👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

"Please the fucking gods of metal, man."

Il y a plus d'un an, on m'a présenté un jeu de rêve qui, malheureusement, n'existait que sur Xbox 360 et PS3... jusqu'à récemment. Car depuis, il est sorti sur PC, me permettant d'y jouer.
Il s'agit d'un jeu-vidéo sur le heavy metal répondant au doux nom de "Brütal legend" ; rien que le nom a de quoi charmer, avec en plus de ça ces trémas qui évoquent Motörhead ou Mötley crüe.
L'histoire est celle d'Eddy Riggs, un roadie doublé par Jack Black, l'un des meilleurs à faire ce qu'il fait. Il a le metal dans le sang, mais il est au service d'un groupe qui s'adresse aux pré-ados et qui dénature le rock.
Suite à un accident sur un concert, Eddy meurt, mais le sang qui se déverse dans sa boucle de ceinture à l'effigie d'Ormagöden éveille ce titan, qui le transporte dans un monde qui incarne le heavy metal, façonné selon l'imagerie épique des covers d'album.
Le joueur y est accueilli par Children of the grave de Black sabbath, et doit tuer des démons en robe de bure (comme quoi l’habit ne fait pas le moine), armé d’une hache et d’une guitare aux riffs littéralement électriques. Et au fur et à mesure du jeu, on peut améliorer ses armes, notre costume, notre véhicule, pour qu’ils soient encore plus destroy.
En bref : ce jeu est un rêve. Et encore, je suis loin de m’y connaître en metal…

En plus de tout ça, il y a beaucoup d’humour, toujours en rapport avec l’univers qui nous intéresse : démons, hot girls, et "decapitatioooooon" !
Parmi nos alliés, on peut compter les "headbangers", des humains à la tête démesurée qui, avant qu’on ne les libère de leur esclavage, s’en servent pour frapper la roche dans des mines. C’est à la fois hilarant et super pour façonner cet univers où tous les éléments touchant au rock ont une fonction.
Les maquillages façon Kiss deviennent des peintures tribales, ce que Jack Black appelait des "facemelters" dans School of rock servent à vraiment faire fondre des visages, …
Et le jeu s’en prend même, judicieusement, aux emos ; quel plaisir.
Les XP gagnés prennent la forme de "tributs des dieux", qui ne sont autres que des briquets levés au ciel.
Lemmy, grâce à un jeu de mot avec son nom, devient le "Kill master", un grand guérisseur, et Ozzy Osbourne quant à lui devient le Gardien du métal.
Parmi les autres invités prestigieux qui occupent une place dans le jeu, il y a Lita Ford, Rob Halford (l’association de leurs noms donne le personnage de Lita Halford), Tim Curry et Kyle Gass.
Le choix des chansons qui passent durant certaines séquences est parfois aussi judicieux que l’attribution des rôles : "Her ghost in the fog" dans un combat contre les goths, "Super beast" lors de l’affrontement final contre les démons, et "Mr Crowley" dans un flashback au découpage pensé de sorte à ce que la chanson convienne à la perfection.

Le jeu en lui-même est très didactique, et très simple, voire trop. Lors de l’échappée en voiture au début par exemple, les dialogues des personnages nous disent où on doit aller pour éviter les trous sur la route (Ophelia qui crie "A droite !", à l’intention d’Eddie), ou ce qu’il faut faire pour tuer un monstre.
On ne connaît pas de réelles difficultés, si ce n’est lors de certains combats de type "concert" où, en mode normal, il faut peut-être échouer une fois avant de réussir, juste une fois. Par contre, les courses en voiture, à part en faisant exprès, je ne vois pas comment les perdre, on distance notre concurrent juste après la ligne de départ.
Du côté du gameplay, il y a quelques idées sympas, comme ces clignotants sur la voiture qui indiquent le chemin qu’on doit emprunter ; ça change des indications de type "GPS" qu’on trouve notamment dans les GTA-like.
Quand on doit faire des incantations avec des riffs, on a une petite phase "guitar hero" où il faut appuyer sur les bonnes touches. On remarque que le jeu est ainsi très varié, c’est un hybride de plusieurs types de gameplays.
Par contre, un gros manque, c’est la présence d’une barre de vie !
Les combats manquent aussi de clareté pour la plupart, quand il y a trop de personnages à l’écran, on ne sait pas forcément ce qu’on fait, et de plus les paroles se chevauchent. Et dans la version sous-titrée, toutes les paroles sont retranscrites, donc de ce côté-là ça devient facilement chaotique.
C’est une des choses qui rend les affrontements en concert laborieux, et plus on avance dans le jeu et plus ils sont longs et moins funs. C’est pourtant sur ces phases du jeu qu’est basé le mode multijoueur !

Les décors sont magnifiques, non tant par la qualité des textures ou le graphisme en lui-même mais par leur inventivité et le fait qu’ils capturent si bien l’esprit du heavy metal, en l'alliant à d'autres influences. Il faut voir cette vidéo du directeur artistique, qui explique les inspirations visuelles du jeu, c’est fascinant :
http://www.jeuxvideo.com/videos-editeurs/0001/00019959/brutal-legend-playstation-3-ps3-le-monde-de-brutal-legend-00024108.htm
Par contre, il y a pas mal de petites erreurs d’animations, comme ces cheveux qui passent à travers les corps ; le jeu compte d’autres bugs ou détails mal pensés, comme lorsque cet banc-titre en début de mission bloque la visibilité alors même que la mission commence.

Après plusieurs heures, le jeu se montre un peu répétitif, il y a souvent le même type de mission qui revient, mais malgré tout à la fin du jeu, j’ai l’impression que tout s’est fini trop vite. Il y aurait eu plus à exploiter, à mon avis.
(en plus la fin est ridicule, Eddy a tout fait mais, parce qu’il est un simple roadie, il considère que ce n’est pas à lui que doivent revenir les honneurs, mais à son groupe ? Non, sérieusement ?).

A part ça, je me disais qu’il y a de nombreux films sur le metal, mais aucun avec un univers comme celui de Brütal legend. Ce serait awesome, même si je peux toujours rêver…
Fry3000
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les jeux qui font le plus rire

il y a 9 ans

5 commentaires

Brütal Legend
Raoh
7

If you're not into METÖL, YOU are not my FRIEND!

J'ai honte, j'ai jamais touché à un jeu de Schafer. Bah ouai mais le soucis c'est que les point n' clic ça me gonfle très rapidement, mais malgré cela je me dis souvent qu'il ne faut pas que je passe...

Lire la critique

il y a 11 ans

10 j'aime

7

Brütal Legend
SlaughterMass
9

Fear of the D

Aujourd'hui, on va parler d'un jeu de Tim Schafer qui sent bon la bière, le sang et le metal, Brutal Legend ! Dans Brutal Legend, vous incarnez Eddie Riggs, un roadie fan absolu de heavy metal qui...

Lire la critique

il y a 10 ans

8 j'aime

Brütal Legend
Karhmit
7

Roadie can't fail

Brütal Legend fait partie de ces jeux auxquels il faut excuser la technique pour vraiment savourer l'univers. Commençons par ce qui tâche. Le jeu associe un beat'em all simpliste (j'ai fini le jeu en...

Lire la critique

il y a 11 ans

6 j'aime

Breaking Bad
Fry3000
4
Breaking Bad

Le daron de la drogue

En dépit de tout le bien que je lisais ou entendais de toutes parts sur la série, c’est suite à la lecture, il y a presque deux ans, de la fameuse lettre totalement élogieuse d’Anthony Hopkins...

Lire la critique

il y a 7 ans

52 j'aime

60

Mr. Robot
Fry3000
4
Mr. Robot

L'hacker a ses raisons (Saison 1)

Spoilers ahead. Je suis du genre à me méfier des séries qui font le buzz ; ce n'est que lorsque l'enthousiasme des débuts retombe et que les avis sont plus variés qu'on peut se faire une meilleure...

Lire la critique

il y a 5 ans

51 j'aime

1

Couche-moi dans le sable et fais jaillir ton pétrole
Fry3000
1

Critique de Couche-moi dans le sable et fais jaillir ton pétrole par Wykydtron IV

"Couche-moi dans le sable et fais jaillir ton pétrole", voilà un titre plutôt "connu", mais si insolite que beaucoup doivent ignorer que ce film existe vraiment. Encore moins nombreux sont ceux qui...

Lire la critique

il y a 7 ans

48 j'aime

12