1001 jeux à faire avant de mourir

Avatar Attila Liste de

1001 jeux vidéo

par Attila

Pas une liste des 1001 meilleurs jeux vidéo qui soit mais plutôt une liste de jeux, d'expériences et de curiosités répondant (plus ou moins) à la définition d'un jeu vidéo et méritant (plus ou moins) d'être joués. A l'exception de quelques fiches que je mettrais à jour après avoir un minimum joué aux titres en question, la liste est complète... mais j'y ajoute (et donc en retire) des titres selon les découvertes du moment.

Bien entendu l'idée initiale vient du livre de Tony Mott, mais j'ai constitué ma liste depuis zéro parce que je trouvais sa sélection assez générique.

Et je remercie mon pote Stun pour avoir eu le courage de tout relire et relever des fautes, des oublis ainsi que quelques bonnes suggestions.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • Bande-annonce

    Phoenix (1980)

    Sortie : 1980. Shoot'em up.

    Jeu vidéo de Amstar, Atari, Taito Corporation sur Atari 2600 VCS et Arcade

    Shooter spatial dans la veine de Space Invaders, reconnu comme étant celui qui introduisit le principe de boss de fin de niveau dans le monde de l'arcade. Ce qui n'est pas rien tant ces ennemis sur-puissants sont un levier incitant le joueur à remettre des pièces dans la machine ㅡ le nerf de la guerre sur le marché de l'Arcade.

    Histoire d'être exhaustif on citera néanmoins l'existence de "dnd", jeu développé sur PLATO en 1975 par Gary Whisenhunt et Ray Wood au Southern Illinois University en tant que premier PREMIER jeu à introduire un boss dans un jeu vidéo.

    En effet dnd comportait un ennemi, le Golden Dragon, que Gary et Ray pensaient immortel tant il disposait de points de vie.

    L'idée primaire n'était, semble-t-il, pas vraiment de proposer un challenge démesuré en fin de jeu mais plutôt un mur infranchissable, évitant que les joueurs ne tournent en rond éternellement dans le donjon.

    C'est pourquoi peu le considèrent vraiment comme l'initiateur du concept des boss. Bien que des modifications ultérieures du jeu firent de ces dragons de simples gardiens d'orbes magiques. Là ouais, je pense qu'on peut cocher la case "boss" car il y a une reward derrière le challenge.

    ♟ Phoenix est quant à lui jouable ici : https://archive.org/details/atari_2600_phoenix_1982_atari_-_gcc_mike_feinstein_john_mracek_cx2673
  • Rogue (1980)

    Sortie : 1980. Rogue-like, jeu de rôle et aventure.

    Jeu vidéo de Michael Toy et Glenn Wichman sur PC, ZX Spectrum, Commodore 64, Amstrad CPC, Amiga, Atari ST, Linux et NEC PC-98

    Fondateur du genre qui porte son nom, Rogue est un jeu d'aventure minimaliste dans lequel vous déambulez de pièces en pièces, dans un souterrain dont la géographie est générée aléatoirement. Ces pièces contiennent des monstres qu'il faut tuer et des trésors qu'il faut récupérer.
    Va sans dire que l'aléatoire offre une rejouabilité proche de l'infinie.

    Un genre qui revint sur le devant de la scène au cours des années 2010, je vous renvoie notamment vers The Binding of Isaac, sorti en 2011 en dématérialisé PC et qui est une tuerie. Alors même que son core design est très très proche de l'ancêtre Rogue paru trente ans auparavant.

    On en reparlera un peu plus loin du coup...

    ♟ L'original est jouable ici pour les intéressés : http://www.hexatron.com/rogue/index.html?
  • Game & Watch Collection (2009)

    Sortie : . Compilation.

    Jeu vidéo de Nintendo sur Nintendo DS

    Par Game&Watch Collection, j'entends bien entendu la gamme de jeux électroniques Game&Watch de Nintendo, pierre angulaire du jeu nomade, dont le snack-gaming sur iPhone (et consort) est un des héritiers.

    Tout ces jeux étaient basés sur de petites mécaniques de gameplay simples mais amusantes et du bon vieux scoring comme moteur de motivation.

    La technologie d'affichage préfigura également la façon dont les pixels étaient affichés sur Game Boy. Rien ne se perd !

    Les éditions Pix'n'Love ont un excellent ouvrage sur la question, pour ceux qui voudrait en savoir plus sur l'arrivée de Nintendo dans le jeu vidéo :
    ʬ http://www.editionspixnlove.com/LHistoire-du-Jeu-Video/L-Histoire-de-Nintendo-Vol.2/flypage.tpl.html
  • Zork I (1980)

    Sortie : 1982. Aventure textuelle et aventure.

    Jeu vidéo de Infocom sur PC, MSX, Commodore 64, Amstrad CPC, Amiga, Atari ST et Mac

    Version modifiée et enrichie d'Adventure qu'on a vu sur la page précédente, l'oeuvre d'un groupe de quatre étudiants du MIT, entre 1977 et 1979, qui cherchaient à prolonger la voie pavée par Warren Robinett.

    Pendant un temps, le titre fut renommé "Dungeon", ce qui attira l'attention des ayants droits de Dungeons & Dragons et amena l'équipe à choisir un nom moins conventionnel pour se démarquer : Zork.

    Les quatre étudiants en question formèrent Infocom pour vendre leurs productions. L'entreprise perdura jusqu'à 1989 quand Activision la ferma (et abandonna même le copyright sur le nom Infocom en 2002).

    J'en profite pour vous expliquer un petit truc :
    Comme je le disais il y a peu, dans les années '70 c'était principalement les universités qui disposaient d'ordinateurs, et c'est donc en toute logique que nombre de jeux furent créés et échangés dans les cercles universitaires.

    Certains ont disparus à jamais, effacés par soucis d'espace disque limité, ce qui n'aide pas à la conservation historique et à préserver ce que tout ces jeux apportèrent en leur temps.

    Mais voilà ! Certains titres listés dans ces eaux naquirent dans des universités avant d'être récupérés d'une façon ou d'une autre pour devenir des produits commerciaux.
  • Bande-annonce

    Ultima (1981)

    Jeu de rôle.

    Jeu vidéo de California Pacific Computer sur PC et Apple II

    En '77, le jeune Richard Garriott découvrit un moyen de mixer ses passions pour les jeux de rôle plateau, l'informatique et The Lord of the Rings (une énorme influence du RPG cela va sans dire) en créant ses propres titres fortement inspirés par Dungeons & Dragons.

    Il y travailla via le téléscripteur de son école relié à un PDP-11, afin de remporter un pari avec son père, qui lui avait promis de payer la moitié d'un ordinateur personnel si Richard bouclait son jeu.

    Il s'avéra que le désormais surnommé Lord British y arriva, et même plutôt vingt-huit fois qu'une seule puisqu'il en arriva à D&D28 (il écrivit donc une trentaine de titres de sa propre série D&D) qu'il porta sur l'Apple II promis par son père et qui devint alors Alakabeth: World of Doom.

    Titre que l'intéressé décrit lui-même comme les fondations de ce qui devint l'univers d'Ultima et que vous pouvez chopper sur GOG :
    https://www.gog.com/game/akalabeth_world_of_doom

    Durant l'été '79, après sa journée de travail dans une boutique d'informatique, Richard lança Alakabeth pour se détendre.
    Le responsable de la boutique fut impressionné par le rendu du titre et lui proposa de vendre son jeu sur les étals du magasin, ce à quoi Richard n'avait jamais songé. Il faisait des jeux pour ses amis et pour son plaisir.

    Les ventes du jeu lui rapportèrent $150.000 en une poignée de mois, bien plus que ce que gagnait annuellement son père, l'astronaute Owen Garriott.

    En '80, à la suite de cet immense succès, Lord British travailla sur ce qui devint Ultima: The First Age of Darkness. Le premier épisode d'une longue série de RPG.

    On remercie Tristan Donovan pour son livre Replay, où j'ai lu cette histoire.

    De façon plus perso', je serais tenté de vous conseiller d'attaquer directement un épisode plus "user-friendly", genre Ultima IV voire carrément Underworld (bien que ce soit un spin-off fortement inspiré de Dungeon Master).
    De toute façon on va en reparler plus en avant d'Ultima...
  • Bande-annonce

    Donkey Kong (1982)

    Donkī Kongu

    Sortie : . Arcade, plateforme et action.

    Jeu vidéo de Arcana Software Design, Nintendo, Atari, Inc. sur Atari 2600 VCS, Intellivision, Colecovision, Atari 8-bit, NES, Commodore 64, MSX, ZX Spectrum, Amstrad CPC, Famicom Disk System, Atari 7800, PC, Game Boy, Apple II, Wii U et Nintendo 3DS

    Immense classique de l'arcade, titre annonciateur du tsunami que Nintendo allait déverser sur le monde dans les années qui suivirent. Donkey Kong est également le jeu dans lequel Mario apparu pour la première fois (il s'appelait alors Jumpman toutefois, il était le charpentier et propriétaire du gorille ayant pris la fuite... avec sa femme).

    Je ne sais plus où est-ce que j'ai lu ça, surement dans un des bouquins de Pix'n'Love, mais à la base Donkey Kong était supposé être adapté de la licence Popeye. Pour des raisons juridiques cela ne se fit pas et les personnages furent remplacés par ceux que l'on connait.

    Avant cela, le jeune Shigeru Miyamoto s'était occupé de dessiner les cabines pour les bornes des jeux Radarscope et de Sheriff.

    D'un point de vue plus gameplay, Donkey Kong est considéré à tort comme le premier jeu de plate-forme car le titre va à Space Panic sorti en '80. Toutefois Space Panic n'offrait pas la possibilité de sauter, ce qui fit réellement le sel du genre et que Donkey Kong inaugura. Avec succès.

    Aux commandes de JumpMan, vous devez progresser d'étage en étage afin d'aller secourir votre demoiselle en détresse, chemin faisant il vous faut éviter les barils dévalant la structure.

    Game of the Year 1981

    Donkey Kong est un titre légendaire à plus d'un titre, dont le culte perdure encore à l'heure actuelle. J'en profite pour conseiller aux fans le documentaire The King of Kong, assez fascinant dans le genre : http://www.senscritique.com/film/The_King_of_Kong_A_Fistful_of_Quarters/362610
  • Frogger (1981) (1981)

    Sortie : 1981. Action.

    Jeu vidéo de KONAMI et Misosys sur Arcade, Commodore 64, Atari 2600 VCS, Super Nintendo, Megadrive, Game Boy, Game Boy Color, PC, PSone, Game.com et Xbox 360

    C'est l'histoire d'un crapaud qui tente de traverser une route pêtée de circulation, et parfois il n'y arrive pas. A n'en pas douter une métaphore sur le combat pour l'individualisme dans une société hyper-concurrentielle.

    Le genre de jeu tout con, mais addictif car réglé au quart de millimètre près. Certaines rééditions sont plus clémentes, mais l'original ne pardonne pas un pixel de travers.

    ♟ Ce que vous pourrez constater par vous-même ici : https://archive.org/details/atari_2600_frogger_1982_parker_brothers_ed_english_david_lamkins_pb5300
  • Bande-annonce

    Centipede (1980)

    Sortie : 1980. Arcade et shoot'em up.

    Jeu vidéo de Leaping Lizard Software Inc., Atari, Inc., Hasbro Interactive sur Game Boy, PC, PlayStation, Dreamcast, Arcade, Intellivision, Commodore 64, Colecovision, Apple II, Game.com, Atari 7800, Atari 8-bit, Atari 2600 VCS et Atari 5200

    Comme je le disais sur la page précédente, Centipede est l'une des créations d'Ed Logg, qui pour le coup fut assisté par Dona Bailey pour les graphismes.

    Un peu dans l'esprit Space Invaders, il s'agit d'un shooter vertical "fixe", les ennemis viennent vers vous depuis le haut de l'écran.

    Le truc le plus intéressant dans ce soft reste le centipede lui-même :
    Si vous détruisez l'une de ses sections intermédiaires, le centipede est alors coupés en deux et ses deux morceaux sont dès lors deux ennemis à part entière, indépendant l'un de l'autre.

    Ce motif deviendra un méga-classique du jeu vidéo avec des ennemis qui se divisent en deux, en quatre, en huit, etc... Bien sûr ça s'adapte plus ou moins selon les jeux en faisant usage.

    Et au-delà de ça, ce qui est intéressant c'est bien entendu de constater qu'une mécanique de jeu devient un schéma utilisé et réinterprété par d'autres.

    ♟ Jouable là :
    https://archive.org/details/atari_2600_centipede_1982_atari_-_gcc_cx2676
  • Bande-annonce

    Galaga (1981)

    Sortie : 1981. Shoot'em up.

    Jeu vidéo de Namco, Bandai et BANDAI NAMCO Games sur NES, Arcade, Atari 7800, FM-7, MSX, SG-1000, Xbox One, Wii, Wii U, Nintendo 3DS et Xbox 360

    Suite de Galaxian, largement plus connu de part les nombreuses suites que Galaga connu, même si cet opus garde pour lui son petit statut culte.

    Vous l'avez peut-être vu joué dans Avengers :
    http://youtu.be/t4Fy6AUMv8E

    Premier titre à proposer des stages bonus, en plus de la particularité appréciable de pouvoir upgrader son vaisseau. Plus tard ce sera un véritable sport pour certains dev' se spécialisant dans ce genre de shooters, jusqu'à devenir des armes de destruction massive dans certains soft' !
  • Wizardry : Proving Grounds of the Mad Overlord (1981)

    Jeu de rôle.

    Jeu vidéo de Sir-Tech, Game Studio, Nexoft sur PC, Game Boy Color, NES, Commodore 64, WonderSwan Color et Apple II

    L'un des premiers RPG sur ordinateur permettant le contrôle d'une équipe entière. Basé sur Dungeons&Dragons, histoire de changer un peu.

    Il s'agit plus précisément d'un dungeon-crawler développé par Andrew C. Greenberg et Robert Woodhead alors qu'ils étaient étudiants à l'université de Cornell et inspiré de titres PLATO de l'époque comme Oubliette.

    Vous noterez que Proving Grounds est le premier épisode d'une trilogie et qu'il était possible de récupérer sa sauvegarde d'un épisode à l'autre. Ce qui est plutôt cool ma foi !
    Même si je suis pas bien sûr que ce soit toujours le même bordel et que les sauvegardes soient encore compatibles, 35ans après...

    La lignée principale comporte huit épisodes débutant par une double trilogie, très différente l'une de l'autre. Encore en 2017 Wizardry existe via des spin-off faisant perdurer le nom. Essentiellement au Japon, cependant.

    La série fut une énorme influence sur le reste de la création rôlesque, nombreux sont les développeurs à s'en revendiquer. Et pas qu'en Occident d'ailleurs, car sans Wizardry il n'y aurait probablement pas eu de Final Fantasy ou de Dragon Quest tel qu'on les connait.
  • Bande-annonce

    Tempest (1980)

    Sortie : . Arcade et shoot'em up.

    Jeu vidéo de Dave Theurer, Stainless Games, Atari, SA sur ZX Spectrum, Arcade, Amstrad CPC, Atari ST, Atari 2600 VCS et Xbox 360

    L'un des premiers shooter dont l'espace de jeu soit représenté en trois dimensions : des sortes de formes géométriques filaires, parfois même sous forme de tube.
    Cependant le joueur continue de ne se déplacer que sur un plan 2D.

    A ma connaissance, il faudra attendre Suwako-Chan Cubic (2012) pour voir les trois dimensions réellement utilisées dans un shoot'em'up.
    Et Sine Mora pour la quatrième (le Temps) bien que ce soit très timide.
    Étonnant que d'autres n'aient pas creusé par là...

    Tempest est également l'un des premiers jeux à proposer une difficulté variable via l'architecture de ses niveaux et pas simplement en rendant les ennemis plus forts ou plus résistants.
    Le titre offre également un système permettant de "reprendre" votre progression à un certain point du jeu au lieu de le recommencer de zéro à chaque fois. Pas une sauvegarde en tant que tel mais une fonction similaire.

    Autrement, je vous préviens tout de suite les mecs et les meufs, on va rentrer dans une grosse période au début des années '80 où ne sortait quasiment que des shooters, ne vous étonnez donc pas de ce qui va suivre...

    ♟ Version Atari 2600 pour ceux qui voudraient tester : https://archive.org/details/atari_2600_tempest_01-05-1984_atari_carla_meninsky_cx2687_prototype

    Ou alors il y a un récent remake de la version 2000 (une suite sur Jaguar, que je ne compte pas lister mais dont vous voilà informé) qui s'appelle TxK et que l'on doit à Jeff Minter, un britannique :
    ʬ http://www.joystiq.com/2014/02/11/tempest-2000-remake-txk-blasts-its-way-onto-ps-vita-today/

  • Football Manager (1982)

    Sortie : 1982. Sport.

    Jeu vidéo de Addictive Games sur Commodore 64 et Amstrad CPC

    Tout simplement le premier épisode de la longue lignée des Football Manager, encore en forme à notre époque, et que je suppose être l'un des premiers jalons de tous les jeux de management sportif, si ce n'est carrément le pionnier d'ailleurs...

    En lieu et place des matchs que vous jouez tel un être omniscient aux contrôles de l'équipe entière (comme dans FIFA), ici on a davantage affaire à des grilles et des menus en pagaille vous permettant de gérer votre équipe, sa composition, sa stratégie et tout ça. C'est assez austère visuellement mais très prenant.

    SensCritique liste Football Manager comme un titre C64 et Amstrad en '82, ce qui est vrai pour ces versions, toutefois son programmeur Kevin Toms créa le soft' en '81 sur un Sinclair ZX81, l'un des grands succès de l'informatique britannique que l'on doit à l'Uncle Clive.
  • Deadline (1982)

    Sortie : 1982. Aventure textuelle et aventure.

    Jeu vidéo de Infocom sur Commodore 64, Atari ST, Amstrad CPC, Amiga, Mac et PC

    Enquête textuel développé par Infocom (la boite dont on parlait à propos de Zork) proposant au joueur d'élucider un meurtre mystérieux.

    Deadline est l'un des titres qui introduisit le concept de "feelies", des objets joints au jeu dans son packaging et participant pleinement à la progression du joueur. Un principe que les plus jeunes d'entre vous connaissent éventuellement avec les négatifs photo de L.A. Noire bien qu'ils ne furent pas indispensable à la progression.

    Dans le cas de Deadline, il s'agissait du dossier de la police sur le meurtre en question, d'un sachet plastique contenant des pièces à conviction, une photo et plein d'autres petits trucs dans ce style qui étaient nécessaires à la progression dans l'histoire.

    A noter que ces objets étaient également un moyen (intelligent) de lutter contre le piratage, qui commençait déjà à faire d'importants dégâts, en rendant presque impossible la progression pour le joueur ne disposant pas de ces matériaux pour l'enquête.
  • Bande-annonce

    Pitfall ! (1982)

    Sortie : 1982. Action.

    Jeu vidéo de David Crane et Activision sur Intellivision, MSX, Commodore 64, Colecovision, Apple II, Atari 8-bit, Atari 2600 VCS, Atari 5200 et iPhone

    Jusque là, les seules compagnies développant des jeux pour les consoles du marché étaient également celles qui fabriquaient ces consoles. C'est à dire que personne d'autre qu'Atari ne faisait des jeux pour les consoles Atari. Consolier = éditeur = développeur.

    Mais voilà, au début des années '80, des employés d'Atari qui en avaient un peu marre d'être payés au lance-pierre pour les titres à succès qu'ils programmaient pour le compte d'Atari, et sans aucune reconnaissance "médiatique", car la maison ne créditait personne, décidèrent de se barrer pour fonder une boite qui ne fabriqueraient pas de console mais se contenteraient de faire des jeux pour les machines Atari.
    En étant plus employé chez Atari donc.
    Ces gens fondèrent un petit studio appelé Activision (j'adore ce type de formulation très M6, on t'annonce l'air de rien que les mecs fondent ce qui deviendra le premier éditeur mondial, normal...) qui devint donc le premier éditeur historique "third-party" du secteur. Bien qu'ils ne furent pas les premiers à songer à faire des jeux pour d'autres, vous vous en doutez bien...
    Amusant de constater que c'est un souci d'indépendance "créative" qui mena à la création de ce qui est probablement le plus grand tyran actuel du secteur.

    Et puis, histoire de ne pas faire les choses à moitié, le jeune studio Activision sortit en 1982 ledit Pitfall! qui deviendra ironiquement le titre le plus vendu sur Atari 2600. En plus de poser quelques conventions utiles qui serviront la plate-forme 2D.

    Nombreux furent les clones et, comme vous le savez peut-être, le genre plate-former devint colossalement populaire, jusqu'à devenir l'un des styles de jeu majeurs des années '90. Inutile de vous rappeler Mario, Kirby, Sonic et toute la smala...

    (Petite précision pour la forme : Pitfall! n'est pas le premier jeu conçu et édité par Activision. Le titre revient à Dragster, paru en 1980. Mais si je commence à mettre le premier jeu de chaque fabricant, on va se retrouver avec une plâtrée de titres moyens ne servant guère l'usage de cette liste.)

    ♟ Et la version 2600 est jouable ici : https://archive.org/details/atari_2600_pitfall_1983_cce_c-813
  • Choplifter ! (1982)

    Action.

    Jeu vidéo de Brøderbund Software et Coleco sur Colecovision et Apple II

    Sympathique jeu de sauvetage de gentils et de tuage de méchants, le pilote doit probablement être un Américain en mission pour démocratiser le monde du coup.

    Sur Apple II, Choplifter! ressemble à ça :
    https://youtu.be/NgkhC0XGFjs

    Ouais je vous concède que ça n'a pas super bien vieilli dans cette version. Il existe des versions (Master System notamment) un peu plus travaillées visuellement et plus sympa' à jouer de nos jours.
  • Dig Dug (1982)

    Sortie : 1982. Action et puzzle game.

    Jeu vidéo de Namco, Atari, SA, Nintendo sur PC, Game Boy, Game Boy Advance, NES, Arcade, Intellivision, Famicom Disk System, MSX, Commodore 64, Apple II, Atari 7800, Atari 8-bit, Atari 2600 VCS, Atari 5200, Nintendo 3DS, Wii U, Wii et Xbox 360

    Énorme classique de l'Arcade dans lequel tu creuses de trous tout en étant poursuivi par des genres de dragons, capable d'emprunter les tunnels que vous creusez.

    Le plus perturbant dans ce jeu n'est pas d'envoyer un harpon à air comprimée pour faire imploser des ennemis, mais que la musique est dépendante du déplacement de votre personnage. Quand vous arrêtez de vous déplacer, la musique s'arrête. Pourquoi pas hein ?!

    ♟ Jouable là : https://archive.org/details/atari_2600_dig_dug_1983_atari_-_gcc_douglas_b._macrae_cx2677

    Et du gameplay en vidéo par ici :
    https://youtu.be/FqGV76RcL50
  • Joust (1982)

    Sortie : . Plateforme et action.

    Jeu vidéo de William electronics sur Arcade, Game Boy, Atari ST et Atari 2600 VCS

    Classique de l'Arcade, connu et reconnu pour son gameplay efficace.
    Egalement l'un des premiers titres à proposer, avec succès, du gameplay à deux jours en coopération.

    Comme son nom l'indique (ainsi que la jaquette) il s'agit d'un jeu de joute. Mais vu que votre chevalier monte une autruche, les joutes sont ...aériennes.

    A vrai dire, de prime abord vous pourriez penser à un jeu de combat entre vaisseaux spatiaux, dans la façon dont les protagonistes se déplacent.
    Mais les développeurs voulaient éviter le thème spatial, utilisés par déjà bien trop de jeux, comme on l'a d'ailleurs vu.

    Vous abattez les ennemis en leur infligeant un coup de lance au-dessus des leurs. Si vos lances sont au même niveau, les deux montures se repoussent mutuellement. Si votre lance est en-dessous de celle de l'ennemi, vous tombez.
    Le petit twist c'est aussi que lorsque vous faites tomber un ennemi, il tombe au sol sous forme d'œuf et, passé un temps, si vous n'êtes pas venu le récupérer, cet œuf donne naissance à un nouveau chevalier ennemi.

    ♟ Version Atari 2600 jouable ici (je sais pas trop si c'est très différent de l'Arcade) : https://archive.org/details/atari_2600_joust_1983_atari_-_gcc_mike_feinstein_kevin_osborn_cx2691
  • Bande-annonce

    Moon Patrol (1982)

    Mūn Patorōru

    Sortie : 1982. Arcade et action.

    Jeu vidéo de Irem et Atari, SA sur PC, ZX Spectrum, Arcade, MSX, Commodore 64, Apple II, Atari ST, Atari 2600 VCS et Atari 5200

    Mix d'un shooter à scrolling horizontal mâtiné d'un peu de plate-forme.
    En gros vous roulez avec le petit tank et devez éviter trous et rochers, tout en tirant à la verticale sur les soucoupes volantes qui vous attaquent.

    Certains tirs forment des trous qu'il faut également éviter, ce qui donne un côté un peu dynamique au versant plate-forme du gameplay.

    ♟ Jouable là : https://archive.org/details/atari_2600_moon_patrol_1983_atari_-_gcc_mark_ackerman_noellie_alito_cx2692
  • Pengo (1982)

    Sortie : 1982. Action.

    Jeu vidéo de Coreland, SEGA et Atari sur Amstrad CPC, PC, Megadrive, GameGear, Arcade, Atari 8-bit, Atari 2600 VCS et Atari 5200

    J'en parle parce que l'un de ses principes va être repris dans un nombre considérable de jeu : vous naviguez dans de petits labyrinthes et devez pousser des blocs de glace, sachant que ceux-ci glissent en ligne droite jusqu'à rencontrer un mur ou un obstacle.

    Vous avez forcément déjà éprouvé ce gameplay dans un Pokémon ou un Professeur Layton, pour ne citer que les plus évidents. Et c'est marrant, quand on y pense, de se dire qu'un jeu à part entière, sorti en boite en '82, est une petite partie du gameplay de jeux sortant 20 à 30ans plus tard.

    Centipede et Pengo témoignent concrètement d'un historique et d'une filiation du Game Design, d'un passif et d'une mémoire du média.

    ♟ La version Atari 2600 est jouable là : https://archive.org/details/atari_2600_pengo_1984_atari_andrew_fuchs_courtney_granner_jeffrey_gusman_mark_r._
  • Robotron : 2084 (1982)

    Sortie : 1982. Action.

    Jeu vidéo de Vid Kidz, Digital Eclipse, Williams Entertainment Inc. sur Lynx, Arcade, Xbox 360 et PlayStation 3

    Ca peut sembler fou à une époque où les consoles sont très similaires entre elles et où beaucoup de jeux sont développés avec les mêmes outils softwares, mais il faut se rendre compte qu'au début des années '80, il était presque normal de concevoir un hardware vis-à-vis d'un jeu.
    Le gameplay offrait certaines possibilités auquelles on associait des touches, des joysticks ou des boules adaptées à ce gameplay.

    L'exemple de Robotron 2084 est amusant à ce compte-là, car il devint le premier jeu de tirs à deux sticks à cause d'un accident de voiture de son concepteur.
    Suite à cet accident, Eugene Jarvis avait un poignée dans le plâtre, rendant presque impossible pour lui la possibilité de jouer à son propre jeu.
    C'est en s'inspirant d'une feature du jeu Berzerk qu'il décida d'utiliser les deux manches distinctement, l'un servant à diriger l'avatar et l'autre pour l'axe de ses tirs.

    Ce qui m'amène donc à vous expliquer que, de mon point de vue, ceux qui pestent contre les différents devices commercialisés par les constructeurs, les accusant de simplement vouloir se faire de la thune avec des gadgets, oublient un peu facilement les origines et les fondements du Jeu Vidéo.

    Avoir une architecture unique, avec une manette unique, un genre de moule dans lequel tous les jeux rentreraient, ce ne serait en aucun cas une bonne chose pour la créativité. Ce serait simplement s'imposer des contraintes, en se disant que si on a de bons GD, ils sauront éternellement faire des jeux depuis ce moule. C'est certes vrai qu'il y a encore des milliards d'idées à exploiter avec ce moule, mais bordel pourquoi se contraindre à rentrer dans un moule justement ?!

    Malheureusement pour nous, Jarvis ne fit plus grand chose après les succès de Defender et Robotron 2084 ; il revint en 2004 avec un jeu de tir sur arcade porté sur Wii, titré Target: Terror et vraisemblablement inspiré par les attentats du 11 septembre. Une belle grosse merde.
  • Bande-annonce

    Zaxxon (1982)

    Sortie : 1983. Arcade et shoot'em up.

    Jeu vidéo de SEGA, Coleco, Synsoft sur PC, Arcade, Intellivision, MSX, Commodore 64, Colecovision, Apple II et Atari 8-bit

    Grosse sensation lors de son arrivée dans les salles d'Arcade pour sa représentation isométrique (ce qui est un abus de langage, il s'agit en fait d'une perspective axonométrique) simulant une 3D plutôt jolie et réussie, et pour son scrolling (en diagonale) assez impressionnant pour l'époque.

    Du gameplay en vidéo :
    https://youtu.be/ul2vX8-dmTA

    Faut bien dire que même de nos jours ça reste agréable à l’œil.

    Sinon petite anecdote intéressante sur la place des jeux vidéo à l'époque, Zaxxon et Xevious (fiche ci-dessous) furent les premiers titres à bénéficier de publicités télévisées pour la promotion de leurs versions Arcade.
  • Xevious (1983)

    Sortie : 1983. Shoot'em up.

    Jeu vidéo de Namco, Atari, SA, Bandai sur NES, ZX Spectrum, Arcade, PC Engine, Famicom Disk System, Commodore 64, Amstrad CPC, MSX 2, Apple II, Atari ST, Atari 7800, Xbox 360, Wii U et Wii

    Créé par Masanobu Endō, celui-là meme qui créera Tower of Druaga en '84.

    Coloré mais pas très joli, Xevious a tout de même pour lui la particularité d'offrir des ennemis à la fois au sol et en vol. Ce n'est pas toujours super lisible pour être franc mais ce qui était cool pour l'époque c'était cette illusion de combattre sur terre et dans le ciel tout à la fois.
    A la page suivante on parlera de Gradius, qui propose une formule similaire mais en plus bien lisible vu que c'est du défilement horizontal.

    Vous pouvez tester la version Apple II de Xevious ici :
    https://archive.org/details/a2_Xevious_1982_Mindscape_a
  • Pole Position (1982)

    Sortie : 1983. Arcade et course.

    Jeu vidéo de Toru Iwatani, Synergistic Software, Namco sur PC, ZX Spectrum, Arcade, Intellivision, Commodore 64, Atari 8-bit, Atari 2600 VCS, Atari 5200 et Vectrex

    Bien que précédé par Gran Trak 10 d'Atari, Pole Position est resté comme l'un des pionniers du jeu de course. Rally-X ne compte pas vraiment puisqu'on se promène juste dans un labyrinthe avec une voiture.

    ♟ Version Atari 2600 jouable à cette adresse : https://archive.org/details/atari_2600_pole_position_1983_cce_c-1002
  • Bande-annonce

    Custer's Revenge (1982)

    Sortie : . Inclassable.

    Jeu vidéo de Mystique sur Atari 2600 VCS

    A peine dix ans après la naissance du jeu vidéo commercial, Custer's Revenge constitue le tout premier jeu vidéo à contenu pornographique, le but étant d'aller violer une jeune indienne aux commandes d'un général Custer quasiment nu et... "très en forme".

    Ce jeu de fort mauvais goût (et qualitativement bien pourri par-dessus le marché) reste connu des gens s'intéressant un minimum à l'Histoire du jeu vidéo à cause de ce statut de "pionnier" dans l'introduction explicite du sexe dans un jeu vidéo... tout en figurant également dans nombre de classement des titres les plus mauvais qui soit... On applaudit ses développeurs !
  • Bande-annonce

    Q*Bert (1982)

    Sortie : 1982. Action.

    Jeu vidéo de Pipedream, JVW Electronics, KONAMI sur PC, PSone, Dreamcast, NES, Arcade, Intellivision, MSX, Commodore 64, Colecovision, Atari 8-bit, Atari 2600 VCS et Atari 5200

    Inspiré à Jeff Lee par les travaux de l'artiste allemand M.C. Escher, puis retravaillé par le programmeur Warren Davis, Q*Bert est l'un de ses classiques qui se rappellent instantanément à la mémoire de ceux qui l'ont connu quand ils entendent le son caractéristique que fait le personnage.

    Vous l'avez peut-être également vu dans l'animé Wreck-It Ralph de Disney : http://static3.wikia.nocookie.net/__cb20130323030456/wreckitralph/images/5/5e/Qbert.png

    Le principe du jeu est cousin avec celui de Pac-Man : vous devez sauter de case en case, ce qui a pour effet de changer la couleur de la case sur laquelle vous sautez, tout en étant emmerdé par des animaux bizarres qui tentent de vous empêcher d'y arriver. Simple mais efficace.

    Game of the Year 1982

    ♟ Jouable ici en version Atari 2600 : https://archive.org/details/atari_2600_q-bert_1983_parker_brothers_dave_hampton_tom_sloper_pb5360
  • Bomberman (1998)

    Sortie : . Action.

    Jeu vidéo de Hudson Soft et Avalon Interactive (Virgin Interactive) sur PlayStation et Super Nintendo

    Alors Bomberman c'est très simple, c'est l'un des jeux les plus fun qui soit pour les soirées entre potes. Genre tous assis sur un canapé ou bien en réseau local, et pas sur un con de réseau Xbox Live ou PlayStation Network de merde.

    Le concept est assez simple : les niveaux sont des zones comportant des tas de piliers, et chaque joueur peut poser des bombes dont les flammes vont vers les quatre points cardinaux et sont stoppés par les piliers.
    Tout le principe est alors de faire péter la gueule de ses adversaire en les coinçant avec les flammes de ces bombes.

    Bon, c'est plus marrant que ce que ça en a l'air quand je l'explique comme ça, une vidéo parlera peut-être plus :
    http://youtu.be/LmRpvQjREVk?t=14s

    Depuis il y a eu un nombre considérable de versions sur la plupart des supports existants. D'ailleurs je vous précise si besoin est qu'on parle ici d'une version sortie en '83 sur MSX et des PC fabriqués par NEC.

    Pour la petite histoire le premier PREMIER Bomberman n'était même pas multi', il s'agissait pour un unique joueur de se frayer un passage en faisant sauter des blocs destructibles.
  • Nobunaga's Ambition (1988)

    Sortie : 1988. Stratégie tour par tour.

    Jeu vidéo de Koei sur Megadrive, Super Nintendo, NES, Wii et Wii U

    Second titre de Koei après une sorte d'application titré Night Life et supposée aider les joueurs dans leurs vies... eh bien, disons "nocturne" ; Nobunaga's Ambition est le premier épisode d'une longue lignée de jeu de stratégie mettant en scène Oda Nobunaga.

    Parenthèse historique, Oda Nobunaga était un guerrier japonais très actif au XVI siècle, ayant conquis une bonne part du pays avant de mourir à l'âge de 48ans. Il est celui par qui la réunification du Japon débuta.
    Qu'est-ce qu'on en apprend des choses sur SensCritique !

    Les jeux de stratégie réellement historique étant arrivés bien plus tardivement dans les ludothèques occidentales, il me semble que le titre est à la fois un bon représentant des jeux de stratégie japonais tout en apportant cette dimension historique dans le genre. Et Nobunaga est quand même un super client pour de la stratégie matinée d'Histoire...
  • Bande-annonce

    Dragon's Lair (1983)

    Sortie : 1983. Arcade et action.

    Jeu vidéo de Digital Eclipse, MotiveTime, Superclub sur TI-99/4A, Mac, Amstrad CPC, PC, Game Boy Color, Jaguar, Mega-CD, Arcade, Nintendo DS, 3DO, CD-I, Amiga, Atari ST, iPhone, PlayStation 3, PSP et Xbox 360

    Tenant davantage du dessin-animé (un peu) interactif que d'un jeu vidéo au sens où on l'entend généralement, Dragon's Lair propose de suivre les aventures d'un preux chevalier dans des suites de séquences animées entrecoupés d'action contextuelle à taper rapidement, l'ancêtre du QTE même s'il faudra attendre Shenmue pour que ce principe soit intégré à des phases de jeu "traditionnel", donnant alors une vraie raison d'être à ce gameplay...
    Bref ! Je m'égare...

    Dragon's Lair est un animé sympa' à jouer même s'il peut vite énerver, du fait de son niveau d'exigence assez élevé. Certains plaisantins l'ont comparé à Heavy Rain lors de la sortie de ce dernier, c'est peut-être UN PEU exagéré, même si les deux titres ont des points communs indéniables.

    Notez enfin pour votre culture perso' que Dragon's Lair a été réalisé par le légendaire Don Bluth, ça n'est pas rien. Et cela explique la grande qualité de l'animation 2D.

    Le titre eu le droit à deux ou trois suites. Une compil' fut édité sur Wii une vingtaine d'années plus tard, en plus des innombrables portages au fil des ans...

    Et ça peut se jouer en version MS DOS émulée ici :
    https://archive.org/details/msdos_Dragons_Lair_1993_1993

    Ou pour les moins courageux, un walkthrough complet en vidéo :
    https://youtu.be/C-dg4J9_nes
  • Bande-annonce

    Gyruss (1983)

    Sortie : 1983. Arcade et shoot'em up.

    Jeu vidéo de Yoshiki Okamoto, Digital Eclipse, KONAMI sur NES, Arcade, Famicom Disk System, Commodore 64, Colecovision, Atari 8-bit, Atari 2600 VCS, Atari 5200 et Xbox 360

    Shooter "concentrique" rappelant un peu Spacewar sur ce détail, bien que les motifs d'apparition des ennemis comptent pour beaucoup dans l'expérience de jeu présente.

    Gyruss a un descendant spirituel en la personne de Galaga Legions, sorti en démat' sur XLA y a une petite poignée d'années. Pas mal fi-fou visuellement et divertissant.

    Trip' très particulier et déstabilisant pour les habitués de shooter à défilement, mais c'est vraiment sympa'.
  • Bande-annonce

    Lode Runner (1983)

    Sortie : 1983. Action.

    Jeu vidéo de Hudson Soft, Tozai Games, Loriciels sur PC, Game Boy Advance, NES, ZX Spectrum, Arcade, Nintendo DS, MSX, Commodore 64, Amstrad CPC, Apple II, Atari ST, Mac, Atari 8-bit, Thomson MO5, Xbox One, Xbox 360, Wii et Wii U

    Développé par Douglas E. Smith en '83, Lode Runner est un peu l'ancêtre de Spelunky et le descendant de Dig Dug dans ce qu'il propose de creuser des briques pour ramasser de la thune, tout en étant poursuivi par des mecs passablement con.

    En revanche, contrairement aux précités, ici vos excavations ont une importance car le jeu tient bien plus de la réflexion, avec des parcours alambiqué et des résolutions de levels à faire dans un ordre précis.

    Important succès de l'arcade au Japon et l'un des premiers titres à proposer un éditeur de level ; une petite pensée pour les level designers de par le monde chez qui naquit la vocation du mapping sur un level editor...

    ♟ Jouable par-là : https://archive.org/details/LodeRunnerTheLegendReturns_1020

    Il existe aussi une très bonne version N64, sous-titrée 3-D.