2016 - Les Films Vus [Liste Commentée]

Avatar Ramya Liste de

305 films

par Ramya
Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Viol, la grande peur (1978)

    1 h 33 min. Sortie : .

    Film de Pierre Chevalier

    Faux documentaire recyclant partiellement les analyses féministes sur le viol pour en faire une succession de scènes érotiques sur le sujet, véritable usine à fantasme masculin qui évite soigneusement toute réflexion et contrebalance hypocritement son exposition indécente par la brève mise en scène de la parole des victimes.

    On notera l'introduction hallucinante qui redéfinie la notion de "pieds dans le plat" où un journaliste interview à la volée des passants à coup de "What do you think about rape?"
    Heureusement qu'il y a Brigitte Lahaie.
  • Bande-annonce

    Oups ! J’ai raté l’arche… (2015)

    Ooops! Noah is Gone...

    1 h 27 min. Sortie : . Comédie, animation et aventure.

    Film de Sean McCormack et Toby Genkel avec Callum Maloney, Ava Connolly, Dermot Magennis

    Excellente surprise d'une collaboration à six mains inconnues et de quatre pays, réussissant même pour le coup à détrôner le géant Pixar que le succès a rendu un rien paresseux.

    Variation aventureuse et humoristique sur l'histoire biblique parvenant constamment à se renouveler dans son action, son environnement et ses gags sur une direction artistique malheureusement inégale (décors rébarbatifs et vides, design des espèces animales réellement existantes simplex mais animation au top).
    Mille fois plus drôle et inventif qu'un Voyage d'Arlo en pilotage automatique.
  • Bande-annonce

    The Big Short : Le Casse du siècle (2015)

    The Big Short

    2 h 11 min. Sortie : . Comédie dramatique et biopic.

    Film de Adam McKay avec Christian Bale, Steve Carell, Ryan Gosling

    Prouesse de vulgarisation d'un vocabulaire et de concepts dont même les géniteurs n'en saisissent pas tous les tenants et aboutissants, confinant à l'exercice de style pince-sans-rire qui divisera sans doute à mort les spectateurs.

    Parce qu'on n'est plus dans du cinéma au sens propre du terme mais dans un exercice mental qui nécessite une attention soutenue pendant plus de deux heures au point de cannibaliser les personnages (cabotinage des acteurs pas déplaisant au demeurant) et le dénouement.
    C'est volontiers répétitif, avec une narration qui ne vise que le fractionnement du film en dizaines de petites scènes révélatrices d'un système pourri mais le parti pris est fort et audacieux.
  • Bande-annonce

    The Walk - Rêver plus haut (2015)

    The Walk

    2 h 03 min. Sortie : . Drame.

    Film de Robert Zemeckis avec Joseph Gordon-Levitt, Ben Kingsley, Charlotte Le Bon

    Parfaitement ennuyeux sur la forme d'un épisode biographique millimétré, "The Walk" accroche pourtant dès les premières minutes, traversé par une sensation indéfinissable au point qu'il faudra attendre l'installation à New York de Petit et de ses complices pour mettre le doigt dessus.

    Plus que la folie obsessionnelle du personnage ou que la performance même, c'est le rêve d'une vie qui y est filmé à chaque instant, le fait de défier la loi et la société sur un acte d'une inutilité potentiellement mortelle, n'ayant d'autre but que l'accomplissement humain.
    On pardonnera ainsi certains artifices linguistiques (anglais faussement obligatoire mais accent français tout de même), permettant à Gordon-Levitt de tenir son rôle sans jamais se démasquer.
  • Oira Sukeban (2005)

    1 h 02 min. Sortie : 2005. Science-fiction, comédie et arts martiaux.

    Film de Noboru Iguchi avec Asami Sugiura, Emiru Momose, Kaori Uesugi

    Adaptation libre d'un manga de Go Nagai, Noboru Iguchi en fait un pinky violence cartoonesque avec tous les éléments propres à sa filmographie (queer, gore et body horror).
    Souvent très drôle dans l'exagération et gentiment polisson, "Oira Sukeban" se sort très bien d'un budget minuscule et d'un casting fleurant bon l'amateurisme malgré une Asami très en forme.
  • Cruel History of Prisoners (1976)

    Zangyaku jokei-shi

    1 h. Sortie : janvier 1976.

    Film de Shinya Yamamoto

    Anthologie de cinq épisodes, peu connue et détachée du reste de la production pink de l'époque de par sa violence et de certaines scènes à la limite du film hard.
    Inégale et, avouons-le, pas très intéressante, cette œuvre vaut surtout pour les limites du montrable à l'écran qu'elle tend à repousser malgré un bon troisième segment où se confondent habilement SM, gore et film de mystère.
  • Behind the Pink Door (1992)

    Wu yue ying chun

    1 h 28 min. Sortie : . Drame et thriller.

    Film de Lam Gam-Fung avec Pauline Chan Bo-Lin, Lam Lei-Hung, Alex Fong Chung-Sun

    Classique rape & revenge de la catégorie 3, à l'intrigue spectaculairement encombrée de nombreuses scènes de viol, de sexe et de nudité féminine gratuites.
    Paradoxalement, le film parvient à conserver une certaine fluidité et, même s'il ne fait pas dans la dentelle, a le mérite de ne pas chercher à épargner les "gentils" hommes, ceux qui ne violent pas mais ne veulent pas se rendre compte de la domination masculine par lâcheté.
  • Bande-annonce

    Assault ! Jack the Ripper (1976)

    Bôkô Kirisaki Jakku

    1 h 12 min. Sortie : . Épouvante-Horreur et Érotique.

    Film de Yasuharu Hasebe avec Tamaki Katsura, Yuri Yamashina, Natsuko Yashiro

    Un couple de tueurs en série recherchant l'excitation sexuelle à travers le meurtre jusqu'à ce que l'un d'eux perde le contrôle de ses pulsions morbides.

    Deuxième collaboration d'Hasebe avec la Nikkatsu d'une perversité assez remarquable dès son introduction mais qui tourne rapidement en rond sur son sujet malgré des errements psychologiques plutôt finaud pour le genre (le fameux retournement d'emprise entre les deux tueurs).
    Visuellement impressionnant comme toujours chez Hasebe qui combine ici sexe et violence avec efficacité et souci de la déviance.
  • Bande-annonce

    La Horde sauvage (1969)

    The Wild Bunch

    2 h 25 min. Sortie : . Western.

    Film de Sam Peckinpah avec William Holden, Ernest Borgnine, Robert Ryan

    Pendant sanglant du western crépusculaire, "La Horde Sauvage" laisse un sale goût en bouche issu de cette volonté de proposer une violence réaliste qui tourne finalement à la boucherie gratuite à à base de ralentis et de plans trop bien étudiés pour être sincères.
    Mais il y a de quoi faire avec ces personnages vieillissants (mention spéciale à William Holden), vestiges d'une époque révolue dont ils sont désormais des anomalies. À la mélancolie viennent se juxtaposer les regrets des trahisons passées et les souvenirs du bon vieux temps.
  • Bande-annonce

    Une femme à sacrifier (1974)

    Ikenie fujin

    1 h 11 min. Sortie : . Drame, romance et Érotique.

    Film de Masaru Konuma avec Naomi Tani, Nagatoshi Sakamoto, Terumi Azuma

    Tout y passe dans ce tableau froid et sadique où un homme recherché pour pédophilie séquestre son ex-femme jusqu'à la faire complice de ses nombreuses déviances sexuelles.

    Carrément dérangeant dans le traitement (très explicite) de son sujet, c'est la destruction psychologique qui est mise en scène à travers les viols, le bondage et les humiliations excrémentaires jusqu'à cette ultime provocation macabre où le personnage principal viole le corps d'une femme pas aussi morte qu'elle n'y paraît.
    Et c'est une fois cette fausse étude de la possession amoureuse et le syndrome de Stockholm consommés, aussi bien du côté de l'héroïne que du spectateur, que la supercherie finale peut se dévoiler dans toute sa cruauté.

    Plus qu'un film érotique marginal, "Une femme à sacrifier" est une expérience éprouvante pour les nerfs, d'autant plus qu'elle s'encombre peu d'explications rationnelles.
  • Bande-annonce

    Floride (2015)

    1 h 50 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Philippe Le Guay avec Jean Rochefort, Sandrine Kiberlain, Coline Béal

    Philippe Le Guay s'essaye à l'illustration contemplative des derniers espoirs d'un homme en proie à la sénilité et en conflit larvé avec sa seconde fille qui tente tant bien que mal à l'aider.

    Bien qu'en jouant un peu sur tous les tableaux, tantôt comique tantôt émouvant, on n'en retire pas grand chose, le suspense reposant sur l'étirement de la prestation d'un Jean Rochefort odieux et d'une Kiberlain "mais quand va-t-il perdre définitivement la boule".
    Cela dit, on apprécie l'exemple parfait du travail du care incombant d'office aux femmes envers des hommes qui les maltraitent et qui ne les remercient jamais.
  • Bande-annonce

    Wetlands (2013)

    Feuchtgebiete

    1 h 45 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de David Wnendt avec Carla Juri, Christoph Letkowski, Meret Becker

    Entre le feel good movie et la comédie militante, "Wetlands" ne raconte pas grand chose mais explore à travers des épisodes de la vie d'Helen le rapports aux fluides corporels féminins et l'expérimentation, principalement autosexuelle, de manière loufoque et très franche.
    La construction dramatique est laborieuse mais prend tout son sens dans les quinze belles et émouvantes dernières minutes.

    Toutefois, il est dommage que les personnages féminins n'aient pas bénéficié d'un traitement aussi indulgent et soient constamment raillées sur leurs névroses, leur rigidité et/ou leur conformisme, dont l'auteur semble croire qu'ils sont construits en dehors de tout système patriarcal.
  • Bande-annonce

    Eat (2014)

    1 h 32 min. Sortie : . Drame, Épouvante-horreur et thriller.

    Film de Jimmy Weber avec Meggie Maddock, Dakota Pike, Jeremy Make

  • Bande-annonce

    Le Garçon et la Bête (2015)

    Bakemono no Ko

    1 h 58 min. Sortie : . Aventure et animation.

    Long-métrage d'animation de Mamoru Hosoda avec Kumiko Asô, Lily Franky, Suzu Hirose

    [Contient des spoilers]

    Première heure tellement drôle et enlevée que la transition vers la deuxième partie du film, étonnamment terre-à-terre, n'en est que plus dure. Pire, elle alourdit carrément l'intrigue et ne lui apporte jamais rien qui n'aurait pu être réglé avec les retrouvailles de Ren et de son père (en signant au passage l'inutilité totale du seul personnage féminin qui ne soit pas en arrière-plan).
    Les références à Moby Dick sont délicieuses bien qu'artificielles et la VF est très bonne. Du petit lait malgré des thématiques lourdement amenées.
  • Bande-annonce

    Carol (2015)

    1 h 58 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Todd Haynes avec Rooney Mara, Cate Blanchett, Kyle Chandler

    Cette peur du drame papier glacé et académique qui, même s'il n'y échappe pas totalement, dégage une grande douceur dans la manière d'aborder cette romance contrariée où le face-à-face entre Cate Blanchett et Rooney Mara se fait de pleins de petits détails méticuleux, d'un bon mot et de sourires en coin.
    Toujours subtile, discrète dans la mise en scène de son émotion pour raconter finalement quelque chose de banal donc forcément magnifique.
  • 3 extrêmes (2004)

    Saam gaang yi

    1 h 58 min. Sortie : . Épouvante-Horreur et sketches.

    Film de Park Chan-wook, Takashi Miike et Fruit Chan avec Bai Ling (1), Pauline Lau, Tony Leung Ka-Fai

    Anthologie de trois bons segments fantastiques, défauts compris. Le segment de Fruit Chan (Dumplings) manque d’ambiguïté, celui de Park Chan-Wook dispense un discours laborieux sur le mérite, l'inné et l'acquis social et ne va finalement pas assez loin dans la perversité de sa mise en scène.
    C'est Takashi Miike qui se sort le mieux de ce mélange fantastico-horrifique avec le délicat et sensible "Box".
  • Bande-annonce

    Nouvelle Cuisine (2004)

    Dumplings

    1 h 31 min. Sortie : . Fantastique.

    Film de Fruit Chan avec Miriam Yeung, Tony Leung Ka-Fai, Bai Ling (1)

    Transition réussie vers le long métrage depuis l'anthologie "3 Extrêmes", Fruit Chan comble les trous plutôt qu'étirer ce qui est déjà existant.

    Malheureusement, à l'image de l'héroïne, on en veut toujours plus, on reste dans l'attente captivante d'une œuvre qui pourrait sans problèmes durer trois heures jusqu'à ce que le rideau tombe et que l'on s'aperçoive qu'aucune des pistes lancées n'aboutit.
    Rien, ni les liens fantastiques entre cannibalisme et jeunesse éternelle, ni les intrigues secondaires autour du mari ou de la jeune victime de viol incestueux.

    Même en bénéficiant d'une heure supplémentaire, "Nouvelle Cuisine" reste frustrant malgré un beau casting et une réalisation nettement meilleure que son format court.
  • Bande-annonce

    Meat Grinder (2009)

    Cheuat Gon Chim

    Sortie : 2009. Épouvante-Horreur.

    Film de Tiwa Maytaisong avec Mai Charoenpura, Duangta Tungkamanee, Ratanabanlung Toesawat

    Difficile d'appréhender cette œuvre en marge des productions actuelles du genre en raison d'une construction narrative volontairement lente et abscons, où l'intrigue présente est systématiquement entrecoupée de flashback et de visions aux filtres couleurs trompeur (par exemple, le gris pour les scènes passées est parfois aussi utilisé pour des ellipses ou des dénouements alternatifs).
    Si "Meat Grinder" n'échappe pas à quelques clichés de mise en scène sur son personnage en proie à la maladie mentale, Maytaisong signe le portrait émouvant d'une femme piégée dans un cycle de violence, au gore frontal carrément dégueulasse.
  • Bande-annonce

    Point Break, extrême limite (1991)

    Point Break

    2 h. Sortie : . Action, policier et thriller.

    Film de Kathryn Bigelow avec Patrick Swayze, Keanu Reeves, Gary Busey

    Pas beaucoup d'intérêt pour ce divertissement long, au déroulement invraisemblable (être un flic infiltré te libère visiblement de tout compte à rendre à tes supérieurs) mais l'esthétique 90's, la description du milieu du surf et l'action qui va avec oh, là, là.
  • Bande-annonce

    The Badger Game (2014)

    1 h 39 min. Sortie : .

    Film de Joshua Wagner

    Petit thriller sans prétention où l'on lave son linge sale en famille et qui se dépatouille de personnages archétypaux en assurant l'efficacité de l'action et de la mise en scène.
  • Bande-annonce

    Sympathy for Mr. Vengeance (2002)

    Boksuneun Naui Geot

    2 h. Sortie : . Drame et policier.

    Film de Park Chan-wook avec Song Kang-ho, Shin Ha-kyun, Bae Doo-na

    [Contient des spoilers]

    Double histoire de vengeance sans surprise qui serait acceptable s'il y avait la moindre idée de mise en scène dedans. Cette dernière ne transmet jamais rien et se contente d'illustrer un scénario aux personnages forcément excessifs (le suicide de la sœur de Ryu, élément narratif le plus gratuit qui soit). Pire, elle est tellement pauvre que la seule manière de faire "parler" son héros sourd-muet consiste à coller des écrans noirs avec du texte pour exprimer des monologues inutiles et quelques dialogues qui n'en ont pas besoin.
    Bref, on s'ennuie beaucoup et le caractère intrinsèquement noir de l’œuvre en prend forcément un sacré coup.
  • Bande-annonce

    Lady Vengeance (2005)

    Chinjeolhan Geumjassi

    1 h 55 min. Sortie : . Thriller.

    Film de Park Chan-wook et Seok Min-Woo avec Lee Young-Ae, Choi Min-sik, Kwon Ye-Young

    Park Chan-Wook continue de tracer la veine cartoonesque de son triptyque basé sur le thème de la vengeance en optant pour une trame narrative déstructurée, éclatée où se confrontent humour noir et violence premier degré à travers divers flashback.

    Et c'est bien son problème tant cet artifice de mise en scène apparaît vite comme un cache-misère, destiné à doper artificiellement le film en lui donnant un rythme faussement frénétique.
    Aucune des intrigues secondaires ne fait sens et une fois la vengeance en marche, moment où le réalisateur abandonne le allers-retours dans l'intrigue, le film accumule les longueurs jusqu'à se tirer une balle dans le pied.
    Néanmoins, belle stylisation de l'héroïne et Lee Young-Ae qui tient le film à bout de bras.
  • Bande-annonce

    Danish Girl (2015)

    The Danish Girl

    2 h. Sortie : . Drame et biopic.

    Film de Tom Hooper avec Eddie Redmayne, Alicia Vikander, Amber Heard

    Film académique mais néanmoins soigné (beaux décors, belle photographie), nourrissant des performances d'acteur comme prévu mais qui fonctionne bizarrement bien malgré l'insupportable prestation d'Eddie Redmayne. On ne voit jamais une femme à l'écran mais un acteur qui joue à faire semblant d'être une femme à grand coup de minauderies et de grimaces, contrastant d'autant plus avec une excellente Alicia Vikander et trois beaux rôles secondaires (les discrets Amber Hard et Ben Whishaw, le touchant Matthias Schoenaerts).
  • Bande-annonce

    Paris-Willouby (2016)

    1 h 23 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Quentin Reynaud et Arthur Delaire avec Isabelle Carré, Stéphane De Groodt, Alex Lutz

    Le "Little Miss Sunshine" à la française, à l'écriture et à la réalisation très épurées, reposantes mêmes.
    Pas que l'ensemble soit particulièrement marquant mais faire un film correct avec aussi peu de matière (scénaristique et narrative) sans tourner à vide, en croquant instantanément ses personnages sur leurs rancœurs et le pardon qu'ils consentent à accorder à l'autre, force le respect.
  • Bande-annonce

    Le Convoi (2016)

    1 h 42 min. Sortie : . Action, drame et thriller.

    Film de Frédéric Schoendoerffer avec Benoît Magimel, Reem Kherici, Tewfik Jallab

    Bon film d'action qui parvient à se tenir éloigné des standards américains tout en proposant l'idée de suivre littéralement de l'intérieur (presque toute l'action est filmée depuis les sièges conducteur/passager) le parcours de quatre voitures convoyant plus d'une tonne de drogue.
    Malgré quelques ventre mous, Schoendoerffer tient jusqu'au bout son parti pris artistique sans tomber dans l'exercice de style pur et dur. C'est vite et bien emballé au niveau de l'intrigue et des personnages, la réalisation est parfois franchement jolie (cette photographie et les rares plans à l'extérieur des véhicules) et la musique est excellente. Bonne surprise de ce début d'année.
  • Bande-annonce

    Legend (2015)

    2 h 11 min. Sortie : . Thriller, gangster et biopic.

    Film de Brian Helgeland avec Tom Hardy, Emily Browning, Paul Anderson

    Biopic type du déroulement de la page wikipédia en voix off parce que c'est trop fatiguant de réfléchir à une mise en scène expressive et construite, où Tom Hardy en fait des caisses dans un double-rôle peu passionnant au vu des personnages décrits.
    Pas ennuyeux pour autant mais on en ressort avec l'impression d'en avoir pas plus appris sur les protagonistes et les liens qui les unissent.
  • Bande-annonce

    La 5ème Vague (2016)

    The Fifth Wave

    1 h 57 min. Sortie : . Science-fiction.

    Film de J Blakeson avec Chloë Grace Moretz, Nick Robinson, Alex Roe

    Syndrome du chapitre introductif, forcément un peu avare en action. Que dire à part que les productions jeunes adultes se ressemblent toutes même si on échappe ici au personnage principal "special snowflake".
    Réalisation polie, un peu de cul, un peu de violence, pas trop d'attardements psychologiques, des personnages secondaires figurants, bref rien de neuf.
  • Bande-annonce

    The Boy (2016)

    1 h 37 min. Sortie : . Épouvante-Horreur et thriller.

    Film de William Brent Bell avec Lauren Cohan, Rupert Evans, James Russell

    Séances de cinéma (50 salles)
    Pourquoi les distributeurs français haïssent-ils autant le cinéma de genre pour nous infliger des productions aussi insipides, avec des cordes scénaristiques comme des poutres.
  • Bande-annonce

    Le Garçon invisible (2014)

    Il Ragazzo Invisibile

    1 h 40 min. Sortie : . Aventure, comédie, fantastique et science-fiction.

    Film de Gabriele Salvatores avec Ludovico Girardello, Valeria Golino, Fabrizio Bentivoglio

    Film de super-héros qui en mime les codes avec grâce et une certaine tranquillité jusqu'à retomber exactement sur les rails du matériel dont il s'inspire au lieu d'être la variation d'un même thème qui lui allait si bien durant les cinquante premières minutes.
    Méchants russes premier degré et expérimentations humaines dupliqués des comics dans une deuxième partie quelque peu soporifique jusqu'à ce bel épilogue relevant presque de la fantasy, d’autant plus frustrant qu'il ouvre sur une suite qui n'aura jamais lieu.
  • Bande-annonce

    Jane Got a Gun (2016)

    1 h 37 min. Sortie : . Action, drame et western.

    Film de Gavin O'Connor avec Natalie Portman, Joel Edgerton, Noah Emmerich

    "Jane Got A Gun" n'est pas une histoire de vengeance mais les retrouvailles et la reconstruction psychologiques de deux êtres que la guerre a séparé et que de vieux démons faits de chair et d'os reviennent hanter.
    L'ensemble est donc volontiers peu spectaculaire et démonstratif, avec des cadrages rigoureux et une agréable économie de plans, particulièrement durant le bref assaut final (moins de vingt minutes, 90% des images de la bande-annonce). Les transitions flashback/présent sont un brin crispantes mais ne gâchent pas plus que ça une œuvre mineure certes, non dénuée d'un capital sympathie et d'intérêt.