Critognatus le clairvoyant

Avis sur Guerre des Gaules

Avatar Paul M
Critique publiée par le

Ce livre fut analysé, décortiqué, est étudié, discuté, sera encore pour longtemps critiqué et scruté. Je ne me risquerai pas à en faire un inventaire exhaustif et recherché. Je veux juste attirer l'attention sur un passage du livre. Un moment qui m'a paru fort. Qui a fait vibrer mon faux-gène de gaulois.

Dans cet extrait, nous sommes à Alésia. Les gaulois sont esseulés, pris au piège, subissent le siège de plein fouet. Ce qui va suivre est le discours de Critognatus. Critognatus est un Arverne, chef de guerre. Il fait partie des assiégés. César rend prisonniers des milliers d'hommes, tentant ni plus ni moins de les affamer pour qu'ils sortent. Les romains ont installé des pièges tranchants quand ils voudront sortir. Malgré tout cela, toute cette violence préméditée, Jules César juge le discours qui va suivre d'une "cruauté inouïe et sacrilège". On se demande qui est le personnage cruel dans cette sombre histoire... Mais ne dit-on pas que "l'Histoire est écrite par les vainqueurs" ?

Je laisse la parole à Critognatus, relayée par Jules César, il y a 2072 ans :

Je ne dirai rien, dit-il, de l'avis de ceux qui donnent le nom de
soumission à la plus infâme des servitudes. J'estime qu'ils ne doivent
pas être considérés comme des citoyens admis au conseil. Je ne
m'adresse qu'à ceux qui proposent de faire une sortie, projet où vous
reconnaissez, semble t-il, le souvenir de votre antique valeur. Mais
c'est lâcheté et non pas courage d'être incapable de supporter, un peu
de temps, la famine. S'offrir spontanément à la mort est plus facile
que de supporter patiemment la douleur. Et j'approuverai cet avis -
tant que je respecte l'autorité de ceux qui le donnent - si je voyais
qu'il n'entraîne aucune perte que celle de notre propre vie : mais
quand il s'agit de prendre une décision, il faut considérer l'ensemble
de la Gaule, que nous avons appelée à notre secours. Quel courage,
pensez-vous, restera-t-il aux nôtres quand ils verront quatre-vingt
mille hommes, de leur famille et de leur sang, massacrés au même
endroit, s'ils sont, pour ainsi dire, obligés de lutter, sur leurs
cadavres mêmes. N'allez pas priver de votre appui ces gens qui
s'exposent à un péril mortel, pour votre salut ; n'allez pas, par
sottise, par irréflexion, par lâcheté, abattre la Gaule entière et la
soumettre à une servitude éternelle. Est-ce que par hasard, parce
qu'ils ne sont pas arrivés au jour dit, vous allez douter de leur
loyauté, de leur fidélité ? [...] l'arrivée des nôtres est proche
[...] Quel est donc mon avis ? C'est de faire ce que nos ancêtres ont
fait, dans une guerre qui n'était nullement comparable à celles-ci,
celle des Cimbres et des Teutons ; refoulés dans leurs villes, en
proie à la même famine que nous, ils entretinrent leur vie avec la
chair de ceux que leur âge paraissait rendre impropres à la guerre, et
ils ne se rendirent pas à l'ennemi. Si nous n'avions pas cette
exemple, cependant je jugerais très beau qu'on nous vît prendre cette
initiative, en faveur de la liberté et en transmettre l'exemple à nos
descendants. En effet, a-t-on vu pareil à cette guerre ? Les Cimbres,
après avoir ravagés nos terres et y avoir apporté de grands malheurs,
ont enfin quitté notre pays et se sont dirigés dans d'autres contrées
; ils nous ont laissé nos coutumes, nos lois, nos champs, notre
liberté ! Les Romains, au contraire, que cherchent-ils ? Que
veulent-ils ? Sinon, poussés par l'envie, s'installer dans les terres
et les villes de ceux dont la renommée leur a fait connaître la
noblesse et la puissance et se les attacher dans un éternel esclavage.
Il n'y a jamais eu d'autres motifs à leurs guerres.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 355 fois
7 apprécient

Paul M a ajouté ce livre à 1 liste Guerre des Gaules

  • Livres
    Couverture Le soleil se lève aussi

    Livres lus en 2018

    Ma cadence de lecture s'intensifie. Je lis pratiquement chaque jour. La lecture fait partie de ma vie.

Autres actions de Paul M Guerre des Gaules