Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Nostalgie land

Avis sur Super Meat Boy sur PC

Avatar Hugues Capet
Test publié par le
Version PC

Super Meat Boy est sans doute l'un de mes premiers coups de cœur vidéoludique. Jeu de plateforme tout ce qui parait de plus classique, SMB est en réalité une mine d'or pour tout fan de rétrogaming et de difficulté hardcore.

En effet, le jeu est truffé de centaines de petites références à énormément de jeux cultes, tels que Street Fighter 2, Pokémon, Super Mario Land, Castlevania, et d'ailleurs même jusque dans son nom puisque l'acronyme du jeu est le même que celui de Super Mario Bros. Si les références sont plaisantes et assez amusantes des fois, le jeu n'en est pas pour autant une énième coquille vide dénuée de tout intérêt seulement créée pour attirer un certain public prêt à acheter n'importe quel jeu se prétendant un minimum "rétro".

Effectivement, si il y a une caractéristique qui définit bien Meat Boy, c'est bien sa difficulté. Reprenant les bases de la plateforme tout ce qu'il y a de plus traditionnelle (et Dieu sait que la tradition est déjà, en soi, respectable, si tant est qu'elle ne soit pas corrompue au profit d'intérêts particuliers, mais je m'égare...), SMB y ajoute une bonne dose de tous ces jeux flashs hardcore (et bien souvent médiocre, il faut bien le dire), mais aussi de jeux tels que I Wanna Be The Guy, et donc de leur grande difficulté exponentielle. Pour résumer, prenez Mario Bros 3, rajoutez un gameplay totalement fluide et libre (tellement fluide et libre qu'il en devient difficile de le maitriser parfaitement d'ailleurs), environ huit fois plus de scies circulaires, le tout avec l'impossibilité de se faire toucher, le personnage n'ayant aucune sorte de barre de vie, et voilà, vous avez SMB, sans oublier d'ailleurs sa durée de vie assez extraordinaire.

Cinq mondes normaux, plus un monde final, un monde bonus, et également un monde à part dans lequel on peut tout simplement télécharger des niveaux entièrement créés par la communauté SMB (en tout cas sur PC). Rajoutez à tous ces niveaux leurs équivalents en "dark world", version hardcore de chaque niveau susdits, et les "warpzones", niveaux bonus totalement rétros pour le coup et présents dans les cinq premiers mondes, et vous avez une durée de vie incroyable, doublée d'une variété dans les niveaux absolument géniale.

Dernier point, mais pas des moindres, la musique. Si les graphismes ne méritent pas tellement de commentaires de par leur simplicité et leur charme simple, la bande-son mérite quant à elle un éloge. J'ai eu, il est vrai, un gros coup de cœur pour les compos de Danny Baranowsky, qui sont un retour à la grande époque chiptune de jeux vidéos, le tout agrémenté d'influences autant metal qu'électro. Gros coup de cœur notamment pour toute la BO qui accompagne le monde 4, mais également la musique du boss du monde 1, celle du dernier monde...

Bref, Super Meat Boy c'est dur, c'est frustrant, c'est même rageant des fois (souvent), mais c'est surtout bon, donc mangez-en !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 23 fois
Aucun vote pour le moment

Hugues Capet a ajouté ce jeu à 4 listes Super Meat Boy

Autres actions de Hugues Capet Super Meat Boy