Des vampires ? Où ça ?

Avis sur Fascination

Avatar Hanae
Critique publiée par le

Commençons par le début : Twilight, c'était (ça l'est toujours, malheureusement) LE grand effet de mode à sa sortie. Seulement, à ce moment là, amoureuse des histoires de vampires, je ne m'y suis pas penchée. Fixette fantasy oblige. Et puis est arrivé le premier film, celui sur lequel tout le monde dans mon entourage (surtout les filles, heureusement que je n'en fréquente pas beaucoup) s'extasiait. Sans parler d'Edward, Ô mon bel Edward ! J'ai été intriguée. Alors j'ai piqué le DVD à un ami dévoreur de film, je me suis tranquillement installée devant mon écran et... En avant la musique.

De là est parti mon amour immodéré pour Twilight, celui qui m'a poussé à m'offrir les quatre tomes d'un coup, pour le douloureux prix d'environs 80 euros. De l'intérêt ? Disons plutôt le fol espoir de se dire que le livre devait obligatoirement être mieux que le film. Eh ben... Non. En fait, c'est même le contraire. Le film, pourtant ennuyeux au possible, a quand même réussi à être largement meilleur que cette bouse offerte par Stephenie Meyer. Pour reprendre les termes de Stephen King, réalistes bien que durs, elle ne sait pas écrire. Ce que j'ai particulièrement retenu ? Attendez que je réfléchisse... Ah oui, ça me revient. Trop nettement même. 'Sa peau marmoréenne, ses yeux ambrés, son haleine parfumééééeeee'. Encore, si ça n'avait été qu'une fois, mais en plus de répéter en boucle le premier joli mot qu'elle a trouvé dans le dictionnaire, il faut qu'elle place la fan-girl attitude de son 'héroïne' toutes les cinq pages minimum. Et je dis ça, c'est uniquement pour être gentille.

Mais si les choses ne s'arrêtaient que là ! Certes, le livre se lit facilement. Très facilement même, au point d'en oublier des mots en cours de route. Mais au profit de quoi, je vous le demande ? J'ai eus l'impression, tout du long, de lire le journal raté et hésitant d'une jeune adolescente découvrant les affres, non pas de l'amour, mais du désir. Un comble sachant qu'on aura pas l'ombre d'une satisfaction avant quoi... Le troisième livre ? Ou le quatrième. Un intérêt profond qui ne dure que quelques misérables pages. Bella, pas de doute, se sent moins frustrée. Nous, du coup, c'est pas vraiment la même histoire. Encore que sur ce point, je pourrais pardonner : l'auteure étant Mormone, elle ne fait que respecter ses croyances et, quand on y pense, écrire une histoire de ce type, c'était déjà un pari risqué pour elle.

Ça, c'était le côté 'Quitte à donner dans le mièvre, donnez-moi aussi du consistant'. En fait, je mentirais en disant que tout est mauvais du début à la fin. Par exemple, le tout début est sympathique, sans casser les pattes à un canard. Tant qu'elle n'a pas aperçu son bel Apollon aux yeux de braise, en fait. Malheureusement, on ne peut pas dire que ça dure longtemps. Et puis j'aimais bien Jacob, histoire de suivre le cliché des teams formées ces dernières années autour de cette saga. Mais le pire, sans doute, à mes yeux, c'est le caractère des héros. Impossibles à supporter. A bien y réfléchir, je tombe d'accord avec ma mère (que j'ai embarqué dans cette douloureuse aventure) : J'adore le moment où Bella se compare à l'héroïne des Hauts de Hurlevent. Toute aussi imbuvable. Sincèrement. Mettez une dose énorme d'égoïsme, un côté suicidaire, une fascination (si, la voilà) qui tourne à l'obsession pure et dure, une tendance à foncer dans le tas sans réfléchir et un air de sainte ni touche qui ne convainc qu'elle, et vous l'aurez. Très beau couple, au final, puisqu'elle trouve son équivalent masculin en Edward. Elle passe sa vie à faire la girouette, il la passe à la blesser pour mieux la 'protéger'.

Mais de quoi, je vous le demande ? Ah, oui. Victoria. Ah, et les Volturi. De vrais méchants, sans une once de bonté. Ni de crédibilité, d'ailleurs, car les deux vont souvent de paire, sauf très rares cas (et encore, là, à froid, je ne pourrais pas en citer un seul). D'ailleurs, d'eux, parlons-en : Fi de la grande bataille épique promise en fin de tous ces tomes ! Non. Nous aurons droit là à un face à face démoralisant, plombant, mais certainement pas haletant, où le seul personnage qui verra sa vie écourtée sera une traîtresse. Pas de quoi manquer à l'un où l'autre des camps. Et sur le coup, on se dit... Pourquoi tout un livre à se préparer pour 'ça' ? C'est plein de bons sentiments, et ça vous fera peut-être pleurer de tristesse. Celle d'avoir perdu votre temps. Quant au message général véhiculé sur l'amour... Je préfère ne même pas en parler.

Alors oui, je suis virulente. Oui, je suis dure. Voir même méchante. Mais j'estimais tout de même plus correct de lire toute la série afin d'être mieux à même d'exprimer mon dégoût des vampires scintillants au soleil, histoire d'avoir des arguments à donner à toutes celles qui me disaient 'Tu dis ça sans savoir !'. Maintenant, je sais. Et je ne peux pas m'empêcher de me demander si je ne vais pas utiliser cette superbe série de livres comme combustibles dans ma cheminée.

(Ceci dit, malgré cette critique très... Critique, justement, je conçois que de jeunes adolescentes soient prêtes à porter aux nues des personnages aussi égoïstes que Bella et Edward. Chacun y trouve ce dont il a besoin. En tout cas, personnellement, je n'y ai rien trouvé d'autre qu'une perte de temps et d'argent incroyable. Cette critique vaut, autant le dire, pour les quatre livres.)

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1065 fois
13 apprécient

Hanae a ajouté ce livre à 1 liste Fascination

Autres actions de Hanae Fascination