Outbuster

Avatar Westmat Liste de

24 films

par Westmat

Outbuster c'est un projet simple, celui de proposer des films méconnus, de tous styles, tantôt pointus, tantôt détendus. Rien d'élitiste ici mais une passion commune, celle du partage cinéphile.

Comme un cinéma ambulant, Outbuster propose 1 films par semaine, dans chacune de leurs 4 catégories. Agrémenté de petits conseils sympathiques, d'une VOD et de sous-titres de qualité, et surtout de l'avale de notre communauté, Outbuster se veut comme un voyage, où l'on se laisse embarquer avec plaisir.

Bêta-testeur du site, je vous joins donc à mon voyage. Testons, voyons et apprécions.

http://www.outbuster.com/

http://www.senscritique.com/Outbuster

https://www.facebook.com/outbusters

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Bande-annonce

    Healing (2014)

    1 h 59 min. Sortie : . Drame.

    Film de Craig Monahan avec Hugo Weaving, Don Hany, Xavier Samuel

    Healing est typiquement le film dont on peut passer à côté tant la bande annonce et le synopsis peuvent paraître bateau. Alors certes le film de Craig Monahan ne révolutionne rien mais, au détour d’une photographie magnifique, il arrive à rendre les relations entre les personnages crédibles, attachantes et nous emmène faire un voyage en compagnie des aigles.

    Hugo Weaving imprime la pellicule de son charisme naturel (comme à son habitude pourrait-on dire), et le reste du casting reste crédible.

    Un film peut être dispensable mais dont le visionnage s’avère agréable et dont on sort requinquer, avec l’espoir dans le cœur (mais pas la facilité) et des étoiles pleins les yeux.
  • Bande-annonce

    Rigor Mortis (2013)

    Geung si

    1 h 41 min. Sortie : . Drame et Épouvante-horreur.

    Film de Juno Mak avec Chin Siu-ho, Anthony Chan Yau, Kara Hui

    C’est toujours avec curiosité que je découvre un film d’épouvante venu d’Asie (ici Chinois pour être exact). On se l’accordera, pour ce qui est souvent considéré comme un « sous-genre », ils savent créer une ambiance glauque mais pas outrancière avec une direction artistique léchée et une inspiration puisée directement dans leurs propres croyances ou légendes.

    Du point de vue de la photographie, Rigo Mortis est une sacrée surprise, avec de nombreux plans iconiques, une ambiance tortueuse et des très bon acteurs (j’ai personnellement beaucoup aimé Anthony Chan Yau). Malheureusement, dans sa seconde partie le film s’enlise dans ses propres démons. Jouant la carte d’une certaine surenchère, abandonnant l’ambiance au profit d’une action horrifique et mêlant kung-fu et vampirisme, le métrage se perd dans une multitude d’intrigues sans queue ni tête. A l’image de cette fin démystifiante dont l’existence même m’a échappée.

    Une curiosité des plus intéressantes pour ceux qui apprécient l’épouvante, les autres pourront vraisemblablement passer leur chemin.
  • Bande-annonce

    Love Steaks (2014)

    1 h 29 min. Sortie : . Comédie, drame et romance.

    Film de Jakob Lass avec Lana Cooper et Franz Rogowski

    Premier film de Jakob Lass, Love Steaks s’intègre parfaitement dans le courant Mumblecore. Celui-ci voit des personnages entre 20 et 30 ans (ici Lana Cooper et Franz Rogowski) s’entrechoquer, s’appréhender avec difficulté en essayant de communiquer sans toutefois y parvenir de manière conventionnelle. Empreint de naturalisme, le métrage se joue de ses personnages prêts à se dompter, s’aider et s’aimer mais toujours dans une lutte perpétuelle.

    Les combats s’enchainent, verbales ou physiques et les tensions grandissent. Sexuelles ou psychiques, elles s’enroulent autour de nos protagonistes pour mieux les réunir. La sensualité traverse les murs et les corps, et le film se joue de l’enfermement de notre « couple » pour mieux les libérés à l’aube.

    Arborant des traits spirituels (à l’image de cette cérémonie Hawaïenne pour libérée Lana Cooper de son alcoolisme), Love Steaks joue des opposés pour prétendre à une certaine idée de la liberté. Souvent touchant, il s’apparente à une bouffé d’air pur électrique. Je recommande.
  • Bande-annonce

    Lumières dansantes (2000)

    Blinkende Lygter

    1 h 49 min. Sortie : . Thriller et gangster.

    Film de Anders Thomas Jensen avec Søren Pilmark, Ulrich Thomsen, Mads Mikkelsen

    Le cinéma Danois pour ce que j’en connais à souvent cette patte de l’irrévérencieux. Un mélange d’interdit et de camaraderie. Ici on retrouve bien ces deux ingrédients dans une histoire d’amitié plus que de mafia. Le fil rouge sert davantage à poser un contexte qu’à réellement nous captiver.

    Le film déploie principalement son atout comico-tragique autour du destin de cette bande de gangster « en carton » qui dès le début du métrage loupe de s’entretuer. Chacun à son caractère et son histoire, mais tous sont unis par un lien sans faille (contre toute apparence).

    Alors, comme au dernier moment du film, je mets quatre points. Un pour Torkild, un pour Stefan, un pour Peter et un pour Ame. Et le dernier pour la petite folie ambiante et quelques scènes savoureuses (même si un peu trop sage à mon goût).
  • Bande-annonce

    Brazilian Western (2013)

    Faroeste caboclo

    1 h 48 min. Sortie : .

    Film de René Sampaio avec Fabrício Boliveira, Ísis Valverde, Felipe Abib

    On continue notre découverte de la sélection Outbuster avec Brazilian Western. Sorte de Roméo et Juliette moderne, le métrage profite d'un background peu réaliste sur fond de drogues pour asseoir une romance convenue sur son début mais plus intéressante sur son évolution. Miroir des inquiétudes brésilienne, le film brasse un nombre conséquent de thématiques (pauvreté, corruption, échelle sociale bloquée, drogues, violences). Critique véhémente de tout le système brésilien (non sans raccourcis), le film est surtout une réussite pour le regard doux-amer qu'il porte sur son jeune couple d'acteurs.
  • Bande-annonce

    Kiss Me, You Fucking Moron (2013)

    Kyss meg for faen i helvete

    1 h 34 min. Sortie : . Comédie dramatique et romance.

    Film de Stian Kristiansen avec Eili Harboe, Øyvind Larsen Runestad, Kristoffer Joner

    La sélection OutBuster est vraiment rafraichissante. Non seulement elle nous offre un ensemble de films venus des 4 coins du globe (ici La Norvège) mais en plus elle se targue de vous redonner le sourire.

    Kiss me you fucking Moron nous conte donc les tiraillements d’une troupe de théâtre ambitieuse qui décide de faire appel à un acteur professionnel pour les guider dans leur adaptation d’une pièce de Jon Fosse. Forcément lors du processus, ledit acteur entrevoit en la personne du pire ennemi de la bande, un acteur. Celui-ci plongé dans la bande électrise les relations, stimule les tensions et engendre les amours.

    Le plaisir que l’on a à suivre le film de Stian Kristiansen n’est pas étranger à l’amour que l’on porte rapidement pour la frimousse adorable de Eili Harboe (de loin le nom le plus facile du casting, ouf !). Bref, Kiss me you Fucking Moron est une petite sucrerie teenage qu’on regarde sans déplaisir.
  • Bande-annonce

    The Turning (2013)

    3 h. Sortie : . Drame et sketches.

    Film de David Wenham, Mia Wasikowska, Marieka Walsh avec Hugo Weaving, Rose Byrne, Cate Blanchett

    The turning est un gros projet. A la base c’est un ensemble de court métrage (18 au total) adapté d’un recueil de nouvelles de Tim Winton réunies au sein d’une même œuvre avec une thématique commune : mettre en exergue la population Australienne des régions reculées. On y retrouve pelle mêle une foule de réalisateurs et autant d’acteurs plus ou moins connus (dont les grands Hugo Weaving, Rose Byrne ou Cate Blanchett pour ne citer qu’eux).

    La version proposée par Outbuster est la plus récente, remanié après sa tournée en festival et qui comporte une sélection de court d’une durée non plus égale à 3h mais à 1h40 (plus digeste donc).
    Forcément inégale, mais jamais inintéressant, The Turning nous propose un ensemble de regard sur des personnages torturés en quête d’un renouveau. Tout y passe, des classes aisées aux bidonvilles, en passant par les aborigènes. Certains regards sont sensibles, d’autres beaucoup plus dur (notamment celui avec Rose Byrne pour lequel elle gagnera un AACTA Awards).

    Bref une autre bonne surprise venue d’Outbuster.
  • Bande-annonce

    Boy Wonder (2011)

    1 h 33 min. Sortie : . Action, policier, drame et thriller.

    Film de Michael Morrissey avec Caleb Steinmeyer, James Russo, Zulay Henao

    Directement inspiré du Vigilante Movie (film qui attache les codes du cinéma superhéroïque à un personnage tout ce qu’il y a de plus normal, à la manière d’un Kick Ass) Boy Wonder sait dans quelle cours il veut jouer. Mélange des genres (policier thriller), la trame se pose sur un jeune homme paumé qui cherche à venger sa mère décédée. Avec son scénario classique mais bien exploité et sa montée en tension, Boy Wonder est un film qui se laisse facilement appréhender et qui demeure efficace. Et puis il pose certaines questions intéressantes et inhérentes au vigilante movie : quelle limite y a-t-il entre un « héros », un justicier et un meurtrier ?
  • Bande-annonce

    A Story of Yonosuke (2013)

    Yokomichi Yonosuke

    2 h 40 min. Sortie : . Drame.

    Film de Shûichi Okita avec Kengo Kôra, Yuriko Yoshitaka, Sosuke Ikematsu

    Plongée directe dans le folklore loufoque japonais, « A story of Yonosuke » est d’abord l’histoire d’un homme. Yonosuke de son nom est un personnage haut en couleur, que l’on pourrait qualifier aisément d’autiste dans son approche du monde et d’empathique dans sa manière d’être. Long film fleuve (2h40 tout de même), son histoire n’a pas réussi à m’emporter. Malgré le capital sympathique évident que revêt Yonosuke et les thématiques multiples (la filiation, l’amour, le parcours initiatique, la nostalgie, etc.) je n’ai pas su m’identifier ni être touché. Néanmoins le métrage de Shûichu Okita à un réel intérêt. Notamment dans son approche de la vie, dans son montage et dans la vision pudique des relations humaines propres aux personnes insouciantes.

    Reste donc pour moi une nouvelle découverte offerte par Outbuster toujours fidèle à leur ligne éditoriale avec un penchant assumé pour le cinéma asiatique et l’envie toujours plus grande d’en visionner d’avantage.
  • The Grand Heist (2012)

    Baramgwa Hamjje Sarajida

    2 h 01 min. Sortie : . Action, comédie et historique.

    Film de Kim Joo-Ho avec Cha Tae-Hyun, Oh Ji-Ho, Min Hyo-Rin

    Vous voulez vous détendre devant un blockbuster mais vous en avez marre de la gloire américaine? Ce film est fait pour vous. Reprenant toutes les recettes d'un bon divertissement, sorte de Ocean Eleven Coréen au XVIIIème siècle, The Grant Heist est fun, sans prise de tête et efficace. Avec son lot de personnages attachants et ses décors joliment retranscrits, ce film vous assure un bon moment et ça, c'est toujours un plaisir.
  • Being Good (2015)

    Kimi wa iiko

    2 h. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Mipo Oh avec Chizuru Ikewaki, Amon Kabe, Michie Kita

    La plus belle découvert d’Outbuster pour le moment. Quand le drame coréen supprime sa propension au larmoyant pour nous offrir un drame dur mais vrai. Les destinées s’entremêlent et le métrage aborde des sujets aussi difficile que les enfants battus ou l’impuissance des professeurs face à la détresse de certains enfants. Encore un film qui confirme que le cinéma Coréen sont les meilleurs quand il s’agit d’enfance.
  • Manieggs - Revenge of the Hard Egg (2016)

    1 h 30 min. Sortie : . Animation.

    Film de Zoltan Miklosy avec Titanilla Bogdányi, Imre Csuja, Gábor Csöre

    Quand les œufs font la guerre, ça part tout de suite en omelette (je sais, c’est pas autorisé comme blague, mais soyez sympa !). Complètement débridé et jouant habilement (avec humour) des poncifs des films de gangster. Un gros délire à ranger dans la même catégorie que les récents films LEGO ou encore Savage Party.
  • Bande-annonce

    Miracle in Cell No.7 (2013)

    7beonbangui Seonmool

    2 h 07 min. Sortie : . Comédie et drame.

    Film de Lee Hwan-Kyung avec Ryoo Seung-Ryong, So Won Kal, Oh Dal-Su

    Je vous parlais justement, avec Being Good d’un récit peu larmoyant. Miracle In Cell n°7 est son côté obscur. Vous êtes allergiques au tir-larme, fuyez pauvre fou ! Pour ceux qui sont encore là, je dois admettre que j’ai complètement été embarqué. Mon cœur a fondu, mes yeux avec et je me suis laissé prendre au piège. La faute à cette saleté de gamine (touchante Kal So Won). L’histoire d’un au QI faiblard mais d’une infinie gentillesse condamné à mort pour un crime qu’il n’a pas commis (vous voyez venir le truc ?). Touchant, tendre et déchirant saupoudré de guimauve, Miracle in Celle n°7 c’est tout ça. Et j’men fous de ce que vous pensez ;)
  • Bande-annonce

    Peppermint Candy (1999)

    Bakha Satang

    2 h 09 min. Sortie : . Drame.

    Film de Lee Chang-dong avec Sol Kyung-Gu, Kim Yeo-Jin, Seo Jung

    Vraiment pas grand-chose à dire, je me contenterais donc d’un vu. Le film ne m’a pas marqué et quelques temps après je n’en ai que peu de souvenir. Je serais donc mal placé pour vous le conseiller ou vous le déconseiller.
  • Violet (2014)

    1 h 25 min. Sortie : . Action et drame.

    Film de Bas Devos avec César De Sutter, Koen De Sutter, Mira Helmer

    Violet à tous les ingrédients du film expérimental. De longs (trèèès long) plan fixes, une atmosphère brumeuse (et étrange), un protagoniste mutique… Ce qui sauve le film c’est sa manière de manipuler des thématiques simples voire simplistes mais avec sophistication. Attention cependant, les allergiques aux plans fixes interminables, aux BO minimalistes et globalement aux films contemplatifs à l’extrême devraient passer leur chemin. Pour les autres c’est une expérience à tenter, mais pas sûr qu’elle réussisse.
  • Bande-annonce

    Deathgasm (2015)

    1 h 30 min. Sortie : . Épouvante-Horreur.

    Film de Jason Lei Howden avec Milo Cawthorne, James Blake, Kimberley Crossman

    Vous aimez le métal ? Vous aimez les gros délires ? Vous aimerez Deathgasm. Communicatif dans son grand n’importe quoi à base de zombie/de trash/d’amour/de potes, on doit reconnaître à Jason Lei Howden une bonté dans son approche. Les combats sont improbables, les personnages tout autant. Une bonne petite série B (Z ?) à regarder entre potes.
  • Bande-annonce

    Humboldt County (2008)

    1 h 37 min. Sortie : .

    Film de Darren Grodsky avec Fairuza Balk, Peter Bogdanovich et Frances Conroy

    Un ptit road-trip au pays du cannabis ? Humboldt County vous offrira un ticket. Touchant et dépaysant (avec un poil de valeur hippie) le métrage de Darren Grodsky se laisse regarder avec plaisir. Mention spéciale à Fairuza Balk.
  • Bande-annonce

    Comet (2014)

    1 h 31 min. Sortie : . Drame, comédie et romance.

    Film de Sam Esmail avec Emmy Rossum, Justin Long, Eric Winter

    Les romances qui s'avèrent originales sont très rares. Alors tomber dessus grâce à Outbuster est un plaisir (surtout que mon ptit cœur tout mou en est friand). Avertissement cependant, les allergiques aux effets "instagram flare" risque de faire la tête. Première réalisation de Sam Esmail (le papa de la série Mr Robot), on sent qu'il a voulu bien faire. Histoire aux multiples couches temporelles, entre réalité et onirisme, il y a de quoi s'y perdre. Mais la qualité des dialogues, les acteurs (Emmy Rossum <3) et l'atmosphère travaillé (parfois maladroitement mais avec envie) font de cette romance un OVNI bienvenue.
  • Detective K (2011)

    Joseon Myungtamjung : Gakshituku Ggotui Biil

    1 h 55 min. Sortie : . Action, comédie, policier et historique.

    Film de Kim Suk-Yoon avec Kim Myung-Min, Han Ji-Min, Oh Dal-Su

    Pas vraiment emballé par cette grosse production coréenne. Une gestion de la caméra qui m'a déplu, une photographie décevante et une histoire alambiqué sans grand intérêt. Reste alors la reconstitution historique et les costumes, ainsi que l'humour appréciable.
  • Bande-annonce

    Headhunters (2011)

    Hodejegerne

    1 h 40 min. Sortie : . Policier et thriller.

    Film de Morten Tyldum avec Aksel Hennie, Synnøve Macody Lund, Nikolaj Coster-Waldau

    Les polars scandinaves sont souvent un plaisir (confirmé une nouvelle fois ici). Le film de Morten Tyldum ne réinvente rien mais se montre efficace à tout point de vue, que ce soit dans sa réalisation ou sa narration. Un plaisir que je conseille à tout amateur de polar en manque d'intrigue tordue.
  • Bande-annonce

    The Machine Girl (2008)

    Kataude mashin gâru

    1 h 36 min. Sortie : . Comédie, Épouvante-horreur et thriller.

    Film de Noboru Iguchi avec Minase Yashiro, Asami Sugiura, Kentaro Shimazu

    Je ne suis clairement pas la cible. Trop "foutraque", trop "nawak", trop trop. Une sorte d'immense défouloir sur fond de budget en berne. Un nanar qui ne m'a pas parlé mais qui ne s'est pas gêné de me gerber dessus. Gênant?
  • Bande-annonce

    Rammbock : Berlin Undead (2010)

    Rammbock

    1 h 03 min. Sortie : . Épouvante-Horreur et thriller.

    Film de Marvin Kren avec Michael Fuith, Theo Trebs, Anka Graczyk

    Un film post-apocalyptique zombiesque à petit budget qui donne l'occasion de voir le début d'une épidémie depuis une petite cour d'immeuble. Rien de révolutionnaire ici, mais le film à le mérite de poser un regard "monsieur tout le monde" tout au long du film et laisse, de par ce parti pris, une réelle occasion d'identification au spectateur.
  • Bande-annonce

    Parked (2011)

    1 h 34 min. Sortie : . Drame.

    Film de Darragh Byrne avec Colm Meaney, Colin Morgan, Milka Ahlroth

    Ken-Loach doit être un grand inspirateur de Darragh Byrne tant l'influence se fait ressentir à tous les niveaux. Qu'importe puisque l'inspiration est bonne et fait mouche. Coml Meaney est touchant en ancien horloger SDF et le film sait pointer les aberrations d'un système capitaliste anglais en roue libre sans en faire de trop (sauf probablement pour cette dernière partie qui marque presque une faute de goût tant sa facilité contraste avec le reste). Les relations sont subtiles, bien travaillés et le trio fonctionne. Rien n'est simple à l'image de la vie, mais tout comporte du beau. Une belle découverte (à éviter si l'on est allergique au drame social tendance Ken-Loachien).
  • Bande-annonce

    Summer Downstairs (2015)

    Im Sommer Wohnt Er Unten

    1 h 40 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Tom Sommerlatte avec Sebastian Fräsdorf, Godehard Giese, Karin Hanczewski

    Outbuster

    Une petite comédie sans prétention aux allures de pièces de théâtre. Ça se laisse bien regarder sans rien faire évoluer, mais ça a au moins l'intérêt de nous faire passer un bon moment, et c'est tout ce que l'on demandait.