Une magnifique chevauchée

Avis sur Red Dead Redemption II sur PlayStation 4

Avatar JuIien
Test publié par le
Version PlayStation 4

/!\ SPOIL /!\

Bonjour à tous !

Malgré un scénario absolument génialissime dans l'ensemble (si on omet la narration après le chapitre 4) et un univers transcendant de vie, de réalisme et de crédibilité, Red Dead Redemption 2 n'est pas pour moi le GOTY de l'année 2018 pour autant.
Qu'on soit clair, j'ai trouvé le jeu génial, je l'ai poncé pendant deux semaines durant lesquelles je n'ai joué qu'à ce jeu, j'ai été happé par l'histoire et j'ai joué Arthur en me mettant dans sa peau, le jeu m'a captivé.
Mais le problème est là, le jeu était captivant comme un film, pas comme un jeu. Les missions du fer de lance de Rockstar sont extrêmement dirigistes et la moindre action qui va à l'encontre du déroulement de la mission la fait reprendre au dernier checkpoint. Dans Rdr2 on suit littéralement une aventure, on ne la joue pas. Que ce soit aux travers des gunfights extrêmement assistés (à la fois par l'aide à la visée que par l'IA kamikaze) que par ces missions dirigistes qui représentent l'intégralité des missions exécutables. Cependant on peut quand même reconnaître que c'est grâce à cette rigidité que les missions sont toutes passionnantes et qu'elles transpirent de classe. Que ce soit la mission ou l'on conduit un chariot du campement jusqu'à Valentine ou la mission du braquage de la banque
de Valentine, l'ambiance est là, le style aussi et tout ceci est accompagné par une bande son excellente, une direction artistique soignée, et des personnages attachants.
En parlant des personnages, ceux-ci constituent un véritable point fort de Rdr2, entre ceux qu'on rencontre durant les missions secondaires ou les membres de la bande de Dutch Van Der Linde (Qu'on finit par apprécier dans la très grande majorité peu importe votre opinion de départ sur la bande) le jeu regorge de personnages touchants.
Ces mêmes personnages apportent un véritable soutien au scénario qui devient excellent également car les protagonistes (les membres de notre bande) sont marquant par leurs paroles et leurs actions. En particulier Dutch, Arthur, John et Micah, qui sont au centre de l'intrigue principale et qui sont mémorables pour leur personnalité et leur place dans l'histoire.

  • Dutch qu'on voit au départ comme l'archétype du Robin Des Bois et qui se transforme peu à peu en démagogue, menteur et manipulateur sans scrupule. Traumatisé par la perte d'Hoséa, son meilleur ami mais également par la perte de son rêve : celui de trouvé un endroit sauvage où lui et sa bande seront libres définitivement.
  • Micah qui suit une sorte de chemin inverse, qu'on voit au départ comme un simple psychopathe sans vergogne mais qu'on finit quand même par apprécier pour au final le détester.
  • Arthur qui dans sa quête de rédemption est tout aussi héroïque que pathétique, qui se fait trahir par son père spirituel et qui agit de façon tellement humaine lorsqu'il apprend qu'il est atteint de la tuberculose, cherchant à réparer ses erreurs, poussé par sa nature profonde plutôt que par ses propres idées.
  • John qu'on voit grandir, quitter son statut de bandit pour assumer son rôle de père de famille et qu'on apprécie encore plus qu'avant en voyant son cheminement entre le John d'avant et celui de Rdr1.
  • Charles, Sadie ou Abigail qui restent tout aussi touchant, malgré le fait que j'aurais aimé les voir encore plus souvent durant les missions.

Ces personnages sont géniaux et surtout en l’occurrence quand on connait le thème de la licence : la mort de l'Ouest sauvage, l'ère industrielle qui s'ancre profondément dans les terres de l'Amérique. Arthur, John représentent les Hommes de l'ouest, cherchant la liberté dans celui-ci et finissant finalement par s'éteindre malgré leur lutte, Dutch lui serait l'ouest sauvage, qui aux yeux de ceux qui l'ont connue à ses débuts, perd lentement la tête, s'éteignant lui aussi.
Un scénario qui en définitive est vraiment le gros point fort du jeu malgré un chapitre 5 inutile et un chapitre 6 à l'allure d'une conclusion "catastrophe", cherchant à clore les différentes intrigues avant la mort d'Arthur.
Mais voilà, le fait est que sans ce scénario aux petits oignons, le gameplay ne semble pas actuel et c'est particulièrement visible sur le online. Red Dead Redemption 2 raconte une très belle histoire, mais celle-ci manque peu être d’interactivité.

Merci pour la lecture !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 7 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de JuIien Red Dead Redemption II