Préfaces remarquables

Avatar Tezuka Liste de

5 livres

par Tezuka
Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Tactique du diable (1942)

    The Screwtape Letters

    Sortie : 1942. Roman.

    Livre de C. S. Lewis

    Préface d'Irène Fernandez.

    "Le mal comme incompréhension fondamentale de l'amour, voilà la grande idée de Tactique du diable, un livre qui, décidément, ne cessera de nous donner à penser."
  • Pensées paresseuses d'un paresseux (1886)

    The Idle Thoughts of an Idle Fellow

    Sortie : 1886.

    Livre de Jerome K. Jerome

    Préface de Claro.

    "L'oisif trouvera toujours le moyen, entre deux plaisanteries légères, de faire entendre le saignement de son cœur."
  • Les Aventures d'Alice au pays des merveilles (1865)

    Alice's Adventures in Wonderland

    Sortie : . Roman et jeunesse.

    Livre de Lewis Carroll

    Préface d'André Maurois.

    "Le succès d'Alice au pays des merveilles, c'est celui de "Gulliver", celui de "Candide", celui de toutes les fictions dont l'apparente folie nous libère. Le triomphe de l'artiste consiste en ce que le sens ésotérique de l’œuvre demeure caché. Pourquoi "Alice" est-il un chef-d’œuvre ? Parce que sous des masques que l'on pourrait croire impénétrables, Lewis Carroll a trouvé un thème lui permettant d'exprimer le noyau caché de sa pensée."
  • Les Frères Karamazov (1880)

    Братья Карамазовы (Brat'ya Karamazovy)

    Sortie : 1880. Roman.

    Livre de Fiodor Dostoïevski

    Sigmund Freud
  • Haïku : Anthologie du poème court japonais

    Poésie.

    Livre

    Préface de Corinne Atlan et Zéno Bianu.

    "Pourquoi aimons-nous le haïku ? Sans doute pour l'acquiescement qu'il suscite en nous, entre émerveillement et mystère. Le temps d'un souffle (le haïku, selon la règle, ne doit pas être plus long qu'une respiration), le poème coïncide tout à coup avec notre exacte intimité, provoquant le plus subtil des séismes."

    "Peut-être, enfin, parce qu'il sait pincer le cœur avec légèreté. Rien de pesant, rien de solennel, rien de convenu. Juste un tressaillement complice. Une savant complicité. L'éclosion spontanée d'une fleur de sens."