Qui suis-je ? Ou suis je ?

Avis sur Sanitarium sur PC

Avatar LaRusseBlanche
Test publié par le
Version PC

Sanitarium est peu connu dans l'univers vidéo-ludique (victime de la censure, de l'incompréhension d'une poignée de soi-disant "défenseurs de l'enfance"), mais il reste une pépite du genre point'n'click, non pas grâce à son gameplay révolutionnaire, ni grâce à ses graphisme fluides et lumineux (je dois avouer que pour l'époque le jeu était très beau) mais grâce à son ambiance, à son scénario tordu issu de l'esprit humain qui aurait pu faire l'objet d'un roman sans forcer tant il foisonne de détails, d'allusions...
Nous "suivons" (jouons plutôt) un homme, nous ne le voyons pas, nous ne connaissons ni son nom ni comment il se réveille dans un lit miteux à l'odeur d'urine dans une tour de pierre qui serait apparemment un asile pour aliénés, comme le suggère l'un de nos camarades qui se frappe sans relâche le crâne contre la paroi du mur en face de notre porte. Le ton est donné : l'ambiance commence à nous peser et ce n'est que le début puisque nous allons suivre notre héros dans sa quête d'identité, lui qui ne connais ni son nom ni son visage va finir au fil de ses "voyages" entre l'asile et des mondes plus ou moins parallèles, rassembler les fragments de sa vie. En passant d'une ville d'enfants dysmorphiques, à une cour d'asile entourée d'une fontaine sous laquelle (entre autre) une femme attend inlassablement que le reflet de son réconfort se matérialise de nouveau à la surface de l'eau, puis dans un cirque enfermé sur une île effrayante, dans une chambre froide dans laquelle nous arrivons après avoir été enfermé dans un tiroir pour macchabée ou encore un village maya menacé par un sorcier, les lieux sont aussi variés que dérangeants. Tous ces endroits ont quelque chose en rapport avec notre héros, même infime, ce lien est la clé qui le mènera à se retrouver lui même. L'homme, malgré la situation, ne manquera ni d'ironie ni de discernement face à ce qui se passe devant ses yeux, ses paroles sont parfois grinçantes, comme celles de quelqu'un de censé dans un monde de fous !
Bien que discutable, la fin du jeu apporte plus de questions que de réponses au sujet de cette aventure, mais le fait même de l'avoir accomplie nous a donné l'impression de l'avoir vécue quand même (comprendra qui aura fini le jeu).
Disponible en abandonware gratuitement, je vous invite à prendre part à cette expérience vidéo-ludique singulière, qui connait malheureusement peu d'égal de nos jours.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 289 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de LaRusseBlanche Sanitarium