👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Le baptême rend fou ? .... Le baptême rend fou ? Allo ? Allo ?

J'ai adoré le premier Bioshock. Le jeu avait un but, les protagonistes avaient un sens, le twist était énorme. Les personnages avaient un fond, un background, agissaient pour atteindre un idéal....

Je viens de finir Bioshock Infinite. Mais...mais c'est creux comme conclusion ! Centré sur soi ! La conclusion est fine, super bien présentée, mais c'est NUL ! Le scénario... quelle morale doit-on en tirer ? Le jeu part dans un délire de voyages temporels et dans des dimensions parallèles sur lesquels TOUTE l'aventure repose. A assiste au conte d'un gars qui cherche et se connaître.

Ok c'est complexe, bravo ! Bravo ! Bravo ! Mais POURQUOI Comstock est-il si TARÉ ? Il n'y a aucun sens ! Le baptême rend fou ? .... Le baptême rend fou ? Allo ? Allo ?

Il y a des gens qui sont fiers parce qu'ils ont compris le twist final, qui est Booker Dewitt, que signifie AD, qui est véritablement Elisabeth... Et alors ! C'est compliqué mais c'est nul ! Il est où le cheminement vers un but ?

C'est quoi tout se délire du baptême (ça peut laver le cerveau ???) et comment ça peut donner quelqu'un d'aussi taré que Comstock ? Rien n'explique pourquoi Comstock est aussi fou et détestable (sachant qui il est à la base, ya un monde !).

En deux mots, le jeu, c'est l'histoire d'une femme. Et il y a un taré qui la veut. 15 heures de jeu construits à partir de MULTIVERSES et VOYAGES TEMPORELS ! Il y a juste à comprendre comment le jeu joue avec ces deux notions. Ça philosophe pas mal, c'est cool, j'aime bien philosopher, mais pas comme ça, non.

Les Vox Populi, cool ! Mais bon ça part en cacahuète après, avec les voyages temporels :/ Ils font n'importe quoi ! C'est triste et sa fait culpabiliser le joueur...

A part ça, le jeu est irréprochable tant graphiquement qu'au niveau musical ou du gameplay (qui a tout de même quelques points faibles). Inférieur au premier Bioshock, mais très fin et plutôt agréable à jouer. Certains passages sont plus un corvée qu'autre chose (combats contre l'esprit/fantôme mal orchestrés grrr).

Ça y est je me sens mieux. Discutons.
http://www.youtube.com/user/Erzitomator?feature=mhee
Duckblade
8
Écrit par

il y a 9 ans

BioShock Infinite
PekJB
10

Elizabeth no yûutsu.

Chers amis je suis ému. Emu car mes sens et mon intelligence sont témoins d'un exploit créatif rare. Celui de voir un jeu, dont le genre est le plus représenté toutes plateformes confondues depuis...

Lire la critique

il y a 9 ans

131 j'aime

10

BioShock Infinite
Prodigy
9

Critique de BioShock Infinite par Prodigy

MICRO SPOILERS MAIS SPOILERS QUAND MEME. Ne pas lire si vous n'avez pas fini le jeu. Bon, 24 heures après l'avoir fini, après moult cogitationnements, j'ose le 9. Culotté, le mec. Pourtant, je...

Lire la critique

il y a 9 ans

89 j'aime

8

BioShock Infinite
facaw
9

Confessions d'un "fanboy"

Non, Votre Honneur au risque de vous décevoir, je ne suis pas un de ces illuminés qui hurlait au prochain "GOTY" ni au messie suite à l'annonce du jeu. Pas même après le visionnage de trailers où...

Lire la critique

il y a 9 ans

83 j'aime

14

Metro 2033
Duckblade
8
Metro 2033

Critique de Metro 2033 par Duckblade

Dans les grandes lignes : Le hud est très discret, et presque toutes les informations dont vous avez besoin peuvent être trouvées directement in-game, ce qui est très sympathique. Les armes que...

Lire la critique

il y a 9 ans

1 j'aime

Overlord
Duckblade
9
Overlord

Critique de Overlord par Duckblade

(Test disponible en vidéo à l'adresse suivante : http://www.youtube.com/watch?v=Q1_gQxP8QqQ) Le début du jeu commence alors que vous vous éveillez de votre prison, secourus par vos vaillants minions...

Lire la critique

il y a 9 ans

1 j'aime

BioShock Infinite
Duckblade
8

Le baptême rend fou ? .... Le baptême rend fou ? Allo ? Allo ?

J'ai adoré le premier Bioshock. Le jeu avait un but, les protagonistes avaient un sens, le twist était énorme. Les personnages avaient un fond, un background, agissaient pour atteindre un...

Lire la critique

il y a 9 ans