Quand il n'y a plus de place en enfer...

Avis sur The Walking Dead : Saison 1 sur PlayStation 3

Avatar Billy Joe
Test publié par le
Version PlayStation 3

L’univers de The Walking Dead ne cesse de s’étendre. Si à l’origine, il s’agit d’une série de comics démarrée en 2003 et toujours active actuellement, c’est un nom qui pour le grand public renvoie surtout à la série TV du même nom et directement inspirée de l’œuvre de Robert Kirkman.
La franchise, en plein boom depuis le début des années 2010, génère désormais un tel business qu’il était impensable qu’aucun jeu vidéo ne finisse par voir le jour. C’est en 2012 que le portage tant attendu arrivait.

Ce qu’il y a de rassurant avec The Walking Dead, c’est que Robert Kirkman a la bonne idée de garder un œil sur à peu près tout ce qui sort sous le nom de sa création. Du coup, on est toujours plus où moins sûr d’avoir affaire à des produits dérivés de qualité. Bien sur, c’est en théorie, car en réalité, on trouvera sans trop de difficultés des contre-exemples, comme The Walking Dead: Survival Instinct qui s’est fait descendre par la plupart des critiques.

Bonne nouvelle, c’est bien du bon jeu Walking Dead dont on va parler ici, celui sorti en cinq épisodes distincts en téléchargement, avant de proposer une version boite regroupant l’ensemble de cette première saison (qui en annonce d’autres, vous l’aurez compris) ainsi qu’un épisode inédit appelé 400 Days, qui sert en quelque sorte de transition vers la suite à venir.
On va ici se pencher sur cette fameuse version boite sortie mi-2013. Certes, il aura fallu donc patienter plus d’un an si on ne voulait pas passer par la version dématérialisée, mais si beaucoup de joueurs se sont résolus à le faire, c’est d’une part que les amoureux des jeux, des vrais, avec un support, un livret et une boite sont encore nombreux, mais c’est aussi et surtout parce que les versions téléchargeables étaient intégralement en anglais, c'est-à-dire sans sous-titres. Pour un soft qui fait la part belle aux dialogues et aux choix du joueur, autant dire qu’il était vraiment nécessaire de maitriser la langue de Shakespeare pour se lancer dans l’aventure. La version boite propose enfin des sous-titres français, il était temps…Pour rester sur notre lancée, on notera malheureusement que la traduction du jeu se montre parfois hasardeuse. Entre certaines lignes illisibles, les fautes d’orthographe et des expressions grossièrement traduites, on frise le foutage de gueule à ce niveau.
Et quitte à rester sur les défauts spécifiques à cette version physique, on mettra un beau carton rouge à ce portage pour les ralentissements scandaleux sur certaines séquences, sans parler des autres bugs que l’on constate ici et là. On se demande si le problème ne vient pas de la console parfois, comme quand les vieilles PSX n’arrivaient plus à lire les cinématiques. Mais non, en parcourant le net, on se rend compte que tout le monde a le même problème. Alors certes, la galette n’est vendu que 30€, mais tout de même.

Rassurez-vous, cette première saison de The Walking Dead reste néanmoins une expérience qu’il serait bien dommage de négliger si l’univers vous parle un peu.
Au début, on est un peu surpris par les graphismes, difficilement comparable à quoique ce soit d’autre, peut-être à Okami à la rigueur, d’un point de vue strictement technique. En d’autres termes, on a un peu l’impression de voir une BD interactive s’animer sous nos yeux. Ce n’est pas commun et tout le monde n’aimera peut-être pas, mais au final, c’est bien vu, original et cela retranscrit assez bien l’ambiance du comics, la couleur en plus tout de même. En tout cas, on sent que Telltale Games a voulu rapprocher son œuvre davantage du comics que de la série tv.
Ici, vous incarnez Lee Everett, condamné pour meurtre et en route vers la prison au moment même où l’infection se généralise. Libéré suite à l’accident de la voiture de police, il devra lutter dans un monde devenu hostile aux côtés d’un groupe d’autres survivants, dont la petite Clémentine devenue orpheline et qu’il tentera de protéger par tous les moyens.
Sur le fond, on reste sur le même principe que celui du comics, on suit les aventures d’un groupe de survivants avec tous les moments de joies et de peines qui les accompagnent. Pour la petite histoire, on croisera d’ailleurs un ou deux personnages connus des habitués. Pas étonnant, puisqu’il est bien précisé que le jeu se déroule dans le même univers que la BD.

Si un éditeur peu scrupuleux aurait pu se contenter d’un vulgaire TPS qui n’aurait pour seul but que de dégommer du zombie, Telltale Games a opté pour un choix plus original et plus adapté à l’œuvre d’origine. Le jeu se présente comme une succession d’écrans plus ou moins fixes sur lesquels vous baladez votre curseur à l’aide du joystick. L’idée étant de pouvoir interagir avec des éléments du décor (parfois à l’aide d’objets trouvés auparavant, comme une clé sur une porte par exemple) ou d’engager le dialogue avec un des personnages. Ces conversations sont un point central du jeu. Vos réponses ont un impact essentiel sur le déroulement et la tournure des événements. Vous voyez d’ailleurs parfois apparaitre dans un coin de l’écran des remarques comme « Clémentine apprécie votre honnêteté » ou « Lily n’a pas aimé que vous ne la souteniez pas », etc.
La maniabilité est donc plutôt simple et lente mais du coup, on est parfois un peu pris au dépourvu sur les phases d’action où il faut réagir vite. On retrouve également le système désormais éprouvé des QTE.

Pour revenir sur le contenu, rappelons donc que le blu-ray reprend les cinq premiers épisodes dont la durée de vie est d’environ trois heures chacun. Alors autant ça pouvait sembler court en les faisant au fur et à mesure de leur sortie, autant quand on les fait tous d’un coup, on se retrouve avec une bonne quinzaine d’heures de jeu, ce qui est très honnête. Le tout avec un scénario intéressant et travaillé avec un rythme classique de la franchise, à savoir des moments de grande intensité entrecoupés de passages beaucoup plus posés où vous devez surtout dialoguer avec les personnages et prendre des décisions basiques mais essentielles dans le cadre de la gestion du groupe (distribution des rations de nourriture par exemple) avec là aussi, une incidence réelle sur le déroulement des événements. Les plus acharnés pourront donc refaire le jeu plusieurs fois en agissant différemment et ainsi découvrir de nouvelles répercussions sur l’histoire. D’ailleurs à la fin de chaque épisode, vous pourrez voir comment a agi la majorité des joueurs dans telle ou telle situation, ce qui est plutôt intéressant.

Si l’on exclu les défauts liés à cette version boite, The Walking Dead est donc un jeu admirablement réalisé, on soulignera à ce propos l’excellence des thèmes musicaux et des doublages.
Original et prenant, le soft devrait plaire à tous les amoureux de la franchise.
Il est tout de même à noter qu’il propose une liberté de mouvement très limitée (avec les fameux murs invisibles qui vont empêchent d’avancer et qu’on croyait d’un autre âge), un aspect qui pourrait déplaire à une époque où l’open world est presque devenu une norme. Et si un Walking Dead en monde ouvert a de quoi faire saliver, en attendant, il serait tout de même bien dommage de passer à côté d’un jeu de cette qualité.
Gageons tout de même que la saison 2 sera plus soignée que cette première sortie physique très critiquable.

[Test initialement posté sur France Retrogaming le 12/04/2014]

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 72 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Billy Joe The Walking Dead : Saison 1