Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Jeux Vidéo en 2017 (avec commentaires)

Avatar CinemadePigalle Liste de

94 jeux vidéo

par CinemadePigalle

Des fois je termine mes jeux, des fois je les abandonne et des fois je les relance juste pour une session ou pour le multi. En général, je précise dans la description ce qu'il en est.
2014 : http://www.senscritique.com/liste/Joues_en_2014/925674
2015 : http://www.senscritique.com/liste/Joues_en_2015_avec_commentaires/924332
2016 : http://www.senscritique.com/liste/Joues_en_2016_avec_commentaires/1144077

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • Bande-annonce

    Sonic Lost World (2013)

    Sonikku Rosuto Wārudo

    Sortie : . Aventure, action-aventure et plateforme.

    Jeu vidéo de Sonic Team, Dimps, SEGA sur Wii U, Nintendo 3DS et PC

    Abandonné.
    Après tous les Sonic que j'ai pu enchaîner : entre frustration, satisfaction, rage et toutes les autres émotions liées à cette saga, Lost World ne me fait absolument rien ressentir.
    Quoique si, un peu de rire et de gêne un peu aussi. Parce que c'est un épisode dans lequel on sent parfaitement le manque de confiance des développeurs. Les mondes n'ont aucune cohérence et les niveaux ne collent jamais à la thématique initiale, mais le plus drôle c'est qu'au sein d'un même niveau on va avoir une dizaine de nouvelles mécaniques qu'on ne reverra jamais, qui là encore n'ont aucun lien avec le reste du niveau (ni visuellement ni dans l'idée). C'est n'importe quoi et ça peut occasionner quelques rires de surprises, et même quelques bonnes idées, effet shotgun oblige.
    Malheureusement, ça reste assez rare et on passera tout de même plus de temps à s'ennuyer violemment. Le gameplay est terriblement mou. Les effets de vitesse sont ratés, les phases de plateformes peu imaginatives. On sent que ça lorgne du côté de chez Mario mais sans le talent.
    Je pourrais aussi vous parler du design des boss franchement dégueulasse ou des doublages français qui font saigner les oreilles mais ça serait tirer dans l'ambulance.
    Après, la bonne direction prise par Generations, ce jeu est un mystère.
  • Bande-annonce

    Tokyo Jungle (2012)

    Sortie : . Action.

    Jeu vidéo de Crispy's, SIE Japan Studio et Sony Interactive Entertainment sur PlayStation 3, Android et PS Vita

    Quelques parties terminées.
    Tokyo Jungle est un jeu de survie original et exigeant. C'est super addictif et chaque partie comprend son lot d'imprévus. Ainsi j'ai réussi à survivre 30 ans avec des cerfs et une quarantaine d'années avec des gazelles. Mais mes autres parties se sont terminées très rapidement en croisant des meutes de loups ou de lion.
    C'est parfois injuste à cause du placement aléatoire des ennemis ou des vivres mais la prise en main est tellement accessible qu'on relance une partie immédiatement après un échec.
    Bref, c'est une pépite qu'on se doit de posséder si l'on joue sur PS3. Je regrette uniquement que le jeu, en étant plus proche du rogue like, ne propose pas du tout d'aspect simulation de vie de famille des animaux.
  • Bande-annonce

    Hollow Knight (2017)

    Sortie : . Plateforme et action-aventure.

    Jeu vidéo de Team Cherry sur PC, Nintendo Switch, PlayStation 4, Xbox One, Mac et Linux

    En pause.
    Arrivé à la moitié, je ne suis pas vraiment fan. J'adore la direction artistique du titre et le maniement est fin et agréable. Quant aux musiques, elles sont splendides.
    Je pense que j'aurai adoré sans ce système de map que je trouve trop exigeant. Il faut trouver le pnj qui dévoile un morceau de la carte (mais un tout petit morceau) et même ainsi on ne sait pas forcément où l'on se situe dessus et il faut régulièrement se reposer sur les bancs pour que le personnage la complète lui-même. Dans l'idée, c'est bien, ça demande au joueur un bon sens de l'orientation, mais déjà, je n'en ai pas et ensuite face à la difficulté de l'aventure, ce frein en plus, ça m'a découragé.
    Je lui redonnerai surement sa chance dans l'avenir mais quand j'aurais vraiment beaucoup de temps à lui consacrer.
  • Bande-annonce

    Enslaved : Odyssey to the West (2010)

    Sortie : . Plates-formes, action et aventure.

    Jeu vidéo de Ninja Theory et BANDAI NAMCO Games sur Xbox 360, PlayStation 3 et PC

    Abandonné.
    Pas grand chose à dire sur le jeu. Je n'ai joué que 2 ou 3 heures et je n'ai rien ressenti. Ni dans le gameplay (avec de la plateforme scripté et qui clignote) ni dans l'écriture.
    Ce n'est pas spécialement mauvais non plus mais ça n'a aucune ambition et c'est franchement ennuyant.
    Reste une direction artistique qui fait quand même du bon boulot.
  • Bande-annonce

    Uncharted : The Lost Legacy (2017)

    Sortie : . Action-Aventure.

    Jeu vidéo de Naughty Dog et Sony Interactive Entertainment sur PlayStation 4

    Terminé.
    Après une première heure franchement peu inspirée, l'aventure démarre et désormais pour moi, une aventure Uncharted démarre réellement quand elle se pose. Car oui, The Lost Legacy se repose sur les fondations du 4 et reprend une bonne partie de ses qualités. Le rythme est maîtrisée, les gunfights se font plus rares afin de les rendre plus uniques (la dernière scène d'action a beau être un mélange évident d'une scène du 2 et du 4, elle demeure assez jouissive) et l'accent est mis sur l'exploration et les énigmes. Ces dernières sont d'ailleurs un peu plus intéressante que dans les précédents opus (un peu, ce n'est pas non plus la folie). Quant à l'exploration, comme dans le 4, c'est plus une illusion, le titre est très linéaire et seul le chapitre 4 nous met dans un environnement plus ouvert. Pourtant, ça marche, on a l'impression d'explorer, de découvrir des lieux majestueux depuis longtemps oubliés. A noter qu'il y a un vrai sentiment de grandeur dans certains chapitres. Les monuments et les cités semblent gigantesques et savoir que l'on va devoir les escalader est très réjouissant.
    On peut en profiter pour évoquer l'aspect technique encore une fois impressionnant. C'est magnifique et sublimé par une direction artistique très réussie. Autant vous dire qu'on profite du mode photo.
    Le tableau n'est pas parfais cependant. Tout d'abord les musiques sont pour la plupart des reprises du 4 qui se font trop discrètes. Mais surtout le scénario est très conventionnel : le méchant est franchement nul, l'écriture et la mise en scène sont moins portées sur les personnages et leurs personnalités que dans le 4 (il faut dire que le jeu est plus court aussi). Malgré tout, l'alliance des deux personnages fini par fonctionner.
    Bref, c'est plutôt une très bonne surprise. Surtout si c'est développé par l'équipe B qui s'occupait du 3. The Lost Legacy est vraiment proche de l'épisode 4 mais en plus condensé et offre de nouveau une très belle aventure.
  • Bande-annonce

    Yakuza Kiwami (2016)

    Ryu ga Gotoku : Kiwami

    Sortie : . Action-Aventure et beat'em up.

    Jeu vidéo de Ryû ga Gotoku Studio, Deep Silver et SEGA sur PlayStation 4, PlayStation 3 et PC

    Terminé.
    C'est plus facile d'évoquer les défauts de l'aventure plutôt que ses qualités. Pourtant ces dernières sont bien présentes. C'est un bon Yakuza et forcément puisqu'un bon remake d'un bon Yakuza. Revoir les cinématiques avec une telle qualité fait très plaisir, d'autant plus que la mise en scène de l'original était déjà impressionnante. C'est aussi un épisode PS4 et explorer un aussi joli Kamurocho à 60 fps est toujours agréable.
    Cependant, c'est aussi l'épisode qui m'a le moins enrichi mon expérience de toute la saga. C'est une réflexion un peu injuste puisqu'il s'agit d'un remake mais il est important de noter que tout ce que fait ce Kiwami, on le trouvait déjà dans tous les autres épisodes, en particulier le Zero.
    L'autre problème, c'est que si l'ajout de cinématiques liées à Nishiki fait plaisir, l'omniprésence de Majima est tout simplement fatiguant. Déjà parce que c'est un pas en arrière pour un personnage qui avait droit à une storyline sérieuse dans le Zero mais aussi parce que c'est raté. Les premières fois, on décroche un sourire, voir un rire mais rapidement, ses affrontements deviennent énervants, enlèvent le charme de ses cinématiques d'origine et casse un rythme déjà pas tout à fait maîtrisé.
    L'ajout des boss qui reprennent tout le temps leur vie n'est pas non plus très judicieux et globalement si je pensais que tout serait 1000 fois plus agréable que dans l'original qui était une mine de sel, cet épisode a aussi son lot de combats frustrants.
    Bref, ce Kiwami a des aspects décevants. Pourtant, je sais que je vais y retourner, afin de compléter les quêtes annexes, finir le Majima Everywhere et refaire du karaoké avec la petite Haruka. C'est d'ailleurs tout ce qui concerne Haruka qui m'a plu dans l'aventure. Ce n'est pas de l'inédit mais après 4 épisodes à la côtoyer et la voir grandir, revoir ici les débuts de la relation Haruka/Kazuma sur PS4, ça fait un petit quelque chose.

    Edit : Après avoir passé de nouveau autant d'heures à accomplir quêtes et activités annexes sur le jeu (l'objectif était de vaincre Amon), j'ajoute un point à ce Kiwami. Parce que finalement, j'ai quand même eu un sacré plaisir à faire le maximum sur le titre. Ca demeure un épisode qui a le cul entre deux chaises et le Majima Everywhere reste la pire idée de la saga mais je pense en garder tout de même un bon souvenir et je suis heureux de m'être un peu forcé à le relancer.
  • Bande-annonce

    Dishonored : La Mort de l'Outsider (2017)

    Dishonored : Death of the Outsider

    Sortie : . Infiltration et action-aventure.

    Jeu vidéo de Arkane Studios et Bethesda Softworks sur PlayStation 4, Xbox One et PC

    Terminé.
    Episode un peu frustrant. Frustrant parce qu'il n'est pas extremement long et qu'il ne nous faire traverser "que" quatre zones différentes. Seulement, on se souvient que c'est un stand alone pensé comme une grosse extension et qu'à ce titre c'est un contenu tout à fait honorable. C'est juste que quand on voit la qualité des environnements et qu'on se souvient de ceux du 2, on a envie de tellement plus.
    Frustrant aussi parce que les pouvoirs de Billie offrent moins de possibilités que ceux d'Emily ou de Corvo ou du moins ils offrent des possibilités différentes. Le résultat c'est une infiltration pensée autrement à la quelle je n'ai jamais complètement réussi à m'habituer. L'épisode m'a donc semblé un peu plus bourrin que les autres mais il est tout à fait possible que je m'en soit juste mal sorti, on verra ça avec un deuxième run d'ores et déjà prévu.
    Jusqu'à présent, je sens bien que mes frustrations viennent moins du jeu que de moi, de mon attente et de ma façon de jouer. Cependant, il reste un point qui m'a réellement déçu, ce sont les contrats optionnels. Ces derniers imposent des règles un peu trop dirigistes qui ont trop influé sur le cheminement de mes missions. Encore une fois libre à moi de ne pas les faire, mais l'envie d'accomplir le maximum dans le jeu était aussi trop forte. Le problème reste le même, si certains contrats vont nous faire explorer une autre section du niveau, d'autres vont nous demander d'être complètement silencieux dans une zone ou à l'inverse de tuer tous les gardes.
    Bref petite frustration tout de même mêlée à un sacré plaisir de jeu lié à cet univers ultra riche et cette direction artistique toujours maîtrisée.
    Nous verrons dans un second run si je reviens sur ce que je lui reproche ou non.
  • Bande-annonce

    Drakengard 3 (2013)

    Drag-on Dragoon 3

    Sortie : . Action et jeu de rôle.

    Jeu vidéo de Yoko Taro, Access Games et SQUARE ENIX sur PlayStation 3

    Terminé.
    C'est mauvais. Tout simplement. Visuellement, c'est ultra moche et loin d'être rattrapée par une DA qui, si elle n'est pas honteuse, est très classique. Le pire aspect étant le framerate qui doit parfois tomber sous la barre des 5 fps (sans déconner).
    Mais ça je le savais. Là où j'attendais un peu Drakengard 3 c'était sur son histoire, ses personnages, son originalité, comme Nier et dans une moindre mesure le premier Drakengard.
    Dans les points positifs, je trouve qu'il y a quelques trucs à sauver dans tout ça comme les personnages ou les ennemis qui parlent constamment et qui rendent les missions vivantes ou plus globalement un rythme assez correct. Ou encore l'intégration des autres fins, pas inintéressante. Enfin les musiques sont sympathiques même si elles peuvent aussi devenir prise de tête.
    Mais en comparaison à tout ce qui ne va pas, les aspects positifs ne suffisent pas. Le jeu a des soucis de caméra honteux, le gameplay est redondant, la difficulté mal dosée, les quêtes annexes sont énervantes,... Bref, c'est raté.
    Et ce n'est pas non plus rattrapé par une écriture qui force comme j'ai rarement vu avec ses personnages gênants et son humour pipi caca.
    C'est nul. Vraiment.

    https://www.ketchup-mayo.fr/2017/09/29/de-lusage-des-mathematiques-quand-on-est-rappeur/
  • Bande-annonce

    Drakengard (2003)

    ドラッグオンドラグーン

    Sortie : . Jeu de rôle et action.

    Jeu vidéo de Yoko Taro, Cavia, Gathering sur PlayStation 2

    Vu sur Youtube.
    Ouais, hein, bon. Je joue pas à ça moi. Après un peu plus de deux heures de jeu, c'est ultra rigide à pied, on dirait un muso du pauvre (c'est dire) dans des décors gris sans aucun feeling. Quant aux phases en dragon, on s'emmerde juste dans les airs et on rage sur les imprécisions quand on est proche du sol.
    Quant à l'histoire...eh bien, c'est...euh déroutant ? La galerie de personnages est vraiment glauque à commencer par notre héros Caim qui tue ses ennemis par centaines sans vraiment avoir de remords. Il y aussi une elfe qui mange des enfants... Enfin bref, ce Drakengard a l'air sombre et violent en terme d'ambiance et dense niveau histoire. En voyant juste un résumé, j'ai le sentiment de voir une oeuvre folle, genre complètement, le genre de folie qui dérange mais qui fait aussi du bien au jeu vidéo. Pas sur de tout apprécier, mais étant donné que par la suite tout ceci débouchera sur Nier et Automata, ça valait le coup.

    Edit : Terminé (un run).
    Pfff... Ouais bon, clairement je peux comprendre l'affection que peuvent avoir certains fans pour ce jeu mais il faut quand même une sacrée dose d'abnégation. Parce qu'au delà de ses bons doublages et de son scénario étrange et malsain, on s'ennui sévèrement. A pied comme dans les airs, le gameplay est mou, approximatif et surtout très redondant..
    Et puis, je veux bien que l'aventure adopte un ton sombre mais visuellement c'est quand même bien moche. C'est marron et gris, du début à la fin.

    https://www.ketchup-mayo.fr/2017/09/29/de-lusage-des-mathematiques-quand-on-est-rappeur/
  • Drakengard 2 (2005)

    Sortie : . Action.

    Jeu vidéo de Cavia, SQUARE ENIX et Ubisoft Entertainment sur PlayStation 2

    Arrêté.
    Drakengard 2 est vraiment considéré comme le pire épisode de la saga, et…c’est surement mon préféré. Ou en tout cas celui que je considère objectivement comme le meilleur. Techniquement, c’est le plus honnête. Visuellement, c’est plutôt correct, et on a enfin le droit à des couleurs plus vives. Encore aujourd’hui, c’est l’épisode le plus joli à voir (oui, plus que le 3). Quant au gameplay, il reprend les différentes phases du premier mais les fluidifie. Tout est beaucoup plus agréable à prendre en main. Résultat, Drakengard 2 n’est plus chiant et frustrant comme son ainé mais juste chiant, et mine de rien ça fait une sacrée différence.
    Le reproches viennent de l’univers et de l’histoire. Yoko Taro n’ayant pas travaillé sur le jeu et la jaquette affichant fièrement son PEGI 12, on comprend aisément que Drakengard 2 est loin d’être aussi torturé que le premier. On se retrouve même dans un univers d’heroic fantasy d’un classicisme absolu, dans la peau d’un héros tête à claque niais. C’est dur pour la saga. Malgré tout, ce contexte lambda permet quand même au jeu de faire quelques bons rebondissements passé la moitié de l’aventure. Ça prend le joueur un peu en contre-pied, ça relève le niveau de l’histoire et ça fait de jolis clins d’œil au premier. On est loin des malaises de ce dernier, mais on est heureux de découvrir que Drakengard 2 sait aussi être une suite digne.
    Tout n’est donc pas à jeter, loin de là. Malheureusement, Drakengard 2 est beaucoup trop long. Chaque évolution dans le scénario est entrecoupée de phases de jeu qui n’ont pas forcément de liens et qui sont là pour étirer l’aventure de façon peu élégante.

    https://www.ketchup-mayo.fr/2017/09/29/de-lusage-des-mathematiques-quand-on-est-rappeur/
  • Le Seigneur des anneaux : Le Tiers-Âge (2004)

    The Lord of the Rings : The Third Age

    Sortie : . Jeu de rôle.

    Jeu vidéo de Visceral Games, EA Redwood Shores et Electronic Arts sur Xbox, PlayStation 2, Game Boy Advance et GameCube

    Relancé.
    Déjà terminé quand j'étais plus jeune, sur Gamecube, j'ai eu plaisir à relancer l'aventure et à constater que le titre ne dénature pas mes souvenirs. J'avais peut-être l'impression que les zones étaient plus grandes et qu'elles s’enchaînaient moins rapidement mais pour le reste c'est plutôt un bon jeu tiré de la licence. Les ambiances sont respectées et c'est un vrai petit fantasme que de suivre la route de la communauté même si le scénario est du coup un peu absurde (quoi, vous n'aviez pas vu que Gandalf affrontait le Balrog aux côtés de notre compagnie dans les films ?).
  • Bande-annonce

    Bastion (2011)

    Sortie : . Action et jeu de rôle.

    Jeu vidéo de Supergiant Games, Warner Bros., Amir Rao sur Nintendo Switch, PlayStation 4, Xbox One, Xbox 360, PS Vita, PC, Mac, Linux, iPad, iPhone et Navigateur

    Terminé.
    J'ai passé un très bon moment sur le jeu. La narration est originale, les musiques splendides, la DA est agréable et le gameplay est dynamique. Malgré tout, sur ce dernier point, l'aventure a tendance a être un peu redondante sur la fin malgré la variété des armes qui se renouvellent constamment. Le titre aurait peut-être gagné à être un peu plus court. On trouve aussi quelques soucis de collisions, soit avec les ennemis avec le décor et il arrive qu'on tombe dans un trou sans que ce soit réellement notre faute.
    Rien de bien méchant malgré tout. Ça reste, aujourd'hui encore, un titre très original.
  • Bande-annonce

    Alone in the Dark (2008)

    Sortie : . Action et aventure.

    Jeu vidéo de Eden Studios et Atari, Inc. sur PC, PlayStation 2, Xbox 360, PlayStation 3 et Wii

    Abandonné.
    Alors moi, j'aime bien les jeux un peu handicapés mais ambitieux. Et là le contrat est rempli. Entre les mécaniques de propagation du feu, l'inventaire dans les poches, la physique, le placement en voiture,... Les idées sont là, les idées sont bonnes.
    Malheureusement, il n'y a pas de budget, et en plus d'avoir un maniement franchement lourd (qui ferait passer Deadly Premonition pour un titre agréable) le jeu est terriblement mal fini. J'ai eu plusieurs bug qui m'ont forcé à recharger la partie, des bugs de collision, graphiques,...
    Bref, j'arrête. Mais soyons honnête, c'est plus à cause du maniement lourdingue qu'à cause du reste. De plus, ni les personnages, ni le scénario ne réussissent à m'intéresser.
  • Yakuza 2 (2006)

    Ryu Ga Gotoku 2

    Sortie : . Action-Aventure et beat'em up.

    Jeu vidéo de SEGA sur PlayStation 2

    Terminé (second run).
    Yakuza 2 n'est pas parfait; Le refaire, c'est toujours l'occasion de le constater. Comme le premier l'aventure (bien mieux rythmée pourtant) a quelques passages qui sentent le remplissage, il y a des moments très étranges (Kazuki) et certains boss sont parfois ratés. Pourtant, ça reste un de mes épisodes préférés. Je crois qu'il n'y a pas une cinématique où je ne me suis pas extasié devant la qualité de la mise en scène.
    D'ailleurs, c'est aussi l'épisode qui a la meilleure écriture que ce soit niveau dialogues et pour l'introduction des nouveaux personnages.
    En fait, cet épisode me semble tellement bon et représente tellement l'aboutissement du premier que, même si je l'attends, je ne suis pas spécialement impatient de voir arriver le remake. Parce que contrairement au premier, Yakuza 2 est excellent tel qu'il est et à part la retouche graphique il n'y a rien de plus qui m'attire dans la ressortie de cet épisode (vu les trailers, c'est même les ajouts qui me semblent poser problème).
  • Bande-annonce

    Sonic Mania (2017)

    Sortie : . Plateforme.

    Jeu vidéo de Sonic Team, PagodaWest Games, Headcannon sur Nintendo Switch, PlayStation 4, Xbox One et PC

    Terminé.
    C'est un jeu que j'ai accueilli avec un certain cynisme. D'une part parce que c'est un aveu d'échec de la part des développeurs : on ne peut pas faire de bon Sonic sans repasser en 2D mégadrive. D'autre part, on est obligé de faire venir des fans pour faire de meilleurs jeux.
    Ce constat est toujours présent, pourtant Sonic Mania est une telle déclaration d'amour qu'on ne peut lui en vouloir. Véritable retour aux sources réussi, à la fois fidèle et allant plus loin dans le level design et les mécaniques apportées, Sonic Mania est dynamique, rigolo et suffisamment long. Il a tout à fait sa place parmi les meilleurs épisodes.
    Ce ne sera pas l'épisode qui me rendra fan de la saga, mais c'est tout simplement un excellent jeu.
  • Bande-annonce

    La Terre du Milieu : L'Ombre de la Guerre (2017)

    Middle-Earth : Shadow of War

    Sortie : . Action-Aventure.

    Jeu vidéo de Monolith Productions, Warner Bros. Interactive Entertainment et Warner Bros. Games sur PC, Xbox One et PlayStation 4

    Terminé.
    Enfin, il me reste la moitié de l'acte 4 à faire en fait mais ce n'est qu'une succession de forteresses à défendre sans contexte, ni évolution.
    C'était mauvais. La direction artistique est raté, je ne saurai pas dire si ça manque d'effets technique ou autre, mais globalement, je dirais surtout que ça manque de talent. Tous les décors sont ternes et peu inspirés.
    Dans les éléments mauvais, je mettrais aussi le scénario qui ressemble à une énorme fan-fiction vulgaire tirée du Seigneur des Anneaux. Shelob devient humaine (et ressemble à Arwen ?), l'Anneau Unique n'est pas vraiment unique, on nous montre l'origine débile des nazguls, et je vous passe les "surprises" de fin du jeu type la création de l'Oeil... C'est mauvais, mal écrit mais j'avoue qu'est ce que c'est drôle.
    Quant au reste...c'est un bordel ! Le jeu a énormément de contenu mais jamais franchement réfléchi : collectibles, loot en tout genre, tours d'observation, infiltration ratée,... Les trucs réguliers du monde ouvert générique qui ne passe plus du tout.
    Et avec tout ça, le jeu oublie sa meilleure idée : le nemesis system. Bonne surprise du premier, il est effectivement plus riche ici mais tellement noyé sous d'autres mécaniques inintéressantes qu'il est bien moins marquant. Le simple fait d'avoir 5 régions au lieu de 2 casse complètement le système. Je n'ai jamais eu le sentiment d'avoir un ennemi juré. Je n'ai pas spécialement reconnu les chefs qui voulait se venger, et pour cause, on en tue 4 toutes les 10 minutes.
    Les combats demeurent un aspect du jeu qui peut être jouissif malgré des grosses imprécisions frustrantes. Mélangé aux quelques surprises des nemesis, ça peut offrir quelques très bons moments de jeu mais rien de fou.
    Quant aux prises ou aux défenses de forteresses, c'est ultra basique. Beaucoup moins d'ennemis que prévu, des points de zones à contrôler et assez peu d'immersion finalement. On peut avoir quelques batailles sympathiques mais quand on doit s'en taper 20 dans le dernier acte, c'est redondant et on voit au delà des limites du jeu déjà atteintes plus tôt.
    En conclusion, je dois avouer qu'il a pu représenter un bon plaisir coupable malgré tout. Avec une série à côté, enchaîner les combats, les prises de forts et le recrutement d'orcs, n'était pas déplaisant mais c'est loin d'être un bon monde ouvert (pas ouvert d'ailleurs) ni un bon jeu tout court. C'est aussi très frustrant de voir une suite qui n'a aucune idée de ce qui faisant le petit charme du premier.
  • Bande-annonce

    Super Mario Odyssey (2017)

    Sortie : . Plateforme.

    Jeu vidéo de Nintendo EPD et Nintendo sur Nintendo Switch

    Terminé.
    Ce Mario n'est pas une révolution pour la plateforme 3D comme Zelda a pu l'être pour les mondes ouverts. Par contre, c'est le grand retour des niveaux ouverts et c'est un jeu qui transpire la joie de vivre !
    Le titre enchaîne les bonnes idées, se renouvelle constamment dans le gameplay (notamment grâce aux transformations de Cappy mais pas que) et offre une palette de mouvement jouissive. Sur ce point, Nintendo reste le maître. C'est d'une fluidité incroyable et le plaisir et immédiat.
    On peut pester sur la tonne de lunes à ramasser dans chaque niveau, c'est vrai il y en a trop, mais c'est pensé pour les joueurs nomades et ça pousse le joueur à explorer chaque recoin des mondes qui regorgent de secrets. Je pense qu'il ne faut surtout pas se forcer à essayer de tout trouver tout de suite et se laisser prendre par la balade, c'est tout de suite plus agréable.
    Bref c'est une réussite, un épisode qui arrive à se créer une véritable identité tout en enchaînant constamment les références à la saga. C'est une prouesse quand on voit qu'en face Sonic se tape plusieurs épisodes qui sonnent comme des titres "anniversaires" (Generations et Mania, qui sont malgré tout de très bons jeux) sans jamais être réussi quand il essaye de créer quelque chose de nouveaux. Ici on célèbre Mario mais sans jamais s'éterniser dans le passé.
    Enfin, pour ceux qui ont peur de l'absence de difficulté, rassurez vous, le endgame offre des niveaux ultra corsés, ainsi qu'une tonne de bonus à collecter par ailleurs.
    Nintendo aura donc réussi cette année à signer le grand retour de Mario et de Zelda. Mon âme d'enfant est comblée.
  • Bande-annonce

    The Evil Within 2 (2017)

    Sortie : . Action-Aventure et survie.

    Jeu vidéo de Tango Gameworks Studio et Bethesda Softworks sur PC, Xbox One et PlayStation 4

    Terminé.
    N’étant pas fan du premier épisode (disons que je l’apprécie plus dans mes souvenirs que manette en main), je n’attendais pas forcément ce 2 mais je gardais un sentiment de curiosité. Et d'entrée de jeu, le titre m'a reconcilié avec la série. Parce que le personnage est immédiatement plus souple, c'est plaisant à prendre en main et c'est notamment grâce à la possibilité d'élargir le champ de vision.
    Mais surtout, le début du jeu est un petit chef d'œuvre horreur. C'est très dirigiste et scripté dans des couloirs mais ça permet la mise en place d'une ambiance horrifique maitrisée. La pression monte, les jump scares ne sont pas abusifs et surtout la direction artistique est incroyable. Moins poisseuse que dans le premier, plus porté sur une forme d'élégance horrifique, avec des cadavres et leurs jets de sang figés dans le temps.
    Puis passé cette intro, on arrive dans un quartier ouvert avec des quêtes annexes et des matériaux à récupérer et ce n’est pas mal non plus. Ça permet d'alterner phases scriptées et stressantes avec des moments plus calmes et plus portes sur l'exploration. Après, honnêtement, il y a aussi quelques surprises lors de ces phases, il ne faut pas trop baisser sa garde.
    Avec tout ça, j'étais plutôt satisfait. Malheureusement, à partir du dernier tiers de l'aventure, le titre amorce une rupture de ton radicale. On change d'ambiance, on change de méchant et ça cause beaucoup plus. Et l'écriture est l'autre problème. C'est très mal écrit, Sebastian ouvre sa gueule quand il ne devrait pas, les personnages secondaires sont nuls, les vilains aussi... C'est ultra frustrant. C'était déjà le cas dans la 1ere partie du jeu mais on s'en accommodait face à l'ambiance maitrisé (même si dissonance ludonarrative). Le truc c'est que la deuxième partie est plus portée sur l'action, amène plus de cinématique et du coup tout est moins marquant. On perd l'élégance du début.
    La fin rattrape un peu le coup. Ça demeure très action et l’aventure n’est plus du tout horrifique mais au moins esthétiquement on retrouve un style original. Et la mise en scène fait quelques efforts dans le dernier chapitre.
    Bref, à la fois très enthousiaste et finalement un peu déçu, je pense que je le préfère tout de même au premier et à terme (comme le précédent) je pense que j'y repenserai avec affection.
  • Yakuza Kenzan ! (2008)

    龍が如く 見参!

    Sortie : . Action.

    Jeu vidéo de Amusement Vision et SEGA sur PlayStation 3

    En pause.
  • Bande-annonce

    Transistor (2014)

    Sortie : . Action et jeu de rôle.

    Jeu vidéo de Supergiant Games et Supergiant Games, LLC sur PlayStation 4, Nintendo Switch, PC, Mac, Linux, iPad, iPhone et Apple TV

    Terminé.
    Gros coup de coeur en ce qui concerne les musiques, la direction artistique et bien sur la narration originale avec des doubleurs toujours impeccables (toujours parce que c'était déjà le cas dans Bastion).
    Le système de combat est aussi plutôt intéressant et réussi. Je me suis pas mal enthousiasmé en lancant l'aventure sur les diverses possibilités qu'il pouvait offrir. Au final, il est bon, mais sur la fin, il m'a un peu épuisé. Je pense que l'aventure aurait gagné à être un poil plus courte (comme Bastion) ou qu'elle ai juste un peu moins d'affrontements.
  • Bande-annonce

    Stardew Valley (2016)

    Sortie : . Simulation et jeu de rôle.

    Jeu vidéo de ConcernedApe et Chucklefish Games sur PS Vita, PlayStation 4, Nintendo Switch, Xbox One, PC, Mac et Linux

    Abandonné.
    Ca avait vraiment l'air super. Une ambiance plutôt cool, zen, posé. Sauf que je ne suis ni zen, ni posé, ni rien, donc je n'arrive pas à trouver le temps de me consacrer uniquement à cette aventure.
    C'est frustrant, parce qu'une partie de moi même adorerait ça, j'en suis certain.
  • Bande-annonce

    Assassin's Creed Origins (2017)

    Sortie : . Action-Aventure.

    Jeu vidéo de Ubisoft Montréal et Ubisoft Entertainment sur PC, PlayStation 4 et Xbox One

    Terminé.
    En s'inspirant clairement de The Witcher 3 et de son monde ouvert et en prenant plus de temps de développement, la saga Assassin's Creed s'oriente enfin dans la bonne direction. Déjà, et c'est important de le souligner, c'est un jeu qui est sorti fini, complet, patché ! Il existe bien quelques bugs par-ci par-là mais ils sont inhérents au monde ouvert.
    La vraie qualité de cet épisode réside surtout dans son monde ouvert et son contexte : l'Egypte Antique est non seulement un terrain de jeu absolument magnifique mais aussi franchement inédit dans un jeu de ce type. La map est immense, on se sent tout petit, et on a envie de tout explorer. L'ajout d'un mode photo performant permet vraiment de se faire des fonds d'écran splendide, que ce soit dans les vastes déserts ou en ville (bien modélisé et vivante).
    Malheureusement, en piochant chez la concurrence, Ubisoft prend tout sans réfléchir. Ainsi, on se retrouve tout de même avec une map remplie de points d'interrogation (à l'instar de The Witcher où le premier réflexe est de les désactiver) et surtout un jeu avec des mécaniques de RPG... Ainsi on défoncera en 2 coups un archer classique mais ce même modèle d'archer nous humiliera dans d'autres circonstances si l'on découvre qu'il a 5 niveaux de plus que nous. C'est nul, ça tue l'immersion (et puis Zelda nous a prouvé cette année qu'on peut se passer de ce genre de mécanismes archaïque) et pour moi qui jouait avec l'interface minimal, c'est gentil, mais je ne le voyais pas le niveau de l'ennemi.
    Enfin, on retrouve aussi le véritable non-talent d'Ubisoft quand on se penche sur le scénario et ses quêtes principales. C'est mal écrit, mal mis en scène, on se retrouve face à des boss mal designé... Dès que le titre s'écarte de ses inspirations, il se plante.
    C'est violent, mais au final, ça reste un pas dans la bonne direction, juste un pas. C'est un épisode dépaysant, plaisant à explorer et qui dans sa globalité peut-être qualifié de "bon". Mais je reste circonspect face à la série et à son avenir.
    https://www.flickr.com/photos/154666963@N07/albums/72157689235494844
  • Bande-annonce

    Hyrule Warriors (2014)

    Zeruda Musō

    Sortie : . Beat'em all.

    Jeu vidéo de Omega Force, Team Ninja et Nintendo sur Wii U

    Relancé après avoir pris les extensions.
    Campagne maléfique terminée, tous les persos débloqué, carte principale du mode aventure quasiment terminée.
    Toujours mon muso préféré ! C'est dynamique, complètement over the top et à la fois bourré de références et de clins d'oeil honnêtes. C'est un jeu barré mais qui se prend très au sérieux et qui a un contenu énorme et généreux !
  • Bande-annonce

    Dead by Daylight (2016)

    Sortie : . Action et survie.

    Jeu vidéo de Behaviour Interactive et Starbreeze Studios sur Xbox One, PlayStation 4 et PC

    Joué en multi.
    Toujours un plaisir de relancer le jeu avec des amis. Il arrive de tomber sur des parties inintéressantes, mais la plupart du temps, c'est très drôle et ça peut donner des bons moments de frissons selon le tueur (Michael Myers notamment). Les nouvelles maps sont sympas, idem pour les nouveaux prédateurs (mention spéciale pour Freddy).
    Et puis, je suis heureux de voir que le jeu a été patché et qu'il est enfin possible d'y jouer en continue sans se faire jeter par les serveurs quand on est entre amis.
  • Bande-annonce

    Sonic Forces (2017)

    Sortie : . Plateforme.

    Jeu vidéo de Sonic Team et SEGA sur Nintendo Switch, PlayStation 4, Xbox One et PC

    Terminé.
    Il ne faut pas croire que je suis trop sévère sur la note. Elle est mise sans ressentiment, sans frustration, ni tristesse, je ne peux juste pas décemment mettre plus. C'est nul. C'est parfaitement nul.
    C'est nul dans le gameplay quelque soit le personnage : on ne fait qu'appuyer sur un bouton avec Sonic moderne ; Sonic rétro semble peser 250 kilos (c'est un jeu sorti la même année que Mania pour rappel) et l'avatar...euh...c'est comme Sonic, mais avec un gun. Surtout il n'y a rien, aucun moment rigolo ou original. On enchaîne les niveaux (dans peut-être quatre environnements) qui ne durent pas plus d'1min30 et le tout se termine en 2h.
    C'est nul au niveau du scénario qui fait des ellipses absurdes et qui est très embarrassant dans sa mise en scène et ses dialogues.
    C'est nul sur tout voilà, je n'ai rien de plus à dire en fait. C'est le seul constat un peu lobotomisé qui se pose.
    Ça se fait, hein. Sans plaisir ni déplaisir, mais c'est dénué de tout talent.
  • Bande-annonce

    Wolfenstein : The New Order (2014)

    Sortie : . Action et FPS.

    Jeu vidéo de MachineGames et Bethesda Softworks sur PC, PlayStation 4, PlayStation 3, Xbox One et Xbox 360

    Terminé.
    Je vous avoue que moi le fps, ce n'est pas un genre de prédilection. Alors ce Wolfenstein, je l'ai lancé parce que je l'avais chopé à petit prix il y a peut-être un an de ça et parce que j'ai entendu des bons trucs sur sa suite, mais très honnêtement, je ne pensais pas aller au bout et encore moins aimer.
    Au final, une très très bonne surprise ! Wolfenstein est dynamique, nerveux parfois éprouvant tout en soignant sa mise en scène, ses personnages et son ambiance.C'est un titre qui met en valeur son scénario pourtant proche de la série B mais qui est écrit sincèrement.
    Du coup, ça donne un titre généreux, qui n'hésite pas à être cru et viscéral mais qui offre au joueur une expérience extrêmement bourrine, jouissive et surtout très bien rythmée.
    Il y a quelques checkpoints pas forcément bien placés ou des arènes à la difficulté mal dosée mais globalement, c'est aussi un jeu un peu exigeant.
  • Bande-annonce

    The Legend of Zelda : Breath of the Wild - Ode aux Prodiges (2017)

    The Legend of Zelda : Breath of the Wild - The Champions' Ballad

    Sortie : . Action-Aventure.

    Extension de jeu de Nintendo EPD et Nintendo sur Nintendo Switch et Wii U

    Terminé.
    Un mot sur les dlcs.
    Le premier, c'est l'ajout du mode hard qui ne m'intéresse pas du tout et la grosse épreuve des 45 salles. J'ai du faire un tier de cette dernière et là encore, ça ne m'intéresse pas vraiment. Comprenez moi, j'aime Breath of the Wild pour le tout qu'il représente pas uniquement pour ses combats et les salles de défi se concentrent uniquement la dessus (et l'infiltration).
    Le second dlc est plus sympa, il rajoute juste du contenu : une quinzaine de sanctuaires et un nouveau donjon. Rien de transcendant mais il m'a donné l'occasion de me balader de nouveau dans cette carte fabuleuse alors ça me va.
  • Finding Paradise (2017)

    Sortie : . Jeu de rôle et aventure.

    Jeu vidéo de Freebird Games sur Mac, Linux et PC

    Terminé.
    To the Moon était un jeu fantastique. Mais un jeu de 2011. Alors une oeuvre qui refait exactement la même chose 6 ans plus tard alors qu'on a vu défiler des scénarios et des formes de narration différentes arriver pendant tout ce temps, je me disais que ça allait être compliqué.
    Pas tant que ça finalement, même pas du tout. L'écriture des dialogues, des personnages est fine et réussie. Le rythme est prenant et l'intrigue révèle ses cartes petit à petit en nous donnant toujours envie d'en savoir plus sur le mystère à découvrir. Je suis même assez impressionné par la mise en scène du titre qui réussi à nous faire vivre quelque chose d'assez fort avec un petit budget et des graphismes minimalistes. Toutes les qualités de To the Moon au final, et ça fait très plaisir de retrouver cette ambiance douce amer, un peu fleur bleue mais pas trop avec le postulat SF qui me conquiert définitivement.
    Sauf que, outre une petite chute de rythme vers la moitié de l'aventure, l'effet de surprise n'est plus vraiment là. Et malgré la qualité de ce Finding Paradise, je sais bien, à peine quelques heures plus tard (et en ayant été très ému) qu'il souffrira de la comparaison avec son aîné. Tout semble moins naturel, le déroulement est attendu, certaines vannes sont un peu lourdes,...
    C'était quand même très cool et une bonne surprise de mon côté.
  • Bande-annonce

    Thumper (2016)

    Sortie : . Course, réalité virtuelle et action.

    Jeu vidéo de Drool sur Nintendo Switch, PlayStation 4, Xbox One, PC et iPhone

    Abandonné.
    Petit OVNI incroyablement malin, Thumper est un jeu de rythme ultra exigeant qui se manie uniquement au stick et avec le bouton A. C'est super rapide, ça met en transe très rapidement grâce à son visuel et son ambiance sonore mécanique (qui nous fait taper en rythme). Bref, c'est vraiment cool. Par contre, c'est aussi super dur. Chaque nouveau chapitre amène sa nouvelle mécanique et la mélange petit à petit aux autres, du coup, on se retrouve avec pas mal de petites règles à connaître et à appliquer avec réflexes puisque le rythme accélère constamment.
    J'ai failli péter un cable au boss du 4ème monde qui signera probablement la fin du jeu pour moi. C'était un peu mon boss final perso. Ce que j'ai vu du 5ème monde m'a l'air beaucoup trop vénère.
  • Bande-annonce

    Pyre (2017)

    Sortie : . Action et jeu de rôle.

    Jeu vidéo de Supergiant Games sur PlayStation 4 et PC

    Terminé.
    Après les charmants Bastion et Transistor, Supergiant frappe de nouveau avec un titre atypique mélangeant visual novel et jeu de sport (oui), le tout contextualisé dans un univers mystérieux mais riche et surtout en nous présentant une galerie de personnages attachants et réussis.
    Ce qui ressort de l'expérience c'est bien l'écriture : des personnages, de la trame, des rivaux et des dialogues. Mais ça ne s'arrête évidemment pas là, la direction artistique et les musiques étant aussi fabuleuses. Idem, les phases de gameplay demandent un certain temps d'adaptation mais quel plaisir de découvrir les subtilités de chaque personnage. C'est beaucoup plus riche qu'il n'y parait.
    Comme leur deux précédents jeux, je dirais que celui-ci est un peu long mais je chipote. En vérité Pyre sonne comme une vraie évolution dans leur parcours et il mérite votre intérêt !