👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Je n’ai jamais été très fan de l’ambiance western créée par Rockstar. Jamais joué à Red Dead Revolver, très rapidement à Redemption, et plus en tant que défouloir sur Undead Nightmare. Et pourtant, Red Dead Redemption II m’a accroché de A jusqu’à Z ( le vrai ). Étant un grand de fan des opens-world à tendance RPG de plus en plus présent depuis 2010, j’étais pourtant réfractaire à quelques nouvelles mécaniques incluses dans le jeu, au départ tout du moins. Il ne m’était en effet pas venu à l’idée lorsque je déballais les deux disques de la jaquette que j’allais devoir surveiller ma température, ma faim, mon d’énergie et mon état sanitaire ( que je ne surveille évidement jamais au quotidien, d’où la surprise). Et pourtant, tout cela s’inclut peu à peu dans mon gameplays de manière limpide. Ceci est un exemple volontairement restreint qui symbolise bien selon mon expérience ce que Redemption II cherche à accomplir. Au-delà du « souci du détail » monstrueux ( et très logiquement salué par la critique), le jeu s’affranchit de grands nombres de normes du genre, sans forcer. Un monde fracturé, au climat, aux ennemis, aux environnements et sociétés différentes. S’il se rend si unique, c’est parce qu’ il se trouve sur tout les terrains de critique « classique » sans être nulle part. La maniabilité reprend des codes de GTA V sans amener sa lourdeur, l’ambiance est fidèle à l’idée que tout le monde se fait du Far West sans tomber dans l’outrance. Et même si j’ai été parfois personnellement fatigué des longues balades à cheval, force est de constater que l’univers de l’équitation est un plaisir de bout en bout ( bien mieux qu’Alexandra Ledermann ne saura jamais le faire). En clair d’un point de vue pur Gameplay, jamais le jeu ne m’a proposé quelques choses que je n’avais pas déjà vues sans y rajouter une simplicité et une intensité qui lui est propre. Aucun bug pendant ma campagne de 54 heures ( pas 60h comme promis, peut-on critiquer sur ça ? ), une bonne expérience à la manette. Et le scénario, le scénario... Arthur Morgan est un bon bougre que j’ai pris plaisir à contrôler, une bonne ganache à la Clint Eastwood et la capacité de nager contrairement à cette andouille de John Marston ( que j’aime profondément). La bande de Dutch m’a vraiment fait vibrer. Un peu le regret de ne pas avoir pu approfondir les liens avec quelques personnes à l’intérieur de celle-ci hors mission ceci étant dit. Quant au final, puissant et sobre, la petite larme en cadeau ( véridique). Red Dead Redemption II est une de mes meilleures surprises de cette année, et une des meilleures dans le genre depuis une bonne petite décennie selon moi. Il m’a réconcilié avec cet univers que je n’ai pas fini de découvrir. Pas un 21/20, mais un des jeux dont je me souviendrait longtemps sur PS4.

lemonsieurman
8
Écrit par

il y a 3 ans

6 j'aime

Red Dead Redemption II
Hunter_Arrow
8

Ce jeu fabuleux mais que je ne peux aimer... Ou l'ironie du temps qui passe.

Avant de commencer, si vous êtes choqués par la note que j'ai attribué à ce jeu vous devez comprendre la chose suivante : pour moi une note n'a aucune valeur en soi quant à évaluer un jeu ou un film...

Lire la critique

il y a 3 ans

95 j'aime

47

Red Dead Redemption II
Nicolas_S
10

Une dernière chevauchée

(spoilers) Quand on lance Red Dead Redemption II, on ouvre la porte vers une aventure, celle d’Arthur Morgan et de la bande dont il fait partie, dirigée par un charismatique truand à l’idéologie...

Lire la critique

il y a 3 ans

69 j'aime

11

Red Dead Redemption II
jeds
7

La possibilité d'un jeu

Voilà donc le chef d'oeuvre absolu, celui qui va redéfinir pour les 20 années à venir notre vision du jeu vidéo. Les propos dithyrambiques fusent, l'unanimité est atteinte, Red Dead Rédemption 2 est...

Lire la critique

il y a 3 ans

63 j'aime

11

Red Dead Redemption II
lemonsieurman
8

So long Partner

Je n’ai jamais été très fan de l’ambiance western créée par Rockstar. Jamais joué à Red Dead Revolver, très rapidement à Redemption, et plus en tant que défouloir sur Undead Nightmare. Et pourtant,...

Lire la critique

il y a 3 ans

6 j'aime

Polar
lemonsieurman
6
Polar

Mads Mikkelsen est dans un meilleur film que nous

Tueur à gages hors pair proche de la retrait, Duncan alias "Black Kaiser" est pourchassé par son employeur qui cherche à l'éliminer pour ne pas lui payer sa retraite. Les rôles vont s'inverser sur...

Lire la critique

il y a 3 ans

2 j'aime

3

Ralph 2.0
lemonsieurman
4
Ralph 2.0

Une suite de trop pour la table deux

Six ans après les évènements du premier opus, Ralph et Vanelope vivent leur quotidien au sein de l’arcade avec les autres jeux. Mais un jour, le jeu de Vanelope est endommagé durant une partie. Les...

Lire la critique

il y a 3 ans

1 j'aime