EA Effect

Avis sur Mass Effect 3 sur PC

Avatar Reisei
Test publié par le
Version PC

Mass Effect 3 est le dernier épisode d’une trilogie déjà composée de deux excellents jeux alliant ambiance extraordinaire, scénario ambitieux et psychologie poussée des personnages. La logique aurait voulu qu’il en soit de même ici. Malheureusement, il n’en est rien.

(Spoil)

Globalement le gameplay n’a que peu évolué, et les rares modifications ne sont pas très convaincantes. La carte est très imprécise et il n’y a plus de grande carte représentant toute la zone avec précision, à part dans la Citadelle et le Normandy. La minicarte est quant à elle cachée et accessible uniquement en faisant MAJ. Le nouveau menu journal est complètement raté : il ne détaille plus les étapes de la mission, les lieux où l’on doit aller et on ne sait plus où l’on en est dans la réalisation de telle mission. À noter que la gestion du carburant du Normandy lors des déplacements sur la carte galactique est toujours aussi inutile.

Les missions sont assez décevantes sur certains points : plusieurs objectifs se répètent trop dans le jeu (désactiver deux appareils pendant qu’un de nos coéquipiers s’en va par exemple) et on est bien trop souvent tous seuls. Dans la dernière mission, toute la galaxie bataille mais on n’est toujours à trois (voire seul à la fin) alors que dans Mass Effect 2, tout l’équipage était impliqué dans la dernière mission qui était très tendue, ce qui n’est pas le cas là. Dès qu’il y a un PNJ allié sur le champ de bataille il est là pour s’effondrer lamentablement devant nous quand on arrive ou son véhicule se fait détruire, et les alliés arrivent systématiquement après la bataille. Certains passages sont d’ailleurs assez étranges (mission dans Lyoko, cauchemars de Shepard). Ajoutons à cela que Liara a tendance à mourir à répétition.

Les missions annexes sont réduites à leurs plus simple expression, il n’en existe que deux types : celle N7 où l’on chasse Cerberus (ces zones-là, qui sont fermées, forment une grande partie des cartes du mode multi), et celles de scan des planètes qui sont inintéressantes. Il n’y a quasiment plus aucune mission où l’on se balade dans la Citadelle, qui est d’ailleurs la seule ville du jeu, ce qui est décevant bien qu’elle soit beaucoup plus vaste que dans Mass Effect 2.

Le scénario est quant à lui toujours très prenant : de très nombreux grands moments concluent chaque étape du jeu et apportent une véritable conclusion aux diverses intrigues rencontrées précédemment (Krogans, Geths/Quariens, Moissonneurs). Le jeu comporte énormément de moments scénaristiques très marquants (la défaite des Quarriens et le suicide de Tali si l’on choisit d’aider les geths, la fin du génophage, la mort d’Anderson). Cela est toujours accompagné par d’excellents thèmes musicaux lors des cinématiques, qui sont cependant moins mémorables que ceux des précédents pendant les missions. Le jeu n’échappe malheureusement pas à certains poncifs scénaristiques (mort du gamin sous nos yeux, tous les personnages qui nous racontent « je déteste plus que jamais cette vilaine guerre ! »). De même, certaines évolutions semblent avoir été réalisées simplement pour attirer du débillos (Ashley devenue une bimbo…).

L’histoire use tout de même de quelques facilités : on rallie n’importe qui et fait arrêter des conflits millénaires en deux phrases avec la conciliation, le soudain amour de Shepard pour les geths alors qu’ils essayent de nous trucider depuis le début, ou le fait qu’en tuant vingt ennemis on sauve une planète et que l’armée de cette planète n’a pas été fichue de le faire.

Un scénario préparatoire avait fuité quelques mois avant la sortie, et force est de constater que devant l’ambition de ce-dernier EA a demandé aux développeurs de le simplifier afin de raccourcir le temps de développement (exit l’épique bataille finale). Ce choix se ressent dans la durée de vie ridicule du jeu (32h en faisant tout ce que j’ai trouvé et en prenant mon temps), largement plus court que le second par exemple. De même, il y a nettement moins de dialogues et d’options « enquêter » pour en savoir plus sur l’univers que précédemment. Les membres de l’équipage ne sont plus très bavards (notamment Ashley qui ne parle que pour nous dire « je suis contente que vous ayez exterminé tel type/espèce »). Au sujet des alliés, les relations avec l’équipage sont excellentes et donnent lieu à des scènes géniales bien que trop peu nombreuses (la scène de tir avec Garrus, la relation avec Liara, les pleurs à la fin si Shepard trépasse). Il y a d’ailleurs nettement moins de membres d’équipages qu’avant mais ils sont tous très intéressant (sauf Ashley que j’aurais du abandonner et sauver Kaidan à la place) et certaines races sont quasiment absentes du jeu (les hanaris, les elcors, les drells notamment).

EA a eu la brillante idée de demander à Bioware d’intégrer un mode multi à Mass Effect. L’idée n’était pas très aguichante sur papier, elle l’est également en pratique. Ce mode est assez ennuyeux et se limite à affronter des vagues d’ennemis pendant vingt minutes – car oui, il n’y a qu’un seul mode de jeu. Bon point : on peut choisir un certain nombre de classes de personnages (la classe soldat étant très peu efficace). On débute avec des armes médiocres et on pourra en obtenir de nouvelles en achetant des decks à la Yu-Gi-Oh – decks que l’on peut bien sûr payer avec du véritable argent…

Certainement conscient de la faiblesse de ce mode, EA a trouvé un moyen original de remplir les serveurs : la fin du jeu sera plus ou moins heureuse en fonction de notre score de préparation galactique. Nous pouvons faire monter ce-dernier en réalisant des missions annexes et en explorant l’univers. Cependant si l’on veut que Shepard survive, il est obligatoire de jouer au multi pour augmenter davantage la préparation ! Il ne suffit pas d’y jouer quelques heures un jour pour pouvoir ensuite avoir la bonne fin un autre jour puisque la préparation diminue quand on n’a pas joué au multi depuis x heures. Ajoutons à cela que le nombre de points de préparation obtenus à l’issue d’une partie multi va en diminuant. Cette pratique est tout simplement scandaleuse et mériterait un boycott des jeux de cet éditeur de merde. De plus la préparation est divisée en zones galactiques, que l’on doit donc toutes remplir, ce qui nous oblige à enchainer des parties sur les cartes d’une seule zone. Le jeu pense à nous car il aime nous envoyer jouer dans des zones différentes de celle qu’on lui a demandée. Pour clore le chapitre multi : la communauté est elle aussi très impliquée pour rendre ce jeu insupportable puisque les hôtes de partie se déconnectent en permanence.

Malheureusement le jeu souffre toujours, un an après sa sortie de très nombreux bogues particulièrement gênants : il arrive que d’un coup l’interface des armes devienne invisible, que l’interface de jeu ne réponde plus, que l’on rencontre des tourelles indestructibles (or étant donné qu’on ne peut progresser qu’après avoir détruit tous les ennemis, c’est un peu fâcheux). De plus, certains ennemis se cachent dans les murs, et comme dans les précédents il arrive que les alliés soient bloqués et on rencontre de très nombreux bogues graphiques et dans les dialogues. Il faut ajouter à cela un bogue étrange quant à la voix de Légion (visiblement, le filtre qui rend la voix robotique ne s’active pas tout le temps et il arrive que l’on entende la voix du doubleur non modifiée), des bogues de collision lors des tirs, l’équipement qui se vide avant certaines missions, le son qui se coupe parfois en multijoueur en ne laissant que le tchat, la carte qui indique des objectifs déjà faits et qui ne montre pas certains à faire ou personnes à rencontrer et une mission annexe qui semble planter (probablement car je n’avais pas fait le DLC du 2 avec Kasumi et que je ne connaissais donc pas le personnage qui intervenait dans la mission).

Le dernier niveau est assez linéaire : on enchaine des vagues d’ennemis tous les dix mètres avant d’arriver au choix final, sans même rencontrer de boss de fin. La fin du jeu a fait couler beaucoup d’encre et était effectivement médiocre. Cependant, la modification faite via un DLC gratuit la rend bien plus satisfaisante. Par contre dans le cas où Shepard survit, il aurait été sympa de pouvoir ensuite revenir sur le vaisseau pour parler une dernière fois avec nos coéquipiers. À noter que la fin étendue rajoute quelques incohérences (le Normandy qui parvient à se poser tranquillement devant l’Augure afin de récupérer nos coééquipiers, alors que l’Augure est en train de décimer toutes nos forces). L’animation de Shepard et d’Anderson pendant la dernière scène avec l’Homme Trouble est assez mauvaise d’ailleurs et certaines lignes de dialogue de Shepard pendant cette mission sont ridicules (« Hourra ! Oui monsieur ! »).

À mort EA qui a fait sortir une première fin bâclée, qui a fait disparaitre nombre de dialogues et de subtilités scénaristiques, qui a fait sortir un jeu court, bourré de bogues, dépossédé de ses missions annexes et qui a rendu le multi obligatoire. Dire que ce jeu aurait pu être presque parfait puisqu’il cumulait les aspects jeu de rôle et les enjeux du premier en mieux, la maniabilité et la richesse des personnages du deuxième et qu’il proposait la résolution de l’intrigue et les conséquences de nos choix des deux précédents. EA a persévéré en vendant en DLC sorti en même temps que le jeu un personnage clé (le DLC est sur le disque) et en sortant un Mass Effect Trilogy qui ne comprend presque aucun des DLC. Vivement que cet éditeur fasse faillite et que Take Two ou Bethesda rachètent BioWare Edmonton.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 266 fois
1 apprécie · 1 n'apprécie pas

Reisei a ajouté ce jeu à 3 listes Mass Effect 3

  • Jeux vidéo
    Cover Top 177 Jeux Vidéo

    Top 177 Jeux Vidéo

    Avec : Final Fantasy IX, Mass Effect 2, Super Mario Galaxy, Assassin's Creed Origins,

  • Jeux vidéo
    Illustration Top jeux finis en 2013

    Top jeux finis en 2013

    (ou MMO essayés) Objectif : 20 jeux. ✓ Atteint

  • Jeux vidéo
    Illustration Jeux en 2012

    Jeux en 2012

    Avec : Dishonored, Victoria II : A House Divided, Mass Effect 3, The Walking Dead : Saison 1,

Autres actions de Reisei Mass Effect 3