Y rejouer 17 ans plus tard...

Avis sur Paper Mario sur Wii

Avatar Ckai
Test publié par le
Version Wii

Vous vous souvenez, vous ? Quand vous étiez petit ? Se sentir grand en allant à l’encontre des parents en allumant sa console plus tard que prévu et passer des heures dessus quitte à ne pas assez dormir pour l’école le lendemain. Paper Mario était ce genre de jeu, peut être celui qui m’a fais apprécier les jeux vidéos parmi quelques autres, qui m’a ouvert à cet univers vidéoludique dont je me trouve encore aujourd’hui. Si je vous dis tout ça, c’est parce que j’ai « fais » ce jeu il y a environ 17 ans, même si mon temps de jeu dessus se résumait à regarder mon frère y jouer... Il y a quelques temps, je me suis souvenu de la console virtuelle de la Wii U qui proposait un catalogue riche en retro gaming et Paper Mario pour 10 euros ? Faute d'avoir paumé la cartouche quelque part et d'avoir une N64 qui marche une fois tous les deux mois... ces fêtes de fin d’année étaient donc accompagnées d’un souvenir de mon enfance fixé sur l'écran du gamepad.

Une niaiserie comme il en manque.

Une des premières choses qui m’a interpellé au début de l’aventure (et qui a d’ailleurs continué par la suite, mais c’est moins frappant quand on s’y habitue), c’est le lexique utilisé par les personnages qui fait très années 2000, enfantin et qui parait très grossier et surjoué. Je n’ai pas vraiment d’exemple à donner, car je n’ai rien noté, mais les dialogues sont loin d’être sérieux et sont presque toujours familier au point que le jeu entier à un côté très niais, bisounours qui reflète bien le publique visé par ce Mario fait de papier lors de sa sortie. Étonnement, c’est charmant. Parce que Nintendo a rendu accessible son jeu à tous, au gamin que j’étais qui rigolait pendant les échanges entre les protagonistes et qui trouvait l’ensemble du jeu assez dur et long comme au mec de 23 ans que je suis aujourd’hui qui se rend compte que cette facette nigaude n’a fait que contribuer au charisme de ce premier Paper Mario.

Mais évidemment, le refaire aujourd’hui c’est mieux voir ses défauts... quoique, il n’en a pas tant ! Si vous n’avez jamais fais les plus récents, Paper Mario est un RPG en tour par tour qui suit une recette assez simple et très amusante : Vous avez des PC (la vie), des PF (les points pour les attaques spéciales) et les PB (point badge dans ce jeu). A chaque niveau gagné, votre attaque, défense ou autres statistiques n’augmentent pas, mais vous avez le choix d’augmenter l’une de ces trois catégories. La décision joue quand même beaucoup, étant donné que les ennemis frappent vite plus fort, que grâce aux compagnons qu’on rencontre, les attaques spéciales sont de plus en plus pratique et que pour s’équiper de badge afin de débloquer de nouveaux coups pour Mario, il faut avoir un maximum de point badge. En combat, c'est très rythmé et appréciable, vous devrez apprendre le timing des coups ennemis pour vous protéger et même pour attaquer avec vos différentes attaques. Rien de plus à ajouter, car c'est assez basique et pas trop compliqué, mieux travaillé et plus fluide que Mario RPG (LoTSS), assez efficace pour ne pas grimacer en enchaînant les combats.

J’ai parlé des compagnons n’est ce pas ? Vous en rencontrerez pas mal durant votre aventure et ils auront tous une actions spécifiques utilisable hors combat. Par exemple vous pourrez utiliser Bombinnette pour exploser un mur, lancer la carapace de Kooper comme un boomerang pour amener un objet lointain ou activer un interrupteur inaccessible ou Bouh qui pourra vous mettre invisible pour échapper aux regards ennemi. Mais ce que je trouve dommage, c’est que Mario n’a pas vraiment d’interaction avec eux, c’est dur de s’attacher aux compagnons parce que la plupart deviennent inexistant quand on se rend compte que seul quelques uns sur les huits sont plus pratique et « tout terrain » que d’autres.

Tout est bon sur papier.

Oui, ce qui vous attend est fabuleux et est digne d'être considéré comme l'un des meilleurs jeux de la 64 ! Ou que vous irez, les environnements sont diversifiés, intriguant et ont un lot de nouveauté enrichissant votre expérience à chaque fois. Sur le coup, il y en a vraiment pas un que je préfère moins qu'un autre parce qu'ils sont tous sympathiques : pas assez court pour être frustrant ni trop long pour devenir ennuyant. Certes, les idées de gameplay hors combat sont assez réduites (par rapport à La Porte Millénaire qui explose tout ce que Paper Mario avait fait), mais qui va se plaindre à un jeu de 2001 qui est déjà originale dans son idée qui est d'être un Mario RPG dans un monde en papier ?

Bien évidemment, on ne va pas y jouer que pour ses décors en carton, mais aussi pour les situations par lesquels le joueur devra passer. Je cite quelques exemples pour ne pas trop en dire : vous passerez par un village de pingouin et devrez résoudre un meurtre avant de continuer, vous devrez trouver un temple secret dans le désert à l'aide d'un radar, vous devrez secourir des Boos en battant le cœur d'un monstre invincible... (et c'est Tubba BluBBa, parenthèse visé tmtc). Pour une vingtaine d'heures de jeu (ou plus, si vous voudrez tout chercher, tout collectionner), impossible d'avoir une sensation de déjà-vu et c'est aussi une des forces de ce Paper Mario premier du nom. Beaucoup de choses amusantes à découvrir toujours dans son ton unique qui ne passera jamais au sérieux même quand le contexte l'exige.

Finalement,

Je suis content d'avoir rejoué à une des perles videoludiques avec laquelle j'ai grandi (cc Tales of Symphonia que j'ai aussi refait récemment) pour me rendre compte de sa qualité avec des yeux d'adulte. Ne redoutez pas son coté gamin, appréciez le comme il est et vous vous prendrez peut être au jeu comme je l'ai été!

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 338 fois
12 apprécient

Ckai a ajouté ce jeu à 5 listes Paper Mario

Autres actions de Ckai Paper Mario