Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

(Re)Lu en 2017

Avatar Oline Liste de

101 livres

par Oline

Top plus ou moins ordonné de l'année :
1. A l'Est d'Eden de Steinbeck, ma première et, je pense, plus belle lecture de l'année. Tout était parfait.
2. Goliarda Sapienza, plus belle découverte de 2017, l'Art de la Joie est superbe malgré quelques longueurs et maladresses qui "l'empêche" de rafler la première place, ses autobiographies sont incroyables, c'est vivant, touchant, poétique, ça ne ressemble à pas grand chose de ce que j'ai lu jusqu'à présent. J'ai envie de lire toute sa bibliographie en 2018 et j'ai en même temps peur du moment où je n'aurai plus rien à découvrir de l'autrice.
3. Être jurée du Prix des Lecteurs du Livre de Poche 2017. J'ai lu les pires livres de l'année via l'expérience mais j'ai aussi pu réellement sortir de ma zone de confort et découvrir ce qui marche actuellement (et que ce n'est que rarement ce qui me plaît également). J'ai bien aimé le gagnant du prix (les Délices de Tokyo) donc je suis contente. Ce n'est clairement pas une expérience que je referai de sitôt (elle a représenté tout de même un cinquième de mes lectures de l'année pour des romans que je n'ai clairement pas apprécié systématiquement) mais je suis hyper contente d'avoir pu le faire au moins une fois dans ma vie.
4. Les éditions Monsieur Toussaint Louverture visent toujours juste dans leurs choix éditoriaux ; Watership Down c'était très chouette mais je pense surtout à La Maison dans Laquelle, incroyable et vraiment surprenant, ce qui n'est pas si courant.
5. J'ai relu Harry Potter : ça faisait environ sept ans depuis la dernière fois que je les avais ouverts et je suis bien contente de m'y être replongée.
6. J'ai découvert Svetlana Alexievitch et son travail titanesque et important qui serre le cœur. Autre travail journalistique, celui de Jake Addelstein dans Tokyo Vice : le gars est complètement barré et il faut s'accrocher.
7. J'ai aussi découvert Chimamanda Ngozi Adichie ; si je suis reproche un côté parfois un poil trop didactique pour un roman (je préfère carrément lire un essai plutôt que ce soit incorporé dans la fiction) elle a un talent de narratrice indéniable.
8. Coup de cœur pour La Cloche de Détresse de Sylvia Plath, badant parmi les badants. Coup de cœur aussi pour Les Perdants Magnifiques de Cohen, que je mets avec Plath parce qu'il est aussi très badant (et complètement fou et sous acides).
9. Un peu de littérature classique anglaise avec Le Vent dans les saules (ultra grand public, super roman jeunesse) et David Copperfield (plus drôle que je m'y attendais).
10. Fairyland d'Alysia Abbott est une autobiographie très touchante et pleine d'amour, sans verser dans le pathos ou la nostalgie du passé.

Bilan de 2013 : http://www.senscritique.com/liste/Re_Lu_en_2013/171666
Bilan de 2014 : http://www.senscritique.com/liste/Re_Lu_en_2014/366450
Bilan de 2015 : http://www.senscritique.com/liste/Re_Lu_en_2015/726015
Bilan de 2016 : http://www.senscritique.com/liste/Re_Lu_en_2016/1146872

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • À l'est d'Eden (1952)

    East of Eden

    Sortie : 1952. Roman.

    Livre de John Steinbeck

    C'est d'une beauté !
    Lu pour pouvoir lire le mémoire d'une copine (et parce que j'aimais déjà Steinbeck, aussi). Les personnages sont superbes, Kate est sublime, tout est beau dans ce roman. Je pouvais pas rêver mieux comme première lecture de l'année.
    (premier janvier)
  • Watership Down (1972)

    Sortie : novembre 1972. Roman.

    Livre de Richard Adams

    Reçu à Noël. Très prenant, la mythologie autour des lapins est vraiment chouette. Même si c'est vendu comme un roman adulte (qui aborde des thèmes parfois assez violent), ça me paraît complètement adapté aux rayons de la littérature jeunesse-adolescente. L'édition est très agréable, c'est toujours un plus !
    (10 janvier)
  • Americanah (2014)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Chimamanda Ngozi Adichie

    (17 janvier)
    Gros côté page-turner, dur de s'arrêter à la fin d'un chapitre. Plein de réflexions très intéressantes, j'imagine que pour quelqu'un ne lisant pas d'écrits (essais, blogs, etc...) de militantes afro-féministes ça doit mener à quelques remises en question.
    La fin est très, très rapide, c'est surprenant.
    Dans l'ensemble c'est une lecture vraiment agréable.
  • Le coeur est un chasseur solitaire (1940)

    The Heart Is a Lonely Hunter

    Sortie : 1940. Roman.

    Livre de Carson McCullers

    (18 janvier)
    Grosse déprime avec ce roman, dont j'ai étalé la lecture sur deux bonnes semaines. De très beaux passages. Le personnage de Singer est superbe.
  • Thérèse Desqueyroux (1927)

    Sortie : 1927. Roman.

    Livre de François Mauriac

    (21 janvier)
  • Ahlam (2016)

    Sortie : . Culture et société et roman.

    Livre de Marc Trévidic

    Lu dans le cadre du prix des lecteurs 2017 (youpi je vais découvrir plein de choses cette année.)
    Pour résumer, Trévidic connait très bien son sujet mais est un très mauvais écrivain.
    L'intention derrière le roman est clairement louable, mais alors il ne faut rien chercher au niveau de l'écriture, ni des personnages.
    Le héros est affreux, et surtout j'ai eu constamment l'impression de lire un fantasme de l'écrivain : toutes les femmes du roman, sauf une (la grand mère, dont la seule description physique parle de son surpoids) sont grande, élancées, avec "de longues jambes galbés" et "des formes parfaites", l'auteur ne se donne même pas la peine de varier son vocabulaire (j'ai failli me mettre à compter les récurrences de "longues jambes élancées"). Evidemment elles sont toutes des intérêts amoureux pour le héros (sauf la grand-mère donc), au point que ça en devient ridicule : Paul le héros tombe amoureux de Nora la femme aux jambes parfaites de son ami, qui décède rapidement, laissant deux enfants dont une petite fille, Ahlam, d'environ 6/7 ans. Il se charge de leur éducation avec leur père, et aux 16 ans d'Ahlam, il tombe subitement amoureux d'elle en réalisant qu'elle a "des jambes parfaites et des seins fermes". Spoiler, c'est l'histoire romantique du roman et ils couchent ensemble à partir de ses 18 ans.
    Alors en soit pourquoi pas, je veux bien croire que c'est des situations qui arrivent, mais là tout le roman, tout ses personnages ne voient qu'un seul bémol à cette relation "vous avez vingt ans d'écart". Jamais il n'y a de réflexion sur le fait de tomber amoureux de la fille de celle qu'on a aimé, à laquelle on a servi de figure paternelle, nada. A la place on a juste des scènes de sexe Harlequin incluant de longues jambes élancées.
    Et moi quand je lis ça, bah je n'arrive pas à me détacher de l'image d'un auteur qui ne prend aucun recul sur ses écrits et avoue qu'il aime bien se taper des petites jeunes aux longues jambes.
    La partie parallèle sur le fanatisme religieux est par contre très intéressante (et flippante).
    (26 janvier)
  • Un jeune homme prometteur (2014)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Gautier Battistella

    Deuxième roman de la sélection de février du prix des lecteurs. Pas inintéressant, même si quelques tropes un peu agaçants. Ça m'a trop rappelé Bret machin de american psycho et Chuck palahniuk pour me plaire mais je pense que ça devrait trouver son public. (Et c'est très conservateur, aussi, le "c'était mieux avant" c'est vite agaçant).
    (28 janvier)
  • Le Complexe d’Eden Bellwether (2014)

    The Bellwether Revivals

    Sortie : . Roman.

    Livre de Benjamin Wood

    Dernier livre de la sélection de février, et petit coup de cœur !
    Le roman aborde un trouble de la personnalité que je n'avais pas encore lu ailleurs, et de manière qui me parait plus rigoureuse que d'habitude. (Pas mal de références à des textes scientifiques publiés) Ça change des milliards de romans parlant (mal) de la schizophrénie (coucou roman précédent).
    A côté de ça, les personnages sont assez crédibles et attachants, ça foisonne mais sans partir dans tous les sens, et c'est difficile de lâcher le roman avant la fin.
    Bref, chouette découverte !
    (30 janvier)
  • Les Vrilles de la vigne (1908)

    Sortie : 1908. Roman.

    Livre de Colette

    Recueil de petites scénettes, dans la première moitié tournant surtout autour de la nature, des animaux, c'est gentil.
    La deuxième partie, sur le rejet de Colette dans la haute société et l'usage féminins de divers artifices est plus intéressant.
    Ça m'a plus donné envie de continuer les Claudine qu'autre chose au final.
    (Premier février)
  • Le Temps de l'innocence (1920)

    The Age of Innocence

    Sortie : 1920. Roman.

    Livre de Edith Wharton

    Hyper cynique, assez drôle.
    J'ai mis quelques chapitres avant de réussir à identifier chaque personnage (pas de mémoire des noms). Aucun éclat dans ce roman, tout est étouffé, caché.
    Le héros a deux trois idées progressistes, mais se laisse confortablement porter par le conservatisme de son milieu. Les deux femmes qui gravitent autour de lui sont loin des caricatures habituelles.
    C'est jubilatoire par moments, très triste autrement.
    (3 février)
  • Eugène Onéguine (1832)

    Sortie : 1832. Roman.

    Livre de Aleksandr Sergueïevitch Pouchkine

    Toujours cette frustration en lisant de la poésie de ne pas comprendre la langue d'origine. C'est chouette mais pas autant que je m'y étais attendue.
    (5 février)
  • Capitale de la douleur (1926)

    Sortie : 1926. Poésie.

    Livre de Paul Eluard

    Comme souvent dans la poésie, c'est parfois très beau, parfois je lis les mots sans trop les imprimer en pensées, en tout cas ça me berce. Je n'ai pas cherché à comprendre ce que je lisais pour Eluard et c'était parfait comme ça, en laissant juste quelques images passer ou en trouvant simplement les mots beaux.
    Quelqu'un avait arraché une page du livre de la bibliothèque, peut-être que les deux poèmes manquant auraient-changé toute ma perception du livre ?
    (11 février)
  • L'Art de la joie (1998)

    L'arte della gioia

    Sortie : 1998. Roman.

    Livre de Goliarda Sapienza

    Peut-être que le roman m'a autant touchée parce qu'il parle (entre autres) de grandir, de vieillir ? Ayant atteint l'âge canonique des 25 ans il y a une semaine, ça m'a parlé. La narration est parfois un peu prétexte, parfois un peu inégale, mais je ne sais pas, il y a quelque chose de très sincère dans tous ces dialogues.
    (11 février)
  • Pauline (1840)

    Sortie : 1840. Roman.

    Livre de George Sand

    Roman hyper court, ce qui a tendance à me laisser parfois un peu frustrée... Là pas du tout. C'est même le George Sand que j'ai préféré, alors que honnêtement, je ne l'ai choisi que par pulsion narcissique. Très sarcastique, l'histoire est très simple mais bien contée, en prenant son temps. La fin est un peu trop abrupte par contre.
    (13 février)
  • Brothers (2008)

    Sortie : 2008. Roman.

    Livre de Yu Hua

    Offert par ma copine qui fait son mémoire sur ce bouquin, A l'Est d'Eden et un troisième.
    La première moitié est passionnante, même si ça parle caca sur les deux premiers chapitres (un peu surprenant). La traversée de la Chine depuis l'avant-Révolution Culturelle jusqu'à nos jours est assez ahurissante, les personnages sont assez particuliers mais plutôt attachants. C'est de l'humour très noir, très grinçant, ça se sent que Yu Hua parle d'expérience. Et puis...
    /SPOIL/
    Et à la deuxième moitié j'ai un peu lâché le truc, avec tout un délire sur la virginité des chinoises qui part très loin (le "héros" inspecte les hymen à la loupe pour en admirer la beauté, euh oui ok). Le personnage principal passe en plus de "petit connard au bon cœur" à un très riche connard qui viole les filles de manière très naturelle (les deux scènes concernées sont glaçantes). Il m'a manqué les références pour comprendre pourquoi soudainement toute la Chine se prend d'hystérie pour la virginité des femmes, sujet jamais abordé dans la première moitié.

    Je ne sais pas trop qu'en penser, et j'en discuterais avec ma copine, qui aura peut-être des pistes de compréhensions supplémentaires ? (Elle m'avait prévenue que c'est un roman très ancré dans la culture et l'humour chinois, avec pas mal de choses qui peuvent paraître un peu étranges quand on a pas baigné dedans)
    (23 février)
  • Venise n'est pas en Italie (2015)

    Sortie : 2015. Roman.

    Livre de Ivan Calbérac

    Prix des lecteurs 2017
    Lu hier et déjà à moitié oublié. Pas du tout aimé le style, qui m'a paru ultra forcé et faux. Le héros est censé avoir 15 ans, il en fait parfois la moitié, parfois le double. Heureusement ça se lit vite.
    (25 février)
  • Il était une lettre (2016)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Kathryn Hughes

    Prix des lecteurs 2017
    Mélodrame : le roman officiel.
    J'avoue, parfois j'ai ri. Bon, ça se lit vite donc je ne me suis pas infligé ça plus longtemps. C'est infusé dans les bons sentiments, je suis trop vieille pour ça. A un moment ça s'améliore, ou bien c'est moi qui me suit habituée, je ne sais pas trop. C'est vraiment pas très bien écrit. Chaque page est un concentré de clichés et de formules vues et revues, ça en devient fascinant.
    Bon, on va dire que je suis sortie à fond de ma zone de confort donc que c'est... positif ?
    (26 février)
  • Toute la lumière que nous ne pouvons voir (2015)

    All the Light We Cannot See

    Sortie : . Roman.

    Livre de Anthony Doerr

    Prix des lecteurs 2017
    C'est bien, je peux pas dire le contraire, mais j'ai trouvé ça un peu trop mécanique par moments, trop mélo à d'autres.
    Enfin j'ai pris plaisir à le lire, c'est le principal, et je vois pas mal de personnes à qui je pourrais le conseiller. Je suis peut-être trop sévère parce que blasée des romans sur la seconde guerre mondiale ?
    (28 février)
  • La Cloche de détresse (1963)

    The Bell Jar

    Sortie : 1963. Roman.

    Livre de Sylvia Plath

    (4 mars)
  • La Main gauche de la nuit (1969)

    The Left Hand of Darkness

    Sortie : 1969. Roman.

    Livre de Ursula K. Le Guin

    J'ai un peu lutté pour m'y mettre : j'ai pas beaucoup de mémoire des noms, alors quand on balance des milliards de nouveaux lieux, personnages, clans, pays... dans le premier chapitre je suis perdue. Et à la fin du livre j'arrivai à reconnaître à coup sûr uniquement les noms des personnages principaux.
    Un peu déçue, vu le thème (un homme qui arrive sur une planète peuplée d'êtres hermaphrodites) je m'attendais à une réflexion un peu plus poussée du narrateur sur les clichés de genre humain, eh bien pas vraiment.
    Les chapitres sur la banquise sont parfaits par contre, et j'ai commencé à être touchée par l'histoire à ce moment uniquement.
    (9 mars)
  • Oreiller d'Herbes (1906)

    草枕

    Sortie : 1906. Roman.

    Livre de Natsume Sōseki

    Ça se lit presque comme un poème entrecoupé de passages assez drôles et ironique sur la beauté et la vulgarité.
    L'édition que j'ai pu lire de chez Picquier est en plus très belle, avec des reproductions de peintures.
    (13 mars)
  • Les Âmes mortes (1842)

    Мёртвые души (Myortvyje dushi)

    Sortie : 1842. Roman.

    Livre de Nicolas Gogol

    C'est souvent très drôle. Dommage que ça n'ait pas été terminé.
    (16 mars)
  • Déracinée (2017)

    Uprooted

    Sortie : . Roman.

    Livre de Naomi Novik

    Ça commence plutôt bien dans le style réécriture de conte, avec un antagoniste pour une fois très réussie, ça se termine avec un très bon dernier chapitre, mais tout ce qu'il y a entre est vraiment pas terrible.
    (18 mars)
  • La Fortune des Rougon (1871)

    Sortie : 1871. Roman.

    Livre de Emile Zola

    C'est Zola : forcément, j'aime bien.
    (21 mars)
  • La Sagesse dans le sang (1952)

    Wise Blood

    Sortie : 1952. Roman.

    Livre de Flannery O'Connor

    J'ai beaucoup pensé à Carson McCullers, il y a cette même espèce de personnages complètement largués et de désespoir crasse. (@Elouan, si tu aimes O'Connor n'hésite pas à essayer McCullers, il y a moyen que ça te parle)
    C'est sale, poussiéreux, violent, nerveux, d'une tristesse complètement angoissante. C'est parfois un peu amusant, aussi.
    (22 mars)
  • Femme au foyer (2015)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Jill Alexander Essbaum

    Sélection du prix des lecteurs du Livre de Poche 2017
    Quelle horreur cette couverture. La Poche est mieux (pas compliqué).
    Je ne m'attendais à pas grand chose, au final je suis agréablement surprise et la comparaison avec Madame Bovary n'est pas complètement absurde.
    Roman sur la dépression, l'héroïne est crédible. Le genre de roman à être adapté au cinéma par Sofia Coppola en fait.
    L'écriture n'est pas désagréable mais pas non plus fantastique. Ça se lit bien sans être un coup de cœur.
    (25 mars)
  • Entre ciel et lou (2016)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Lorraine Fouchet

    Sélection du prix des lecteurs du Livre de Poche 2017
    (Encore une couverture moche mais moins en version Poche)
    Je ne suis clairement pas le public visé : les héros bretons nouent leur chandail sur les épaules. Mis à part cette vision de tract du jeune UMP au polo Lacoste qui m'a poursuivi tout le long de la lecture, c'est un roman qui devrait avoir un bon gros succès. J'ai l'impression d'avoir déjà lu le pitch une bonne centaine de fois, c'est feel-good comme il le faut, des bons sentiments, tout ça.
    Je ne vais pas cracher sur la soupe : j'ai lu ce roman sans déplaisir. Je vois en quoi il plaira. Ce n'est juste pas pour moi.
    (26 mars)
  • Encore (2013)

    Daha

    Sortie : 2013.

    Livre de Hakan Günday

    Sélection du prix des lecteurs du Livre de Poche 2017
    Très bizarre : au début il y a un abus de points de suspensions quasiment une phrase sur deux, et ça se calme petit à petit. Est-ce que c'était pour signifier la jeunesse du personnage principal, je ne sais pas, mais j'ai trouvé ça assez désagréable et j'ai eu du mal à croire au personnage.
    Le roman est très violent, apporte quelques pistes de réflexions qui ne sont pas forcément originales mais toujours intéressantes. Je ne sais pas encore de ce que j'ai pensé de l'ensemble.
    (30 mars)
  • Alexis Zorba (1946)

    Βίος και Πολιτεία του Αλέξη Ζορμπά

    Sortie : 1946. Roman.

    Livre de Níkos Kazantzákis

    C'est chouette dans l'ensemble, bien écrit, ça fait réfléchir, mais qu'est ce que c'est misogyne...
    (31 mars)
  • Bartleby le scribe (1853)

    Bartleby the Scrivener : A Story of Wall Street

    Sortie : 1853. Récit.

    Livre de Herman Melville

    (2 avril)