中国 L'Empire du Milieu - L'éternelle Quête de Liberté

Avatar 小汤 Elvisant Liste de

195 films

par 小汤 Elvisant

Quel cinéma intéressant que le cinéma chinois! Alors que ses cousins japonais et coréen sont plus facilement identifiables car plus unis, le cinéma venant de Chine est plus compliqué. En effet, trois tendance nettes se sont développées, logiquement en lien avec l'histoire du pays. Alors que le cinéma de la Chine continentale est le plus vieux (une centaine d'années) mais le plus censuré, le cinéma hongkongais est généralement le plus apprécié car le plus novateur, tandis que le cinéma taïwanais a connu un renouveau récent via une Nouvelle Vague avec une direction spécifique. Voici la liste exhaustive chronologique de tous les films chinois, hongkongais et taïwanais que j'ai vu, donc, bien que leur nombre soit assez réduit.

C'est donc tout sauf facile d'analyser un cinéma si hétéroclite, mais je me permets d'englober les trois pays en un seul, étant donné que le lien avec la Chine est présent également dans le cinéma des deux pays indépendants. C'est donc cette recherche de liberté que l'on retrouve dans ce cinéma sinoïde, et cela surtout parce que le gouvernement chinois a beaucoup usé de censure, et continue de le faire. Jia Zhangke a récemment vu beaucoup de ses films se faire interdire dans le pays, ce dernier parlant souvent des conséquences négatives sur le peuple d'une politique capitalo-communiste devenue extrême. Les événements de 1989 ont annoncé une sorte de renaissance de ce cinéma avec l'introduction de cette 6e génération dont fait partie Zhangke, mais même sans Mao, il n'est pas possible pour les cinéastes de l'Empire du Milieu de s'exprimer librement, Xi Jinping n'ayant cesse de rappeler son contrôle sur les media, notamment.

Cette recherche de liberté politique et créatrice est accompagnée d'une recherche de liberté formelle, que les expatriations (Wong Kar-Wai quittant Shang Hai pendant sa jeunesse en est un excellent exemple) ont permis. C'est donc avec le cinéma pionnier de Hong Kong que les Chinois ont pu se renouveler, Wong Kar-Wai, Johnnie To, Ann Hui, Allen Fong et Tsui Hark étant les principaux chefs de file du cinéma de la petite ville-cité. L'auteur de 'In the Mood for Love' n'a plus à prouver sa capacité à se détacher des schémas traditionnels pour privilégier une liberté de mise en scène totale, tandis que la nervosité de la caméra de Tsui Hark a démontré l'envie de nouveaux horizons formels. Quant à Taïwan, la Nouvelle Vague susmentionnée portée par Edward Yang (RIP), Tsai Ming-Liang et Hou Hsiao-Hsien a permis l'éclosion d'un cinéma très moderne et profond, avec comme background la difficulté pour le pays de s'adapter à la modernité, justement en n'arrivant pas à se libérer de différents carcans, comme l'on peut le voir subtilement dans le chef d'oeuvre 'Yi Yi'.

Cependant, le cinéma continental est également plein d'aspects passionants. Je suis particulièrement admiratif de 'Sous la Chaleur du Soleil' de Jiang Wen, qui justement mentionne cette quête, en commençant par une introduction teintée de symboles historiques pour en fait s'en détacher complètement afin de se centrer sur les sentiments amoureux de jeunes Chinois en cours d'endoctrinement. Ce chef d'oeuvre réussit donc à se libérer de la contrainte en se concentrant sur l'essentiel : des personnages en train d'évoluer. Bien sûr, il me faut encore voir beaucoup plus de films chinois afin d'aiguiser ma perception.

Photo : Leslie Cheung & Maggie Cheung dans 'Nos Années Sauvages' de Wong Kar-Wai

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant