Liste Séries: "Les meilleurs épisodes de la saison 2013/2014"

Avatar MrGage Liste de

10 séries

par MrGage

Du gros frisson aux plus grands moments d'exaltation face à son écran d'ordinateur, les séries sont des ascenseurs émotionnels.

Une liste qui fonctionne en binôme avec celle-ci: http://www.senscritique.com/liste/Liste_Series_Les_moments_les_plus_WTF_de_la_saison_2013_2014/452452

PS: CETTE LISTE CONTIENT DES SPOILERS (vous voilà avertis).

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1
    Bande-annonce

    Fargo (2014)

    50 min. Première diffusion : . 3 saisons. Comédie, thriller, policier et drame.

    Série de Noah Hawley avec Ewan McGregor, Billy Bob Thornton, Martin Freeman

    Saison 1 - Episode 6

    Synopsis: "En 2006, Lorne Malvo arrive dans la ville de Bemidji, dans le Minnesota. Il influence alors la population locale, de par sa violence et sa malice, et notamment le commercial en assurance Lester Nygaard." (Source: Wikipédia)

    Le charme des corps emmitouflés, la beauté de l'hiver glacial, le contraste du sang rouge sur la neige blanche. La série Fargo fonde toute son esthétique sur son climat.

    L'épisode 6 en est un exemple parfait: un blizzard éclate lors d'une course-poursuite entre Lorne Malvo, deux tueurs à gages, et les deux officiers de police, Molly et Gus. Le blizzard empêche les protagonistes de voir à plus de deux mètres d'eux, si bien qu'il transforme la course-poursuite en une partie de cache-cache. Nous, spectateurs, ne voyons que le blanc de la neige qui tombe du ciel, éblouis par tant de pureté, et l'instant d'après si choqués de voir le sang rouge salir la neige blanche.

    L'une de mes plus belles expériences de télévision de ma vie.
  • 2
    Bande-annonce

    Utopia (2013)

    1 h. Première diffusion : . 2 saisons. Science-fiction, thriller et drame.

    Série de Dennis Kelly avec Ian McDiarmid, Rose Leslie, Fiona O'Shaughnessy

    Saison 2 - Episode 1

    Utopia signe ici le meilleur épisode de sa courte vie. Un flash-back qui explique ce que nous ne pouvions comprendre lors de la première saison, la genèse du projet Janus, ou comment des gens ordinaires sont devenus les monstres du monde entier.
  • 3
    Bande-annonce

    Orange Is the New Black (2013)

    1 h. Première diffusion : . 7 saisons. Comédie, policier et drame.

    Série de Jenji Kohan avec Taylor Schilling, Laura Prepon, Selenis Leyva

    Saison 2 - Episode 6

    C'est quoi l'amour ?

    Fucking good episode.
  • 4
    Bande-annonce

    Masters of Sex (2013)

    1 h. Première diffusion : . 2 saisons. Romance et drame.

    Série de Michelle Ashford avec Lance Barber, Romy Rosemont, Ann Cusack

    Saison 1 - Episode 10

    Résumé: "Les conflits entre les membres de l'équipe s'exacerbent lors d'un exercice de défense civile contre le risque de bombe nucléaire. Une ancienne participante à une expérience particulièrement concluante des sexologues révèle qu'elle est enceinte et exige de connaître l'identité du père. Masters et Johnson, peu à l'aise d'avoir personnellement contribué à l'avancée de leurs travaux, se demandent s'ils doivent divulguer les résultats de leurs expériences." (Source: Allociné)

    Bien qu'elle ait manqué de subtilité en fin de saison, cette série fut brillante tout du long de cette saison pour sa maîtrise dans la gestion de ses personnages, et cette qualité du "right timing", toujours placer les bons mots au bon moment.

    [SPOILER]
    Cet épisode en est l'exemple parfait. En particulier, le passage dans la piscine qui fait le lien entre les objets en orbite et les deux corps qui flottent sur l'eau, posant dès lors la symbolique question: "dans l'espace, flottons-nous ou tombons-nous?" Mais surtout, la toile de fond de l'épisode - l'entraînement des membres de l'hôpital à la prévention d'une attaque nucléaire - rappelle subtilement le contexte historique et trouve tout son sens en fin d'épisode, avec cette phrase conclusive résonnant dans les couloirs de l'hôpital : "Our soul consolation... that was only a test." La phrase prend alors le contre-pied de la rupture consommée un peu avant entre Virginia et Masters, rappelant, par effet de symétrie, que leur séparation was not a test...
  • 5
    Bande-annonce

    Louie (2010)

    25 min. Première diffusion : . 4 saisons. Comédie et drame.

    Série de Louis C.K. avec Louis C.K., Hadley Delany, Ursula Parker

    Saison 4 - Episode 3

    Résumé: "Une femme drôle, pétillante, intelligente... et grosse, demande à Louie de sortir avec elle. Après de longs jours d'hésitation, Louie finit par accepter..."

    Quand une série qu'on adule reprend après une longue pause, on a toujours les chocottes qu'il y ait quelque chose en moins, qu'elle ne fonctionne plus aussi bien... Et même si cette crainte est souvent justifiée, quel fut mon bonheur de voir que la saison 4 de Louie était dans la lignée des précédentes, voire même meilleure.

    Rien n'a changé, ou presque: on remarque une douce évolution dans la narration, on sent que Louis C.K. veut jouer avec son public. Des regards caméra (épisode 3 et 4), des séquences hyperboliques (épisode 1), des histoires venant tout droit de l'imagination du personnage (épisode 2), et une petite fille qui croit vivre dans un rêve (épisode 4 et 5), Louie C.K donnerait presque la conscience à ses personnages qu'ils vivent dans une série. Il s'interroge sur la frontière entre réel et fiction, d'autant plus ténu dans le cas de sa création, étant donné qu'il joue sa propre vie.

    J'ai choisi cet épisode parce qu'on a là une critique de la société de consommation, un discours sur la conscience de soi, et une leçon de cinéma ; tout ça en 6 minutes. Que voulez de plus ?
  • 6
    Bande-annonce

    Mad Men (2007)

    50 min. Première diffusion : . 7 saisons. Drame.

    Série de Matthew Weiner avec Jon Hamm, Elisabeth Moss, Vincent Kartheiser

    Saison 7 - Episode 6

    Résumé: "Alors que la stratégie pour Burger Chef est fin prête, Peggy craint que Don la supplante le jour de la présentation avec une meilleure idée. Elle se met alors en tête de trouver une meilleure stratégie de publicité."

    Si la sixième saison était l'année de l'effondrement, la septième est l'année de la rédemption. Après sa fille, c'est Peggy qui va finalement absoudre son mentor de toujours, Don. Comme quoi, une veillée, de l'alcool et une danse arrangent tous les maux.

    Mini-SPOILERS
    Mais ce qu'il y a d'absolument génial dans cet épisode, c'est qu'il débat sur la vision de la femme et de la famille. Peggy remet en question l'image illusoire du foyer heureux présenté à la télévision : "is this family exist anymore? Are they people who eat diner and smile at each other unstead of watching TV?"

    Tout le paradoxe de cette scène réside dans la désillusion de Peggy qui remet en cause la famille heureuse de la télévision, sans pour autant être capable elle-même de se détacher de cette vision car, on le comprend lorsqu'elle se met à pleurer, elle voudrait encore croire en cette image.

    Peut-être qu'à défaut d'avoir le cocon familial, nos héros ont la famille du boulot, pas heureuse pour un sou, mais toujours présente dans les coups durs. A ce titre, la dernière image de Pete, Peggy et Don mangeant un Hamburger à Burger Chef est grandiose, et on ne peut que se dire que ces trois-là ont fait un sacré bout de chemin pour toujours se retrouver ensemble, après tant d'années. Le temps retrouvé, dirait l'autre.
  • 7
    Bande-annonce

    Inside No. 9 (2014)

    30 min. Première diffusion : . 2 saisons. Comédie, Épouvante-horreur et drame.

    Série de Steve Pemberton et Reece Shearsmith avec Steve Pemberton, Reece Shearsmith, Tim Key

    Saison 1 - Episode 2

    Résumé: "Les cambrioleurs Eddie et Ray tentent de cambrioler une riche maison pendant que Gerald et Sabrina, le couple qui vit dans le bâtiment, se disputent." (Source: Wikipédia)

    La série anglaise de l'année. Le format d'anthologie, remis au goût du jour par Black Mirror, est, je trouve, sublimé par cette série. La caractéristique notable de cet épisode est qu'il ne comporte pas une seule parole, un silence qui est vite palié par les rires hystériques du spectateur. Ca faisait très longtemps que je ne m'étais pas autant bidonné devant un épisode.
  • 8
    Bande-annonce

    Banshee (2013)

    55 min. Première diffusion : . 4 saisons. Policier, drame et action.

    Série de David Schickler et Jonathan Tropper avec Antony Starr, Ivana Miličević, Ulrich Thomsen

    Saison 2 - Episode 6

    Résumé: "Le passé de Jason Hood resurgit à Banshee et notre héros Lucas doit agir pour sauver la vie du jeune homme. Proctor voit Rebecca s'éloigner de lui et compte lui donner une leçon." (Source: Wikipédia)

    En saison 1, Banshee, c'était une mauvaise série. En saison 2, Banshee, c'est devenue la plus géniale des mauvaises séries. Pourquoi un tel décalage? Peut-être parce que les créateurs assument enfin que leur création, c'est avant tout du sexe, du sang, et des effets de montage abusifs. Banshee, c'est la série de l'excès: comme une ado qui cherche ses limites, la série flirte avec la frontière du regardable pour le spectateur, et les limites de la convenance pour la télévision.

    [Mini-SPOILER]
    De cet aspect, l'épisode 6 est remarquable : un tueur à gage à l'accent irlandais, une scène de bagarre qui finit avec une tête décapitée par un camion (WTF?!!), un montage en jump cut qui mélange les différentes temporalités, et la scène la plus jouissive de toute la saison, le bras-droit de Proctor qui nettoie une scène de meurtre sous fond d'opéra. Ouais, c'est cliché, c'est abusé, c'est lourdingue au possible... mais il n'empêche que t'en redemandes.
  • 9
    Bande-annonce

    House of Cards (2013)

    55 min. Première diffusion : . 6 saisons. Policier et drame.

    Série de Beau Willimon avec Robin Wright, Kevin Spacey, Michael Kelly

    Saison 2 - Episode 4

    Résumé: "Claire recrute un nouveau directeur de communication et, avec son aide, se prépare pour une interview conjointe avec son mari. Malheureusement, Francis ne peut plus quitter son bureau, car la Maison Blanche est mise en quarantaine après qu'une employée a ouvert un courrier contenant une poudre blanche. Finalement, Claire se retrouve seule face à la journaliste, qui n'hésite pas à lui poser des questions délicates. Claire fait alors des révélations fracassantes..." (Source: Allociné)

    La deuxième saison de House of Cards n'a fait que confirmer ce que je commençais déjà à discerner lors de la première : on se fait grave chier ! Et si ça n'était que ça... Mais non: trames secondaires bâclées, absence totale d'opposition réelle à Francis Underwood, et des scènes WTF totalement gratuites. Bref, ça fait peur à voir !

    Mais je ne suis pas pour autant de mauvaise foi, et je sais reconnaître quand un passage ou une séquence prévaut sur tout le reste. A ce titre, cet épisode est, en plus d'être le meilleur de la série, l'un des meilleurs épisodes de l'année. Fondé sur un double huis-clos (Claire en pleine interview à sa demeure / Francis en quarantaine à la Maison Blanche), l'épisode fonctionne parce qu'il exploite la trame la plus intéressante de toute la série, la relation et le miroir mari/femme. Mais plus que ça, cet épisode marque l'avènement du personnage le plus fascinant de House of Cards, j'ai nommé Claire Underwood. A ça, tu rajoutes une unité de lieu, une unité de temps, et moi je suis conquis !
  • 10
    Bande-annonce

    True Detective (2014)

    1 h. Première diffusion : . 3 saisons. Policier et drame.

    Série de Nic Pizzolatto avec Matthew McConaughey, Woody Harrelson, Colin Farrell

    Saison 1 - Episode 5

    Résumé: "1995 : Cohle, toujours sous couverture, prend contact avec un certain DeWall, le complice de Reggie Ledoux, le principal suspect dans l'affaire du meurtre de Dora Lange. Avec Martin Hart, Cohle suit DeWall jusqu'à la planque de Ledoux. Les inspecteurs décident d'appréhender les deux hommes mais la situation est dangereuse..." (Source: Allociné)

    C'était la série la plus attendue de l'année et une chose est sure: elle aura eu le mérite de déchaîner les passions. Tout le monde prend position, soit t'aimes, soit t'aimes pas, sinon t'es un crevard. Je me range dans la catégorie des crevards. J'ai aimé l'atmosphère de la Louisiane, la réalisation soignée et cohérente, ainsi que le personnalité de Rust ; j'ai détesté sa construction narrative, son intrigue policière bien chiante, et la fadeur du personnage de Marty. Tout ça pour dire que c'est une série qui m'a finalement laissé plutôt indifférent.

    J'aurais pu prendre le quatrième épisode pour son plan-séquence de malade, mais l'épisode en lui-même était plutôt chiant, contrairement à celui-ci qui fonctionne beaucoup mieux en terme de narration, en plus de très bien gérer la relation entre Rust et Marty. Le meilleur épisode de la série.