Une belle aventure à la maniabilité catastrophique !

Avis sur Syberia 3 sur PC

Avatar GotoRicK
Test publié par le
Version PC

Syberia, tout le monde connait ! Benoît Sokal nous a habitué à ses jeux oniriques aux scénarios bien ficelés et aux personnages attachants. Syberia 3 ne déroge pas à la règle et se présente comme la suite directe des autres opus : de retour dans la peau de Kate Walker on reprend l’aventure là où le 2 s’était arrêté.

Parlons tout d’abord de l’aspect technique : le jeu utilise l’Unity Engine (probablement une des dernières versions). Le jeu est très réussi : en mode « beautiful », il est vraiment…beautiful ! Mais qui dit moteur moderne, dit aussi problème de fluidité : l’Unity Engine a cette fâcheuse tendance à avoir des micro-ramages et des chargements plutôt longs, en plus de rendre le jeu d’une lourdeur folle (45 go de données). Heureusement la réussite visuelle et le level design rattrapent ces petits défauts du moteur. Le jeu est vraiment agréable à parcourir et la modélisation des personnages plutôt réussie. Seules leurs animations laissent un peu à désirer.

En termes de gameplay, si vous avez aimé les précédents opus, vous aimerez celui-ci aussi. Les énigmes sont dans le même style : mi- puzzle, mi- recherche d’objets. Certaines énigmes vous demanderont de trouver un objet adéquat en fouillant l’environnement, ou auprès d’un personnage, pour progresser dans l’aventure, les autres énigmes seront des puzzles à résoudre. Un bon équilibre qui mélange réflexion et exploration.
Là où le bât blesse par contre, c’est la maniabilité, résumé en un mot : catastrophique. Le jeu est entièrement en 3D et demande d’utiliser désormais le combo clavier / souris. A se demander pourquoi d’ailleurs ! Du coup ce n’est pas du tout évident car le jeu change constamment de caméra et on se trouve projeté dans tous les sens, nous obligeant à changer constamment de touches de direction pour s’y retrouver. De plus impossible de configurer quoi que ce soit, ce qui nous oblige à faire une croix sur les flèches directionnelles pour privilégier les lettres a-z-q-s-d pour ne pas se retrouver trop loin de la touche course (shift/maj gauche). Les développeurs nous incitent alors à jouer avec la manette, car le jeu est, semble-t-il, adapté pour, sauf qu’en réalité seule la manette d’Xbox One est prise en compte (pas la version 360). Et sur ce point-là aussi, impossible de configurer quoi que ce soit ! Bien dommage !

En termes de durée de vie, là aussi c’est très similaire aux anciens opus. Comptez entre 8 à 10 heures pour un premier « run ». A savoir que les choix des dialogues ont des « mini » répercussions sur les actions des PNJ. Il pourrait être intéressant de refaire le jeu pour tenter d’autres actions et voir l’impact sur l’histoire, mais cela dit on ne peut pas dire que la rejouabilité du jeu soit vraiment exceptionnelle. Tout comme dans les anciens opus : Sokal nous raconte une histoire, et on est obligé de la suivre telle que le narrateur l’a décidé. Et ces simples variantes de choix dans les dialogues n’auront pas de réel impact sur la suite du jeu.

En termes de musiques / sons, le travail est vraiment formidable et à mon sens meilleur que dans les anciens opus. Il y a beaucoup plus de sons d’ambiances, moins de silences, et des musiques plus prenantes. Le thème à lui seul est une vraie réussite ! Seule la VF fait pour moi un pas en arrière et notamment celle de certains personnages (Dr. Olga et Cantin, par exemple) qui ne savent pas du tout réciter convenablement et tous leurs dialogues sonnent faux à l’oreille. Dommage.

Enfin le scénario est, comme d’habitude, une grande réussite. Benoit Sokal nous raconte des histoires, et sait les raconter toujours aussi bien. Les dialogues même si moins nombreux que dans les précédents opus sont toujours très intéressants et le fait qu’on ait désormais des choix de réponses à disposition rendent les discussions plus dynamiques et percutantes. L’ambiance et l’univers sont toujours plus riches et prenants et les personnages toujours autant attachants. Un sans-faute sur ce point.

Pour conclure, Syberia 3 serait simplement excellent, si la maniabilité du jeu ne venait pas plomber le tout. A cause du choix forcé de périphériques à utiliser et de la configuration des touches impossible à changer, le jeu devient ridiculement difficile à jouer. C’est un seul point négatif et pourtant le plus grave, car il risque d’en rebuter plus d’un. Ajoutons à cela une optimisation approximative du jeu (en cause l’Unity Engine ?)…bref la maniabilité est complètement à revoir de A à Z. Dommage parce que pour tout le reste c’est un sans-faute ! Le jeu est beau, amusant et le scénario prenant. D’autant plus que le prix du jeu est relativement bas. Bref, si vous êtes un joueur avancé, vous pouvez tenter l’expérience quand-même car l’aventure est belle, mais si vous êtes plutôt novice du combo clavier-souris et vous n’avez pas de manettes Xbox-One, passez votre chemin, car ce seul point va vous freiner complètement dans la progression du jeu !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 811 fois
2 apprécient

Autres actions de GotoRicK Syberia 3