👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Passe à autre chose. Pas toi, lecteur, le roman n'est pas inintéressant, mais toi, l'héroïne de ce roman.
C'est un peu ce qu'on a envie de dire à Lenu, en effet, tout au long de son enfance et de sa relation avec le personnage de Lila.

C'est une relation assez ambiguë, pleine de rivalités, de ressentiment, d'admiration, à la je t'aime, moi non plus, suis-moi je te fuis, fuis-moi je te suis. Si elle n'est pas inintéressante, loin de là, le problème est qu'elle est répétée toutes les dix pages dans le roman. A chaque nouvelle situation (Lenu progresse à l'école, Lenu a un amoureux, Lenu part en vacances...) on a toujours le contrechamps avec "mais je suis moins bien que Lila" et cette dernière garde un ascendent psychologique à chaque page. Sauf qu'au bout d'un moment, on a compris, et il y a une surenchère continue, qui, si elle peut servir le propos du livre (une admiration / dépendance même dans les plus grandes réussites de l'héroïne) finit par agacer le lecteur. On n'en peut plus de voir cette Lila autant électriser tout le monde autour d'elle sans que jamais personne ne semble lui résister. Que le roman soit autobiographique ou non, je m'en fiche, mais on peine à comprendre comment cette situation a pu rester la même pendant, environ, dix ans, sans que jamais cette hégémonie ne soit vraiment remise en question. Car le lecteur ne sera plus jamais surpris à partir du moment où il a compris le schéma narratif de l'oeuvre.

Du coup, je trouve la première partie du livre intéressante et bien racontée, la seconde vraiment très répétitive, car sur le même modèle, et j'étais pressé de terminer le livre.

Finalement, je me demande si le roman ne passe pas à côté d'un autre sujet qui m'aurait plus intéressé, et qui finit par pointer le bout de son nez à la fin du livre (je suis malhonnête, il traverse tout le roman mais de manière discrète, disons qu'il n'est nommé qu' à la fin) : comment se sortir de ce milieu de pauvreté, de petite délinquance, d'un monde finalement assez "détestable" avec une famille peu aimante ou qui ne le montre pas, avec une violence physique et pscyhique, un machisme ambiant... Le livre montre que l'héroïne, à la toute fin du livre, a au moins grandi sur cet aspect là : avoir un regard plus juste sur ce qui l'entoure. Non, tous ces garçons violents ne sont pas une fatalité, ces disputes incessantes non plus... Il y a une possibilité de s'en sortir. L'héroïne ouvre finalement les yeux sur ça, mais pas réellement sur sa relation avec Lila.

Le roman ne m'aura pas donné envie de lire la suite (c'est, je pense, un signe), tant j'ai l'impression que les tomes suivants seront sans surprise, avec Lenu à d'autres instants de sa vie, mais toujours en comparaison avec son amie qu'elle admire (qu'elle aime ?).

Bref, le livre n'est pas mauvais, mais peut-être qu'à vouloir être trop autobiographique, l'auteur peine à vraiment accrocher le lecteur par moments, qui finit exaspéré par les personnages principaux, et lassé par un schéma narratif très répétitif.

Parkko
5
Écrit par

il y a plus d’un an

L’Amie prodigieuse
-Ether
5

Bac à sable napolitain

Saga à succès, lecture à métro, L’amie prodigieuse est le premier titre sorti des quatre tomes, dont le dernier paraîtra sous peu, de la chronique napolitaine qui a fait d’Elena Ferrante un nom connu...

Lire la critique

il y a 5 ans

24 j'aime

2

L’Amie prodigieuse
EricDebarnot
7

Les amies prodigieuses

A quoi reconnaît on un grand écrivain ? A l'élégance de son style, qui empoigne le lecteur par le col et le conduit derechef - sans lui laisser le temps de prendre son souffle - à travers la...

Lire la critique

il y a 6 ans

21 j'aime

L’Amie prodigieuse
retardeness
6

Critique de L’Amie prodigieuse par retardeness

J'ai un sentiment mitigé sur L'Amie prodigieuse car il m'a beaucoup touché à certains moments mais aussi laissé indifférente à beaucoup d'endroits. Elena et Lila vivent dans un quartier pauvre de...

Lire la critique

il y a 5 ans

18 j'aime

Au cœur des ténèbres
Parkko
5

Critique de Au cœur des ténèbres par Parkko

Oui, Au coeur des ténèbres est un roman culte. Roman que FFC a adapté pour réaliser un de ses meilleurs films (le meilleur même, peut-être) en faisant Apocalypse Now. J'avais envie d'aimer le roman,...

Lire la critique

il y a 7 ans

8 j'aime

Le Cercle
Parkko
4
Le Cercle

Critique de Le Cercle par Parkko

Non. Glacé de B. Minier m'avait plutôt emporté. Le Cercle m'a laissé sur le côté. Pourquoi ? Tout n'est pas à jeter. Je crois que le principal intérêt chez Minier réside dans sa description d'un lieu...

Lire la critique

il y a 7 ans

6 j'aime

Les Sept Morts d'Evelyn Hardcastle
Parkko
6

Un roman audacieux, plutôt réussi

Le roman est un peu laborieux à son démarrage, mais il finit par emporter le tout. En effet, le début est souvent confus, beaucoup de personnages, de petits détails qui reviendront, d'éléments à se...

Lire la critique

il y a 2 ans

4 j'aime