Trois grands jeux Mario émulés au strict minimum.

Avis sur Super Mario 3D All-Stars sur Nintendo Switch

Avatar Adriou
Test publié par le
Version Nintendo Switch

Préambule : Je ne remets pas en doute la qualité intrinsèque de ces trois énormes jeux de plate-forme, ils sont tous les trois très différents, et tout le monde les connaît plus ou moins. Je choisis plutôt dans cette critique de détailler à la fois les aspects techniques, ainsi que l’adaptation des commandes de jeu, et de les comparer avec ce qu’on peut faire sur un PC.

Mario 64

Ce qu’il est sur Switch :

Une ROM du jeu qu’on peut faire tourner sur PC à l’aide de Project64 ou d’autres émulateurs plus ou moins bons. Le jeu est ici limité à 30fps, résolution 4:3 en 960X720 aussi bien en docké qu’en portable. Aucune amélioration par rapport au jeu de base, si ce n’est des textures moins floues que sur le hardware d’origine. Le popping est très présent, les objets du décor apparaissent au compte-goutte comme à l’époque (sauf qu’à l’époque, on y faisait pas trop attention vu la faible résolution sur CRT), la visibilité n’est donc pas optimal.
En ce qui concerne les commandes, il est possible d’y jouer à la manette GC originale, le mappage des touches est bon.

Ce qu’il est sur PC, et ce qu’il aurait pu être si Nintendo avait bossé un minimum :

Le portage PC du jeu n’est pas officiel. Il a été réalisé tout récemment à partir du code source du jeu original, par rétro-ingénierie (décompilation). Compatible DirectX 12, il ne nécessite d’aucun émulateur pour fonctionner. Bien entendu c’est une version illégale, mais il est important d’étudier le travail accompli par les modders : Résolution 4K, compatibilité écran large 16/9, patch 60fps, nouvelles textures...etc… Bref, tout ce que l’on a pas sur le portage officiel.
Les développeurs ont même opté pour laisser le joueur libre de récupérer plusieurs étoiles au sein des niveaux sans devoir revenir au château à chaque fois. La sauvegarde est automatique.
Enfin, le popping des objets a totalement disparu, la visibilité est donc optimale. Le jeu est compatible avec une manette Xbox, que l’on peut mapper à sa guise. C’est une version vraiment très proche de la perfection.

Mario Sunshine

Ce qu’il est sur Switch :

Une ROM du jeu qu’on peut faire tourner sur PC à l’aide de Dolphin. Dolphin est un émulateur incroyablement bon et mis à jour régulièrement. Il y a eu quelques efforts sur la résolution pour son transfert sur Switch : 1080p en docké et 720p en portable. Il supporte l’écran large 16/9. Le jeu est locké à 30fps avec quelques rares chutes. Les cinématiques ont été filtrées à l’arrache pour un rendu assez baveux dans l’ensemble.
Le jeu est compatible manette GC originale, mais le mappage est limité, le système du jet d’eau est réparti sur 2 touches différentes (Z et R) alors qu’à l’époque il y avait un rendu analogique sur le déclencheur R. Impossible de remapper les touches. Ça reste jouable mais pas optimal.

Ce qu’il est sur PC, et ce qu’il aurait pu être si Nintendo avait bossé un minimum :

Grâce à un code Gecko, il est très facile de faire tourner le jeu en 60fps sur Dolphin. Sunshine en 60fps, c’est génial. Bien sûr il faut un PC relativement puissant, mais probablement pas tant que ça. Avec un peu d’effort d’optimisation, je suis sûr que la Switch était capable de parvenir à tutoyer les 60fps malgré sa puissance limité (il n’y a qu’à voir Mario Odyssey).
Dolphin permet de détecter une manette GC originale et de la mapper à la perfection sans aucune manipulation à faire. Il suffit juste de posséder un adaptateur et c’est parti. Le système du jet d’eau est donc comme à l’époque, analogique sur le déclencheur R. C’est optimal.

Mario Galaxy

Ce qu’il est sur Switch :

Une ROM du jeu qu’on peut faire tourner sur PC à l’aide de Dolphin. Comme pour Sunshine, il y a eu quelques efforts sur la résolution pour son transfert sur Switch : 1080p en docké et 720p en portable. Nintendo a opté pour une résolution adaptative afin de maintenir les 60 fps stables du jeu original. Il supporte évidemment l’écran large 16/9 comme sur hardware d’origine.
En solo, le jeu ne peut se jouer qu’avec les joycons (ou en mode doggy) sur la TV, à 2 joueurs, c’est un joycon chacun ou 2 doggy. En effet, si les manettes Switch (ou même GC) sont effectivement détectées, sans pointeur pour les options et pour ramasser les fragments d’étoiles, c’est injouable, sauf pour la manette pro qui semble être munie du même gyroscope que les joycons (Nintendo a précisé que le jeu était entièrement jouable avec, mais je n’ai pas pu tester dans mon coin).
En portable par contre, la fonctionnalité du pointeur a été adaptée à l’écran tactile. Il suffit donc de faire glisser son doigt pour récupérer les fragments ou d’appuyer brièvement à un endroit de l’écran pour les projeter. Pratique, sans que ce soit jamais aussi naturel et instinctif que le combo wiimote/nuchuk de la Wii.

Ce qu’il est sur PC et ce qu’il aurait pu être si Nintendo avait bossé un minimum :

Avec Dolphin, et pour ceux qui ont un PC puissant, on peut évidemment aller au-delà de la résolution 1080p, mais c’est déjà pas mal sur Switch (rappelons que le jeu sur Wii et Wii U ne va pas au dessus de 480p).
Dolphin permet contrairement à la Switch, d’utiliser les accessoires Wii si l’on branche une clé ou un adaptateur bluetooth à son PC fixe (sur laptop, le bluetooth y est d’office en général). Confort de jeu optimal grâce à l’émulation du combo wiimote/nunchuk + sensor bar, on obtient un résultat tout à fait équivalent au hardware d’origine.

Avantages de Mario 3D All-Stars par rapport à l’émulation sur PC :

L’avantage évident est qu’on n’a pas besoin de configurer différents émulateurs, les trois jeux sont plug&play. Le menu titre est agréable et les OST des trois jeux sont disponibles à l’écoute. Les chargements des jeux depuis l’interface principale sont plutôt rapides (quelques secondes seulement). Jouer en mode portable est vraiment très sympathique, et pour faire découvrir ces trois excellents jeux de plates formes à ses enfants par exemple, rien n’est plus efficace. Nintendo a certes été fainéant par rapport à ce qu’il se fait sur PC (Dolphin ou le vrai port PC de M64), mais l’émulation des trois jeux reste suffisamment efficace pour avoir envie de lancer les jeux sans se prendre la tête.

Reste à savoir ce que Nintendo nous réserve par la suite, si enfin Mario 64 aura le droit à un vrai remake/remaster, si Mario Galaxy 2 sera un jour disponible, si les services Online de Nintendo proposeront des jeux N64, Gamecube et Wii...etc...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1006 fois
28 apprécient · 4 n'apprécient pas

Autres actions de Adriou Super Mario 3D All-Stars