Avis sur

L'Appel du coucou par HenriMesquidaJr

Avatar HenriMesquidaJr
Critique publiée par le

Comme tous les détectives privés qui se respectent, Cormoran Strike est d'abord un marginal cabossé par la vie. Ancien militaire, il perdit une jambe durant la guerre menée en Afghanistan dans les années 90, et sa jeunesse ne fut pas des plus faciles ! Ce géant hirsute lève bien le coude aussi, et les femmes l'adorent. Il n'est pas non plus du genre à être prévoyant ; ses dettes sont colossales. Pour corser le tout, sa fiancée vient de le plaquer.
Bref ! le monde s'écroule sous ses pieds quand il reçoit la visite inespérée d'un avocat qui lui propose une affaire juteuse et celle d'une nouvelle assistante, Robin, qui fera beaucoup plus que l'assister dans ses enquêtes (En tout bien tout honneur).
On est dans la caricature du détective, le pur classique du polar, on a vu ça des centaines de fois, me direz-vous ! Oui, mais un classique fichtrement bien mené, bien écrit et totalement maîtrisé.
D'abord, le couple Robin/Cormoran fonctionne à merveille. Robin jette un regard plein d'ironie, de compassion et de tendresse sur son patron qui n'en loupe pas une. Elle qui est promise à un brillant avenir de comptable, on peut dire qu'elle prend son pied dans cette mission temporaire et tellement atypique.
Cormoran est un ours mal léché, aussi maladroit que terriblement attachant. C'est aussi un très brillant enquêteur qui sait voir ce que les autres n'ont pas remarqué, qui n'hésite pas à se mettre à quatre pattes pour farfouiller dans les coins d'ombre en quête d'indices et faire ainsi éclater la vérité.
Ensuite, Londres est un personnage à part entière du livre. Au gré des pérégrinations de Cormoran, on flâne au travers des rues et des quartiers de la grande ville décrits avec beaucoup de talent et de chaleur.
Et pour finir, nous sommes projetés dans le monde superficiel, égocentrique et fascinant de la mode, des top-modèles, et du showbiz. Un milieu qui n'est pas totalement étranger à Cormoran, lui-même fils d'une étoile déclinante du rock. Pour les besoins de son enquête, il côtoie certaines stars appartenant à ces milieux où l'argent coule à flot. de grands fauves au fort pouvoir magnétique, pourtant perpétuellement traqués par les paparazzis et les pique-assiettes.
La vérité éclate dans les cinquante dernières pages, et le coupable, comme d'habitude dans les excellents polars, est toujours celui auquel on s'attend le moins.
J'ai pris tellement de plaisir à lire ce livre que je regrette, durant ces dernières années, mon refus idiot et obstiné de lire un Harry Potter…
Il ne me reste plus qu'à souhaiter longue vie à Cormoran et Robin pour de prochaines enquêtes que je suis bien décidé à suivre en essayant de me montrer la prochaine fois plus perspicace dans la recherche du coupable

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 126 fois
1 apprécie

Autres actions de HenriMesquidaJr L'Appel du coucou