Bleu, blanc, rouge... Je suis François le Français !

Avis sur Assassin's Creed : Unity sur PC

Avatar XanK
Test publié par le
Version PC

Ce jeu signe pour moi la découverte de l'univers Assassin's Creed. Déjà Black Flag me faisait envie mais pas assez pour que je le prenne, Ubisoft réussit à me faire craquer avec Unity.

Il faut dire que pour nous, Français, l'époque voulue nous correspond parfaitement puisqu'il s'agit ni plus ni moins de notre révolution. Celle où bon nombre de têtes plus ou moins importantes sont tombées.
Mais ce n'est pas la peine pour autant de dire des conneries du genre "Hey mais Napoléon il n'a jamais dit ça !", "Ooooh mais pourquoi Robespierre il fait ça ? C'est faux !" car ce n'est qu'un jeu. Un jeu ! Même si Ubisoft a su utiliser les noms des personnages historiques liés à cette époque et que le scénario se base sur un fond véridique n'oublions pas qu'il n'en est pas moins fabulé.

L'équipe a su nous pondre un Paris de 1789 à l'architecture reconnaissable et avec une forte connaissance historique ainsi que des détails vrais qui donne une agréable sensation (que cela concerne les vêtements/uniformes ou même les tableaux) mais a fait la même erreur reconnue avec Watch_Dogs auparavant, à savoir mettre en avant des vidéos d'une qualité magnifique pour que les joueurs se rendent compte que ce n'était que mensonge une fois devant le jeu. Alors attention il n'est pas extrêmement dégueulasse non plus mais on passe de décors somptueux (comme l'intérieur de la cathédrale) à des passages en ville dans lesquels on remarque des textures aux allures de brouillon ou encore des lignes blanches séparant des textures. C'est moins flagrant que pour Watch_Dogs mais quand on possède un très bon PC capable de faire tourner le tout en ultra ce n'est pas pour s'apercevoir que c'est moins beau que sur les vidéos. Et heureusement il est possible via les options d'obtenir un contrôle sur le reflet de toutes les reliures d'or en jeu (comme les cadres des tableaux, les finitions dans les maisons bourgeoises) car sans ça ces dites reliures vous frappent la gueule si fort que vos yeux se révoltent eux aussi.
Ce qui rattrape tout ça c'est que la carte est vivante, grande, entièrement ouverte et pleine de quêtes et activités secondaires augmentant la durée de vie du jeu. Venez en aide aux citoyens, baladez-vous sur les toits, traversez les maisons en guise de raccourcis (elles ne sont pas toutes ouvertes, rêvez pas), ouvrez tous les coffres disséminés dans la ville, refaites les missions afin d'obtenir les objets cachés et faire les objectifs secondaires et j'en passe... L'escalade est possible sur tout ce que vous voulez (exception faite de certaines branches d'arbres), qu'il s'agisse d'une simple maison ou de la cathédrale Notre-Dame mais on remarque que certains passages étroits entre deux toits pourtant accessibles ne peuvent être engagés. Peut-être s'agit-il d'un simple bug.

Car des bugs, il y en a. À la pelle. Un PNJ qui s'envole mystérieusement, une conversation quasi inaudible alors que vous êtes juste à côté du type qui parle, le jeu qui crash quand vous achetez des choses, votre personnage qui se bloque sur un petit objet, le combat dans lequel vous ne pouvez donner ou recevoir des coups, un PNJ que vous devez suivre qui devient invisible... Tout ça concerne ma seule expérience pour le moment. Je vous invite à voir quelques vidéos de joueurs sur des bugs tellement énormes que ça en force une admiration malsaine.

Et ces incohérences... Je vous présente Arno Dorian qui ignore encore qui sont les Assassins et les Templiers mais qui pourtant s'étonne quand il apprend que telle personne en était un, se bat déjà comme un diable et saute comme un cabri tout en utilisant une vision de l'aigle qui sort d'on ne sait où (sauf si on connaît déjà l'univers Assassin's Creed, on est d'accord). Puis par hasard vous rencontrez un maître assassin, rejoignez la confrérie et enchainez les missions sans trop comprendre ce qui se passe car on ne vous dit rien malgré que vous puissiez entendre certaines choses qui semblent importantes mais qui ne s'agrémentent pas de détails car ça rentre et sort de la conversation d'un coup, comme si de rien était... Vous avez soif de vengeance concernant une personne que vous n'avez vu qu'une fois, dont vous ne connaissez rien pourtant votre personnage, lui, connaît son nom...
Ajoutez à ça des retours dans le présent (car oui, l'assassin ce n'est pas vous, c'est un souvenir que vous vivez grâce à une machine trop bien) et des failles temporelles qui cassent votre immersion ainsi que votre envie de reprendre l'histoire et voilà, vous ne comprenez rien.
Mais même si la mise en place du scénario laisse à désirer on prend plaisir à suivre la trame principale et à mener nos missions à bien grâce à une liberté d'action totale permettant d'agir de la façon que l'on veut, le tout sur une bande-son de qualité.

Heureusement le jeu a quand même quelques petits trucs intéressants comme la personnalisation du personnage qui est une première. Vous avez un large choix de vêtements à acheter (avec l'argent obtenu via les missions ou sur les dépouilles de vos victimes) ou débloquer ayant chacun des statistiques différentes vous permettant de vous faire votre propre style de jeu, même chose concernant les armes qui en plus ont des animations d’exécutions différentes qui sont toutes très classe. Pour les fans sachez qu'il est possible d'obtenir les tenues des assassins jouables dans les précédents jeux. Il est aussi possible d'améliorer les compétences du personnage via un système de points identique à celui d'un RPG. Préfèrerez-vous être un adepte de la furtivité ? Un professionnel du combat au corps-à-corps ? Ou encore un foutu tank à l'armure lourde et à la barre de vie interminable ?
Choisissez bien, ça peut vous être utile durant vos missions en coopération car à l'instar des précédents jeux proposant seulement un mode joueurs contre joueurs ici c'est le contraire, seule l'entraide est de mise.
Vous avez accès à des missions spéciales et répétables (hors de la trame principale) qui permettent des parties à plusieurs. À quatre, précisément. Le déroulement est bateau, telle chose se passe, votre objectif sera de faire ceci ou cela. C'est à vous et à vos camarades de combattre ensemble et d'établir votre tactique.
Avancerez-vous tous ensemble ou vous éparpillerez-vous ? La liberté d'action est totale pour un plaisir accrue. La coop est pour moi le gros point positif du jeu.

Concernant la difficulté, merci de ne pas croire ce qu'on vous dit partout.
Les combats ne sont PAS difficiles. Le timing est la clé, rien de plus. La sensation de challenge est présente seulement car les coups reçus font mal (particulièrement les balles). Si vous parez et esquivez, que vous soyez contre deux ou cinq ennemis, il n'y a rien d'impossible.
Mais il vous sera impossible de fuir en escaladant tant que vos ennemis ont un œil sur vous car une balle vous fera obligatoirement tomber. Il est préférable d'utiliser une cachette, de vous fondre dans la foule (qui est UNE promesse tenue par Ubisoft, le nombre de PNJ à l'écran est hallucinant), l'utilisation d'une de vos compétences ou encore le système de cover que le jeu introduit pour disparaitre tranquillement. Ce qui n'est pas plus mal car ça force le système de furtivité qui je trouve est essentiel pour faire un bon assassin.

Par contre, même si ça me fait mal de vous dire ça, privilégiez la manette aux clavier/souris...

Cette critique ne comprend PAS le DLC "Dead Kings".

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2361 fois
15 apprécient · 3 n'apprécient pas

XanK a ajouté ce jeu à 1 liste Assassin's Creed : Unity

Autres actions de XanK Assassin's Creed : Unity