : Alors, Chris, ça avance le film ? C.Nolan : Ouais, tout commence à prendre forme. Je suis assez content du résultat. Warner : Justement, on voulait te parler...

Lire la critique

il y a 10 ans

121 j'aime

Ma première fois
Hyunkel
3

L'amour au temps du Biactol

Bon en même temps, c'est vrai qu'avec un titre pareil, il ne fallait pas s'attendre à un film contemplatif sur la méditation transcendantale. Et que le résumé laissait augurer du pire. Mais bon, de...

Lire la critique

il y a 10 ans

56 j'aime

6

Il était temps
Hyunkel
4

Back to the boring

Empereur de la comédie romantique à l'anglaise, Richard Curtis fait prospérer les vendeurs de mouchoirs depuis déjà vingt ans. Qu'il soit derrière la plume, comme pour 4 mariages et un enterrement et...

Lire la critique

il y a 8 ans

28 j'aime

17

The Dark Knight Rises
Hyunkel
7

Gotham champ de bataille

Il y a sept ans, avant la sortie de Begins, Nolan partait avec le confort offert par un anonymat relatif, et surtout le désastre innommable, ineffable et total qu'était Batman et Robin. Aujourd'hui,...

Lire la critique

il y a 10 ans

28 j'aime

7