Avis sur

Assassin's Creed II sur PlayStation 3 par FlyingMan

Avatar FlyingMan
Test publié par le
Version PlayStation 3

Assassin's Creed, clap deuxième ! Après un premier épisode à oublier par manque de fond, Ubisoft nous ressert une suite qui ne passe pas cette fois inaperçu. Ils ont entendu les critiques et les efforts sont énormes. Après l'époque de la IIIe Croisade, place ici à l'Italie du XVe siècle. Et encore une fois, c'est magnifique. On assiste à la naissance de notre héros, Enzio et on le rejoint à son adolescence. On découvre Florence. Son ambiance. Les aptitudes du personnage. On regrettera vite cependant qu'aucune simplification n'a été fait dans les commandes. Il faudra un petit temps d'adaptation pour s'habituer. Mais on regrettera surtout que rien n'a été amélioré pour l'escalade encore une fois. Face à une impossibilité de grimper, et si vous avez eu le malheur de garder le bouton "grimper" appuyé, Enzio ne trouvera rien d'autre comme idée que de faire demi-tour et sauter bêtement dans le vide. Quand on voit la qualité de ces commandes, quasi innées, dans un soft comme Uncharted, on se dit qu'ils auraient vraiment pu faire un effort. Malgré tout, grimper sur les façades, dans la basilique Saint-Marc ou courir sur les tuiles des toits vénitiens est jubilatoire. On admire bouche bée. L'IA des ennemis est assez limité encore une fois, mourant instantanément en tombant à l'eau par exemple. Heureusement, les missions sont de qualités et s'enchainent avec plaisir. On se retrouve dans la magnifique Venise à l'époque de son Carnaval. On rencontre le grand Leonard de Vinci qui nous fait tester sa machine volante et on devient par la même occasion, le premier homme à voler. L'univers est riche et vaste. On se demanderait pourquoi l'histoire principale se boucle finalement en moins de 12 petites heures. Ce qui reste pour le moins correcte. L'histoire se passe sans trop de difficultés. On recommence rarement (voire jamais) les missions. Sans doute trop facile. N'hésitez pas à faire comme moi en évitant le plus possible le forgeron qui améliorera votre armure et armes sous peine de voir enchainer les séquences encore plus facilement.

Et puis on arrive à la séquence 11. On revient dans l'animus et on vous y renvoi en vous disant que certaines données posent problèmes et on vous fait sauter 3 années. Vous voilà à la séquence 14. Sur le moment on se dit "ah d'accord, bah c'est l'histoire, we'll see". Puis je me demande, "pourquoi ils ont appelés alors séquence 14 et pas tout de suite 12?". On se renseigne et... Oh la séquence 12 et 13 est disponible en téléchargement payant comme par hasard. Mais bien sur ! Confrontation frontale avec les durs réalités de l'horrible monde du jeux-video actuel. Je ne supporte pas cette manière de faire raquer les joueurs. Comme si 60€ pour un jeu ne suffisait pas. Je sanctionne sévèrement ce genre de mentalité.
Bref si l'histoire principale a fait du chemin depuis l'épisode précédent, il lui reste à être encore un peu plus généreux à l'avenir.

Malgré tout cela, on prend son pied, et on continue n'importe quoi pour pouvoir continuer à baigner dans une telle ambiance. Surtout que, étonnement, à l'inverse d'un jeu Rockstar par exemple, l'histoire principale ne vous fait pas passer dans les moindres recoins. Des quartiers vous restent encore à découvrir. On part donc à la chasse aux glyphes, aux plumes et tout le toutim. Tout est bon pour prolonger le plaisir. On se surprend même à terminer le jeu à 100% alors que ca ne m'arrive jamais. Une vingtaine d'heure vous suffira amplement à faire le tour. Et c'est dommage parce qu'on a vraiment envie d'y retourner.

Le cœur me dit 9/10, la raison 7. Je lui mets donc 8.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 261 fois
3 apprécient · 1 n'apprécie pas

FlyingMan a ajouté ce jeu à 4 listes Assassin's Creed II

Autres actions de FlyingMan Assassin's Creed II