Le Rush de Noël : 30 films en 15 jours ! (Etat définitif et réussi : 365/365)

Avatar EvyNadler Liste de

27 films

par EvyNadler

Il me manque environ une trentaine de films avant le 31 décembre pour atteindre le nombre symbolique de 365 films vus cette année.
Avec votre complicité, et peut-être vos conseils avec des films courts et excellents, je compte bien y parvenir.
Question de fierté, d'objectif, de résolution de fin d'année.

En cours : 365/365

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Bande-annonce

    Sur mes lèvres (2001)

    1 h 55 min. Sortie : . Policier, drame, romance et thriller.

    Film de Jacques Audiard avec Vincent Cassel, Emmanuelle Devos, Olivier Gourmet

  • Bande-annonce

    I Smile Back (2015)

    1 h 25 min. Sortie : . Drame.

    Film de Adam Salky avec Sarah Silverman, Josh Charles, Thomas Sadoski

  • Bande-annonce

    Crazy Amy (2015)

    Trainwreck

    2 h 05 min. Sortie : . Comédie romantique.

    Film de Judd Apatow avec Amy Schumer, Bill Hader, Brie Larson

    16/12/15 • 341/365

    Je trouve que le vrai souci de ce film, outre la trame scénaristique absente (le mot prétexte serait le plus convenu des synonymes), c'est cette volonté de transformer l'humour en délire trashouille un peu beauf américain pour les amateurs de série. Certaines vannes, suite de phrases qui créent le décalage ou transgression minime, sont trop étirées, pas assez coupées, on sent tout à fait le truc qui pourrait à la limite fonctionner en série (et pour cause, Amy Schumer) mais pas du tout en long-métrage.

    Crazy Amy est excessivement long, et comporte un autre défaut majeur, que je ne cesse de déclamer comme un vieux cinéphile aigri : le mélange des genres. Une comédie qui est aussi une romance, c'est absolument insupportable. Faites une comédie, faites une romance, faites une comédie romantique, mais un mélange foiré des deux ne supporte plus le décalage et se prend trop au sérieux. Sur 5 ans de réflexion qu'il a produit, on retrouvait exactement le même problème.

    A déconseiller à ceux qui n'apprécient pas particulièrement la bombasse too much Amy Schumer, et à tous les gens qui ne souhaiteraient pas plus que ça la découvrir. Car si ce film existe, et est produit, c'est uniquement pour elle. Des vannes en passant par les autres acteurs qui gravitent autour d'elle ou le personnage qu'elle incarne, tout tourne autour de l'actrice et la tempête blonde détruit tout sur son passage. Judd Apatow, amoureux de la blondeur devant l'éternel (Katherine, mon amour sucré, horizon de lumière), ne saisit pas l'importance du script, du rythme ni de la subtilité, et nous livre une baguette surgelée plutôt qu'un bon petit pain de campagne des familles.
  • Bande-annonce

    Geronimo (2014)

    1 h 44 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Tony Gatlif avec Céline Sallette, Rachid Youcef, David Murgia

    17/12/15 • 342/365

    Geronimo fera grincer des dents les plus obtus en matière de prise de risque au cinéma. Non maîtrisée et trop abondante, elle peut être perçue comme de l'arrogance et Tony Gatlif flirte tout le temps avec cette ligne rouge. Les battles de danse remplacent les bagarres, West Side Story fait l'amour à Save the last dance pour donner naissance à un Roméo et Juliette se promenant dans La cité de Dieux. Si ces références, hasardeuses, sont plutôt élogieuses, c'est parce que Geronimo prend le pari de montrer une jeunesse bouillonnante dans un décor urbain délabré, où misère sociale côtoie culture populaire et frustrations en tout genre.

    Geronimo a des airs, mais se donne souvent des airs, quand il s'agit de créer un univers inhérent à l'atmosphère dans laquelle survivent les personnages. Au final, Céline Sallette porte le film sur ses épaules de fer, mais ne laisse pas un souvenir impérissable quant à son personnage, qui reste le même du début à la fin, sans évolution. Pas mal de prestations sont en-dessous, pas mal de métaphores en suspens, au bord du précipice de l'incohérence et de l'injustifié : breakdance, claquettes, robe de mariée, etc. Un drame social hors du commun mais parfois trop artificiel, privilégiant le fond à la forme, ce qui est une bêtise immense lorsque l'on choisit quelqu'un comme Céline Sallette pour insuffler une âme aux ébats dramatiques.
  • Bande-annonce

    Samba (2014)

    2 h. Sortie : . Comédie et drame.

    Film de Olivier Nakache et Eric Toledano avec Omar Sy, Charlotte Gainsbourg, Tahar Rahim

    17/12/15 • 343/365

    Vous voulez que je vous dise quoi ? C'est bien, bravo, mettez 3 ou 4 à un bon film français simplement parce que ça vous amuse de critiquer l'accent de Doudou ou de "quand même, c'est hyper cliché, c'est très gauchisant. Alors certes, on peut reprocher au film d'être finalement hyper consensuel, et encore une fois, je vais prendre la tête, mais la réalisation est beaucoup trop épurée pour un tel scénario. Soit on se le fait à la Ken Loach, en mode It's a free world, soit on se le fait à la Jacques Audiard. Mais là, sincèrement, l'originalité n'est pas assez prononcée et j'en ai besoin, j'ai besoin d'être autant porté par l'histoire que par la volonté des réalisateurs de déclencher l'émotion. Subtilement, mais tout de même.

    Samba est simple, sans être simpliste. Il s'appuie sur un quatuor du tonnerre. Alors, j'en vois déjà me dire "Oui mais Evy, tu surkiffes Charlotte Gainsbourg et tu surkiffes Izia Higelin, tu n'es pas objectif". Alors certes, pour le coup ce n'est pas une formule, avec Adjani ce sont mes actrices françaises préférées. Mais tout de même, je sais avoir un peu de recul, ça va ! Alors ça y est, on voit Izia en collants, on voit Charlotte en robe courte, et je ne saurais différencier ma cinéphilie de ma perversité ? Allons bon...

    Je suis peut-être très naïf, mais j'ai eu le syndrome La famille Bélier. Je me suis fait avoir comme un bleu par la sensibilité inhérente au film - elle existe, quasiment exclusivement créée par les acteurs. J'aurais bien envie de célébrer la prestation de Omar Sy, vraiment bonne, ou de créer une statut à l'effigie de la polyvalente et tigresse Izia... Mais ce serait faire insulte à Charlotte Gainsbourg, qui à elle seule détient toutes les clés de l'univers dans son regard. Comment on peut être aussi profonde sans rien dire ? Je tiendrais mille ans devant le corps nu d'une Felicity Jones consentante simplement pour un baiser avec elle. Elle a ce truc. La meilleure actrice française à ce jour, avec Andy Raconte aussi mais ça ça n'a rien à voir.
  • La Petite Voleuse (1988)

    1 h 43 min. Sortie : . Drame.

    Film de Claude Miller avec Charlotte Gainsbourg, Didier Bezace, Simon de La Brosse

    19/12/15 • 344/365

    Si je dis Charlotte Gainsbourg, 16-17 ans, la petite jeune effrontée qui fait ses premiers pas dans le monde des adultes, ça suffit comme critique ? Elle vole, tout simplement. Déjà pas mal de films vus de sa filmographie. Elle est touchante, déstabilisante, irritante, viscéralement atypique. Je vous conseille la petite voleuse, très proche de Merci la vie (avec la très sous-cotée Anouk Grinberg).
  • Bande-annonce

    Poltergeist (1982)

    1 h 54 min. Sortie : . Fantastique, thriller et Épouvante-horreur.

    Film de Tobe Hooper avec Craig T. Nelson, Heather O'Rourke, JoBeth Williams

    19/12/15 • 345/365

    Je ne sais quoi penser de ce film, bientôt 35 ans après. Certes, les effets spéciaux fonctionnent toujours mais certains font vraiment sortir du film. Outre ces détails et en prenant le contexte du film, je crois que c'est la base de pas mal de nouvelles productions. La patte de Steven Spielberg est omniprésente. Poltergeist est plus un film fantastique qu'un réel film d'horreur, même si les frissons, inégaux, sont absolument garantis. On se surprend être effrayé par de simples cris, par un clown, par une télévision. Cette prouesse est en grande partie les fruits récoltés du travail de Tobe Hooper sur l'image et le montage. Tout est très bien orchestré, il y a très peu de temps mort, la scène d'intro est terrible, les néons qui clignotent.

    Poltergeist est une porte ouverte sur les cauchemars les plus insensés, où aucun membre de la famille ne sera oublié. Poltergeist, ce n'est pas le genre d'aventure à faire participer des victimes incrédules. Non, ici, tout le monde sait que les entités démoniaques existent, et qu'il va falloir être tous plus forts qu'elles. Pour moi, Poltergeist a du Peter Jackson en lui, du Guillermo del Toro aussi, dans cet aspect très imagé et métaphorique d'aborder le cinéma et l'atmosphère d'un film. Au final, c'est une aventure très marquée par les années 80 (le scénario, le côté un peu kitsch, le family power) mais on passe très vite au-dessus.

    Heureusement, lorsque j'étais petit, je ne me suis tapé que le Sixième sens en terme de cauchemars tous les soirs. Si j'avais vu celui-ci également, j'aurais passé ma vie à fermer les placards et à regarder les arbres d'un autre œil !
  • Bande-annonce

    Human Nature (2001)

    1 h 36 min. Sortie : . Comédie et drame.

    Film de Michel Gondry avec Patricia Arquette, Rhys Ifans, Tim Robbins

    20/12/15 • 346/365

    Michel Gondry est un type absolument barré.
  • Bande-annonce

    III (2015)

    1 h 20 min. Sortie : . Drame, Épouvante-horreur et thriller.

    Film de Pavel Khvaleev avec Polina Davydova, Lyubov Ignatushko et Evgeniy Gagarin

    21/12/15 • 347/365

    Je ne comprends pas les notes très faibles. Ce petit drame horrifique est d'une poésie sans égal, le travail sur la photographie est absolument fabuleux. Des lumières, aux décors, en passant par la caméra très lente, qui ne se fixe jamais, qui balaie tous les paysages et crée un sentiment de perdition et d'abandon... Quelle petite claque, ce film, qui comporte tout de même pas mal de défauts, dont une intrigue qui, quand elle n'est pas en phase avec l'atmosphère, devient très vite brouillonne et tchip.

    Mais sincèrement, il vous faut le voir, ne serait-ce que pour l'esthétique global, je réitère mais certaines scènes sont d'une grande beauté, un film contemplatif sans l'être vraiment, un monde imagé contemplatif. J'adhère totalement. C'est barré comme tout.
  • Bande-annonce

    Taxi Driver (1976)

    1 h 53 min. Sortie : . Policier et drame.

    Film de Martin Scorsese avec Robert De Niro, Jodie Foster, Harvey Keitel

    21/12/15 • 348/365

    Je vais passer pour le mec complètement inculte, alors que mon truc à moi c'est les actrices, mais la nana hyper canon, c'est Jodie Foster sérieux ?
    Bon après, si elle était mineure comme son personnage, elle est dégueulasse hein, à vomir. Mais j'ai toujours tellement eu en tête une Jodie Foster... mûre. C'est très étrange !

    Sinon, ce film est terrible. De Niro aussi.
  • Bande-annonce

    Un moment d’égarement (2015)

    1 h 45 min. Sortie : . Comédie, drame et romance.

    Film de Jean-Francois Richet avec Vincent Cassel, François Cluzet, Lola Le Lann

  • Bande-annonce

    Marley & moi (2008)

    Marley & Me

    1 h 51 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de David Frankel avec Owen Wilson, Jennifer Aniston, Alan Arkin

    22/12/15 • 350/365

    Trois choses à dire sur ce film, et ça ne va pas vous faire plaisir.

    • Toutes les notes au-dessus de 7 sont des notes venant de gens qui adorent démesurément les chiens et les animaux. Je ne vous en veux pas, mais faites preuve d'objectivité ! (Le premier qui dit "c'est lui qui dit ça", il a mon poing sur la gueule !) J'aime les animaux mais à un moment donné c'est le film le plus consensuel de tout l'espace-temps juste après Tchoupi et doudou.

    • Jennifer Aniston n'est vraisemblablement pas une bonne actrice. Je sais, la pilule est difficile à avaler, mais vous y parviendrez avec le temps. J'aime Chloë Moretz, donc je sais à quel point c'est difficile de voir certains élitistes vous dire que tel ou tel acteur est mauvais. Mais c'est une réalité.

    • Vous avez pleuré sur Marley et moi ? Vraiment ? Passez à l'étape d'après, regardez Kramer contre Kramer. Ce ne sont pas des larmes qui vont couler, mais des océans de... mince, de larmes, du coup, mais ça fait deux fois larmes. Enfin, vous avez pigé l'idée.
  • Bande-annonce

    Rosetta (1999)

    1 h 35 min. Sortie : . Drame.

    Film de Jean-Pierre Dardenne et Luc Dardenne avec Émilie Dequenne, Fabrizio Rongione, Anne Yernaux

    22/12/15 • 351/365

    Plus je découvre la filmographie d'Emilie Dequenne, plus je pense qu'elle est une merveilleuse actrice qui intériorise beaucoup. Ce rôle, très touchant, effrayant, voire bestial comme dans la scène d'introduction, est magnifié par les traits durs de son visage. j'avais l'habitude de la voir très expressive, elle a ici une retenue qui force le respect.

    Rosetta porte en son sein des plans longs, des scènes longues, beaucoup de mouvements relatant une violence des paroles, des actes, ce cadrage instable comme les centaines de pulsions qui tourbillonnent dans sa tête. Ce que j'aime le plus avec ce film des frères Dardenne (et plus généralement avec leurs films), c'est que l'on ne juge jamais les protagonistes. Ils sont là, ils existent, et c'est à nous de comprendre et de nous adapter. On ne choisit pas les coups de poings que cette histoire très ardue nous montre, mais on possède la liberté de jugement.

    Il faut aimer les longs déserts introspectifs, les petites routes de campagne qui ne nous offrent aucun confort de route. Rosetta est remarquable par sa façon dont il retranscrit le hasard du réel, sa propension à dérailler, son absence d'échelle de temps et de logique. Un film qui prend à la gorge, et qui serre, doucement.
  • Bande-annonce

    L'Emprise (1982)

    The Entity

    2 h 05 min. Sortie : . Biopic, Épouvante-horreur, science-fiction et thriller.

    Film de Sidney J. Furie avec Barbara Hershey, Ron Silver, David Labiosa

  • Bande-annonce

    La Face cachée de Margo (2015)

    Paper Towns

    1 h 49 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Jake Schreier avec Nat Wolff, Cara Delevingne, Austin Abrams

  • Bande-annonce

    L'Ultime Razzia (1956)

    The Killing

    1 h 25 min. Sortie : . Gangster, drame et film noir.

    Film de Stanley Kubrick avec Sterling Hayden, Coleen Gray, Vince Edwards

    25/12/15 • 354/365

    Revu.
  • Bande-annonce

    Babysitting (2014)

    1 h 25 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Nicolas Benamou et Philippe Lacheau avec Philippe Lacheau, Alice David, Vincent Desagnat

    25/12/15 • 355/365

    5 pour l'idée, car il y a de la suite dans les idées et que l'on rit parfois à gorge déployée. Mais j'ai deux gros problèmes avec ce film. Le premier, c'est le plagiat. Je suis absolument désolé, et vous pourrez toujours me sortir les arguments que vous voulez, mais le concept est totalement pompé sur Very Bad Trip. Vous pourrez toujours dire que c'est une copie d'autres films, ou que Very Bad Trip n'a rien inventé... mais sortir ça à si peu d'intervalle, ça fait mouche. Le second défaut, c'est la morale à la fin du père bourré de fric qui ne s'occupe pas assez de son gosse. C'est tellement dommage d'incruster du pathos dans ce qui aurait dû être un pur délire.

    J'ai beaucoup aimé voir certaines têtes, je pense notamment à Desagnat ou à Charlotte Gabris (oui je suis le seul mec au monde qui rigole devant les sketchs de Charlotte Gabris), et le tout est, même si très inégal, particulièrement couillu. Je regarderai la suite avec plaisir.
  • Bande-annonce

    Naissance des pieuvres (2007)

    1 h 25 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Céline Sciamma avec Pauline Acquart, Adèle Haenel, Louise Blachère

  • Bande-annonce

    Hunger Games : La Révolte, partie 1 (2014)

    The Hunger Games: Mockingjay, Part 1

    2 h 03 min. Sortie : . Action et science-fiction.

    Film de Francis Lawrence avec Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson, Liam Hemsworth

    25/12/15 • 357/365

    Le Capitole a foutu des images de toi à poil sur internet Katniss mais tu n'as toujours pas compris que tu devais arrêter tes conneries. Le Geai moqueur ne sera bientôt plus qu'un vulgaire pigeon écrasé dans le district 8. Ciao ma belle.
    A Panem on est les boss.
  • Bande-annonce

    V/H/S (2012)

    1 h 56 min. Sortie : . Épouvante-Horreur et thriller.

    Film de Matt Bettinelli-Olpin, David Bruckner, Tyler Gillett avec Calvin Reeder, Lane Hughes, Kentucker Audley

    26/12/15 • 358/365

    Les "sketchs" s’enchaînent rapidement, on ne s'ennuie jamais. Je me suis surpris à avoir peur à certains moments, tant la tension était drastique ! Pourtant, ça ne paie vraiment pas de mine, mais ce found footage/grand fourre-tout était original et plutôt catchy. Toujours des jeunes dans une situation normale qui vire au paranormal, avec une issue fatale absolument à chaque fois. Les deux heures passent rapidement, pas le temps de souffler. Mais c'est à peu près comme ça que l'on doit monter des séquences d'horreur, et j'aimerais que les found d'aujourd'hui en tirent quelques leçons.
  • Bande-annonce

    V/H/S/2 (2013)

    1 h 36 min. Sortie : . Épouvante-Horreur et sketches.

    Film de Jason Eisener, Gareth Evans, Timo Tjahjanto avec Lawrence Michael Levine, Kelsey Abbot, Hannah Al Rashid

    26/12/15 • 359/365

    Une suite plus axée sur le délire horrifique, et nettement moins ma tasse de thé. Je préférais les frissons aux rires. On se retrouve souvent à se dire "oh non, ils vont pas oser les cons !" et ça a sûrement plus de chien quand on regarde cette suite avec des amis. Globalement, le projet s’essouffle quand même et l'origine du mal est toujours aussi floue.
  • Bande-annonce

    The Green Inferno (2013)

    1 h 40 min. Sortie : . Épouvante-Horreur et thriller.

    Film de Eli Roth avec Lorenza Izzo, Ariel Levy, Aaron Burns

    27/12/15 • 360/365

    1 point pour Sky Ferreira que j'adore (mais qui est terriblement mauvaise actrice), un autre pour le personnage d'Ignacia Allamand qui est juste le prototype de la petite copine parfaite à mes yeux, et un autre pour le foutage de gueule en règle d'Eli Roth qui, comme d'habitude, se moque de certains clichés et les pousse au maximum pour bien les décrédibiliser. Au-delà de ça, The Green Inferno est mauvais à tous les niveaux, dans la surenchère de gore comme dans l'intérêt du film - je ne me suis pas amusé. Puis au-delà de l'idée de tourner en dérision les activistes écolos, les voyages humanitaires et les tribus, c'est écrit avec les pieds.
  • Bande-annonce

    Everest (2015)

    2 h 01 min. Sortie : . Action, aventure, biopic, drame et thriller.

    Film de Baltasar Kormákur avec Jason Clarke, Jake Gyllenhaal, Josh Brolin

    28/12/15 • 361/365

    Vraiment très surpris par la qualité du film.
  • Bande-annonce

    Musarañas (2014)

    1 h 35 min. Sortie : . Drame, Épouvante-horreur et thriller.

    Film de Juanfer Andrés et Esteban Roel avec Silvia Alonso, Carolina Bang, Nadia de Santiago

    28/12/15 • 362/365

    De très bonnes idées, des prestations bluffantes notamment celle de l'héroïne principale, dont l'angoisse et la folie sont visibles dans les moins traits de son visage. Quel personnage, vraiment ! J'ai beaucoup apprécié l'histoire en elle-même, qui rappelle un peu les vieux contes qui nous font un peu trop peur lorsqu'on est enfant. Le film souffre ceci dit d'une mise en scène un peu plate (surtout à la fin) alors que l'atmosphère tendait à avoir une peur qui montait crescendo. Le décor est très mal utilisé, les quelques personnages secondaires aussi.

    En tout cas, Shrew's Nest est à voir, au moins pour son actrice qui fait froid dans le dos.
  • Bande-annonce

    Youth (2015)

    La Giovinezza

    1 h 58 min. Sortie : . Drame.

    Film de Paolo Sorrentino avec Michael Caine, Rachel Weisz, Harvey Keitel

    29/12/15 • 363/365

    Premiers pas dans l'univers de Paolo Sorrentino. Je ne sais qu'en penser par rapport à ses autres films. Malgré certaines scènes très prétentieuses et métaphores pédantes, on retrouve un scepticisme, une mélancolie, un pessimisme qui m'a beaucoup plus et donné d'immenses frissons. Ce regard très subjectif sur le passé et le poids des années qui se lit plus à l'intérieur qu'à l'extérieur, c'est une fenêtre hyper intéressante même si évidemment on y parle aussi beaucoup de physique, ce qui me plait moins car ce rapport à la décrépitude, j'aime le lire uniquement, la littérature étant encore le meilleur moyen de tutoyer cette sensibilité pourtant concrète. C'est un film qui se vit viscéralement, avec et c'est rare pour être souligné, un sans faute côté casting. J'émets tout de même quelques réserves sur ce film en particulier, en attendant de voir les autres. Mon petit doigt me dit qu'il y a beaucoup plus intéressant et moins esthétisant en farfouillant dans sa filmographie.

    Puis l'art, éternel, qui met constamment en relief les questionnements de nos (vieux) héros, c'est un peu facile mais c'est le jackpot à tous les coups avec moi.
  • Bande-annonce

    Brazil (1985)

    2 h 12 min. Sortie : . Drame, fantastique et science-fiction.

    Film de Terry Gilliam avec Jonathan Pryce, Kim Greist, Michael Palin

    30/12/15 • 364/365

    /
  • Bande-annonce

    Fabrice Éboué, levez-vous ! (2015)

    1 h 19 min. Sortie : 2015.

    Spectacle de Fabrice Eboué

    31/12/15 • 365/365

    Vraiment pas mal, et comment ne pas faire référence au Dieudonné de Dépot de Bilan, de 1905. Fabrice Eboué va toujours très loin, titille, provoque, se fout de ce que son public peut penser. Tout est très bien calibré, chaque vanne est très travaillée, les effets aussi, même l'improvisation doit être un peu préparée en amont.

    7, parce que je m'attendais tout de même à mieux, à plus long, à des sketchs (l'héritage de son jamel comedy club où on enchaîne les morceaux de vie, coucou stand up). Fabrice Eboué gagnerait à ne pas rire à chacune de ses vannes, pour créer une distance avec ce qu'il dit et que cela devienne encore plus corrosif. Avoir le temps de rire d'une situation dégueulasse, c'est important.

    Bienvenue 2016 !