Comme une envie de Jaune...

Avatar DocteurKi Liste de

118 films

par DocteurKi

Début 2017, j'ai décidé de me faire une grosse rétrospective (personnelle) dédiée au genre italien appelé "giallo".
L'occasion pour moi de revoir certains films que j'adore, de voir quelques films que je n'ai pas encore eu l'occasion de visionner, mais aussi de faire le point sur ce qu'on nomme aujourd'hui 'neo-giallo', et de découvrir des films que plusieurs personnes (ici ou ailleurs) ont classés comme des gialli (ou des films inspirés, ou hommages, à ce genre), ce qui a piqué ma curiosité. D'autant plus que chacun y va de sa définition personnelle du giallo, et cette liste me permettra, au passage, de commenter ces films en fonction de ma propre vision du genre.

Ma vision du giallo ? Et bien, au contraire des italiens, je ne classe pas une majorité des thrillers d'exploitation dans le giallo (selon leur propre définition, "Le Giallo all'italiana est un genre, typique du cinema d'exploitation italien, mêlant l'atmosphère du thriller avec certains thèmes typiques du film d'horreur"), mais je les rejoins sur un point : il n'y a jamais de fantastique dans le giallo ! Pour cette raison, "Suspriria", "Inferno", et autres consorts, ne peuvent fatalement pas être des gialli...
Du reste, je vois trois courants majeurs dans le giallo : le plus populaire, avec tueur en série et enquête ; le psychologique, avec peu de morts (voire un seul) et un personnage aux prises avec ses doutes (ou sa folie) ; et la machination (ou complot), là encore avec peu de morts, et où on apprend, généralement à la fin, que le personnage principal a été piégé (ou du moins qu'on a essayé de le piéger).
Un mélange des ces courants au sein d'un même film n'est d'ailleurs pas inhabituel.

Attention, ceci est une liste non exhaustive... Ne vous offusquez pas si il manque des gialli.
Ne vous braquez pas non plus si vous pensez que certains film n'ont pas leur place ici, en particulier parmi les films 'modernes'... Pour la majorité, je me suis contenté de piocher ces films un peu partout, dont sur certaines listes de SC. Encore une fois, de nos jours chacun a apparemment sa propre définition du giallo...
En revanche, si vous avez des suggestions, un film absent et qui devrait absolument être vu par tout amateur de giallo qui se respecte, n'hésitez pas ;)

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • La Fille qui en savait trop (1963)

    La ragazza che sapeva troppo

    1 h 26 min. Sortie : . Comédie, romance et thriller.

    Film de Mario Bava avec Leticia Roman, John Saxon, Valentina Cortese

    Si on en croit les bouquins, on trouve ici le premier giallo. Et en fait, on n'a aucun mal à les croire...
    D'un simple film de commande, une comédie policière, Bava va faire un film qui restera dans l'Histoire du Cinéma comme le premier d'une mouvance qui affectera le cinéma d'exploitation italien pendant plusieurs décennies. Très inspiré par Hitchcock, Bava pose les base du giallo en instaurant d'emblée un mystérieux meurtre et un doute chez le spectateur. Dès lors il nous promène avec une enquête relativement simpliste, quelques pointes d'humour, et toujours plus de doutes... Il conclut avec brio sur un twist final montrant que le fameux meurtrier n'était absolument pas celui que nous pensions. Il n'en fallait pas plus pour savoir que cette recette était prometteuse. Il faudra cependant attendre "Sei donne per l'assassino" pour véritablement parler de la naissance d'un genre et de ses premiers codes.
  • Bande-annonce

    Les Trois Visages de la peur (1963)

    I Tre volti della paura

    1 h 39 min. Sortie : . Sketches et Épouvante-horreur.

    Film de Mario Bava avec Suzy Andersen, Mark Damon, Glauco Onorato

    Films à sketches dont un est un giallo. Ce "Il Telefono" est simple, assez court, et pourtant possède certains ingrédients essentiels d'un bon giallo.
  • Bande-annonce

    Six Femmes pour l'assassin (1964)

    Sei donne per l'assassino

    1 h 28 min. Sortie : . Épouvante-Horreur et thriller.

    Film de Mario Bava avec Cameron Mitchell, Eva Bartok, Thomas Reiner

    Grand classique... Le costume reste un indémodable du genre...
    Si on doit en conseiller un pour débuter tranquillement dans le giallo, c'est celui là.
    Après "La ragazza che sapeva troppo" et un sketch dans "I Tre volti della paura", Bava frappe un grand coup et réalise ce film qui va bouleverser le cinéma d'exploitation italien. Le film aura de nombreux émules, mais aucun n'arrivera ne serait ce qu'à l'égaler.... Pour ça, il faudra attendre encore quelques années avec les films de Fulci, Argento et Martino.
  • Bande-annonce

    Une hache pour la lune de miel (1970)

    Il Rosso segno della follia

    1 h 28 min. Sortie : . Thriller et Épouvante-horreur.

    Film de Mario Bava avec Stephen Forsyth, Dagmar Lassander, Laura Betti

    Quelques mois après le succès d'Argento avec "L'Uccello dalle Piume di Cristallo", Bava sort ce film et bouscule à son tour les 'codes' du giallo. Ici pas vraiment de mystère, vu qu'on sait dès le départ qui est le tueur. Mais Bava va encore plus loin et fait de son tueur le héros de son film. Il utilise alors la voix off, les flashback et les hallucinations de son personnage pour nous faire entrer dans sa tête et dans sa psyché. Un procédé qui sera repris par d'autres, notamment dans la série "Dexter", où le personnage principal possède beaucoup de similitudes avec le personnage du film de Bava.
    Hormis cette originalité, le film reste assez classique et perd en rythme et en intensité dans sa deuxième moitié. On retiendra surtout que Bava à voulu se démarquer avec ce film, et qu'il y est arrivé.
  • La Baie sanglante (1971)

    Reazione a catena

    1 h 24 min. Sortie : . Thriller et Épouvante-horreur.

    Film de Mario Bava avec Claudine Auger, Luigi Pistilli, Claudio Camaso

    Un giallo qui tourne vite au jeu de massacre... L'histoire commence de façon relativement classique, avec meurtre et mystère, et soudain, c'est l'escalade presque gratuite, le bain de sang, des morts à tour de bras, et ça vire au joyeux bordel décomplexé et assumé. Pour l'époque, ça changeait, et c'était fun. De nos jours, et vue l'année de sa sortie, on peut voir ce film comme le père spirituel du 'slasher movie'.
  • Bande-annonce

    L'Oiseau au plumage de cristal (1970)

    L'Uccello dalle piume di cristallo

    1 h 38 min. Sortie : . Drame et thriller.

    Film de Dario Argento avec Tony Musante, Suzy Kendall, Enrico Maria Salerno

    Avec "L'Uccello dalle Piume di Cristallo", Dario Argento frappe fort et s'impose comme la nouvelle référence...
    Un giallo comme on n'en n'avait plus vu depuis "Sei Donne per l'Assassino", qui modernise le genre et lui apporte un nouveau souffle.
    La 'recette' utilisée pour ce film sera reprise par de nombreux réalisateur, y compris par Dario Argento lui même, s'essayant à diverses variations.
  • Bande-annonce

    Le Chat à neuf queues (1971)

    Il Gatto a nove code

    1 h 55 min. Sortie : . Policier.

    Film de Dario Argento avec Rada Rassimov, Pier Paolo Capponi, Aldo Reggiani

    Classique, convenu, mais efficace. Ce film n'atteint jamais l'aspect percutant et innovant de "L'Uccello dalle Piume di Cristallo", mais l'intrigue est plutôt bien menée, les pistes peuvent paraitre nombreuses, mais si on est un aficionado du genre, le coupable est finalement assez évident...
  • Bande-annonce

    Quatre mouches de velours gris (1971)

    Quattro Mosche di Velluto Grigio

    1 h 44 min. Sortie : . Thriller.

    Film de Dario Argento avec Michael Brandon, Mimsy Farmer, Jean-Pierre Marielle

    Avec ce film, Argento montre qu'il n'a plus rien à prouver dans le giallo. Peu de violence, aucune mort plein champ, tout en subtilité et en finesse, il axe clairement son récit sur le mystère et le spectateur se retrouve vite aussi perdu que le personnage principal.
  • Bande-annonce

    Les Frissons de l'angoisse (1975)

    Profondo rosso

    2 h 06 min. Sortie : . Thriller et Épouvante-horreur.

    Film de Dario Argento avec David Hemmings, Daria Nicolodi, Gabriele Lavia

    Séances de cinéma (1 salle)
    Considéré par beaucoup comme le meilleur film du genre.
    C'est un vrai classique, et une référence quasi absolue en la matière.
    Si il reprend des éléments déjà vu dans ses précédents gialli, ce sont pour mieux les sublimer et aboutir ainsi à un condensé de tout ce qu'il y avait de meilleur en eux.
    Je conseille la version intégrale, les petits passages comiques ajoutent un peu de rythme et apportent un plus à l'intensité générale du film... Se détendre pour mieux être repris par le suspens...
  • Bande-annonce

    Ténèbres (1982)

    Tenebre

    1 h 41 min. Sortie : . Thriller et Épouvante-horreur.

    Film de Dario Argento avec John Saxon, Anthony Franciosa, Daria Nicolodi

    Certainement mon giallo préféré, et également celui que je trouve le mieux fait (n'en déplaise à certains)... On sent qu'il veut s'éloigner du style 'sobre', presque 'classique' qu'il avait imposé avec ses derniers gialli, et ça lui réussi bien.
    Si certains aspects du scénario n'ont pas été appréciés par tous, il est difficile de nier qu'Argento n'a jamais aussi bien réalisé et cadré qu'avec ce film là. Les plans sont millimétrés, et on ressent très bien l'ambiance qu'il cherchait à transmettre... Ajoutons à cela qu'en plus chaque mort du film est un tableau en soi, et qu'il se lâche comme jamais auparavant sur la violence et le sang, on hésite souvent entre malaise et admiration... Un très grand film...

    Accessoirement, ce film est souvent considéré par les italiens comme le dernier giallo classique (et de ce fait, tous ceux qui suivent sont donc des gialli modernes ou appartenant à la mouvance neo-giallo).
  • Bande-annonce

    Terreur à l'Opéra (1987)

    Opera

    1 h 47 min. Sortie : . Drame, thriller et policier.

    Film de Dario Argento avec Cristina Marsillach, Ian Charleson, Urbano Barberini

    Inventif et original sur beaucoup de choses. Il sort un peu plus des carcans, mais l'essence est toujours là.
    Souvent mésestimé, hélas, ce film est pourtant une belle réussite (bon, peut être à part la fin de la version intégrale, et encore..).
  • Bande-annonce

    Trauma (1993)

    1 h 46 min. Sortie : . Épouvante-Horreur.

    Film de Dario Argento avec Christopher Rydell, Asia Argento, Piper Laurie

    Limite... Là Argento commence à se perdre, mais ce n'est pas encore catastrophique... Bon, il réutilise le coup du "j'ai vu un détail vital pour résoudre l'enquête, mais je ne me souviens pas de ce que c'est", ce qui aide à construire son scénario, et ça aurait pu être sympa si il y avait eu plus de consistance derrière... Beaucoup de superflu, beaucoup de détails et de personnages passés à la trappe, beaucoup d'ellipses qui rendent le récit confus... Et bon, un collet électrique comme arme principale des meurtres, c'est original, mais ce n'est pas génial... Je ferais aussi l'impasse sur les têtes décapitées qui parlent et les effets spéciaux parfois bien cheap... C'est le premier (petit) faux-pas d'Argento dans le giallo, et à ce stade de sa carrière, on pouvait se dire que ça n'était qu'un accident.
  • Bande-annonce

    Le Syndrome de Stendhal (1996)

    La sindrome di Stendhal

    2 h. Sortie : . Policier.

    Film de Dario Argento avec Asia Argento, Thomas Kretschmann, Marco Leonardi

    Argento retrouve une certaine originalité, et ce film surprend car, par bien des aspects, ce n'est pas vraiment un giallo... Du moins au départ... En effet, à l'image de films comme "Libido" ou "Una Farfalla con la Ali Insanguinate", on dénote clairement deux parties dans le film. La première est proche du polar, alors que la seconde nous ramène à quelque chose de plus classique et de facilement identifiable en tant que giallo. Argento s’attèle donc, à la fin des 90's, à explorer un genre de giallo, datant du milieu des 60's, auquel il ne s'était pas encore frotté. Et il le fait bien, rappelant ainsi à l'époque que le giallo n'est pas toujours le genre, presque codifié, qu'il nous a montré avec ses précédents films. Il existe plusieurs variantes du giallo, et Argento s'attache à nous faire redécouvrir ce genre presque oublié, se permettant même quelques passages oniriques rappelant certains gialli psychologiques comme "Una Lucertola con la Pelle di Donna". Il sort de sa zone de confort et explore quelque chose d'ancien sous un œil nouveau, usant de tous les progrès modernes (il sera le premier italien à utiliser des CGI avec ce film, justement lors des passages oniriques) pour revisiter une vieille recette.
    Ce film est une vraie curiosité, mais c'est de la bonne curiosité.
  • Le sang des innocents (2002)

    Non ho sonno

    1 h 53 min. Sortie : . Thriller et Épouvante-horreur.

    Film de Dario Argento avec Max von Sydow, Stefano Dionisi, Chiara Caselli

    Retour aux sources pour Argento... Un giallo tout ce qu'il y a de plus classique, presque 'sobre' pour le réalisateur. Il essaye une nouvelle variante de son approche la plus célèbre : "j'ai vu un détail vital pour résoudre l'enquête, mais je ne me souviens pas de ce que c'est", sauf qu'ici le héros se souvient d'un son qu'il n'arrive pas à identifier. Et pour pousser un peu plus loin, son partenaire d'investigation est un vieux commissaire à la retraite qui perd la mémoire, ce qui lui fait un terrain de jeu plus grand pour son scénario. Hélas, ce film est bien trop classique, bien trop facile à bien des égards, et on se rend compte qu'il est bien loin des films de sa grande époque qui usaient déjà de ce genre de ficelles...
  • Bande-annonce

    Card Player (2005)

    Il Cartaio

    1 h 36 min. Sortie : . Thriller et policier.

    Film de Dario Argento avec Antonio Cantafora, Fiore Argento, Silvio Muccino

    Là on touche le fond... Enfin, concernant Argento et les gialli... Concernant Argento tout court, le fond reste (pour l'instant) son "Dracula"... Avec ce film, on ne sait pas ce que Argento cherche à faire. Un tueur qui tue via parties de poker numérique c'est peu commun, et c'est vrai qu'on a toujours l'aspect mystérieux avec un tueur inconnu, tuant généralement à l'arme blanche, et une enquête pour le débusquer. Sur le papier, ça rentre tout de même dans les cases du giallo... Alors tentative de se mettre à jour en tentant le cyber-giallo ? Pourquoi pas... Mais ça n'enlève rien au fait que le film soit mauvais...
    Oh, il y a bien deux ou trois trucs de sympa dans ce film... Pour vingt fois plus de trucs vraiment nazes...
  • Vous aimez Hitchcock ? (2005)

    Ti piace Hitchcock?

    1 h 33 min. Thriller.

    Film de Dario Argento avec Cristina Brondo, Elio Germano, Chiara Conti

    Serieusement ? Même pour un téléfilm ça ne vole pas haut... Sauf si vous êtres un fan hardcore d'Argento, et encore, vous devriez éviter...
    Là on est plutôt face à un thriller niveau 'prod TF1 des 90’s', c'est dire...
    Pour l'aspect giallo, on n'a qu'un assassinat, et c'est hyper faiblard du coté mystère tant le héros a tendance à se monter le bourrichon, et au passage à saouler le spectateur... Coté 'machination', c'est la même chose, avec ce héros soulant qui s'imagine trop de choses et la crée dans sa tête... Même si en définitive il n'avait pas totalement tort, on n'y croit pas...
    Finalement, on est autant sur du simple thriller de télévision que sur du giallo. On pourrait se dire que près de 40ans plus tard, Argento fait un clin d’œil à Bava en tentant lui aussi un giallo d'inspiration Hitchcockienne, mais c'est tellement rabâché pendant le film... Amusant sinon d'y croiser l'affiche de "Il Cartaio"...
  • Bande-annonce

    Giallo (2010)

    1 h 32 min. Sortie : 2010. Thriller et Épouvante-horreur.

    Film de Dario Argento avec Adrien Brody, Emmanuelle Seigner, Elsa Pataky

    Oui, c'est déjà mieux que "Il Cartaio", mais bon, on ne va pas se mentir, Argento est ici très loin d'être au niveau de ses anciens films (pré 90's), et sa tentative de lier le thriller américain au giallo est quand même un ratage...
    Pour plus de précision, lire ma critique...
  • Bande-annonce

    L'Étrange Vice de Madame Wardh (1971)

    Lo Strano vizio della signora Wardh

    1 h 38 min. Sortie : . Épouvante-Horreur.

    Film de Sergio Martino avec George Hilton, Edwige Fenech, Conchita Airoldi

    Un peu lent, c'est vrai, mais une fois bien dedans, on se rend compte que ce rythme, presque lancinant, est un des atouts du film. C'est bon, c'est bien fait, et la révélation finale pourra en surprendre plus d'un.
    N'oublions pas qu'avant ce film, Martino n'avait réalisé que deux documentaires et un western... Pourtant, avec ce film (et les quatre suivants), il va s'imposer comme l'un des grands noms du giallo aux cotés de Bava, Argento et Fulci.
  • Bande-annonce

    La Queue du scorpion (1971)

    La Coda dello scorpione

    1 h 34 min. Sortie : . Policier, thriller et Épouvante-horreur.

    Film de Sergio Martino avec George Hilton, Anita Strindberg, Alberto De Mendoza

    Trois enquêteurs pour encore plus de suspects, c'est suffisant pour qu'on soit attentif aux détails et aux fausses pistes. Assez simpliste cela dit, mais assez efficace aussi.
  • Bande-annonce

    Toutes les couleurs du vice (1972)

    Tutti i colori Del Buio

    1 h 31 min. Sortie : . Thriller.

    Film de Sergio Martino avec George Hilton, Edwige Fenech, Ivan Rassimov

    Ah, quand "Rosemary's Baby" rencontre le giallo, ça donne ça... Un bon film avant tout, mais également un très bon giallo !
    Tordu comme on les aime. Après une incursion dans le giallo typé 'polar', Martino revient au giallo psychologique et à la machination, et livre un des meilleurs (sinon le meilleur) film du genre.
  • Bande-annonce

    Ton vice est une chambre close dont moi seul ai la clef (1972)

    Il tuo vizio è una stanza chiusa e solo io ne ho la chiave

    1 h 36 min. Sortie : . Thriller.

    Film de Sergio Martino avec Edwige Fenech, Anita Strindberg, Luigi Pistilli

    Revisite inspirée par certains écrivains (dont on reconnaitra plus facilement Poe), ce film est vraiment intéressant.
    Un giallo psychologique qui se transforme en vraie machination, avec ce qu'il faut de mystère et de tension.
  • Bande-annonce

    Torso (1973)

    I corpi presentano tracce di violenza carnale

    1 h 29 min. Sortie : . Épouvante-Horreur et thriller.

    Film de Sergio Martino avec Suzy Kendall, Tina Aumont, Luc Merenda

    Avant de se tourner définitivement vers d'autres genres, Martino réalise ce film et signe par la même occasion son giallo le plus 'violent'.
    Pas mal de morts, pas mal de nudité, peu d'enquête mais un mystère qui arrive à se tenir jusqu'à la fin (pour peu qu'on ne l'ait pas deviné tout de suite) et quelques trouvailles ingénieuses font de ce film une réussite. Néanmoins, le film manque un peu de rythme et la majorité des scènes de nudité sont totalement gratuite, mais bon, on est loin du cas de "La Bestia Uccide a Sangue Freddo", fort heureusement.
    Si on peut reprocher à Argento et Fulci de s'être perdus en route à vouloir trop en faire, Martino a préféré suivre l'exemple de Bava et passer à autre chose. Ces deux là ont certainement bien fait, car tous leurs gialli, sans exceptions, sont encore aujourd'hui considérés comme des classiques, voire comme des références du genre.
  • Crime au cimetière étrusque (1982)

    Assassinio al cimitero etrusco

    1 h 34 min. Sortie : . Épouvante-Horreur.

    Film de Sergio Martino avec Elvire Audray, Paolo Malco et Claudio Cassinelli

    Je ne sais absolument pas pourquoi certains voient ce film comme un giallo... Oui, c'est un Martino (qu'il a signé sous un pseudonyme), oui, on a un tueur mysterieux, mais ça s’arrête là...
    Ce film est quelque part entre un film d'horreur et un film d'aventure, avec en prime une bonne dose de fantastique, chose qu'on ne voit jamais dans un giallo.
    Pourquoi pas un giallo avec des sorcières, des vampires, des fantômes, des zombies ou des loup-garous tant qu'on y est...
    Qui plus est, ce film est mauvais...
  • Les rendez-vous de Satan (1972)

    Perché quelle strane gocce di sangue sul corpo di Jennifer ?

    1 h 34 min. Sortie : . Thriller.

    Film de Giuliano Carnimeo avec Edwige Fenech, George Hilton, Annabella Incontrera

    Classique, mais efficace, et on ne se lasse pas d'Edwige Fenech...
    On sent ici l'influence de Martino, tant au niveau du scénario qu'à la réalisation ou même pour ce qui est du casting, mais c'est peut être ce qui fait que ça fonctionne bien.
    Ce film n'innove donc pas du tout et reste quand même en dessous des films dont il s'inspire, mais il est également au dessus de bien d'autres gialli, car il compense ce manque d'originalité par un bon travail à tous les niveaux.
  • Bande-annonce

    Perversion Story (1969)

    Una sull'altra

    1 h 35 min. Sortie : . Drame, policier et Érotique.

    Film de Lucio Fulci avec Jean Sorel, Marisa Mell, Elsa Martinelli

    Certains y verront un giallo type 'machination', et c'en est un, parmi les premiers et parmi les meilleurs. Pour d'autres ça ne sera rien de plus qu'un ‘simple thriller’... Dans tous les cas, c'est un film fort sympathique demeurant, même si j'aurais préféré une autre fin... On peut se dire que Fulci détourne et se réapproprie les codes de Bava à sa façon.
    Sinon, à part un montage un peu brutal par endroits, il n'y a pas grand chose à reprocher à ce film. Le scénario peut être... Mention spéciale à la B.O. jazzy dont on écouterait certaines morceaux sans se lasser.
  • Bande-annonce

    Le Venin de la Peur (1971)

    Una Lucertola con la pelle di donna

    1 h 43 min. Sortie : . Policier.

    Film de Lucio Fulci avec Stanley Baker, Jean Sorel et Florinda Bolkan

    Peut être le giallo le plus psyché et le plus onirique de Fulci... Mais surtout son meilleur, et son travail le plus abouti. Qui plus est, ce film reste une référence en matière de giallo dit 'psychologique'.
    Une curiosité dans son genre, mais ça fonctionne bien.
  • La Longue Nuit de l'exorcisme (1972)

    Non si sevizia un paperino

    1 h 45 min. Sortie : . Épouvante-Horreur et thriller.

    Film de Lucio Fulci avec Florinda Bolkan, Barbara Bouchet, Tomás Milián

    Bien réalisé, néanmoins, je n'ai pas vraiment accroché au scénario... Et aujourd'hui la fin, et l'identité de l'assassin, parait vraiment capilotractée, mais bon, c'est une fin relativement classique dans le giallo, alors on ne va pas chipoter...
  • L'Emmurée vivante (1977)

    Sette note in nero

    1 h 35 min. Sortie : . Épouvante-Horreur.

    Film de Lucio Fulci avec Jennifer O'Neill, Gabriele Ferzetti, Marc Porel

    Le coup de la 'vision', on nous l'a déjà fait... Notamment dans "La Ragazza che Sapeva Troppo", classique des classiques dont ce film reprend pas mal d'idées, mais aussi dans d'autes gialli mineurs, comme par exemple "La Morte Accarezza a Mezzanotte". Quant à ce qui arrive au mari, là encore, c'est du déjà vu, même si "Una Farfalla con la Ali Insanguinate" a poussé l'idée bien plus loin, impossible de ne pas y voir des similitudes.
    Avec ce film, Fulci s'en tire bien, mais il n'innove en rien. Sur aucun aspect de son film il n'arrive à se démarquer clairement, il se contente de mélanger les idées et de les filmer de manière très classique...
    On ne retiendra finalement que le thème du carillon de la montre (que j'ai déjà entendu ailleurs, mais impossible de me souvenir où) et la fin ouverte...
    Reste à savoir si on peu vraiment dire que c'est un giallo. Il est établi qu'il n'y a jamais ô grand jamais de fantastique dans un giallo, or ici, les 'visions' peuvent être interprétées de deux façons : soit en partant du fait que c'est possible dans ce cas, comme dans d'autres gialli, on dira que c'est du ressort des 'fringe sciences' et le film est un giallo ; soit en partant du fait que ce ne soit pas possible, et dans ce cas c'est du ressort du fantastique, et donc le film n'est pas un giallo...
    À vous de voir...
  • Bande-annonce

    L'Éventreur de New York (1982)

    Lo Squartatore di New York

    1 h 31 min. Sortie : . Épouvante-Horreur et thriller.

    Film de Lucio Fulci avec Jack Hedley, Almanta Suska, Howard Ross

    On arrive ici à la fin de la 'grande époque' de Fulci... Si les 70's ont vu naitre ses meilleurs films, il n'en sera absolument pas de même pour les 80's. Preuve en est avec ce giallo américanisé qui fait dans la surenchère gratuite de violence et de sexe. Tout le brio de ses précédents gialli a ici disparu pour laisser place à un néant créatif total... À bien des égards, ce film ressemble à un slasher américain de série B. Ne reste du giallo que quelques petits ingrédients qui, malgré tout, suffisent à le ranger dans cette catégorie... Mais que c'est décevant...
    Et puis, franchement, un tueur qui prend la voix de Donald Duck, vous trouvez ça flippant ?
  • Murderock (1984)

    Murderock - uccide a passo di danza

    1 h 30 min. Sortie : . Thriller et Épouvante-horreur.

    Film de Lucio Fulci avec Cosimo Cinieri, Giuseppe Mannajuolo, Belinda Busato

    Certainement marqué par "Flashdance" sorti l'année précédente, ou par le succès de la série "Fame" pondue suite au film du même nom, Fulci nous pond un ultime giallo américanisé... Avec des danseuses bien 80's !!!
    Le problème, c'est qu'après le gore outrancier de "Lo Squartatore di New York", il nous sert ici un film totalement kitch, à la limite du nanar, oubliant le sang et la tension du giallo pour se concentrer sur une intrigue lourdingue et pas interessante du tout, ponctuée d'un pseudo érotisme pathétique et d'un onirisme au rabais à peine digne d'une serie B, pour souligner maladroitement l'aspect psychologique capilotracté de son film...
    La réalisation est mauvaise, la B.O. est mauvaise, les acteurs sont mauvais, mais par dessus tout, l'intrigue et le scénario sont mauvais... Cette manière de nous envoyer un tas de tueurs potentiels les uns après les autres, le tout pour arriver à une 'révélation' finale qu'on voit venir depuis le début...
    C'est une catastrophe...
    Le seul truc intéressant (et amusant) dans ce film, c'est de voir Christian Borromeo, et de se demander pendant tout le film si c'est un sosie de Cillian Murphy ou si c'était vraiment Cillian Murphy plus jeune et qu'il a changé de nom...