Si l'on devait choisir le meilleur épisode.

Avatar Kaputt Liste de

18 séries

par Kaputt

C'est sûr, c'est toujours difficile de choisir le meilleur épisode d'une série, étant donné leur étendue scénaristique. Mais on peut toujours essayer !

Je ne spoilerais pas de détails majeurs.

Liste en construction

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Bande-annonce

    Les Soprano (1999)

    The Sopranos

    55 min. Première diffusion : . 6 saisons. Drame.

    Série de David Chase avec James Gandolfini, Lorraine Bracco, Edie Falco

    Je commence par le plus difficile : quel épisode se démarque autant des autres ?

    Je dirais d'abord le season 2 finale : "Funhouse" :

    Victime d'une intoxication alimentaire, Tony se met à faire une succession de rêves particulièrement étranges, où la fièvre semble beaucoup jouer. Ses problèmes du moment remontent et tourmentent le mafieux. On sent alors l'issue tragique arriver.
    Le plus génial dans cette épisode ce sont évidemment ces scènes de rêve, particulièrement bien mises en scène, et remplies de détails les rendant immédiatement glauques ou révélatrices. A ce moment, la série avait déjà placé quelques rares séquences de rêves dans le même genre mais ce n'était pas une habitude.
    Ici on en a plusieurs à la suite. Il n'y a aucune transition entre ces scènes et la réalité donc l'effet n'en est que plus saisissant.
    Ce mélange rêves malsains/imminence des problèmes rend l'épisode particulièrement fort et original.

    Sinon il y a d'autres candidats faciles : "Pine Barrens" avec le duo Christopher/Paulie perdus dans la forêt (réalisé par Steve Buscemi en plus !), ou "Mr Ruggerio's Neighbourhood" où l'on suit pour une fois le FBI au lieu de la famille : deux modèles de mise en scène.
  • Bande-annonce

    Philadelphia (2005)

    It's Always Sunny in Philadelphia

    25 min. Première diffusion : . 10 saisons. Comédie.

    Série de Glenn Howerton et Rob McElhenney avec Charlie Day, Glenn Howerton, Rob McElhenney

    Saison 3 épisode 4 : "The Gang Gets Held Hostage"

    Le Gang est pris en otage par leurs pires ennemis : les McPoyle !
    Pour survivre, ils vont devoir supporter leur torture mentale et se mettre à conspirer les uns contre les autres.

    Comme d'habitude, les membres du gang vont comploter entre eux. Sauf que là le grain de folie des McPoyle y est mélangé, donnant lieu à des scènes d'anthologie à un suspense détonnant, tous les personnages devenant de plus en plus dingues à mesure que la prise d'otages s'éternise.

    La scène où Charlie frappe Dee tout en lui déclarant son amour est juste magnifique.
  • Bande-annonce

    Arrested Development (2003)

    25 min. Première diffusion : . 5 saisons. Comédie.

    Série de Mitchell Hurwitz avec Jason Bateman, Will Arnett, Jeffrey Tambor

    Saison 2 épisode 3 : "Amigos !"

    Arrested Development est l'une des rares séries à garder un niveau très haut d'humour durant ses 3 premières saisons. Amigos est un modèle de gags survoltés s'enchainant à vitesse grand V, avec en prime l'un des meilleurs personnages jamais crées : Gene Parmesan. Chacune de ses apparitions me faisait mourir de rire.

    "I know you're the big "marriage expert" here, ooh I'm sorry I forgot : your wife is dead."
  • Bande-annonce

    Doctor Who (2005)

    45 min. Première diffusion : . 11 saisons. Aventure, drame et science-fiction.

    Série de Russell T. Davies avec Ben Miller, Jodie Whittaker, Peter Capaldi

    Rien d'original sur ce coup : Saison 3 épisode 10 : "Blink"

    Généralement considéré comme LE meilleur épisode de Dr Who (du moins le reboot), il tient surtout grâce à son originalité qui le rend si unique : des ennemis au concept génial (les Weeping Angels), un Docteur quasiment absent remplacé au pied levé par une Carey Mulligan absolument parfaite, et une narration déconstruite et inventive. Un des épisodes les plus stressants aussi en passant.

    Quoique, "The Girl in the Fireplace", saison 2 épisode 4 est lui aussi vraiment excellent. Tour à tour surprenant, empli de joie ou inquiétant, il arrive néanmoins à nous toucher en plein coeur d'une manière très émouvante.

  • Bande-annonce

    Father Ted (1995)

    25 min. Première diffusion : . 3 saisons. Comédie.

    Série de Graham Linehan et Arthur Mathews avec Pauline McLynn, Dermot Morgan, Frank Kelly

    Saison 1 épisode 1 : Good luck, Father Ted.

    Voilà une chose très rare : mon épisode préféré est le pilote. Alors que d'habitude c'est souvent tout l'inverse qui se produit.
    Mais celui-ci met la barre très haut : dès le début il nous met dans l'ambiance et présente tous les personnages avec brio. La surenchère donnée sur les gags et les situations, pour bien faire entrer le spectateur dans l'univers, est vraiment excellente.

    Mention spéciale à la "fête foraine" de l'île et ses attractions toutes plus absurdes les unes que les autres.
  • Seinfeld (1989)

    25 min. Première diffusion : . 9 saisons. Comédie.

    Série de Jerry Seinfeld et Larry David avec Jerry Seinfeld, Michael Richards, Jason Alexander

    Comment choisir parmi 180 épisodes ??

    Celui qui m'a beaucoup marqué, et dont je parle dans ma critique, c'est le saison 3 épisode 19 : "The Limo", qui allie à merveille situations banales et extravangantes de manière innattendue : George se fait passer pour un autre passager de l'avion qui l'a prit (qui a été forcé de sortir dès l'embarquement) afin de pouvoir utiliser sa limousine avec chauffeur qui l'attend toujours à l'aéroport. Mais il va bien vite le regretter.
    Je ne vous dis pas ce qui va se passer pour ne pas gâcher la surprise, mais les retournements de situation sont hilarants, et le suspense va crescendo.

    Sinon il pourrait y avoir aussi "The Opposite" : saison 5 épisode 22.

    George, qui échoue dans tous les domaines de sa vie, en conclut que son intuition est mauvaise. Il va donc effectuer l'opposé de tout ce que dit son instinct, dans toutes les situations. Ce qui va l'amener à des améliorations considérables !

    C'est vraiment jubilatoire de voir George devenir un winner, et en parallèle de voir Elaine qui subit l'opposé complet !


    Difficile d'en choisir un seul en fait. La série a parfois ses grands moments de bravoure : "The Betrayal" qui commence par la fin et qui subit une narration inversée, "The Bottle Deposit" et son aventure épique et stupide ("The Trip" est pas mal dans le même genre), et bien sûr les grands classiques : "The Contest", the "Soup Nazi", "The Hamptons".
  • Bande-annonce

    Community (2009)

    25 min. Première diffusion : . 6 saisons. Comédie.

    Série de Dan Harmon avec Joel McHale, Danny Pudi, Alison Brie

    Je pourrais choisir le génial "Modern Warfare" et sa fameuse guerre de paintballs, mais je vais plutôt opter pour le suivant :

    Saison 2 Episode 21 : "Paradigms of Human Memory"

    Le groupe, en terminant un dernier diorama, se rappelle subitement que l'année qu'ils ont vécu. Ils se rendent compte que ce n'était pas vraiment une bonne année...

    Community joue ici sur une variation excellente : l'épisode avec des flashbacks... qu'on a jamais vus ! On a l'occasion d'admirer des séquences d'épisodes jamais tournés, présentant tous une "nouvelle aventure" pour le groupe, mais qu'on ne verra jamais. A la manière du "Fictions" de Borges, Community préfère montrer des bouts de scénarios au lieu de filmer des épisodes en entier. C'est tout l'art du meta-humour de la série qui ressort ici, avec une inventivité jamais à court d'idées.

    (ah si en fait, sporadiquement à partir de la saison 3)
  • Bande-annonce

    Futurama (1999)

    20 min. Première diffusion : . 7 saisons. Animation, comédie et science-fiction.

    Dessin animé de David X. Cohen et Matt Groening avec Billy West, Katey Sagal, John DiMaggio

    J'hésite entre deux choix peu originaux :
    Saison 3 épisode 4 : "The Luck of the Fryish"
    Saison 3 épisode 14 : "Time Keeps On Slippin' "

    Les deux épisodes ont le point commun de finir sur une note émouvante. C'est tout le talent de Futurama qu'on remarque ici. D'ailleurs, je tiens à dire que c'est assez saoulant de voir les comparaisons avec les Simpsons : les deux séries n'ont rien à voir, ne jouent pas sur les mêmes tableaux et leur humour et inventivité sont quand même différents.

    Mais revenons à ces épisodes. Le premier part sur une note intimiste lorsque Fry redécouvre des fragments de son passé et tente de savoir où est passé son porte-bonheur favori, un trèfle à sept feuilles. On va avoir le droit à des flashbacks de la vie de Fry avant sa cryogénisation.

    Le second part sur une idée qui est pour moi l'une des meilleures jamais inventées : en manipulant un champ temporel pour créer des mutants, le professeur crée sans le vouloir un gros problème : désormais le temps s'accélère tout seul et aléatoirement, et les événements se produisent sans que les personnages s'en souviennent.
    A partir de là, c'est l'avalanche de situations grotesques et délirantes, jusqu'à une fin parfaite : Fry regardant tristement l'espace, sur un fond de Bender sifflant une mélodie triste. Comment en sont-ils arrivés là ? Je préfère vous laisser la surprise de voir l'épisode pour ne pas gâcher l'effet de surprise.

    Deux épisodes inventifs et parfaits, manipulant le spectateur en partant des sur des situations clichées ou "banales" dans l'univers de Futurama, mais qui bifurquent sur des implications scénaristiques proprement excellentes.

    Futurama mérite de toute façon bien plus de reconnaissance, c'est une oeuvre à part entière et pas juste "la série qui passe sur NRJ12".
  • Bande-annonce

    Twin Peaks (1990)

    45 min. Première diffusion : . 3 saisons. Policier, drame et thriller.

    Série de David Lynch et Mark Frost avec Kyle MacLachlan, Michael Ontkean, Mädchen Amick

    Saison 1 épisode 7 : The Last Evening

    Twin Peaks possède son lot d'épisodes géniaux, mais celui-ci est particulièrement efficace : étant le dernier épisode de la première saison, toutes les intrigues avancent d'un seul coup pour aboutir à de nombreux cliffhangers insoutenables.

    Ou alors aussi le dernier épisode, dans le même genre, avec en plus les scènes dans la loge. SAUF QUE LA ON AURA JAMAIS LES RÉPONSES.
  • Bande-annonce

    Skins (2007)

    45 min. Première diffusion : . 7 saisons. Comédie et drame.

    Série de Bryan Elsley et Jamie Brittain avec Nicholas Hoult, Kaya Scodelario, Dev Patel

    Oui j'avoue, j'aimais bien Skins quand j'étais au lycée. Beaucoup moins maintenant (j'ai arrêté à partir de la troisième saison de toute manière) mais cela ne m'empêche pas d'avoir trouvé certains épisodes particulièrement bon.

    Peut-être l'épisode 3 de la saison 2, sur Sid. Déchirant.
  • Bande-annonce

    Game of Thrones (2010)

    52 min. Première diffusion : . 8 saisons. Aventure, drame et fantasy.

    Série de David Benioff et D.B. Weiss avec Peter Dinklage, Lena Headey, Emilia Clarke

    Encore une série qui garde une grande qualité sur la durée.
    L'épisode 9 de la saison 2, "Blackwater", sort du lot. Les producteurs y mettent les moyens et créent une bataille spectaculaire et oppressante.
  • Les Contes de la crypte (1989)

    Tales from the Crypt

    25 min. Première diffusion : . 7 saisons. Comédie, Épouvante-horreur, anthologique, fantastique et drame.

    Série de William M. Gaines avec Tom Hanks, Dan Aykroyd, Lance Henriksen

    Saison 3 épisode 4 : "Abra Cadaver".

    Un épisode délicieusement glauque et inventif, à voir absolument si on ne connait pas la série, pour bien en comprendre l'essence.
  • Adventure Time (2008)

    10 min. Première diffusion : . 10 saisons. Aventure, animation, jeunesse, comédie et fantasy.

    Dessin animé de Pendleton Ward avec Jeremy Shada, John DiMaggio, Hynden Walch

    Saison 1 épisode 23 : "Rainy Day Daydream" :

    Que se passerait-il si votre imagination se matérialisait dans le monde réel ? Des tas de problèmes bien sûr.
  • Bande-annonce

    Mad Men (2007)

    50 min. Première diffusion : . 7 saisons. Drame.

    Série de Matthew Weiner avec Jon Hamm, Elisabeth Moss, Vincent Kartheiser

    Saison 3 épisode 5 - "The Fog" :

    Un épisode audacieux, tendant vers le surréalisme. Je ne vais pas dire pourquoi, mais en tout cas c'est mis en scène de manière magnifique, avec la musique qui va parfaitement avec :

    http://www.youtube.com/watch?v=c-D6tDUpYIk&feature=kp
  • Chrno Crusade (2004)

    Kurono Kuruseido

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Action, animation, drame, epouvante-horreur et thriller.

    Anime de Yuu Kou, Kazuya Kuroda et Toshirô Nozaki

    Episode 24 : "Chrno".

    Un épisode final juste incroyable. Une fin cruelle, dérangeante et totalement inattendue. j'en étais carrément choqué à l'époque !
  • Bande-annonce

    Des chiffres et des lettres (1965)

    33 min. Première diffusion : . 52 saisons.

    Émission TV de Armand Jammot avec Laurent Romejko, Bertrand Renard et Arielle Boulin-Prat

    J'ai vraiment adoré l'émission du 18 septembre 2008. Franchement c'était une oeuvre de maître.

    Déjà, dès la première manche, le candidat, Michel Béru si je m'en souviens bien de son nom, arrive à avoir trois 9 lettres d'affilée. Je peux vous dire que son adversaire l'avait mal. Même Arielle et Bertrand étaient dépassés. Ils baissaient leur regard sur leur dictionnaire, véritablement subjugués par un tel talent.

    C'était sans compter que Michel était particulièrement doué lors des chiffres, où il utilise des nombres irrationnels avec un doigté splendidement effarant.

    Un épisode vraiment excellent, que je me repasse de temps en temps. Ouais, je trouve les dernières saisons vraiment moins bonnes.
  • Bande-annonce

    Rick et Morty (2013)

    Rick and Morty

    25 min. Première diffusion : . 3 saisons. Aventure, animation, comédie et science-fiction.

    Dessin animé de Dan Harmon et Justin Roiland avec Justin Roiland, Sarah Chalke, Chris Parnell

    Saison 1 Episode 8 : Rixty Minutes

    Episode au concept génial : Rick invente une télécommande qui permet de voir n'importe quel chaîne dans n'importe quel univers parallèle différent. Ce qui signifie une infinité de chaînes ! Et qui dit infinité dit idées bizarres mises sur le petit écran.
    Les créateurs se défoulent et nous présentent un épisode quasi exclusivement composé de fausses séries et fausses publicités, toutes plus absurdes les unes que les autres.

    EDIT : Avec l'arrivée de la saison 2, je préfère l'épisode 4 de celle-ci, celui avec les alien parasites : ces derniers créent de faux souvenirs chez les gens pour se multiplier, ce qui donne lieu à de nombreuses mini-histoires hilarantes et tout autant de personnages déjantés.
  • Bande-annonce

    The Get Down (2016)

    1 h. Première diffusion : . 1 saison. Drame.

    Série de Baz Luhrmann et Stephen Adly Guirgis avec Justice Smith, Herizen F. Guardiola, Shameik Moore

    Le pilote.

    Un modèle. Cela part sur les chapeaux de roue, cela prend de la vitesse et cela ne descend jamais pendant une heure et demie. C'est entraînant surtout pour l'intrication minutieuse des différents scénarii entre eux, et le caractère osé des personnages : ces derniers n'hésitent pas à agir, à dépasser leur condition, à prendre des risques.
    En plus la bande-son est démentielle et transcende jusqu'aux scènes les plus anodines (l'arrivée de Zeke sur "Ever Be Wonderful"), ce qui donne au pilote de The Get Down un souffle épique, une fraîcheur kitsch et pourtant élégante, rarement vue à la télévision.