Shadow hearts épisode final: L'histoire se termine dans un nouveau monde

Avis sur Shadow Hearts : From the New World sur PlayStation 2

Avatar Axel Courdy
Test publié par le
Version PlayStation 2

Pour cet épisode final, la série nous fera traverser toutes sortes d'endroits sur le continent américain.

L'histoire commence en 1929 soit 14 ans après les événements du 2e épisode( qui était donc techniquement le 3e jeu, je rappelle). Ici, le jeu se veut une suite indirecte(comme Shadow Hearts pour Koudelka) et nous suivons donc Johnny Garland, un ado de 16 ans qui tient une agence de détectives avec Lenny Curtis(Majordome de Johnny dans cet épisode, chef des griffes d'acier a la solde des Sapiens Gladios dans Shadow Hearts Covenant), mais le gros de ses contrats consiste a partir a la recherche de chat. Un jour, un homme sinistre arrive pour lui proposé d'arrêté un homme qui pratiquerait des recherches démoniaques, mais ce qu'il ne sait pas, c'est que les recherches sont enfaite lié a un événement bien particulier de la première moitié de "Covenant". C'est ici que son voyage commence.

D'es le début, le jeu nous propose plusieurs nouveautés(et d'autres faisant écho aux épisodes précédents) comme un ton beaucoup plus délirant qu'a son habitude à commencé par les personnages tels que Frank Goldfinger, un ninja américain ou encore Mao, une chatte(qui est doublé par un homme dans la version us du jeu, la raison du pourquoi m'échappe complètement) humanoïde pro de la danse de l'ivrogne, un art martial.... Effectivement, on est loin du ton glauque de Koudelka et de Shadow Hearts.

Mais qu'à cela ne tienne, le jeu possède une vraie dimension dramatique par exemple le héros qui serait liée au manuscrit de l'émigré ou encore a la méchante une certaine "Lady" un être vide servant de réceptacle a la Malice, un mal pur prêt a explosé à tout moment.

Les décors y sont très variés, ça va de New York, à la zone 51 tout en passant par un Chicago digne d'un film de Scorsese ou encore des ruines maya.

En ce qui concerne le gameplay, il s'agit du même que le 2e jeu(et donc 3e), mais en plus peaufiné. Une nouvelle tactique fait place en la présence de la hauteur des ennemis, par exemple, si vous avez une attaque qui n'attaque que les pieds de l'adversaire, elle ne servira a rien à moins que vous enchaîner un combo ait l'aide d'un autre personnage(ou du même) afin de le mettre au sol. Ce qui je trouve est une très bonne amélioration.

De nouveaux personnages font leur apparition comme ceux cités plus haut ou encore la petite dernière de la famille Valentine d'un âge ridicule de plus de 300 ans, dont sa morphologie, et ses pouvoirs changeront selon son poids. Si vous suivez mes précédentes critiques de la série( y compris celle sur Koudelka), vous savez bien que l'étrange Roger Bacon sera de la partie, il représente tout à fait l'image de la série, un ton entre l'humour potache et la tragédie.

Pour citer les petits défauts du jeu, il y a par exemple certains personnages que je trouve bien trop grotesques et pour la plupart, ils s'avèreront inutiles à la progression de l'histoire(genre l'enfant pirate Anna je....je ne comprends pas...). Ou encore certains antagonistes que je trouve particulièrement vides(genre Killer, par exemple). Il y a aussi certains niveaux labyrinthe qui sont relativement pénibles. Pour prendre un autre exemple, ce donjon optionnel qui demande de prendre les photos de tous les ennemis y compris le boss de fin, ce qui force le joueur à refaire le jeu deux fois. Cependant, si vous voulez de la difficulté, ce donjon fera l'affaire, avis aux plus téméraires...

Le jeu possède aussi de très bonnes idées comme le background de certains personnages(Shania, l'harmonixeur de l'équipe qui n'est cependant pas le héros de ce jeu) ou certains donjons sont très bien pensés. Quant aux musiques, elles sont pour la plupart très immersives et nous font plonger dans les diverses situations du Nouveau Monde.

CONCLUSION

Au travers de ses 4 jeux, la série nous a fait part de, certes, de personnages hauts en couleur et de situations désastreuses, mais aussi d'un véritable voyage à travers l'histoire du monde: L'extrémisme religieux de la fin du 19e siècle, de la vision de la Première Guerre en chine, de l'histoire des Romanov ou encore la légende d’Al Capone, la série Koudelka/Shadow Hearts nous propose un voyage unique qui ne ressemble a aucun autre et tel ses héros, malgré leur défaut et leur chute, la série reste très attachante tout en restant très unique, même encore aujourd'hui.

Cette série est surement la série de jeux m'ayant le plus influencé dans mon moi intérieur. Cette tonalité, ces références ont des choses existantes ou à la pop culture, son humour faisant souvent mouche, mais surtout son histoire, son univers, ses personnages... Depuis leur découverte, ils m'ont toujours accompagné dans ma passion pour la culture. Après ce marathon des 4 jeux, je pense qu'a présent, je peux leur dire au revoir et surtout.... Merci.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 22 fois
Aucun vote pour le moment

Axel Courdy a ajouté ce jeu à 1 liste Shadow Hearts : From the New World

Autres actions de Axel Courdy Shadow Hearts : From the New World