Absolver, ou, la flamme mourante.

Avis sur Absolver sur PC

Avatar Quentin Verdiere
Test publié par le
Version PC

Comme la subtilité du titre a pu vous le faire comprendre, après d'intenses réflexions sur la façon d'aborder cette critique, j'ai décidé de miser sur l'originalité et de d'effectuer un parallèle avec Dark Souls; d'abord parce que j'ai lu énormément de gens effectuer des raccourcis pas très fins entre ce jeu et la trilogie des Souls et que je tenais a remettre les pendules a l'heure, ensuite parce que certains raccourcis sont légitimes, et enfin parce que ma pratique intensives des titres cités ci-dessus me permet d'être a l'aise avec cette gymnastique.

Commençons par le commencement, qu'est Absolver? Absolver est un jeu de baston en ligne, agrémenté de mécaniques de jeux de rôle et emballé dans une histoire nébuleuse mais non sans charme. Description vague si il en est, c'est pourquoi je vais sans plus tarder m'expliquer en passant a la partie gameplay.

Une fois sorti de la zone de tutoriel le gameplay consiste a passer d'une zone a une autre afin d'y battre les boss et minis boss et de pouvoir, a terme, débloquer la dernière zone et le dernier boss. Les zones étant fourrées de personnages non amicaux, voir hostiles, et les boss ne se laissant pas battre la couenne sans broncher, il faudra en venir aux mains, le cœur du jeu. Une attaque est effectuée de deux façons: en pressant la touche d'attaque de base, ou la touche d'attaque alternative. Deux attaques seulement, c'est pauvre me direz-vous, et bien c'est largement de quoi perdre le débutant, en effet, les combattants peuvent librement choisir entre quatre gardes (avant droite/gauche et arrière droite/gauche), chacune menant donc a deux mouvements initiaux possibles, je dis bien initiaux car chaque garde ne possède qu'une attaque alternative mais peut enchaîner jusqu'à quatre attaques "normales" différentes. Si le système semble encore trop simple, sachez qu'une attaque commençant dans une garde peut finir dans une autre, ainsi, il est possible de commencer un enchaînement en garde avant droite, effectuer une attaque alternative au beau milieu de cette enchaînement qui finira en garde arrière gauche et continuer sur l'enchaînement d'une garde qui peut faire de même. Ajoutez a cela que le joueur doit gérer son endurance afin de ne pas être puni en ne pouvant plus effectuer ni attaques ni blocages, que différents styles existent proposant tous des mécanismes de défense différents, et que les enchaînement sont tous personnalisables par le joueur et j'en passe, et vous obtenez un système de combat d'une très grande complexité et profondeur. En fait une telle complexité que l’entièreté de votre périple suffira a peine a en maîtriser les bases, mais on y viendra plus tard.

Si l'on peut déjà affirmer que le système de combat d'Absolver est incomparable de par sa profondeur a celui des Souls, ce n'est pas le cas de ses mécaniques de jeu de rôle, en battant ses adversaires, le personnage gagnera de l'expérience faisant monter ses niveaux afin d'augmenter ses attributs, force, agilité, volonté, etc. ce qui octroiera des bonus de dégât, santé et autre, afin d'avoir l'ascendant sur ses prochains adversaires, il est également possible de ramasser des pièces d'équipement possédant différents attributs, mais pour des raisons que j'évoquerai plus tard, ce n'est pas ce qui fait la force du titre.

J'ai laissé de côté quelques mécaniques importantes de façon délibérée, en effet, il est temps de parler de sujets qui fâchent, de ce qui fait la force de ce titre et de ce qui, au-delà de son gameplay, fait d'Absolver cet anti Dark Souls. Malgré ce que les développeurs ont martelé tout au long de leur campagne, je continue a voir des gens se plaindre de la "campagne" de Absolver. Courte, répétitive, sans enjeu, dénuée de grandiose et de spectacle. Et bien ces reproches sont faits a raison, la campagne de Absolver ne partage des Souls que la narration nébuleuse de son univers et les commentaires mystérieux des différents personnages qui le peuple, a noter que l'univers est par contre aussi intéressant a découvrir et sa mythologie a interpréter que celle des Souls.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 247 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Quentin Verdiere Absolver