Un jeu presque parfait

Avis sur The Last of Us sur PlayStation 3

Avatar Ritz
Test publié par le
Version PlayStation 3

Il est de ces jeux, souvent encensés par la critique et par les joueurs, à côté desquels on passe pour diverses raisons. Et puis agacé de voir tout le monde en parler, de voir ce jeu qualifié de "meilleur jeu de la génération", on cède, se disant que "dans le pire des cas", le jeu ne sera pas si mauvais que ça. The Last of Us, c'est l'exemple parfait de ce phénomène.

Pourtant, s'il avait été un film, nul doute qu'il n'aurait pas déplacé les foules. Une histoire de pandémie ayant décimé la population et transformé ce qu'il en restait en zombies, un anti-héros chargé d'amener une gamine à bon port (elle-même unique chance de vaccin pour l'humanité), difficile de faire moins original que ça. Tout est d'ailleurs renforcé par des retournements de situations prévisibles au possible et ce, jusqu'à la fin. Mais voila, The Last of Us n'est pas -encore- un film.

Et dans le milieu des jeux, si là encore les zombies ont depuis bien longtemps conquis les consoles, c'était bien souvent pour nous livrer des jeux d'horreur à l'ambiance oppressante tout du long, aux jump-scare par dizaines et à un scénario bien peu développé. Le génie de The Last of Us, c'est donc d'avoir amené ce qui se fait au cinéma dans un jeu vidéo, en se payant même le luxe de le sublimer. Car si l'histoire aurait pu trouver ses limites en s'entichant du jeu d'action, elle gagne en fait en profondeur en développant les relations entre ses personnages mais surtout, en y impliquant le joueur comme peu d'autres jeux auparavant ont su le faire. Difficile alors de ne pas s'émouvoir face à Ellie, une gamine qui a dû grandir trop vite et qui, pourtant, est encore capable de s'émerveiller devant des choses simples qui renvoient directement à nos souvenirs d'enfance.

Mais The Last of Us n'échappe malheureusement pas au fléau de ces films où on s'identifie aux personnages : cette sensation de rester sur notre faim. S'il est difficile de dire au revoir à nos héros, il l'est d'autant plus après une fin en demi-teinte, qui n'apporte pas de réelle conclusion et qui, même si elle annonce une suite, déçoit forcément un peu par son absence de grand final. Après une aventure riche en émotions, la fin met une claque, mais pas forcément dans le bon sens.

Alors, The Last of Us est-il vraiment le meilleur jeu de sa génération ? Objectivement, non. Mais, même "dans le pire des cas", il reste un très bon, voire même un excellent jeu...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 215 fois
1 apprécie · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Ritz The Last of Us