👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

En 2014, le studio Machine game réinventait avec succès la licence wolfenstein. Lettre d'amour au cinéma d'exploitation, le jeu arrivait au difficile équilibre entre humour trash et vrais émotions. Cette réussite était principalement visible dans le personnage de Blasko, Machine de guerre très loin d'être unidimensionnel.

Un peu plus de trois plus tard, les voici qui remettent le couvert avec un jeu, qui tout en prenant la continuité narrative de new order (les nouveaux arrivants risquent d'être un peu paumés), réinvente pas mal de points du précédent.

Tout d'abord le jeu est beau, beaucoup plus beau que son prédécesseur qui avec son univers et son style très réussis compensait une technique un peu faiblarde. Ici les effets de lumière, de reflets sur les armures, les particules et les couleurs pètent à la gueule sans jamais entacher la fluidité exemplaire du titre.

Le jeu est également plus exigeant et cela est élégamment lié à l'histoire son personnage principal. BJ, sacrifié à la fin du précédent jeu, est maintenant un mort en sursit. Diminué, il cache sa détresse à ses proches pour ce qui lui semble être son baroud d'honneur. Dès lors, la barre de vie est plafonnée à 50% pendant la première moitié du titre. On meurt donc très vite mais toujours de façon juste.

Les niveaux sont beaucoup plus dirigistes que dans new order, offrant moins d'alternatives pour attaquer une situation. Mais ils sont également mieux rythmés évitant cette narrative montée en puissance de chaque niveau qui entachait la rejouabilité. Il y a même cette excellente idée des uber commanders qui une fois passé le gimmick un peu énervant de la machine énigma permet de rejouer de petites parties de ces niveaux avec des défis corsés et frontaux.

Hormis quelques défaut mineurs, Wolfenstein: The new Colossus est un jeu supérieur à son prédécesseur qui me rend impatient de jouer la suite et fin de ce qui se révèle être la meilleure version imaginable de cette vénérable série.

cptluckyjack
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes PS4 - mon histoire et Switch Switch Bitch

il y a 4 ans

1 j'aime

Wolfenstein II: The New Colossus
Payn
2

Vous vous foutez de moi ?!

C'est tout sourire que je me suis procuré ce titre, grand amoureux de FPS, de nazis débiles à déglinguer et de scénario un peu concon, je ne pouvais que adorer. Mais ce ne fût pas le cas,...

Lire la critique

il y a 3 ans

10 j'aime

2

Wolfenstein II: The New Colossus
Nightmare1984
5

Un colosse au pied d'argile.

Après un spin off réussi faisant office de préquelle à The New Order, la suite de Wolfenstein revient après plus de trois longues années d'attente. Le temps nécessaire pour rafistoler Blazkowicz et...

Lire la critique

il y a 4 ans

6 j'aime

2

Wolfenstein II: The New Colossus
L_amateur
4

Mêmes les nazis, c'était mieux avant.

Côté mécanique de jeu, TNC est assez décevant, plat, prévisible ; rigide et très vite ennuyeux. Mais je me suis dit : bon, si ça défoule et que l'histoire est pas trop embarrassante, comme un Doom,...

Lire la critique

il y a 2 ans

4 j'aime

Le Roi Scorpion
cptluckyjack
7

aimer le roi scorpion ne fait pas de vous le roi des cons

Comme n'importe lequel des films de tonton Russell (Le Blob,le mask, l'effaceur, etc). Je ne me prosternerai jamais devant la profondeur du propos politique du films ,d'accord. Mais...mais rien du...

Lire la critique

il y a 11 ans

7 j'aime

Red Dead Redemption II
cptluckyjack
9

Une balle dans le pied aux portes du paradis

115 heures à sentir les fleurs, à allumer des clopes regardant un orage gronder au loin. Je ne peux décemment pas dire que je suis déçu par le dernier Rockstar. Je vais en revanche m'évertuer de...

Lire la critique

il y a 3 ans

3 j'aime

Uncharted: The Lost Legacy
cptluckyjack
8

Recycler c'est la santé

Après l'épisode 4 qui bouclait très élégamment les aventures du plus sympathique des génocidaires. J'étais plus que dubitatif à l'idée de voir débarquer un nouvel épisode sans lui. Après tout, il est...

Lire la critique

il y a 3 ans

3 j'aime