Couverture Anvers

Critiques de Anvers

Livre de (2002)

Fragmenté

Ne lisez pas ce livre pour commencer l'œuvre de Bolano... Le texte se présente sous forme de chapitres-poème en prose, selon un rythme qu'on peut retrouver dans la Piste de Glace, mais même à l'intérieur de ces courtes unités les phrases paraissent coupées les unes des autres. Seules les récurrences de motifs (un nain, une fille rousse, des applaudissements) permettent de croire qu'il y a une... Lire l'avis à propos de Anvers

7 2
Avatar Surestimé
7
Surestimé ·

Critique de Anvers par MarianneL

Ce texte demande une disponibilité totale, comme quand on rêve, et une forme d'abandon. Il faut accepter d'être dépassé, désemparé. Roberto Bolaño nous livre cinquante cinq fragments de textes avec des motifs qui reviennent ; les plages méditerranéennes, le camping, les villas en bord de mer désertées en automne, un petit bossu, un anglais, une jeune fille blonde, une rousse, des policiers, des... Lire l'avis à propos de Anvers

4
Avatar MarianneL
7
MarianneL ·

La violence en mots-clé, la vie en collages

Je ferai un parallèle entre ce texte (ni des nouvelles, ni un roman, ni même de la poésie mais un genre hybride) et La Vitesse des Choses de son ami Rodrigo Fresan, qui sont rassemblées par la volonté d'écrire un livre en plusieurs partie sous la seule cohérence de figures récurrentes (ou mots-clés). Pour Bolano, c'est donc la rousse ou le nain ou la fille qui vient d'avoir 18 ans (mais il y en... Lire la critique de Anvers

4 5
Avatar ArbitreDuMepris
8
ArbitreDuMepris ·

Voix sans issue

Il est étonnant de constater qu'Anvers (premier livre de Bolaño, rédigé en 1982) contient à peu près tout ce que développera Les détectives sauvages, dans une forme parfaitement opposée : 56 courts fragments, contre un monumental triptyque de plus de 900 pages. En réalité, c'est à peu près la seule différence entre les deux livres, qui partagent le caractère polyphonique,... Lire l'avis à propos de Anvers

2
Avatar Béhuliphruen
8
Béhuliphruen ·

Quand l'hyper-réalité déconstruit l'unité littéraire

J'ai abordé Anvers en sachant un minimum de choses sur Bolano et son parcours. Ce qui m'a frappé dans ce recueil divisé en 56 micro-récits, c'est la façon de l'auteur d'écrire impulsivement, de brouiller les pistes et de revenir à quelques obsessions (la violence policière, la sexualité dépravée, son errance et celle des gens). A partir de ce dispositif, Roberto Bolano conditionne une... Lire la critique de Anvers

Avatar Locke_2
6
Locke_2 ·

Anvers, contre tout ?

Tous proches du poème en prose, les cinquante et quelque chapitres décousus qui constituent "Anvers" peuvent sembler « des phrases sans queue ni tête […], peut-être parce que la réalité me paraît un essaim de phrases sans queue ni tête » (p. 72-73). En gros, même s’ils restent moins confus que, mettons, du Burroughs, on y retrouve ce qui a fait la renommée de Bolaño, et assez logiquement, ils... Lire la critique de Anvers

Avatar Alcofribas
5
Alcofribas ·

Critique de Anvers par Nina in the rain

Je poursuis ma plongée dans Bolaño avec Anvers, qui m’a profondément ennuyée et me fait craindre le pire pour la suite, alors même qu’Un petit roman lumpen m’avait tellement plu. Alors, les fans de Bolaño, lequel est le plus proche de son univers ? Plutôt le récit bien construit ou les phrases sans queue ni tête dans des nouvelles d’une page et demie qui semblent n’aller nulle part ? Parce que... Lire l'avis à propos de Anvers

1
Avatar Nina in the rain
3
Nina in the rain ·