Pourquoi tant de haine ?

Avis sur Dragon Age II sur PC

Avatar 0lympus
Test publié par le
Version PC

Tout d'abord, avant que vous ne lisiez cette critique, je me dois de vous prévenir. Elle a été écrite par un fanboy. C'est à Baldur's Gate II, Star Wars KOTOR et autre Mass Effect que je dois bon nombre de mes meilleurs souvenirs vidéoludiques. C'est donc tout naturellement que j'ai adoré Dragon Age Origins en 2009, qui marquait le retour attendu de BioWare à l'heroic-fantasy, bien que le titre ne soit pas exempt de défauts. Et c'est avec une certaine appréhension que j'attendais ce Dragon Age II qui me semblait bien pressé de sortir, après à peine un an de développement.

Malheureusement, on subit les effets de ce développement rapide imposé par EA pendant tout le jeu. Les décors sont très peu variés et réutilisés à toutes les sauces. Des décors qui manquent parfois de charme, et auquel on accède sans aucune transition. On n'a pas l'impression de voyager entre les zones, comme dans DAO. Et si ce dernier nous faisait voir du pays, la zone de jeu de Dragon Age II ne se compose que d'une seule ville et de ses alentours. Vraiment dommage. Et que dire des combats qui sont encore plus nombreux qu'avant et encore plus bourrins, à la difficulté artificiellement dopée par des spawns d'ennemis à la chaîne, parfois sans aucune cohérence. On constate aussi certains bugs d'IA qui peuvent s'avérer très gênants pour ceux qui jouent en difficile (problème qui sera corrigé par de futurs patchs ?). Les éléments de RPG se sont vu simplifiés et amputés de plusieurs points, à la manière de Mass Effect 2 par rapport à Mass Effect. Les compétences ont disparu, et on ne peux plus changer l'armure de nos compagnons. Graphiquement, le jeu reprend une version vaguement améliorée du moteur vieillissant de Dragon Age Origins. Pas moche, très propre, mais rien de transcendant. Dommage que le mode DirectX 11 soit si mal optimisé sur PC. Les doublages quant à eux, sont d'assez mauvaise qualité (en vo et surtout en vf), alors que ceux de DAO avaient fait l'objet du plus grand soin. Les quêtes annexes sont toujours aussi inintéressantes. Étrangement, les "finishers" qui contribuaient au charme du premier opus et apportaient une touche spectaculaire aux affrontements ont tout simplement disparu. D'autant plus étonnant pour un Dragon Age II qui cherche justement à verser dans le grand spectacle comme le prouve cette surenchère de gore abusif (il faut voir un mec se transformer en steak tartare après s'être pris une flèche pour comprendre de quoi je parle). On signalera enfin une durée de vie bien inférieure à celle du premier opus avec une fin qui arrive très vite (30 heures tout pile pour terminer le jeu en mode normal et en faisant toute les quêtes, pour ma part).

Mais malgré tous ses défauts je ne peux me résoudre à attribuer une mauvaise note à ce petit garnement. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'une fois passée l'inévitable déception du début de l'aventure, j'ai kiffé. On peut dire que Dragon Age II est atteint, dans une moindre mesure, du syndrome FF XIII. Le début du jeu est très laborieux, mais l'aventure devient captivante une fois passé cette étape. La qualité de la réalisation ne peut pas laisser de marbre. La mise en scène, le scénario aux multiples rebondissements, l'écriture des dialogues sont là pour nous le rappeler : on joue bel et bien à un jeu BioWare. Difficile d'en dire plus sans gâcher la surprise, mais le jeu est rempli de plusieurs trouvailles originales. Le système de narration en est une. L'histoire que l'on vit nous est contée par un nain mythomane ayant tendance à "légèrement" enjoliver les exploits du héros. Ceci permet aux scénaristes de s'en donner à cœur joie (bien que cela aurait pu être mieux exploité, à mon humble avis) et puis c'est marrant d'imaginer ce qu'il est en train de raconter pendant qu'on joue ("Ensuite on a buté une trentaine de mobs qui n'arrêtaient pas de spawn mais ils ont looté que du stuff de noob..."). Les personnages sont d'ailleurs très attachants (malgré le manque de charisme de certains) et leurs interactions sont toujours aussi amusantes. Comme dans les récentes productions BioWare, on est amené à prendre des choix tout au long de l'aventure, et à en subir les conséquences. L'import de sauvegarde permet en outre d'intégrer les choix qui ont été pris dans Dragon Age Origins et dans Awakening. Si cette fonctionnalité est un peu moins bien exploitée que dans Mass Effect 2 (en grande partie du au fait que l'on ne joue pas le même personnage que dans le 1 et qu'on ne visite pas les mêmes endroits), elle n'en reste pas moins appréciable. L'univers dark-fantasy de Dragon Age est toujours aussi intéressant malgré son certain manque d'originalité. Mais il parait moins générique qu'avant grâce à la nouvelle orientation artistique (par exemple, les elfes et les qunaris on des traits moins humains). Concernant le gameplay, je comprends qu'il déçoive. Mais une fois que l'on a accepté que Dragon Age II est bourrin, il se révèle plutôt fun à jouer. L'interface est un modèle d'ergonomie, et si la difficulté a été revue à la baisse, elle est toujours présente (je suis sûrement mauvais, mais en difficulté normale je suis mort un bon nombre de fois). Et si la dimension tactique des affrontement a été mise en retrait, elle est toujours présente elle aussi. Certains combats ne laissent pas le droit à l'erreur. Concernant le son, si l'on excepte la qualité des doublages dont j'ai déjà parlé, c'est du lourd. Les musiques mais aussi l'ambiance sonore générale sont de très bon niveau.

En conclusion : si vous recherchez un jeu de rôles tactique, ce n'est pas ce que vous trouverez. Mais si vous cherchez avant tout à vivre une aventure comme seul BioWare sait nous les conter, alors vous ne serez pas déçu. Dragon Age II aurait pu être meilleur, mais il ne mérite pas un tel acharnement. De nos jours, un jeu vidéo ce n'est pas que du gameplay. Au niveau de la réalisation et du scénario, Dragon Age II n'a rien à envier à son prédécesseur. Mais effectivement, quand on a joué que 20 minutes à la démo on ne peut pas s'en rendre compte. Alors oui, en mettant une bonne note à ce Dragon Age Mass Effectisé je cautionne ce jeu de rôles bourrin orienté grand public. Ça ne veut pas dire que je n'aime plus les jeux de rôles à l'ancienne. Et je comprends qu'on puisse ne pas aimer ce deuxième opus. Simplement je trouve crétin de descendre ce jeu sous prétexte qu'on en attendait un RPG old-school alors que BioWare avait annoncé la couleur il y a des mois. On a même eu droit a une démo jouable contenant le début du jeu ainsi qu'une partie du milieu pour bien nous montrer que le Dragon Age II était bourrin de bout en bout ! On ne nous a donc pas menti sur la marchandise. Et comme par enchantement (enchantement !) tout le monde semble avoir oublié que les principaux reproches qui étaient fait par les puristes à Dragon Age Origins était son trop grand nombre de combat, son orientation grand spectacle, son système de jeu très simple pour un RPG occidental (bien loin de la complexité des règles D&D utilisées par BioWare dans leurs premiers jeux)... et on accuse Dragon Age II de trahir la mémoire de son ancêtre alors qu'il ne fait que surenchérir (parfois maladroitement, c'est vrai). Si ce n'est pas de l'hypocrisie je ne sais pas ce que c'est. Quoi qu'il soit, Dragon Age II comporte trop de défauts pour être le jeu de rôles de l'année, trône qui reviendra, je l'espère, à The Witcher 2 vers qui tous les regards des rôlistes sont maintenant tournés.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 4495 fois
33 apprécient · 4 n'apprécient pas

Autres actions de 0lympus Dragon Age II