Un bon Mario mais avec lequel on frôle l'indigestion de lunes

Avis sur Super Mario Odyssey sur Nintendo Switch

Avatar Duotaku_no_Sora
Test publié par le
Version Nintendo Switch

Don't fret, just don't forget that
You're still our 1UP boy

Alors que Bowser prévoit de se marier avec la Princesse Peach, Mario part le combattre mais perd contre son adversaire. Atterrissant dans un lieu étrange, le plombier y fera la rencontre de Cappy, un chapeau-fantôme qui désire retrouver sa sœur kidnappée par l'abominable monstre.
Avec Cappy à ses côtés, il est temps pour Mario de s'engager dans une nouvelle aventure qui l'entraînera dans de nombreux pays et au-delà !

It's time to jump up in the air

Super Mario Odyssey signe, après le retour triomphal de Zelda : Breath of the Wild, une arrivée remarquée sur Nintendo Switch avec ce nouveau jeu qui, comme son nom l'indique, invite à une aventure grandiose !

Comme dans tous les Mario, le scénario est effacé, bien qu'on remarquera que le synopsis de départ est similaire à celui de Paper Mario (2007) pour laisser l'Aventure avec un grand A prendre place. Néanmoins on sent une réelle envie des développeurs d'avoir voulu justifier la présence d'une trame scénaristique pour aller dans chaque pays, si bien que même si celle-ci reste faible, elle subsistera jusqu'au final qui est vraiment sympa et bien fichu pour un Mario, nous offrant un beau retournement de situation.

Ainsi, pour voyager entre les pays afin de retrouver sa dulcinée, Mario avec son nouveau compagnon de route, va découvrir un vaisseau appelée l'Odyssée qu'il faudra rapidement alimenter en énergie. Pour cela, Mario va devoir collecter des Lunes de puissances (comme les Étoiles dans Mario 64 ou les Soleils dans Mario Sunshine). On retrouve donc cette configuration d'objets à collecter puisqu'il qu'il faudra très souvent un nombre requis de lunes afin que le vaisseau gagne de la puissance pour partir vers le prochain pays.

Jump up, don't be scared

Passons au cœur du jeu qui repose sur son gameplay.

Mario peut toujours sauter, effectuer des roulades, faire des triples sauts, nager..., bref il n'a jamais été aussi fluide !

La principale nouveauté vient donc de sa rencontre avec Cappy qui a la capacité de prendre le contrôle de nombreuses choses, que ce soit des objets comme les poteaux électriques aux plus improbables comme les taxis ! Il pourra également prendre possession de certains ennemis comme les Goombas ou les Cheep Cheeps qui vont donc conférer certaines capacités au plombier. Ainsi au lieu d'avoir des centaines de costumes trouvables dans des caisses, Cappy les remplace et ajoute plusieurs palettes de mouvements inédites via l'intermédiaire des ennemis.

Un gameplay qui demeure toujours aussi fun et efficace, avec certains concepts de la possession d'ennemis qui sont bien trouvés notamment dans l'un des derniers niveaux. Néanmoins on regrettera que cette possession ne soit pas plus exploitée, les ennemis possédés sont assignés à une seule et unique fonction et souvent pour le même type de puzzle. Prenons un Goomba, son utilité principale sera de pouvoir former des colonnes en bondissant sur ses comparses permettant ainsi d'atteindre des lieux inaccessibles et de ne pas glisser sur la glace, là où auparavant Mario pouvait patiner. Le Cheep Cheep quant à lui servira uniquement à avoir une meilleure maniabilité sous l'eau étant donné que les mouvements de nage du plombier sont bien moins agréables qu'auparavant. On regrettera donc que certaines mécaniques de gameplay propre aux jeux Mario comme la natation ou le patinage (présent dans les Mario Galaxy) soient supprimés pour justifier les chapimorphoses. Et c'est la même chose pour les costumes qui auparavant servaient à plusieurs fonctions sont ici relégués au simple rang d'élément de personnalisation pour pouvoir customiser Mario de la manière la plus probable ou improbable que vous le souhaitez. Néanmoins il faut reconnaître l'effort d'avoir mis à disposition de nombreux costumes qui sont, pour la plupart, de purs hommages à la saga vidéoludique du plombier en reprenant aussi bien les costumes des jeux les plus récents comme celui de l'ouvrier de chantier de Mario Maker que des plus anciens comme celui de médecin de Dr. Mario.

A new world's calling out to you

Les graphismes sont beaux, mais toutefois inégaux.
Les différents pays ont été réalisés par plusieurs équipes et ça se ressent. Autant certains sont magnifiques, tel le premier pays qui a une direction artistique très orientée Tim Burton, ou même celui des Gratte-ciel, alias New-Donk City, qui pour moi est un des meilleurs niveaux de toute la saga (alors que j'émettais pourtant d'énormes réserves lors de son annonce) au contraires d'autres qui sont carrément repoussants comme le Pays de la Nourriture qui aveugle avec sa colorisation saturée à l'extrême et son rose ultra flashy !
Par ailleurs mentionnons les Broodals (les organisateurs du mariage de Bowser qui viendront fréquemment vous barrer la route) qui même s'ils ont le mérite d'offrir des combats intéressants ont un chara design vraiment hideux.

En ce qui concerne les musiques, elles sont dans l'ensemble vraiment bonnes et correspondent bien à l'ambiance des pays qu'on visite. Petit coup de cœur pour la musique du Pays Perdu qui je trouve est vraiment relaxante. Un bon point également pour les passages en 8-Bit où le thème musical du niveau sera retranscrit également en 8-Bit. On appréciera également le premier thème chanté de la franchise principale "Jump Up, Super Star !" interprété dans le jeu par Pauline, la mairesse de New-Donk City, au détour d'une séquence mémorable.

En ce qui concerne les pays, on peut dire qu'il y en a beaucoup (environ 14) dont un qui se débloque post-game et deux autres se débloquant avec un nombre de Lunes spécifiques.
Toutefois bien que certains soient grands comme le Pays du Désert, d'autres le sont beaucoup moins, on a plus affaire à des niveaux à la Mario 64 ou Mario Galaxy mais sans chargement entre zones, ce qui est assez contraignant car, dans certains mondes, il y aura énormément de Lunes à collecter tandis que dans d'autres, il y en aura très peu. Ainsi il y a un contraste qui accentue cette sensation de jeu inégal car certains pays seront vraiment réussis tandis que d'autres seront assez pauvres aussi bien graphiquement qu'en terme de Lunes. Petite mention toutefois au Pays des Gratte-ciel qui est bien plus vaste que prévu et qui pour le coup offre un sentiment de liberté bienvenue où Mario pourra exercer toute sa panoplie de mouvements.

Pour la durée de vie, on entre sur un terrain à débat.
En ligne droite, il faudra approximativement une dizaine d’heures de jeu. Néanmoins, si on aborde le 100%, c'est une autre paire de manche car une fois le jeu terminé, c'est bien dans son post-game qu'il révèle tout son potentiel.

And if the dark clouds start to swirl

Une fois le jeu terminé, chaque pays obtiendra de nouvelle Lunes à collecter.
Par exemple le Pays des Gratte-ciel aura 89 Lunes à collecter au total. Outre la présence de défis récurrents dans la plupart des pays (comme une course contre un gang de Koopas), on notera la présence de défis supplémentaires qui s'avéreront pour la plupart bien plus difficiles, car souvent Cappy ne sera pas avec nous. Il s'agira de niveaux de plates formes où chaque saut demande une très bonne précision et où l’erreur est punitive, ce qui n'est pas sans rappeler les phases sans J.E.T. de Mario Sunshine. Enfin le jeu offrira un dernier niveau demandant beaucoup plus de dextérité, contrastant avec la facilité apparente dont il fait preuve durant la campagne principale.

Le total de Lunes à récolter est de 999, mais on peut accéder au boss final avec "seulement" 170 Lunes en poche. Ainsi le joueur s'arrêtant à la fin passera à côté de toute une partie du jeu qui demeure vraiment sympathique. Néanmoins vient le problème principal : 999 Lunes, c’est énorme ! Si bien que même si le jeu est excellent, il n’empêche qu'il demeure lassant par moment, la faute à certains mondes qui sont bien moins attrayants que d'autres.

De plus, bien que le côté plates-formes soit présent, il n’empêche que le jeu est semblable sur un point au dernier succès de Nintendo, Zelda : Breath of the Wild : le côté exploration prédomine. Les mondes sont beaux et ouverts mais on va surtout y chercher les Lunes. En dehors de ça, il y a peu de choses à collecter à part les pièces classiques et les pièces violettes qui servent à obtenir des collectibles, vignettes et costumes pour notre vaisseau et pour Mario. Certains des costumes serviront à obtenir des Lunes et à customiser Mario mais à part ça ils serviront à peu de choses…

And if you find you're short on joy

De plus, l'autre principal problème vient du fait qu'on perd le côté aventure que proposait la saga.

Par exemple obtenir une Étoile dans Mario 64 demandait de réussir un défi en particulier, pareil dans Mario Galaxy où chaque Étoile était une aventure en soi avec de nouvelles portions d'une galaxie à explorer. Ici non, les Lunes sont tellement nombreuses qu'il suffira parfois d'une simple charge au sol et hop, une Lune ! Un passage secret ? Une Lune. Un objet brille; Hop, on lance Cappy, et qu'est-ce qu'on obtient ? Je vous le donne en mille, encore une Lune ! Et ainsi de suite...

En dehors des Lunes, Mario Odyssey offre malheureusement peu de surprises car même ce que l'on croit être un passage découvert par nous, joueurs, avait été prévu par les développeurs qui y avait dissimulé une Lune. Et ça en devient redondant car très vite les défis dans les différents pays (notamment en post-game) se ressemblent. Mais là où dans les différents jeux Mario il y avait des défis similaires (comme collecter les 8 pièces rouges), il y avait suffisamment de diversité dans les missions des différents niveaux pour ne pas être lassé. Ici le post-game proposera exactement le même type de défis pour avoir encore quelques Lunes en plus et, au vu de la récompense finale que vous offrira le jeu si vous vous prenez la peine de tout collecter, pas sûr que ça en vaille la chandelle.

Enfin bien que je paraisse assez dur sur les points négatifs, ce Mario est avant tout un véritable hommage à l'ensemble de la saga, regorgeant de multiples clins d'œil et de références à l'ensemble de la carrière du plombier, mais surtout qui donne lieu à des moments tout simplement excellents (je pense plus particulièrement à la séquence du festival).
En bref, ce Mario, malgré les défauts cités, regorge de nombreuses bonnes idées.

Oh, let's do the Odyssey

Pour conclure, Super Mario Odyssey est une grande réussite qui demeure le meilleur jeu de plates-formes 3D auquel on ait eu accès depuis longtemps. Un Mario qui restera à coup sûr dans le cœur de nombreux joueurs tant il est bon aussi bien dans son gameplay que dans son univers et surtout ses hommages à la saga.

Ainsi, un très grand Mario qui fête son retour tant attendu dans une odyssée avec une chanson phare qui restera bien en tête et qui, avec quelques améliorations, pourra donner une suite qui on l'espère sera encore meilleure !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 14 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Duotaku_no_Sora Super Mario Odyssey