Pierre Villemin - Annotations

Avatar Sim_Both Liste de

3 films

par Sim_Both
Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Prospecto (2019)

    9 min. Sortie : 2019. Expérimental.

    Court-métrage de Pierre Villemin

    Prospecto ou une plongée sensorielle dans la déambulation panthéiste d’un homme, apparaissant et disparaissant sous le grès d’un fondu enchaîné, telle une image d’une trace laissée par l’humain dans les nombreuses perspectives de la forêt mais aussi de ruines enrobées par la nature. L’idée de s’enfoncer dans l’image stimule le travail de Villemin, renvoyant par-là à une tradition picturale de la perspective. Ce geste d’arpentage est un envoutement, un geste pour retrouver l’origine de la nature et de ses heureux hasards comme le montre cette belle rencontre avec deux biches. Dans un dispositif minimaliste, le cinéaste propose simplement une expérience de promenade rousseauiste pour finalement trouver l’osmose avec le tableau vu au début (une œuvre impressionniste d’Albert Marks) par une incrustation entre l’homme et la peinture (un bel écho au « Dreams » de Kurosawa), mettant en mouvement les éléments peints et l’envie de s’abandonner à la poésie de cet instant.
  • Carnet perçu (2020)

    21 min. Sortie : 2020. Expérimental.

    Court-métrage de Pierre Villemin

    Carnet perçu se construit comme un journal intime aux nombreuses citations philosophiques et littéraires, à l’image de ces nombreuses images comme collectés au hasard et monté intriquement entre elles. Un travail de jardinier qui capte des images de rouilles, de nature absorbant des matériaux indistincts, des fruits pourris, des ruines où règne la matérialité de l’eau et de la terre… Elles se glissent dans une dimension d’insécurité, voire tragique car appuyé par des notes musicales aux vibrations désagréables et par une atmosphère hivernale inquiétante. Le film se veut aussi comme un recueil de mémoire d’où ce traitement des souvenirs et du déjà-vu mêlant expérience mentale et rébus visuel. En ce cas, Villemin questionne comment cette expérience peut être vécue et en tire un objet mystérieux sur l’usure du temps et les traces du passé.
  • Le nécrophone (2020)

    20 min. Sortie : 2020. Expérimental et science-fiction.

    Court-métrage de Pierre Villemin

    Villemin réalise une uchronie expérimentale traitant de voyageurs-scientifiques temporels du futur qui retournent dans le passé pour trouver des experts capables d’éviter l’effondrement écologique à venir. Le cinéaste ne filme aucun personnage, seulement il utilise des images cueillies dans Berlin et plusieurs voix-off narratives très douces. Les plusieurs plans servent de suggestion ou de métaphore pour ce projet de science-fiction minimaliste qui est aussi une sorte de documentaire d’anticipation sur notre avenir à propos de l’écologie et du développement durable. L’ambiance rejoint beaucoup celle de « La Jetée » de Marker avec une esthétique différente mais on retrouve ce goût pour l’étrange gravité sensorielle, un sound design aérien, une surexposition des temporalités et ce travail de mémoire. Villemin se demande avec son film : où sont donc les réponses à nos problèmes ? Peut-être dans les voix des grands penseurs et artistes du XIXème comme Marks ou Verlaine, à l’aide du fameux nécrophone imaginatif, le réalisateur prononce cette expérience dialectique du souvenir dans laquelle le spectateur est immergé sensitivement. Un magnifique court-métrage.