Un clown beaucoup plus effrayant au cinéma

Avis sur Ça, tome 1

Avatar Nico Vetti
Critique publiée par le

Avant de commencer cette critique je tiens à préciser que cela faisait très longtemps que je voulais commencer CA de Stephen King, j'avais déjà rencontré par le passé le fameux Grippe-Sou le clown celui la même qui a traumatisé bon nombre de jeunes enfants et augmenté le pourcentage de personnes atteinte de la coulrophobie. C'est donc avec l'image de ce fameux clown que je me dirigeais de bon matin vers ma bibliothèque afin de commencer le premier tome de ce roman phare de Stephen King et déjà je me dois de vous faire une autre petite précision, le roman est assez gros et contient un total de 626 pages au total rempli de petits caractères, la précision semble insignifiante et ce serait le cas en temps normal mais il est important de garder ce détail en tête pour la suite de la critique.
Je ne compte pas passer par quatre chemins CA est beaucoup trop lent et ennuyant, attention il ne l'est pas parce qu'il ne se passe rien mais parce que ce qui nous est narré est trop souvent dispensable et/ou beaucoup trop long. En effet le roman m'a fait penser durant 80% de ma lecture à un simple slice of life dénué de tout côté fantastique ou horrifique si ce n'est à certains passages plutôt rares et trop peu nombreux. La encore ce n'est pas réellement un problème et j'y reviendrais plus tard le roman aurait pu donner cette impression et rester captivant malgré tout mais malheureusement et comme dit précédemment le roman tire en longueur inutilement prenant parfois des centaines de pages pour un passage qui aurait pu être parfait en à peine une cinquantaine seulement et ce principalement

Lorsque les enfants se réunissent dans les Friches afin de construire un barrage.
En soit le moment est important et intéressant étant donné qu'il permet d'introduire les différents personnages principaux du roman et leurs liaison avec CA mais malheureusement le passage tire beaucoup trop en longueur, le lieu de l'action ne change pas durant plus de 200 pages et n'apporte absolument rien de plus à l'intrigue en elle même.

Si je ne devais donner qu'un seul gros point noir au roman ce serait celui-ci car il a été celui qui m'a presque poussé à abandonner la lecture de CA, malgré tout j'ai continué celle-ci me forçant à aller jusqu'au bout. Ais-je bien fait ? Et bien oui et non.
Oui car le roman au final nous offre de bons moments comme

La rencontre avec le lépreux, celle avec le loup garou, le récit du père de Mike très touchant ou encore la réunion de tout les membres du club des ratés bien des années après les événements qu'ils ont tous vécus et j'en passe

Mais en même temps non car il n'y a pas un seul moment dans tout le roman ou j'ai ressenti une réelle tension ne serait-ce qu'infime,la faute à quoi ? Au fait que dès le début du roman King nous annonce explicitement que tout les enfants que l'on suit le long de l'histoire sont devenus adultes, en soit l'info n'est pas importante mais elle vient effacer toute peur par la suite, aucune des "attaques" de CA n'effraie réellement car on sait d'avance que les enfants s'en sortirons sans problème et j'ai trouvé ça triste car l'introduction du roman aurait amplement pu être décalée vers le moment ou le club se retrouvent des années plus tard afin d'éviter ce "spoil" volontaire de la part de l'auteur et créant ainsi une vrai tension quant à l'issue des attaques de Grippe-Sou sur chaque enfant du groupe je pense tout particulièrement au passage du château d'eau de Derry qui aurait pu vraiment être effrayant sans cette information lâchée au tout début du roman.
Mais alors après de tels défauts pourquoi attribuer 6/10 à CA ? Parce qu'en y réfléchissant il y a plusieurs choses à prendre en compte :
Tout d'abord même si le roman n'effraie pas une seule seconde et peut même s'apparenter à un simple slice of life (quelque peu fantastique j'en conviens) centré sur un groupe d'enfant dans une petite ville des Etats-Unis le roman parvient à toucher par moment, à insuffler des émotions qui ne sont pas celles relatives à l'horreur ou à l'épouvante mais à celle de la nostalgie, lorsque j'ai lu CA je me suis parfois senti nostalgique oui, nostalgique d'une époque qui est derrière moi maintenant mais encore assez présente pour me rendre joyeux et en ce sens King a réussi un pari avec ce roman : non pas de me faire peur mais de me ramener un peu en arrière le temps d'un roman et c'est pourquoi je ne pouvait pas tout jeter quand bien même Grippe-Sou ne m'a jamais autant paru aussi ennuyant qu'en tournant peu à peu les pages de ce roman.
Et enfin dernière chose je pense que la date ou a été écrit le roman est elle aussi à prendre en compte je m'explique : Le roman met en lumière ici des monstres qui à l'époque pouvait apparaître comme effrayants et cauchemardesques dans l'esprit commun mais qui aujourd'hui ne le sont plus une seule seconde, le loup-garou et la momie d'antan ne m'apparaissent plus en tout cas à moi comme des monstres effrayants une seule seconde et pour ça aussi (remarquez le jeu de mots) il faut savoir se poser dans le contexte et prendre le fait en compte pour donner une note.
Les peurs d'hier ne sont pas les même que celles d'aujourd'hui et je pense que si l'horreur n'est pas présente à mes yeux dans CA ce n'est pas tant parce qu'on sait que les enfants survivent mais parce que les peurs qui y sont présentées ne nous font pas le même impact qu'auparavant.
Au final on peut dire que ce premier tome est un roman moyen victime peut-être du temps qui passe et ne brillant que par une nostalgie enfouie en chacun de nous et je ne peux qu'espérer que le tome 2 efface cette nostalgie pour laisser place à l'horreur, la vrai.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 214 fois
1 apprécie · 1 n'apprécie pas

Nico Vetti a ajouté ce livre à 2 listes Ça, tome 1

Autres actions de Nico Vetti Ça, tome 1