1001 jeux à faire avant de mourir

Avatar Attila Liste de

1001 jeux vidéo

par Attila

Pas une liste des 1001 meilleurs jeux vidéo qui soit mais plutôt une liste de jeux, d'expériences et de curiosités répondant (plus ou moins) à la définition d'un jeu vidéo et méritant (plus ou moins) d'être joués. A l'exception de quelques fiches que je mettrais à jour après avoir un minimum joué aux titres en question, la liste est complète... mais j'y ajoute (et donc en retire) des titres selon les découvertes du moment.

Bien entendu l'idée initiale vient du livre de Tony Mott, mais j'ai constitué ma liste depuis zéro parce que je trouvais sa sélection assez générique.

Et je remercie mon pote Stun pour avoir eu le courage de tout relire et relever des fautes, des oublis ainsi que quelques bonnes suggestions.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • Bande-annonce

    Bermuda Syndrome (1995)

    Sortie : 1995. Aventure.

    Jeu vidéo de Century Soft sur PC

    Jeu d'aventure à la jouabilité et la représentation très proche de Flashback ; le scénario et le gameplay surfent par contre davantage sur de l'action dans un univers sauce The Lost World (Arthur Conan Doyle, 1912), avec une touche de Fantastique.

    Vous y incarnez un pilote d'avion de chasse pendant la Seconde Guerre Mondiale, combattant au dessus de l'Allemagne mais qui se fait abattre et atterit mystérieusement dans une jungle luxuriante peuplée de dinosaures.
    Vous faites rapidement la rencontre d'une princesse locale qui était sur le point d'être bouffée par un dinosaure... que votre avion a décapité en s'écrasant. Et de là la princesse va vous suivre dans vos aventures.

    J'ai fait la démo des tas de fois étant gamin, mais je crois ne jamais avoir eu le jeu complet entre les mains donc je ne sais pas ce qu'il se passe après cette introduction.

    En tout cas les environnements sont magnifiques, de vrais tableaux sur lesquels les personnages et effets en 3D ne dénotent pas terriblement.

    Le jeu est maintenant un abandonware, donc hop un lien :
    http://www.abandonware-france.org/ltf_abandon/ltf_jeu.php?id=401
  • Simon le Sorcier 2 (1995)

    Sortie : 1995. Aventure.

    Jeu vidéo de Headfirst et Adventure Soft sur PC

    Point'n'clic assez marrant, dont j'ai un bon souvenir tout du moins parce que je n'ai jamais réussi à le relancer depuis une bonne quinzaine d'années. A l'époque je le lançais depuis DOS en tapant des commandes super mal écrites sur un papier qu'on m'avait filé avec le jeu. Bref !

    Le Simon dont il est question est un jeune lambda des années '80, qui se retrouve dans un monde médieval fantastique où il deviendra, je vous le donne en mille : un sorcier !

    Ca rappelera forcément Monkey Island à ceux qui connaissent, interface et D.A. similaire, casting de personnages, humour omniprésent... clairement l'un de ses descendants spirituels les plus reconnaissables.

    Des liens GOG pour les deux premiers opus :
    ♟ 1, https://www.gog.com/game/simon_the_sorcerer
    ♟ 2, https://www.gog.com/game/simon_the_sorcerer_2

    C'est également disponible sur Google Play mais avec un rendu lissé que je trouve à gerber. Préférez les bons vieux pixels de ces versions PC !

    Il existe un troisième opus, tout en 3D, mais tellement moche que même à l'époque de sa sortie je trouvais ça trop moche pour être joué. Si ça se trouve c'est super fun, je sais pas.
  • The Beast Within (1995)

    The Beast Within: A Gabriel Knight Mystery

    Sortie : 1995. Aventure et point’n’click.

    Jeu vidéo de Sierra On-Line, Activision et Sierra Entertainment sur PC et Mac

    Second épisode de la série de jeux d'aventure Gabriel Knight qui, contrairement à son prédécesseur, n'est plus réalisé en plan fixe avec des pixels mais sous forme de vidéos interactives avec des acteurs réels comme dans Phantasmagoria qu'on a vu à la page précédente.

    Dans Beast Within, vous incarnez alternativement Gabriel et Grace, son assistante ; alors que Gabriel hérite d'un château en Allemagne et du titre de noblesse qui va avec, vous découvrez que la bourgade a récemment connu un meurtre atroce, que les villageois attribue à un loup-garou. No shit.

    L'enquête se passe en différents lieux de l'Allemagne et mêlera de nouveau une part de Fantastique avec une enquête "policière".

    Un lien de téléchargement sur GOG :
    https://www.gog.com/game/gabriel_knight_2_the_beast_within

    Pas de remake à l'horizon pour celui-ci, même si ça semble complexe sur le papier... Remastériser les bandes vidéo d'époque ? Refaire l'intégralité du tournage ? Changer complètement ce mode de représentation par de la 3D ?
  • Rayman (1995)

    Sortie : . Plateforme.

    Jeu vidéo de Michel Ancel, Ubisoft Montpellier et Ubisoft Entertainment sur PC, PlayStation, Saturn, Jaguar, Nintendo DS, PS Vita, PSP et PlayStation 3

    Jeu pilier de l'histoire d'Ubisoft, œuvre de Michel Ancel et d'une petite équipe avec laquelle il produisit ce platformer très jolie et toujours très agréable à jouer de nos jours.

    ʬ Il semble de rigueur de vous conseiller la lecture de cet ouvrage si vous voulez creuser le sujet :
    http://www.editionspixnlove.com/Tous-nos-ouvrages/Michel-Ancel-Biographie-d-un-createur-de-jeux-video-francais/flypage.tpl.html

    J'y ai appris un truc marrant : le "UBI" d'Ubisoft signifierait "Union des Bretons Indépendants", du fait de la terre d'origine de la fratrie Guillemot (et de Vincent Bolloré, d'ailleurs).

    Un lien GOG pour ce premier épisode de Rayman :
    https://www.gog.com/game/rayman_forever

    Rayman connu deux suites canoniques en 3D, moins mémorables mais honnêtes (et dispo' sur GOG aussi). Puis il faudra attendre quelques années et un interlude Lapins Crétins avant que les géniaux Origins et Legends ne pointent leurs nez. On les verra en temps voulu.
  • Destruction Derby 2 (1996)

    Sortie : . Course.

    Jeu vidéo de Reflections et Psygnosis sur PlayStation, PC, PSP et PlayStation 3

    Marrant et un peu déprimant de se souvenir qu'un bon vieux Destruction Derby des familles fut l'oeuvre conjointe de Reflections (ingéré par Ubisoft pour faire du Ubisoft) et Psygnosis (ingéré par Sony puis fermé il y a quelques temps).
    Cette façon robotisée d'acheter, de compacter puis de fermer des studios qui se sont construits sur la passion de ses fondateurs... faut vraiment ne réfléchir qu'en C.A. pour trouver une logique à ça.

    Bref !

    Destruction Derby, comme la jaquette vous aura permis de le comprendre, est un jeu de caisse dans lequel il y a de la casse.

    La grosse nouveauté c'était le niveau de destructabilité des voitures, y avait des morceaux dans tous les sens et ça se cartonnait joyeusement. Il y avait même un level où toutes les voitures étaient placées en cercle et convergeaient en même temps vers le centre, le joyeux boxon.
    Loin d'être fantastique mais suffisamment marrant pour être un bon souvenir.

    Vous savez comment sont les éditeurs, du coup ça n'a pas coupé, la PS2 eu le droit à un Destruction Derby alors que la "mode" de ce style de soft' était passée. Et puis la descente dans les abimes de l'anonymat... Sinon vous pouvez aussi jeter un œil à la licence cousine FlatOut, Ultimate Carnage si possible.
  • Tactics Ogre : Let Us Cling Together (1995)

    TACTICS OGRE Unmei no Wa

    Sortie : . Tactique, jeu de rôle et stratégie tour par tour.

    Jeu vidéo de Quest, Artdink Corporation, Atlus sur Super Nintendo, Saturn et PlayStation

    On parlait d'Ogre Battle il y a quelques pages, voici sa suite !

    C'est toujours du Tactical RPG, mettant ici en scène un conflit entre plusieurs familles autour du contrôle d'un port au statut de plaque tournante du commerce.

    L'épisode PSP listé ici est un remake du jeu original sortie en '95 sur SuperFamicom.
  • Bande-annonce

    I Have no Mouth and I Must Scream (1995)

    Sortie : . Aventure.

    Jeu vidéo de Cyberdreams, The Dreamers Guild, David Mullich sur Linux, PC et Mac

    J'ai découvert l'existence de jeu très récemment sur GOG, c'est basé sur une bouquin à tonalité politique, ça m'a l'air intéressant !

    ♟ Un lien GOG si ça vous intéresse : http://www.gog.com/game/i_have_no_mouth_and_i_must_scream#

    Je l'ai acheté mais pas encore testé, je mettrais cette fiche à jour dans un avenir plus ou moins proche.
  • Warcraft II : Tides of Darkness (1996)

    Sortie : 1996. Stratégie temps réel.

    Jeu vidéo de Blizzard Entertainment sur PC, PSone, Saturn et Mac

    Il fallait bien qu'il y ai un WarCraft dans cette liste, hors le premier a ultra-mal vieilli ; je déteste le troisième pour nombre de raisons et oh coïncidence j'adore le second !

    WarCraft, c'est le premier coup de Blizzard dans le monde du RTS, quelques années avant le mastodonte StarCraft. Mais WarCraft ne se résume pas à un coup d'essai pour autant et apporte déjà son univers et ses mécaniques bien assumés, un style propre, un jeu plaisant à prendre en main et agréable à jouer.

    L'intro' du jeu, préfigurant (sans trop le montrer) l'immense maîtrise dans ce domaine que Blizzard allait acquérir :
    https://youtu.be/ZU-n8UZM5Cc

    Pas étonnant qu'il soit encore de nos jours l'un des titres majeurs de l'Histoire de Blizzard, le premier qu'ils transposèrent en MMO et le premier à connaître une adaptation ciné' :
    https://youtu.be/RhFMIRuHAL4

    J'ai eu beau chercher, je n'ai pas trouvé de lien à vous filer pour pouvoir y jouer. Le site de Blizzard ne propose que WarCraft III.
  • Bande-annonce

    The Dig (1995)

    Sortie : . Point’n’click et aventure.

    Jeu vidéo de LucasArts sur PC et Mac

    Un jour, Steven Spielberg écrivit un script pour une histoire de science-fiction, mais sans la thune / le temps de développer ça pour le Cinéma, il refila ce script à son copain George Lucas qui le mis dans les mains de LucasArts, son studio de jeu vidéo.
    Et voilà comment naquis The Dig.

    Loin de l'humour et du ton décalé des Monkey Island et autres Maniac Mansion, The Dig se veut bien plus sérieux dans son histoire de voyage intergalactique sur plusieurs plans d'existence, et mise sur son ambiance posée et la compréhension d'une civilisation disparue pour offrir une poignée d'heures d'un voyage inoubliable.

    Clairement à faire si vous êtes un minimum fan de Science Fiction.

    L'intro pour se mettre dans le bain :
    https://youtu.be/1LI4pKnEogc

    Et des liens Steam et GOG de circonstance :
    ♟ GOG, https://www.gog.com/game/the_dig
    ♟ Steam, http://store.steampowered.com/app/6040/

    The Dig est un de mes jeux préférés of all time, figurant à jamais dans mon Top 10. J'ai la plus grande difficulté à comprendre comment des gens ont pu ne pas aimer...
  • Earthworm Jim 2 (1995)

    Sortie : . Plateforme et action.

    Jeu vidéo de Shiny Entertainment, Screaming Pink, Majesco Sales sur Megadrive, Super Nintendo, PC, PSone, Game Boy Advance, Saturn et Wii

    Dyptique culte de platformer 2D paru sur Megadrive et Super NES (puis porté à l'envie), vous y incarnez un vers de terre disposant d'un exosquelette (d'un exo-corps on pourrait même dire) lui permettant de devenir anthropomorphe, de marcher, courir, sauter ou manipuler des objets ainsi que lui-même (son vrai corps de ver de terre est utilisé comme un fouet ou un lasso par l'exosquelette).

    On doit ces deux titres délirants mais bien fun à Douglas TenNapel et David Perry. Ce dernier fut probablement l'un des golden boy les plus médiatique des années '90 en compagnie de John Romero, posant pour des magazines avec sa Ferrari et son hélicoptère perso'.

    Un lien GOG pour les deux épisodes :
    ♟ 1+2, https://www.gog.com/game/earthworm_jim_1_2

    Petite préférence personnelle pour le second opus, mais le premier est sympa' aussi. Par contre oubliez ce qui est arrivé après, la 3D ne lui a pas réussi.
  • The Killing Grounds : Alien Breed 3D 2 (1996)

    Sortie : 1996. FPS.

    Jeu vidéo de Team 17 sur Amiga

    La sous-série "3D" d'Alien Breed, itération FPS de la licence de shooters Alien Breed qu'on a croisé précédemment sur Amiga.

    L'idée ici pour Team 17 était de se rapprocher du rendu de Quake, premier FPS complètement polygonale chez id Software.
    Tout ça fut un peu trop ambitieux en fin de compte, même avec les meilleures config' possible l'Amiga était juste incapable de faire décemment tourner le jeu à l'époque. Ce n'est qu'avec des outils d'émulation récent que le jeu devint pleinement jouable, c'est dire...

    Du gameplay qui tourne bien parce que le futur c'est maintenant :
    https://youtu.be/vstH_dZNqlI

    Worms Director's Cut fut le titre suivant du développeur sur Amiga ainsi que son dernier, les ventes de la machine de Commodore s'épuisant.
    Même Alien Breed 3D s'éteignit ici, un troisième opus fut envisagé pour la Dreamcast mais abandonné en cours de route.

    Comme je le disais à propos de la série originelle, il faudra attendre l'Unreal Engine 3 pour voir revenir Alien Breed.
  • Dodonpachi (1997)

    Sortie : 1997. Shoot'em up.

    Jeu vidéo de Cave et Atlus sur PSone, Saturn, Arcade, PS Vita, PlayStation 3 et PSP

    Légende du shoot Arcade et probablement LE nom de référence quand il est question de manic-shooters, ce qui signifie qu'il est connu et reconnu pour ses écrans noyés de boulettes.

    A noter que la société Cave fut fondé par des mecs ayant précédemment bossé sur Batsugun chez je-ne-sais-plus-qui en '93. Batsugun peut donc être perçu comme l'ancêtre de DonPachi, et donc un peu le père fondateur du danmaku, dont voici une vidéo :
    http://youtu.be/zTcBJvm2zhE

    Et je vous invite à jeter un œil à Perfect Cherry Blossom.
  • Bande-annonce

    Guardian Heroes (1996)

    Sortie : . Beat'em all.

    Jeu vidéo de Treasure, Tetsuhiko Kikuchi, Masaki Ukyo sur Saturn et Xbox 360

    Du Beat'em All bien fun de chez Treasure sur Saturn.

    Possibilité d'évoluer sur différents plans de profondeur, une palette de personnages aux styles variés, une touche d'évolution des caractéristiques qui pourrait vous faire dire "RPG" (presque un cousin à Symphony of the Night quand on y songe), le tout emballé dans de l'action efficace.
    Le truc assez énorme, mais peu repris par la suite, c'est un système de karma qui altère la fin et le comportement de certains perso' en fonction des quantités de civils que vous butez.

    ► Du gameplay sur Saturn : https://youtu.be/yx0jJgBa4YM

    À connu une suite forcément un peu plus sage sur Game Boy Advance et une ressortie sur Xbox Live Arcade.
  • Bande-annonce

    Duke Nukem 3D (1996)

    Sortie : . FPS.

    Jeu vidéo de MachineWorks Northwest, 3D Realms, Apogee Software sur iPad, PC, PSone, Nintendo 64, Megadrive, Saturn, Mac, iPhone, Linux et Xbox 360

    L'époque où les FPS étaient fun, pas les couloirs de scripts actuel.

    ► Une séquence de jeu : https://youtu.be/opUWFt5XWLc

    FPS tout aussi fun qu'il est stupide, Duke 3D est également connu pour un détail tendancieux, la possibilité de filer de la thune aux strip-teaseuses pour obtenir un petit "supplément".
    On touche ici à un débat qui m'intéresse beaucoup, que je crois important, mais qui est sujet à interprétations.

    Pas besoin d'être diplômé en Arts pour se rendre compte que toute la licence Duke Nukem est baignée par la beauferie et le mauvais goût, le personnage en lui-même a une dégaine tout droit venu des années '80s, il massacre des alien-porcs à la chaîne avec de gros guns tout en balançant des catch-phrases... et il est entouré de bimbos sur-cliché.
    Sincèrement, je me considère comme un défenseur de l'égalité et de la parité, je crois que les femmes sont les égales des hommes et ne devraient donc pas être dépeintes comme des objets sexuels, ni comme des objets tout court pour être moins spécifique à Duke Nukem, ni comme quoi que ce soit d'autres que des humains si l'on étendait le débat jusqu'au bout de son idée.

    Faudrait-il pour autant bannir Duke Nukem 3D et sa représentation archi-caricaturale de la Femme ?
    Je ne sais pas.
    Si Duke était une femme sur-armée traitant les hommes comme du bétail, ce ne serait pas plus intelligent et légitime mais je crois que cela ferait parti de la même caricature débile, cependant assumée comme telle.

    On en revient à une discussion que j'avais eu avec ma soeur, de savoir si un jeu à connotation "historique" genre Red Dead Redemption doit ou pas représenter la Femme telle qu'elle était traitée dans le contexte de son époque.
    Le western c'était pas vraiment l'apogée du Féminisme, Rockstar a-t-il bien fait de conserver cette donnée, ou ses développeurs aurait-ils du faire une entorse à l'Histoire pour le bien de la représentation de la Femme dans nos médias ?
    Je sais ce que vous allez me dire, DN3D ne représente aucune époque, on est d'accord. Mais il représente une caricature assumée comme telle.

    Mais j'en arrive à la limite du nombre de caractère par fiche, du coup je vous laisse avec cette question morale : est-ce que le simple prétexte de la caricature ou de l'univers de fiction suffit à justifier une représentation aberrante de l'Humain ? Participant peut-être à véhiculer de mauvais messages sur ce que devrait être l'égalité entre tous...

    https://youtu.be/4ZPSrwedvsg
  • Bande-annonce

    Bad Mojo (1996)

    Sortie : . Action.

    Jeu vidéo de Pulse Interactive et Acclaim Entertainment sur PC

    Simulateur de cafard.
    Si si !

    Il est difficile de définir précisément le genre auquel je pourrais rattacher Bad Mojo. Vous incarnez un cafard comme je le disais, vous pouvez vous déplacer dans les conduits, dans les murs, sur et sous les tables et de façon général dans des endroits crades.
    Il y a des énigmes à résoudre tandis que la vie humaine environnante vous donne des informations sur le contexte et le scénario que vous faites avancer... à votre façon.

    Va sans dire que tout ça est très bizarre, presque incomparable avec un autre jeu...

    Un lien GOG de ce jeu quasiment introuvable autrement :
    https://www.gog.com/game/bad_mojo_redux
  • Bande-annonce

    Resident Evil (2002)

    Bio Hazard

    Sortie : . Action-Aventure et survie.

    Jeu vidéo de CAPCOM sur GameCube et Wii

    Vous l'aurez deviné, Resident Evil est l'épisode fondateur de la saga fleuve qui porte son nom (Bio Hazard au Japon soit dit en passant). Elle fut initiée par l'immense Shinji Mikami dont je suis un grand fan, qui ne revint aux commandes que pour RE4, qu'on verra en temps voulu.

    Resident Evil est un bon survival-horror à l'ambiance proche des films de zombies des années '70 ~ '80, à l'époque où les zombies étaient encore des monstres lents et inquiétants.
    Les énigmes un peu tordu et le background plutôt bien branlé lui donne un cachet particulier, marque de fabrique d'une longue série en devenir donc...

    Il peut être intéressant de jouer au premier opus dans sa version originale sur PSone avant de mettre les mains sur Rebirth ; mais j'ai listé Rebirth malgré tout parce que PUTAIN ça c'est du remake comme on aimerait en voir plus souvent, décollement de rétine garantie.

    Du gameplay des versions PSone et Cube en vidéo :
    ► Original, https://youtu.be/moW4wLlZnHk
    ► Remake, https://youtu.be/XZezfbINSKQ

    Et l'intro d'époque pour le fun :
    https://youtu.be/YBPorxYQcwc?t=4s

    On va recroiser la série au fil de cette liste, mais en gros elle a connu deux grandes périodes :
    - L'ère survival-horror, les 1, 2, 3, Code Veronica et Zero en gros, où tu te déplaçais lentement dans des lieux inquiétants tout en tremblant de croiser un zombie lent et vorace. Des énigmes un peu tirées par les cheveux et peu de munitions...
    - L'ère action, les épisodes 4, 5 et 6 (et un peu l'opus 3DS "Revelaitons" bien qu'il soit cul entre deux chaises à ce sujet) dans lesquels c'est une vue à l'épaule et du shoot plus qu'autre chose. On conserve les personnages et quelques tenants et aboutissants, quelques énigmes également, mais c'est axé action plein-pot malgré tout.

    Bien entendu il y a des fans et des détracteurs des deux côtés, l'éternelle question de l'évolution nécessaire d'une oeuvre ou d'un artiste quand ses admirateurs ont des attentes différentes...
    Je regrette cependant que l'orientation action des Resident Evil (pourtant de grande qualité dans un RE4) ait emporté dans sa chute d'autres séries dont Dead Space, qui aurait peut-être gagné à poursuivre leurs propres voix.

    Pour l'anecdote, je ne l'ai pas listé parce que je ne le crois pas nécessaire (et on en parlait déjà sur la fiche d'Alone in the Dark) mais Resident Evil était une version actualisée d'un jeu NES de Capcom baptisé Sweet Home et qui constitue vraisemblablement l'un des premiers jeu horrifique.
  • Bande-annonce

    Metal Slug 3 (2000)

    Sortie : . Action et shoot'em up.

    Jeu vidéo de SNK et SNK Playmore sur PSP, Neo Geo, Arcade, PlayStation 2, PlayStation 3, PlayStation 4, PS Vita, Nintendo Switch, Xbox, Xbox One, Xbox 360, PC, Wii, iPhone et Android

    Probablement ce qui se fait de mieux en run'n'gun Arcade !

    Lâché dans différents territoires occupés par des divisions militaires en tout genre, vous progressez comme dans un platformer tout en shootant tout ce qui passe façon shoot'em'up.
    D'où l'expression run'n'gun.

    La patte SNK, une direction artistique servie par des sprites fantastiques et surtout du fun à vendre malgré une difficulté (aux premiers abords) demandant pas mal de concentration font que les Metal Slug se sont fait une place dans toutes les salles d'arcade qui se respectent. En plus d'avoir été portés sur un nombre pas croyable de supports comme en témoigne la longue liste ci-dessus.

    Une vidéo de gameplay pour voir ça sur pièces :
    https://youtu.be/618yA_WYK4c

    Et des liens Steam pour quelques épisodes de la série :
    ♟ Metal Slug 1, http://store.steampowered.com/app/366250/
    ♟ Metal Slug 3, http://store.steampowered.com/app/250180/
    ♟ Metal Slug X, http://store.steampowered.com/app/312610/

    A faire à deux si vous en avez matériellement la possibilité.
  • International Track & Field (1996)

    Sortie : . Sport.

    Jeu vidéo de KONAMI sur PlayStation, Game Boy Color, PlayStation 3 et PSP

    Rassemblement de plusieurs mini-games reproduisant des disciplines olympiques, sans la licence officielle des jeux olympiques.

    Afin de reproduire l'effort des sportifs, le gameplay de Track&Field est basé sur le matraquage de plusieurs boutons le plus rapidement possible, de façon soutenu, pendant plusieurs secondes. Le genre de jeu qui te fait changer de manettes toutes les trois semaines.

    Du gameplay de la version arcade :
    https://youtu.be/RLeNExXflkc

    Quand le petit bonhomme court dans la première épreuve de la vidéo, par exemple, le joueur doit taper alternativement et super vite sur deux boutons.
    Plus il tape vite, plus le personnage court vite.

    De là sont nés des quantités d'idées pour moins se fatiguer mais performer quand même :
    - La technique de la cuillère, consistant à "frotter" super vite les deux boutons. L'avantage étant que tu ne te soucies plus de la bonne synchronicité des touches sur lesquels tu appuies, le mouvement gauche-droite s'en occupe naturellement et tu n'as plus qu'à être rapide du poignet. Ça marche aussi avec un briquet si vous êtes fumeurs (c'est paaaas bien !).
    - Plaquer la manette sur une table et utiliser ses deux index (ce qui revient à un dispositif proche de l'arcade à vrai dire).
    - Et probablement plein d'autres que je ne connais pas...

    C'est basé sur le score bien entendu. C'est assez marrant à plusieurs et constitue finalement l'ancêtre de pas mal de titres parus sur Wii qui demandaient également des efforts physiques soutenus sur certaines disciplines.

    Je crois que ça fait longtemps que Konami n'a pas produit de nouveaux Track & Field et je n'ai pas l'impression que ça ait fait beaucoup d'enfants hormis Wii Sports. Si les smartphones n'étaient pas si fragiles on aurait pu imaginer des transpositions mobiles...
  • Arc The Lad II (1996)

    Sortie : . Jeu de rôle.

    Jeu vidéo de Arc Entertainment et Sony Interactive Entertainment sur PSone, PS Vita, PlayStation 3 et PSP

    CaptnObvious a dit :

    "Pour la série Arc the Lad le meilleur épisode est assurément le 2. Après il est franchement méconnu, mais c'est peut-être justement une bonne raison pour le mettre dans cette liste !"
  • Bande-annonce

    Super Mario 64 (1996)

    Sūpā Mario Rokujūyon

    Sortie : . Plateforme.

    Jeu vidéo de Nintendo EAD et Nintendo sur Nintendo 64, Wii et Wii U

    Attention, jeu absolument révolutionnaire .

    Ce qu'il y avait d'amusant à l'époque, et ça perdure d'ailleurs un peu de nos jours, c'est qu'on jugeait les jeux "passant à la 3D" comme s'il s'agissait d'un examen de passage :
    "La série Machin-Chose va-t-elle réussir le bond dans la 3D tout en conservant ses qualités ludiques ?!"

    Mais en fait, la question est erronée car, techniquement, en passant d'un mode de représentation à un autre, de la 2D à la 3D, on change également de GENRE de jeu.

    Certes vous me direz, on n'avait pas cette conception des choses à l'époque, mais rétrospectivement il faut bien le dire, la 3D n'est pas une évolution de la 2D, c'est juste une façon différente de représenter les éléments à l'écran, qui entraîne une appréciation très différente de la jouabilité et du gameplay.

    Oui Mario a réussi son passage à la 3D, mais ce fut en créant un nouveau genre et une nouvelle façon d'évoluer dans les décors.
    On ne saute pas sur les goomba de la même façon en 3D qu'en 2D, ça ne fait pas intervenir les mêmes composantes dans l'appréciation de l'espace, celui-ci n'étant pas le même pour le joueur.

    Et c'est d'ailleurs en ne cherchant pas à transposer tel quel son gameplay 2D que Miyamoto et ses équipes réussirent avec Mario 64 : c'est en repensant le personnage et sa gestuelle dans ce nouvel environnement.
    On dit que Miyamoto himself passa plus de six mois à peaufiner à l'extrême la gestuelle de Mario, jusqu'à avoir un résultat qu'il estimait correct pour être agréable à jouer. Puis les levels se construisirent tout autour...

    J'insiste donc bien : Mario 64 est une révolution. Ce titre a totalement changé la façon d'appréhender espace, déplacements et caméras de jeu ; et la totalité des jeux 3D que vous connaissez ont un à plusieurs gènes issus de Mario 64.

    Game of the Year 1996, cela va sans dire !

    Dans son test, le site web IGN conclua à l'époque : "C’est peut-être la plus grande prouesse de l’histoire des jeux vidéo".
  • Bande-annonce

    NiGHTS : Into Dreams (1996)

    Sortie : 1996. Plateforme et aventure.

    Jeu vidéo de Sonic Team, Yuji Naka, SEGA sur PC, PlayStation 2, Saturn, Xbox One, PlayStation 3 et Xbox 360

    Platformer 2,5D à l'univers onirique, devenu assez emblématique du bestiaire Sega alors qu'il n'en est qu'à sa seconde itération.

    Bien qu'il fut réalisé en 3D et vendu comme le chantre du pad analogique de la Saturn, Nights se joue sur deux dimensions comme Pandemonium.
    Vous y incarnez le genre d'arlequin de la pochette, volant à travers des anneaux en évitant des obstacles, c'est là que l'analogique entre en scène, permettant de réaliser de jolies boucles de voltige. De la plate-forme sans contrainte de gravité pourrait-on dire, comme dans Ecco the Dolphin.

    ► Du gameplay sur Saturn : https://youtu.be/bkXKYJ0SBl4

    Comme dit plus haut, Nights n'a connu qu'une seule et unique suite, sur Wii, et sans avoir levé un enthousiasme débordant malgrée petit culte ayant suivi la création originale.
  • Star Ocean : First Departure (2007)

    Sortie : . Jeu de rôle.

    Jeu vidéo de Tri-Ace et SQUARE ENIX sur PSP

    Premier épisode d'une saga de A-RPG développée par tri-ace, ayant débuté sur SuperFamicom et qui a connu son cinquième épisode (seulement) en 2016 sur PlayStation 4. On peut pas dire qu'ils l'usent.

    Je me souviens plus où j'ai lu ça, mais l'inspiration originale serait venu de Star Trek. Probablement vrai sur des détails de la construction de l'univers comme la fédération spatiale entrant en contact avec le groupe de héros, mais le filigrane de Fantasy incite davantage à la comparaison avec Star Wars. Au moins sur la forme tout du moins. S'il y a un fan de Star Ocean et de Star Trek qui passe dans le coin...

    Je vous ai mis le remake PSP réalisé par TOSE (tant qu'à faire) mais le titre originale vaux clairement le coup d'œil, magnifique même pour de la SuperFamicom, utilisant des tas d'effets visuels et même des voix digit'. Le grand luxe.

    On le disait, Star Ocean a encore une actualité en 2016, mais je n'ai pas l'impression que tous les épisodes soient très recommandables.
  • Bande-annonce

    Harvester (1996)

    Sortie : . Aventure et point’n’click.

    Jeu vidéo de DigiFX Interactive, DigiFX Interactive, Night Dive Studios sur Linux et PC

    Point'n'clic en Full Motion Video, pas mal trash dans le genre, interdit dans plusieurs pays à l'époque mais devenu culte chez les amateurs de bizarrerie. En témoigne notamment cette fan page :
    ʬ https://www.facebook.com/lodge.level.4/

    Des liens GOG et Steam :
    ♟ GOG, http://www.gog.com/game/harvester
    ♟ Steam, http://store.steampowered.com/app/287020/
  • Crash Bandicoot (1996)

    Sortie : . Plateforme.

    Jeu vidéo de Naughty Dog, Sony Computer Entertainment America et Universal Interactive Studios sur PlayStation, PlayStation 3 et PSP

    Plagiat de Sonic, avec une vue arrière peu ergonomique et qui ne sert à rien d'autre qu'à se faire mousser sur la réalisation du jeu, alors que la 3D polygonale se démocratisait.
    Malgré ses différents axes de mouvement, je n'ai jamais considéré Crash Bandicoot comme un jeu de plate-forme 3D ㅡ il l'est tout autant que Pandemonium.

    Il s'agit néanmoins de l'un des premiers gros succès critique et médiatique de Naughty Dog, boite fondée en 1986 et dont la popularité ne fera que croître jusqu'aux blockbusters Uncharted et Last of Us de la PlayStation 3 (et 4).

    Dev Plays en compagnie d'un de ses créateurs :
    https://youtu.be/C3zOzmI4oj8

    Crash est probablement ce qui se rapproche le plus d'une mascotte pour la PlayStation première du nom. Il eu droit à une trilogie de platformer (rééditée à la fin des années 2010) ainsi qu'un jeu de kart à la qualité honorable.

    Puis c'est un peu parti en live par la suite avec des épisodes PS2, Wii, 360, PSP et NDS de qualité fort variable, des party-games, des suites à Crash Team Racing... les dernières itérations datent de 2008 et depuis c'est un peu le silence.

    Cependant, on peut clairement considéré que les runners qui pullulent sur mobile (Temple Run en tête) sont des descendants légitime à Crash.
  • The Settlers II (1996)

    Sortie : 1996. Gestion.

    Jeu vidéo de Blue Byte Software sur PC

    Gestion d'une colonie de pionniers, davantage axée sur le développement technologique, l'essors de la colonie et la bonne gestion des matières premières nécessaires à son développement que sur le combat avec les autres colons ou les autochtones.

    Une des particularités du gameplay est qu'on ne contrôle pas les villageois directement, on indique ce qu'on veut faire fabriquer et ils se mettent au boulot d'eux-mêmes.
    Ça m'a beaucoup frustré quand j'ai joué la première fois, habitué que j'étais aux Command&Conquer et WarCraft...

    Les combats sont présents et les frictions régulières aux frontières. Celles-ci sont représentées par des bornes en pierre colorées que vos habitants peuvent déplacer progressivement, probablement ce que j'aimais le plus faire dans ce jeu et sa suite.

    Voici un lien GOG pour Settlers II Gold Edition :
    https://www.gog.com/game/the_settlers_2_gold_edition

    J'ai surtout joué au II et III, pas trop au IV bien que je l'ai acheté assez rapidement à sa sortie. Après c'est passé en 3D et j'ai plus trop suivi... On recroisera cependant du Settlers en 2D dans une version navigateur.
  • Bande-annonce

    Death Rally (2011)

    Sortie : . Course.

    Jeu vidéo de Mountain Sheep et Remedy Entertainment sur PC, iPhone, iPad et Android

    Jeu de course à mi-chemin entre Micro-Machines et Mad Max, avec une ribambelle d'armes et des tracés sympa', pas prise de tête mais bien fun.

    Le titre originel est l'oeuvre de Remedy, les Finlandais que l'on retrouvera derrière Max Payne, Alan Wake et Quantum Break quelques années plus tard.

    C'est disponible en téléchargement ici :
    http://death-rally.fr.softonic.com/

    A noter l'existence d'un remake tout en 3D qui vaux pas mal le détour, surtout pour les possesseurs d'iPad de seconde génération et supérieur, sur lesquels le rendu optimisé est plutôt impressionnant.
  • Heroes of Might and Magic II : The Succession Wars (1996)

    Sortie : 1996. Stratégie tour par tour.

    Jeu vidéo de New World Computing et The 3DO Company sur PC

    Seul épisode de la série Heroes of Might and Magic sur lequel j'ai suffisamment passé de temps pour pouvoir raisonnablement vous en parler.

    C'est de la stratégie au tour par tour mêlant un peu de jeu de rôle, dans un univers médiéval-fantastique pur bois.
    À chaque tour vous pouvez déplacer votre petite armée, ramasser des ressources et des trésors, et éventuellement des technologies. Développer votre armée en consommant des ressources aussi bien entendu. Et votre héros a des statistiques évolutives et peut apprendre des sorts magiques.
    Tout cela avec l'idée d'aller matter monstres et royaumes ennemis pour faire respecter votre autorité.

    Comme l'indique son sous-titre, cette séquelle se concentre sur les guerres de succession ayant suivi la mort du roi Morglin Ironfist.

    La licence Might and Magic a été terriblement prolifique depuis, perpétuant la série canonique jusqu'à un récent dixième épisode, tout en voyant de nombreux spin-off être publiés comme l'Action-RPG Dark Messiah of Might and Magic signé Arkane, ou le puzzle-game Clash of Heroes.
  • Bande-annonce

    Pandemonium! (1996)

    Sortie : . Plateforme et action.

    Jeu vidéo de Toys For Bob et Crystal Dynamics sur PlayStation, Saturn, PC, PlayStation 3 et PSP

    Platformer en 2,5D qui plaça Crystal Dynamics sur la scène, bien qu'il fut développé par Toys for Bob qu'on a croisé précédemment sur Star Control et qu'on reverra quand il sera question des jouets vidéo.

    Je profite de Pandemonium pour vous expliquer brièvement le terme 2,5D sans me souvenir si je l'ai déjà fait ou pas : en gros, vous avez un monde réalisé en 3D polygonale, sa méthode de représentation fait appel à la 3D.
    MAIS, le personnage ne peut se déplacer que sur un rail et le joueur n'a donc le contrôle des déplacements que sur les axes de la hauteur et de la largeur (en 2D, donc).
    Voilà, un jeu en 3D à la jouabilité 2D.

    Pandemonium mets en scène un clown et une sorte de gymnaste qui rappelle un peu Pris dans Blade Runner. Les deux personnages font une connerie au début du jeu en libérant un monstre d'un sort mal placé, qu'ils vont devoir renvoyer d'où il vient en traversant de vastes environnements, en récupérant des collectibles et en écrasant des monstres.

    Une vidéo de gameplay pour vous donner une idée :
    https://youtu.be/Gn104ttXgVc

    Un Pandemonium 2 fut développé et publié mais je n'y ai jamais joué, les visuels n'avaient pas grand chose pour donner envie avec le clown devenu Joker et Pris devenu un objet sexuel :
    ʬ http://www.abandonware-utopia.com/pages/telechargement/capture_id/663_1.jpg
  • Bande-annonce

    Command & Conquer : Alerte Rouge (1996)

    Command & Conquer: Red Alert

    Sortie : . Stratégie temps réel.

    Jeu vidéo de Westwood Studios et Virgin Interactive sur PC, PSone, PlayStation 3 et PSP

    Saga alternative aux épisodes "Tiberium" de Command&Conquer, Red Alert a une place particulière dans le cœur des fans de la saga grâce à un univers un peu moins sérieux et en décalage, et jouant avec l'Histoire.

    ► L'intro' du jeu : http://youtu.be/_R6xCWcf_VU?t=26s

    Au début de ce premier opus, vous assistez à la mort d'Hitler en 1924, bien avant son règne, par un voyageur temporel bien connu, réécrivant l'Histoire que vous allez dès lors vivre sur le champs de bataille.
    A son retour dans son époque, il ne professe rien, se contentant de dire que le Temps fera son oeuvre (mais pas les nazis, donc).

    Côté gameplay, c'est très proche de Command&Conquer !
    C'est rapide, simple à prendre en main, assez punchy je dirais même en comparaison de ce qui s'est fait par la suite, ralentissant un peu le rythme pour se donner un aspect plus réaliste.
    Comme d'habitude chez Westwood les deux antagonistes sont relativement similaires, ça se joue à quelques couleurs et une petite poignée d'unités exclusives en bout d'arbre des technologies.

    C'est clairement StarCraft qui changera la face du RTS peu de temps après avec son principe de trois races très différentes et son gameplay à la croisée du Shifumi et des Échecs.
    Et malheureusement Westwood ne remit jamais vraiment sa formule en question, j'imagine que les bénéfices ne furent plus suffisants car EA ferma le studio en 2003, cinq ans après l'avoir racheté. En j'en voudrais à EA toute ma vie pour ça.

    Le jeu en téléchargement :
    http://redalert1.com/
    http://www.openra.net/

    Le second opus est également très plaisant, en revanche je suis personnellement resté imperméable au plus récent troisième épisode, malgré de nombreuses heures de jeu dessus.
    Par contre le thème musical est plutôt efficace :
    https://youtu.be/lDQ7hXMLxGc
  • Bande-annonce

    Legacy of Kain : Blood Omen (1996)

    Sortie : 1997. Action et aventure.

    Jeu vidéo de Silicon Knights, Denis Dyack et Crystal Dynamics sur PC et PSone

    Série peu prolifique mais populaire se déroulant dans le monde fictif de Nosgoth, une cosmogonie faites d'anges et de vampires s'étant construites au fil des épisodes.
    Quelques détails m'ont personnellement fait penser au Paradis Perdu de Milton, si ça peut vous donner une idée générale...

    La série connu un destin assez rocambolesque avec un Denis Dyack très procédurier et des relations entre Silicon Knights et Crystal Dynamics particulièrement tendues. En fait ce premier opus débuta chez Silicon, mais faute de moyens devint une co-production avec Crystal. Dès l'épisode suivant, c'est Crystal Dynamics qui eu l'entière main sur la saga.

    Vous y incarnez Kain, un noble devenu vampire qui l'a grave mauvaise et va chercher à se venger. Un pitch plutôt commun dans le genre, mais le scénario est plus intéressant que ce prétexte initial. Particulièrement pour les amateurs d'Anne Rice, dont les dév' de Silicon Knights étaient vraisemblablement des lecteurs vu le nombre d'emprunt. Du Shakespeare aussi.

    Côté gameplay, c'est de l'action-aventure en vue top-down. Il est possible de changer armes et armures et ça se fight souvent, sans que ce ne soit de l'action frénétique genre Diablo.

    L'épisode le plus connu de la saga est probablement Soul Reaver, qui changea cependant pas mal la formule en plus de changer de perso' principal et dont on parlera en temps voulu.