Ce site utilise des cookies, afin de vous permettre de naviguer en restant connecté à votre compte, de recueillir des statistiques de fréquentation et de navigation sur le site, et de vous proposer des publicités ciblées et limitées. Vous pouvez accepter leur dépôt en changeant de page ou en cliquant sur le bouton “Oui J’accepte”.
Oui J'accepte
Désenchantée

Une série de Matt Groening, le créateur des Simpsons

Son devoir l'appelle, mais cette princesse préférerait boire. Bean veut vivre sa vie – et irrite le roi en faisant les cent coups avec son démon et son elfe.

DÉCOUVREZ MAINTENANT >
Découvrez maintenant >

Désenchantée

La nouvelle série de Matt Groening, le créateur des Simpsons.

DÉCOUVREZ MAINTENANT >

Comics : à chacun son Finnegan's Wake

Avatar toma_uberwenig Liste de

15 bd

par toma_uberwenig

Chez presque tous les auteurs, il y a une pierre angulaire. Ce n'est pas forcément la plus accessible, mais clairement LE chef d'oeuvre autour duquel gravitent les autres oeuvres.
Chez Joyce, si Ulysse a eu plus de reconnaissance, et clairement plus de lecteurs, c'est Finnegan's Wake qui représente ce centre de gravité. Chez Pynchon, c'est L'arc-en-ciel de la Gravité, chez Faulkner, c'est Tandis que j'agonise, pour Hergé c'est Le Lotus Bleu.
Ce n'est que rarement le plus jouissif à lire, c'est simplement celui qui dit tout, qui ne fait pas de compromis, qui n'a pas pour but de s'offrir au lecteur. Une relation intime et fusionnelle entre le créateur et son oeuvre.

Si vous cherchez comment découvrir un auteur, consultez mes autres listes, ou d'autres listes faites pour ça. Si vous voulez être sûrs et certains de ne pas passer à coté de l'essence d'un auteur, you're in the right place all right!

Suggestions appréciées.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • Planetary (2007)

    Sortie : novembre 2007.

    Comics de John Cassaday et Warren Ellis

    Si vous hésitez entre ça et Transmetropolitan, il suffit d'une relecture et d'un regard sur son oeuvre pour voir que Planetary, en plus d'être une des meilleures séries au monde, cristallise toute la mythologie d'Ellis, l'essence de son rapport à la conspiration, aux mythes populaires, à la création même. S'il y a un centre de gravité chez lui, c'est l'excellent Planetary.
  • Promethea, tome 1 (2000)

    Sortie : .

    Comics de J.H. Williams III et Alan Moore

    Ce n'est pas facile pour Moore. Son oeuvre a son lot de chef d'oeuvres, et qui plus est, il joue sur plusieurs tableaux à la fois. Mais sous son aspect anodin de comics un peu barré, c'est en fait une vue en contreplongée dans la psyché même de l'auteur que nous offre Promethea, certainement son oeuvre la plus personnelle, la plus profonde. Alan Moore est un mage, Promethea est son grimoire.
  • Préludes & Nocturnes - Sandman, tome 1 (1989)

    The Sandman Vol. 1: Preludes & Nocturnes

    Sortie : janvier 1989.

    Comics de Malcom Jones III, Mike Dringenberg, Sam Keith

    Gaiman est un auteur plutôt prolifique, dont l'oeuvre est loin de s'arrêter à la BD. Vu la taille, la densité, l'intensité dramatique de la série Sandman, c'est vraiment prendre peu de risque que de la désigner comme pierre angulaire de ses travaux... Totalement indispensable, ça va de soi.
  • Preacher, tome 1 (1995)

    Sortie : .

    Comics de Steve Dillon et Garth Ennis

    Pour Ennis, c'est plutôt une sainte trinité, même si Preacher s'approprie le trône de justesse. En effet, la minisérie disparue Godess, non référencée ici (et c'est une honte) concentre beaucoup de ce qu'Ennis voulait dire, avec la violence et l'humour qu'on lui connait. Et il y a Punisher, une longue histoire d'amour entre un personnage et son auteur. Mais bon, Preacher gagne...
  • Lucifer (2000)

    Sortie : juin 2000.

    Comics de Christopher Moeller, Aaron Alexovich, Zander Cannon

    Mike Carey ne donne que dans l'exceptionnel. Je pense que ce qu'il a fait dans Hellblazer est supérieur à Lucifer, mais c'est par Lucifer, personnage emprunté à Sandman de Gaiman, qu'il a su se trouver, et affirmer son potentiel créateur et trouver son identité. Donc, de justesse, c'est Lulu qui remporte la palme.
  • Les Germes de la destruction - Hellboy, tome 1 (1994)

    Hellboy: Seed of Destruction

    Sortie : mars 1994.

    Comics de Mike Mignola

    Pour Mignola, sur le terrain depuis longtemps, c'est par Hellboy, la série dans son ensemble, qu'il s'offre corps et âme. Plus proche par certains aspects de Corto Maltese que de ses homologues anglo-saxons, la saga de Hellboy est la création d'un univers où références sérieuses n'excluent pas poésie, tant visuelle que thématique. Un trait difficile, mais de grandes récompenses pour qui réussit à l'accepter et à l'aimer.
    L'investissement de Mike Mignola dans l'univers de HellBoy ne se limite pas à la série centrale, proposant des séries spinoff de très grande qualité.
    On notera aussi que, bien qu'il ne fasse pas partie de la nouvelle vague née en Grande Bretagne et alentours, il en partage les codes, les thèmes et l'obsession pour la magie et la démonologie.
    Un auteur à suivre, assurément!
  • Les Invisibles (2008)

    The Invisibles

    Sortie : février 2008.

    Comics de Steve Yeowell et Grant Morrison

    Première exception : Grant Morrison aura droit à DEUX oeuvres dans cette liste. Les Invisibles a transformé sa vie, c'est, comme il le dit lui même, un rituel, un hypersigil sous forme de comics. C'est profond, sombre, et ça brasse tous les secrets du monde, de la magie, de la culture populaire, du conspirationnisme, de la SF, bref, si j'étais honnête, ce serait tout simplement Les Invisibles, point final...
  • The Filth (2007)

    Sortie : février 2007.

    Comics de Chris Weston et Grant Morrison

    ...mais ce génial enfoiré a écrit the Filth, qui comporte tous les stigmates du chef d'oeuvre absolu, qui va plus loin que tout ce qui existe, qui déclenche des choses bizarres dans le lecteur, un tel choc, un telle pièce unique, qui ne concentre pas moins les obsessions de son créateur que les Invisibles, et qui donc a sa place ici. Tant pis, c'est ma liste, je triche si je veux.
  • Sin City, tome 1 (1994)

    Sin City : The Hard Goodbye

    Sortie : 1994.

    Comics de Frank Miller

    Si c'est clairement par Sin City que Miller s'est affirmé tant dans le fond que dans la forme, je regrette de ne pas pouvoir mettre son excellent travail avec Mazzuchelli sur Batman (Vengeance Oblige ou Year One suivant les éditions) et sur Daredevil (Renaissance), qui sont à mon avis plus puissants. Mais un regard sur les pages de Sin City suffit à comprendre que c'est là que se trouve Miller, pas ailleurs. (le 1, le 2 et le 4 seulement, le reste, c'est de la merde)
  • 1985 (2009)

    Marvel 1985

    Sortie : .

    Comics de Tommy Edwards et Mark Millar

    On se souviendra de Millar pour The Ultimates, et à raison, car c'est ce qu'il a fait de mieux, de plus audacieux. Mais c'est dans Chosen et dans 1985 qu'il est le plus lui-même, son coté enfant rêveur confronté à la violence d'une réalité souvent trop indigeste, trop cruelle, je pense que c'est ce qui le caractérise le mieux. Cas atypique dans cette liste, donc. J'hésite encore entre ça et les Ultimates, j'avoue.
  • David Boring (2004)

    Sortie : octobre 2004.

    Comics de Daniel Clowes

    Si je lui préfère Comme un gant de velours pris dans la fonte, David Boring embrasse plus largement ce qui fait que Clowes est Clowes.
    Donc c'est Boring qui s'y colle, malgré le fait que l'humour du bonhomme n'y transparait pas vraiment. (Peut être que j'aurais dû mettre Ghost World...)
  • Black Hole, intégrale (2006)

    Sortie : .

    Comics de Charles Burns

    Alors est ce que c'est quelque chose qui raconte Charles Burns, cette excellente histoire étrange et moite, ou est ce que c'est moi qui suis content de trouver du Clowes ailleurs que chez Clowes ?
    L'auteur de l'excellent El Borba, catcheur puissant d'humour et de virilité signe un chef d'oeuvre, certes, mais est-ce vraiment le sien ?
  • Alpha & Oméga - Locke & Key, tome 6 (2014)

    Locke & Key Volume 6: Alpha & Omega

    Sortie : .

    Comics de Gabriel Rodriguez et Joe Hill

    Je ne pensais pas avoir l'occasion d'ajouter quoi que ce soit à cette liste, mais Locke & Key a réussi à me faire changer d'avis.
    Une originalité et audace à la fois dans l'idée de départ et dans la mise en place, une danse entre comics, conte et horreur, une profondeur qui se révèle à partir du troisième volume, Locke & Key est sorti de nulle part, et après un début satisfaisant et timide, s'est hissé au rang des vrais Incontournables. Au début calibré pour atterrir dans mon autre liste, celles des "seulement excellents", l'oeuvre embrassé dans son ensemble réussit à se hisser dans cette liste VIP.
  • Super Soldat - Ultimates (Marvel Deluxe), tome 1 (2002)

    The Ultimates

    Sortie : mars 2002.

    Comics de Bryan Hitch et Mark Millar

    Allez, je craque! Mark Millar met une trop grande claque à la notion même d'équipe de super héros pour que celle-ci ne figure pas ici.
    Non seulement il réussit à ancrer de façon crédible et irrévérencieuse le comics dans notre univers (plus ou moins), chose que nombre d'autres ont essayé avant, après, mais jamais avec ce degré d'efficacité.
    Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que la saga cinéma Avengers s'inspire autant des Ultimates tant thématiquement que formellement (les plans séquences qui ont tant fait parler d'eux dans le premier Avengers sont tirés tout droit des magistrales planches de Brian Hitch!).
    On peut vraiment parler d'oeuvre centrale, majeure en relisant les deux tomes avec le tandem Millar-Hitch aux commandes. Donc je le mets dans cette liste, après quelques années d'hésitation!
  • Tommy Taylor et l'identité factice - The Unwritten : Entre les lignes, tome 1 (2010)

    The Unwritten Volume 1: Tommy Taylor and the Bogus Identity

    Sortie : .

    Comics de Peter Gross et Mike Carey

    Bon, je triche, ok, JE TRICHE!!
    J'avais mis Lucifer à la base, mais Mike Carey, l'homme qui a réussi à transcender Hellblazer (malgré le fait que tous les grands noms du comics s'y soient collé!), impose avec The Unwritten - injustement annulé en France, faute de ventes - une oeuvre qui tutoierait presque Promethea.