Livresqueries 2020

Avatar Florensium Liste de

11 livres

par Florensium
Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • En longeant la mer de Kyôto à Kamakura (1223)

    Kaidô-ki

    Sortie : 1223. Récit.

    Livre de Anonyme

    Superbe récit de voyage d'un moine du 13è siècle, charnel et très élégiaque, et qui prend plus encore de sens dans sa dernière partie, nourrie au mysticisme bouddhiste.

    "Au promontoire de Kukigasaki des rafales de vent, fantasques, retournent le sable. Les vagues qui se hérissent barrent le passage. Le voyageur retient son pas, guette un intervalle entre deux lames et se hâte de traverser. A gauche, une hauteur escarpée : on se fraie un chemin à son pied dans les interstices des rochers. A droite, des vagues indistinctes : le regard est happé par les lointains. Après avoir suivi ce chemin sur une longue distance, je parviens à Ôwada - Grande Baie. Au large, on voit se balancer des barques, Leurs voiles gonflées par les rafales, elles bondissent, parcourent dix milles lieues et, confiantes dans le secours du vent, vont se perdre dans les blanches nuées; d'immenses houles se meuvent, telles milles nuages, et baignant le soleil couchant, se teintent de pourpre. Voici une auberge du bord de mer; j'y arrête seulement mon esprit, non mes pas."
  • La Révolution et l'Empire (2001)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Johann Wolfgang von Goethe

    La quatrième de couverture de cette réédition chez Bartillat vend du rêve ("témoin lucide", "interprète engagé et impartial" de son temps), mais force est de constater que la première partie - les "Annales" - est vraiment très fastidieuse. Même en ayant nombre de références en tête et avec un certain intérêt pour ses relations avec les grands noms de l'époque (Schiller, Mme de Staël, les frères Humboldt, Schlegel ou Jacobi), c'est vraiment trop résumé pour qu'on puisse en retirer quelque chose.
    En revanche les deux autres parties la campagne de France et le siège Mayence ont l'air intéressantes et peuvent être considérées comme un équivalent allemand plus resserré des mémoires d'Outre-tombe (le préfacier trace d'ailleurs des parallèles entre Goethe et Chateaubriand).

    "Nous visitâmes le Bodethal et le Hammer, que je connaissais depuis longtemps. De là je remontais, pour la troisième fois de ma vie, la source bruyante, emprisonnée dans les rochers de granit, et je fus de nouveau frappé de la pensée que rien ne nous engage à réfléchir sur nous-mêmes comme de revoir après un long intervalle des objets très remarquables, particulièrement de grandes scènes de la nature, et de comparer l'impression qu'ils nous ont laissée à l'impression présente. Alors, nous remarquons en somme que l'objet ressort toujours davantage; que si, auparavant, nous nous sentions nous-mêmes dans l'objet, si nous reportions en lui joie et souffrance, trouble et sérénité, maintenant, notre personnalité étant domptée, nous rendons à l'objet ce qui lui appartient, nous reconnaissons ses propriétés et ses qualités, en tant que nous les pénétrons, et que nous savons les estimer à un plus haut degré. La première sorte de contemplation est celle de l'artiste, la deuxième, celle du naturaliste. Ce ne fut pas d'abord sans douleur, mais ce fut en fin de compte avec joie, que, cette première sensation s'échappant peu à peu, je sentis la seconde se développer avec d'autant plus de force dans mon oeil et dans mon esprit."

    (j'ai la flemme de le signaler mais le titre est plutôt Ecrits autobiographiques 1789-1815)
  • Les Souffrances du jeune Werther (1776)

    Die Leiden des jungen Werthers

    Sortie : 1776. Roman.

    Livre de Johann Wolfgang von Goethe

    "Que chez les enfants tout soit irréflexion, c'est ce que tous nos doctes pédagogues et gouverneurs ne cessent de répéter. Mais que les hommes faits soient de grands enfants qui, d'un pas mal assuré, errent sur le globe, sans savoir non plus d'où ils viennent et où ils vont; qu'ils n'aient point de but plus certain dans leurs actions, et qu'on les gouverne de même avec du biscuit, c'est ce que personne ne voudra croire; et à mon avis, il n'est point de vérité plus palpable."

    Ouf, je vais enfin pouvoir passer à autre chose; c'est qu'il m'a épuisé le bougre, noyé dans l'exaltation et dans les oiseaux qui chantent, je n'ai qu'à moitié pané pourquoi son petit coeur saignait. Là encore, quelques belles pages comme au-dessus malgré un ensemble assez indigeste.
  • Premier amour (1945)

    Sortie : 1945. Récit.

    Livre de Samuel Beckett

  • Persuasion (1818)

    Sortie : 1818.

    Livre de Jane Austen

  • Kyoto (1962)

    古都 (Koto)

    Sortie : 1962. Roman.

    Livre de Yasunari Kawabata

    [Petit roman dont le résumé peut faire craindre un traitement tartignole, mais c'est sans compter sur la délicatesse de Kawabata, qui parvient à émouvoir en faisant se rencontrer progressivement ces deux soeurs séparées à la naissance et leurs mondes respectifs.]
  • La Porte (1910)

    Sortie : 1910. Roman.

    Livre de Natsume Sōseki

    [Premier contact avec Soseki, facile sur la forme (style de la traduction très coulé et tranquille, bien plus que le Kawabata dont les changements de ton pouvaient surprendre). La dépiction de cette vie de couple piégée dans un quotidien invariable et indépassable, si elle est réalisée avec un certain talent est d'une lenteur (Austen ou Balzac à côté, c'est de la fantasy!) assez décourageante. Difficile de s'attacher à un protagoniste aussi velléitaire...]
  • Histoire de France (1924)

    Sortie : 1924. Culture & société, histoire et essai.

    Livre de Jacques Bainville

    [Que l'auteur soit de conviction monarchiste n'est pas forcément gênant. Il a une belle plume et sait raconter l'ancien régime avec entrain. Et s'il apprécie beaucoup moins la révolution et Robespierre, il sait quand même leur reconnaître quelques mérites.
    Mais il aurait du s'arrêter au plus tard à la guerre de 1870; au-delà, ses parti-pris, qui sont sans surprise pour qqn de plus ou moins lié à l'Action Française, donnent une coloration (anti-germanique, "poujadiste"...) à l'ensemble pas des plus agréables.]
  • La Révolution industrielle du Moyen Âge (1975)

    Sortie : 1975. Essai.

    Livre de Jean Gimpel

    [Gimpel l'indique en conclusion, son livre vise à corriger aussi bien la légende noire du MA propagée par la Renaissance et les Lumières que l'idéalisation romantique le voulant champêtre et artisanal. Entreprise salutaire effectivement, même si l'ouvrage est un peu fastidieux par la collection de faits égrénés les uns après les autres, et la construction assez lâche (on dérive en fin de livre avec des chapitres qui expliquent le déclin de l'ingénierie à la fin du MA, mais qui concernent moins ce qu'on pensait être le sujet du livre lui-même).]
  • Le Pavillon d'or (1956)

    金閣寺 (Kinkaku-ji)

    Sortie : 1956. Roman.

    Livre de Yukio Mishima

    [Passé un premier chapitre stylistiquement très fort, ce pavillon d'or s'avère bien ennuyeux. Beaucoup de cynisme dans cet autoportrait mais qui ne confère pas à l'ensemble la profondeur que beaucoup y voient j'en ai peur. Qu'y a-t-il d'original à dire que l'art est un mode de connaissance qui console du monde sans le changer? ce n'est guère là qu'un truisme.
    Il est vrai qu'en ces temps de confinement les états d'âme d'un sociopathe ne sont pas ce qui se fait de mieux pour retrouver le moral, mais Mishima ne fait rien pour qu'on lui laisse le bénéfice du doute et semble aller de platitude en platitude. Dommage.]
  • Bubu de Montparnasse (1901)

    Sortie : 1901. Roman.

    Livre de Charles-Louis Philippe