👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Revoir un film vous ayant marqué dans votre (extrême) jeunesse et que vous aviez précédemment noté sur ces fameuses impressions gravées dans votre quasi subconscient peut s'avérer...foutrement décevant.
MAIS revoir un film vous ayant marqué dans votre (extrême) jeunesse et que vous aviez précédemment noté sur ces fameuses impressions gravées dans votre quasi subconscient pour vous rendre compte que VOUS AVIEZ RAISON, ça c'est foutrement bon.

Voir un film comme The Thing à l'âge de 7 ans impressionne. Et quand je dis "impressionne" je veux dire "laisse une empreinte", "marque". Avec mes perceptions d'enfant, The Thing fut pour moi une représentation quasi indescriptible de la vision d'un cauchemar noir et oppressant, angoissant et dérangeant de la façon la plus viscérale qui soit, totalement indescriptible donc ; mais instinctivement très prenante. Et tous ceux qui se souviennent un tant soit peu de leurs peurs ou cauchemars d'enfance savent de quoi je parle.

Avec mes yeux d'adulte, j'ai revu en The Thing probablement un des tous meilleurs films de Carpenter, j'ai pensé aux « Montagnes Hallucinées » de Lovecraft (d'ailleurs le caractère indicible de La Chose est très Lovecraftien dans l'esprit), j'ai apprécié la tension palpable et la paranoïa croissante des protagonistes s'appuyant sur des décors étouffants et une nuit noire ouverte paradoxalement claustrophobique , parfaits théâtres de mauvais rêve. Avec mes yeux d'adulte j'ai vu un film sur la peur protéiforme de l'autre et de l'inconnu, la peur de soi et de sa propre image dans le miroir, la peur du vide, la peur du noir, la peur ancestrale de rester seul , isolé, aliéné ; puis la peur de la mort.

On pourrait reprocher au film la désuétude de certains de ses dialogues si on voulait pinailler, et certains doivent se gargariser de railleries envers les effets visuels à priori "datés". Mais l'une des forces de The Thing est justement de montrer autant qu'il suggère, et l'utilisation d'effets "en dur" (chapeau Rob Bottin) de toute façon imposés par l'époque apportent un impact visuel horrifique et viscéral qu'aucun CG n'égalera jamais. On pourrait aussi débatre du score de Morricone mais ça ne servirait à rien parce que de toute façon Morricone il est plus fort que toi alors dégage.

La fin, parfaite, a achevé de persuader l'adulte que je suis que des fois, quand il vous reste une impression forte et indéfectible d'un film que vous avez vu enfant, cette impression est la bonne.

il y a 11 ans

154 j'aime

21 commentaires

The Thing
real_folk_blues
9
The Thing

When Carpenter did love craft for special FX

Revoir un film vous ayant marqué dans votre (extrême) jeunesse et que vous aviez précédemment noté sur ces fameuses impressions gravées dans votre quasi subconscient peut s'avérer...foutrement...

Lire la critique

il y a 11 ans

154 j'aime

21

The Thing
Kowalski
10
The Thing

12 hommes enneigés

Bon, aujourd'hui, gros coup de folie, j'ai décidé de m'attaquer à du lourd, du très très lourd! Inconscient va! Je me lance dans la critique d'une des oeuvres figurant au top de mon panthéon...

Lire la critique

il y a 9 ans

144 j'aime

64

The Thing
DjeeVanCleef
10
The Thing

Antarctique 1982

Où Plissken a encore ses deux yeux et porte une barbe d'Ayatollah. Deuxième adaptation d'un film d'Howard Hawks par John Carpenter après son «Assault on Precinct 13» qui pompait dans l’allégresse le...

Lire la critique

il y a 8 ans

128 j'aime

31

Gravity
real_folk_blues
5
Gravity

2013 L'odysée de l'espèce di counasse...

Évidemment, un pauvre connard cynique comme moi ne pouvait pas ne pas trouver son mot à redire. Évidemment, si je devais me faire une idée de la qualité du truc au buzz qu’il suscite, deux options...

Lire la critique

il y a 8 ans

284 j'aime

121

Divergente
real_folk_blues
1
Divergente

Dix verges hantent ces lignes...

Ça fait un moment que j’ai pas ouvert ma gueule par ici. J’aurais pu faire un come back de poète en disant de bien belles choses sur Moonrise Kingdom, vu récemment ; mais non. Fallait que ça...

Lire la critique

il y a 8 ans

270 j'aime

92

Upside Down
real_folk_blues
2
Upside Down

De quoi se retourner dans sa tombe...

J’ai trouvé une formule tirée de ce film à la rigueur scientifique inégalable : Bouillie numérique + histoire d’amour = Twilight. Je soustrait les poils de Taylor Lautner et je rajoute des abeilles...

Lire la critique

il y a 9 ans

242 j'aime

39