Piratage creed (Gros risque de SPOIL)

Avis sur Assassin's Creed IV: Black Flag sur Xbox 360

Avatar Raoktr
Test publié par le
Version Xbox 360

Cela va faire une semaine durant laquelle je n'ai pas contrôler les mouvements d'un assassin. Tout en fumant clope sur clope, je sens que je suis en état de manque. Surtout que la fin d'Assassin's creed III m'aura laissé sur ma faim, ou du moins avec plus de question que de réponse.
Je file donc dans le magasin spécialisé le plus proche. Pas de Black Flag dans les rayons d'occasions. Je me retourne vers la catégorie neuf et là Black Flag trône en tête des ventes et est donc encore trop chère pour ma bourse. Je craque et miracle la caisse bug et je me retrouve à payer le quart du prix.

C'est donc heureux que je m'en retourne chez moi et commence une partie d'Assassin's Creed IV : Black Flag.

Le jeu se différencie de ces prédécesseurs dans le sens où il commence directement dans le passé. Pas de prélude ou d'explication dans le présent. Je trouve ça dommage, mais passons.
Les graphismes sont beau même sur 360 et les jeux de lumière sur l'eau sont époustouflants. Les longs chargements sont de l'histoire ancienne.

On joue Edward Kenway, le père d'Haytham et le grand père de Connor, capitaine d'un vaisseau corsaire appelé le Jackdaw. La cinématique du début est géniale et il est jouissif de jouer un pirate, de se faire annihiler par un Man'o War ou d'entrer dans un combat naval acharné en pleine tempête. Black Flag à tout pour être le meilleur opus de la saga surtout que trop peu de film/jeux sont sortit sur le thème de la piraterie. Pourtant, j'ai trouvé que cet opus n'est qu'un condensé de ce qui à marché dans les précédents opus et qu'Ubisoft à bâclé ce qui aurait put être le meilleur jeu de l'année. Je m'explique.

- Au niveau des armes ont retrouve la dague à corde (AC3) et la sarbacane (AC3 Lib). Si la sarbacane explique son apparition dans le scénario, la dague à corde, quant à elle, apparait vers la fin du jeu comme un cheveu sur la soupe du style : "Ah au fait, tu es trop fort, mais je te file des dagues à corde". Pour moi ils l'ont rajouté parce que cette arme à plut dans AC3.
- Si on pousse l'analyse sur ce point de vue, le thème de la piraterie à put être lancé seulement parce que nous avons tous adorer naviguer sur l'aquila. De là à en faire un opus exclusif.
- Je ne vous cache pas que j'ai adoré naviguer dans les caraïbes, mais la licence Assassin's Creed n'est devenu qu'un prétexte. Alors oui, on chasse du templier et oui nous avons une tenue d'Assassin. Mais Edward est tiraillé entre son intérêt pour l'or et sa morale qui lui dit de suivre les Assassins. En soit ce rite initiatique est une idée intéressante, si ce n'est qu'il dur bien trop longtemps et au final Edward est pirate durant 80% du jeu puis ne deviens vraiment assassin que pour les 20% restant. J'aurais aimé qu'à la moitié du jeu Edward devienne cet assassin pirate que nous avait promis le trailer.

Mis à part cela, Black Flag est un très bon opus avec très peu de défauts. Comme à l'habitude des personnages principaux d'Assassin's Creed, le personnage d'Edward est réussi (un petit mélange d'Ezio et d'Haytham réussi). J'ai adoré rencontrer Barbe Noire, ainsi que les autres grands pirates de l'époque.

Quant à l'histoire dans le présent, pas assez poussée et trop répétitive à mon goût, elle ne fait office que de message entre les développeurs et le joueurs. Message qui dit : "Voyez encore tout ce qu'on peut faire, certes la saga Desmond est terminer, mais nous avons encore pleins d'idée". Notamment l'échange d'e-mail pirater où il est noté :

" Lignée paternelle du sujet 17 :
- 15ème siècle - Renaissance Italienne (Ezio)
- 16ème siècle - Empire Ottoman
- 18ème siècle - Colonies Américaine/Guerre d'indépendance (Edward, Haytham, Connor)
- 19ème siècle - Nouvelle-Angleterre et Middle West Américain.

Lignée maternelle du sujet 17 :
- 12ème siècle - Terre-sainte/Croisades (Altaïr)
- 13ème siècle - Égypte et Afrique du Nord
- 14ème siècle - Shogunat d'Ashikaga (Japon)
- 18ème siècle - Révolution Française (surement Arno)
- 19ème siècle - Guerres Napoléoniennes, Taiwan
- 20ème siècle - "Summer of Love", côte ouest américaine."

Je conclurais en disant que Black Flag est réussi si, comme je le pense, Ubisoft a sortit cet opus pour nous faire patienter en attendant Unity. Mais en tant qu'opus à part entière, Assassin's creed IV Black Flag n'est pas fou.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 522 fois
Aucun vote pour le moment

Raoktr a ajouté ce jeu à 1 liste Assassin's Creed IV: Black Flag

Autres actions de Raoktr Assassin's Creed IV: Black Flag