Hyrule sur tout ce qui bouge

Avis sur Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau sur Nintendo Switch

Avatar giantgeek
Test publié par le
Version Nintendo Switch

J'ai découvert le genre du Musô avec le premier épisode d'Hyrule Warriors sur Wii U, il y a de ça quelques années. Mon expérience avec le premier volet fut relativement agréable mais sans plus : grand adorateur de Zelda depuis OoT, le festin de fan-service offert par le jeu me nourrit goulûment le temps de quelques heures avant de devenir indigeste à force de trop grande quantité. Le scénario n'étant qu'un argument pour rassembler les personnages les plus appréciés de la licence, c'était sur le gameplay qu'il fallait rechercher le cœur du jeu. Celui-ci fonctionnait assez bien mais demeurait rapidement bien trop répétitif, même si j'avais déjà bien compris à l'époque que la répétitivité était le concept même du genre.

A l'annonce de l’Ere du Fléau, je n'attendais pas grand chose de ce nouveau Hyrule Warriors si ce n'est que j'étais intrigué par son contexte de préquelle au grandiose BotW. Mais cette fois, force est d'admettre que la recette est bien mieux maîtrisée que chez son prédécesseur !

Scénaristiquement tout d'abord, le jeu aux allures de prologue tient plus finalement de la relecture de l'univers établi par BotW que d'une véritable préquelle. Sans être incroyable, l'histoire surprendra l'amateur du jeu d'origine par son audacieux twist une fois parvenu à la moitié de l'aventure. De nombreuses cinématiques viennent ponctuer l'action, ce qui fera grand plaisir à ceux qui jugeaient que BotW n'en comportait que trop peu : d'autant que certaines action héroïques de l'hylien aux grandes oreilles sont admirablement chorégraphiés dans des instants de bravoures à déguster des yeux. Seul point noir au tableau : le "bad guy" qui nous est servi est aussi charismatique qu'un concombre de mer, et sa présence se résume à 3 lignes de dialogues durant toute l'aventure.

Sur la partie graphique, le jeu tient admirablement la même patte graphique que BotW et nous immerge (de nouveau) dans son monde à la fois épuré et chatoyant. Sur le plan technique, on constate des baisses de framerate lorsque l'action se fait trop soutenu, sans que cela ne rende l'action injouable non plus.

Mais l'essence de ce nouvel opus se trouve bel et bien dans son gameplay et son dynamisme ininterrompu : les personnages disposant chacun de leurs caractéristiques et compétences propres doivent parcourir la carte à la poursuite d'objectifs de bataille consistant généralement à affronter des boss en se frayant un chemin au travers de multitudes d'ennemis "chair à canon" que l'on pourfendra sans peine. Les combats de boss sont plus élaborés qu’auparavant, jouant sur l'esquive, la garde, le contre, la magie et autres pouvoirs directement importés de BotW. Même si on regrettera un bestiaire un peu redondant, on ne s’ennuie jamais dans ces affrontements épiques qui s’enchaînent à chaque nouvelle map. Il est possible de donner des indications à nos personnages pour les déplacer sur la carte avant d'en prendre possession à tout moment en fonction de nos objectifs. Enfin la dimension RPG du titre est bien présente à travers les nombreuses améliorations possibles pour nos héros, qu'il s'agisse de l'expérience accumulée lors de nos joutes ou des armes que l'on récupérera et optimisera pour mieux les équiper. Un nombre colossal de quêtes annexes demanderont de collecter divers matériaux au cours de nos missions pour upgrader les guerriers d'Hyrule. Pour terminer sur une note un peu moins enthousiasmante, je dirais que les séquences où l'on dirige les créatures divines, monstres gigantesques de puissance qui atomisent des armées entières, ne sont pas très intéressantes et cassent le rythme de l'aventure. On excusera tout de même les devs d'avoir voulu rendre possible pour les fans l'utilisation de ces machines de guerre qui symbolisent si bien le jeu originel.

L'Ere du Fléau est une réussite qui corrige les défauts du premier épisode grâce à un scénario bien plus accrocheur, des combats améliorés et une gestion générale des affrontements et de l'interface entre deux missions beaucoup plus ergonomique. Ce statut de préquelle qui n'en est pas vraiment une confère au titre une aura assez unique, et j'espère que cette collaboration entre Nintendo et Koeil Tecmo produira à l'avenir d'autres spin-off aussi audacieux.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 156 fois
1 apprécie

Autres actions de giantgeek Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau