Remakeception

Avis sur Castlevania Chronicles sur PlayStation

Avatar imiduno
Test publié par le
Version PlayStation

Ceci est un remake d'un portage d'un remake de Castlevania. Il faut le savoir.

Ce Castlevania, sorti sur Sharp X68000 (un ordinateur japonais en vogue à l'époque), proposait un remake relativement libre du premier épisode. On y découvrait de nouveaux niveaux, des remixes et nouvelles pistes audio, une nouvelle introduction et, évidemment, des graphismes bien mieux réussis. Seulement ce titre n'est jamais sorti du Japon... Dommage.

En 2001, Konami ressort donc cet épisode dans un portage sur Playstation et l'appelle cette fois-ci Castlevania Chronicles. Pour l'occasion, ils vont même proposer deux modes : un Original et un Arranged. Comme son nom l'indique, l'Original n'est ni plus ni moins que le portage parfait de celui sorti sur X68000. La version Arranged dispose quant à elle de quelques légères modifications.

Bon du coup, maso que je suis, qu'est ce que je fais ? Les deux versions pardi ! Malheur, malheur...
Soyons clair d'entrée de jeu : cet épisode est ni plus ni moins que le plus dur de la série (Hunted Castle mis à part). C'est dit.
Du moins dans sa version originale. La version Arranged apporte quelques facilités bienvenues, heureusement car c'est le premier Castlevania que je n'ai pas terminé. Non, j'ai arrêté au quatrième niveau (sur huit). Les Game Over s’enchainaient à une vitesse folle et recommencer au début du niveau à chaque fois m'a juste rendu dingue. Le moindre pixel mal engagé est sanctionné par un coup diminuant d'un quart votre jauge de vie. Oui, un quart.
Un petit calcul mental s'impose alors : en quatre coups seulement, vous êtes mort.

silence

Vous avez quatre vies. En perdre une vous remet au début du stage (pas du niveau). Le Game Over, lui, vous remet au début du niveau, exactement comme dans Dracula's Curse.
Être touché quatre fois signifie la mort.
Je rappelle que les push-backs abusifs sont de la partie (et donc vous tombez très très souvent en dehors de votre plateforme), que les escaliers sont ultra mortels et que les boss sont extrêmement durs (passé les deux premiers niveaux). Ah et bien sûr, un paquet d'ennemis au pop aléatoire sont présents et ce, très souvent (je pense aux méduses, Fleaman et gargouilles).
Voilà, ça vous donne une petit idée de la galère dans laquelle vous vous lancez si vous vous attaquez à Castlevania X68k (c'est son petit nom). Foutrement plus dur que l'opus original.

Donc j'ai stoppé, oui.
Et j'ai recommencé la partie en mode Arranged, pour le terminer deux heures environ plus tard.

Qu'apporte cette version ? Pas grand chose à vrai dire, mais deux détails ont leur importance : le pushback est absent (si vous êtes touché, vous restez sur place) et vous pouvez choisir la difficulté entre easy, normal et hard. Le dernier choix proposant bien évidemment la difficulté de l'original, sans pushback.
Je suis parti sur du normal. Et là, bonheur, on ne meurt plus en quatre coups !
Bon, le jeu n'est pas facile, même dans ce cas là. Les pièges sont nombreux, les ennemis coriaces, les boss très durs et de nombreuses vies sont nécessaires pour apprendre tous les paterns/passages/astuces. Mais pour le coup, on se rapproche grandement de la difficulté de Castlevania NES. Et finies les morts débiles quand vous tombez d'une plateforme parce qu'une petite chauve-souris sournoise vous a fait faire un bond de deux mètres en arrière.

Pour le reste, les changements sont vraiment mineurs.
Graphiquement, seuls les sprites de Simon et Dracula ont été revus afin de mieux coller au nouveau design d'Ayami Kojima‍. En débutant ce jeu, je pensais sérieusement que tout le jeu avait été revu graphiquement. Mais non, c'est exactement le même que sur Sharp X68000. Décevant... Vraiment. Notons quand même une bande sonore comportant de nombreux remixes assez sympathiques (mais pas inoubliables).
Ah si, ils ont rajouté une introduction en images de synthèse (horrible) et une nouvelle fin (pareil, horrible). J'appelle ça le syndrome Final Fantasy VI Playstation. Des rajouts horribles et inutiles, histoire de dire qu'ils ont bossé ce "remake".

Enfin bref, le jeu est maintenant terminé. Vaut-il le coup ?
Oui, car l'expérience est tout de même bien différente de Castlevania NES. Les niveaux sont revus (en plus d'en comporter deux supplémentaires), de multiples clins d’œil à tous les épisodes sont présents (au niveau musical comme du bestiaire) et l'aventure est tout de même bien sympathique, notamment pour les boss. Il n'y a vraiment que la difficulté originale qui peut vraiment dégouter le joueur non prévenu. Mais dorénavant ajustable, on peut se jeter dedans sans problème, histoire de revivre un Castlevania à l'ancienne entre deux autres Metroïdvania.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 745 fois
3 apprécient

Autres actions de imiduno Castlevania Chronicles